Vivre à Paris

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
** DRIIIIIING ! **

7 heures 30, mon réveil sonne. Allez, debout mon mignon ! Non rassurez-vous, je dors seul et je ne suis pas un sodomite, mais j’apprécie de me donner des petits surnoms affectifs dans le genre. Ça flatte mon ego.

Un rayon de lumière traverse mes volets, comme pour me signifier que le ciel est clair. Une bonne journée en perspective ! Petit dej’, petite commission, petite douche, petit check-up hygiénique, croquettes pour Emmanuel Petit (c’est le nom de mon teckel, je lui donne des croquettes pour qu’il les mange), et c’est parti ! Je suis d’humeur guillerette aujourd’hui. J’ouvre la porte, et...


** KOF KOF KOF**


VAP01.jpg

La taxe carbone, directement dans mes poumons.

Un nuage de fumée issu de la plus pure pollution automobile me saute au visage. Monoxyde de carbone ras le pif, oxydes d’azote en tous genres plein les poumons, et que sais-je d’autre, j’ai l’impression d’être au premier rang d’un concert de Tryo. Je tousse, je suffoque, je deviens probablement asthmatique, cancéreux, voire chauve et grisâtre, mais je suis content. En route vers le métro ! Youpi.

Ah oui, j’ai oublié de vous prévenir : je vis à Paris.

VAP02.jpg


Métro

Rhooo, ça va j’exagère un peu. Ce n’est pas un peu de fumée qui va me tuer après tout, du moins pas avant une dizaine d’années. Donc relax.

C’est vrai ça. Les gens se plaignent continuellement, mais quelle ville offre un meilleur cadre de vie que Paris ? On a TOUT. Enfin, « on »... Je ne suis arrivé qu’il y a trois jours, mais je sens bien au fond de moi cette possibilité inouie d’exercer n’importe quelle activité, genre du ventrigliss à la verticale, du flipper sur une patinoire, ou du football. Ou même un musée. C’est fou !


** Tuuuut**


J’ai sorti mon Pass Navigo, la barrière s’ouvre. À moi le métro ! :)

En route !

Déambulant gaiement dans le long couloir teinté d’une charmante couleur gris-béton de bon aloi, je me rends soudain compte que je ne sais pas dans quelle direction aller. « Mairie de Montreuil » ? Ouais bof, ça ne me rappelle rien. L’autre direction ? « Charles de Gaulle - Etoile ». Ouais bof, ça ne me rappelle rien. Je décide de demander à quelqu’un.

VAP03.jpg

Pour lire un plan du métro de Paris, une formation de niveau Bac+8 est exigée.

Je me retourne et engage la conversation avec la première personne qui passe. « Bonjour monsieur, quelle direction dois-je prendre pour me rendr... » L’homme passe sans même ralentir ni m’accorder un regard. Il doit certainement être sourd, que je pense alors, ou agoraphobe. Ou peut-être n’a-t-il tout simplement pas envie d’user ses chaussures à cause du freinage trop brutal qu’il aurait effectué en s’arrêtant pour entendre ma requête. Je comprends. J’avise donc une autre personne, et l’histoire se répète. Une autre, encore une autre... Mon dieu, suis-je devenu un fantôme ou quelque chose du genre comme dans ce film que j’avais vu où le héros ne se doutait pas qu’il était mort ?

VAP04.jpg

« Salut, c’est par là Mairie de Montreuil ? »

Je vérifie en appelant ma messagerie pour lui hurler « Supprimer ». La petite voix répond : « Mais enfin monsieur, je ne vous ai encore rien dit. Mais voyons, du calme ! Qu’est-ce que c’est que ces manières de Vercingétorix barbare ? Êtes-vous donc psychopathe de Jack l’éventreur ? Avez-vous donc perdu la boule de Lance Armstrong ? » Je raccroche, empli d’un vague sentiment de honte et de confusion.

Je décide finalement de remettre mon sort entre les mains du destin, en tirant ma direction à Plouf-Plouf. Ce sera Mairie de Montreuil.

Sur le quai

Lorsque je parviens au quai, une clameur m’accueille. J’ai l’impression d’être une célébrité qui arrive pour un concert, une sensation géniale. Sauf qu’en m’intéressant aux cris, ça ne colle pas trop : « c’est inadmissible ! », « je vais porter plainte », « sachez que je vais écrire au préfet ! », « ça sent le vomi, vous ne trouvez pas ? » Ça ne colle pas trop aux hurlements classiques d’un concert, disais-je, hormis peut-être un de Patrick Sébastien.

M’adressant à un gonze en uniforme de la RATP à proximité, je demande : « C’est une grève, si j’ai bien compris l’essentiel des vociférations. Donc il n’y a plus aucun métro ? »

Si monsieur, ne vous tracassez pas. Calmez-vous, détendez-vous, fermez les yeux, respirez.
Mais enfin, je ne vous agresse pas ! Je demande just...
Chut ! On se relaxe, zen. Ouvrez vos chakras. Laissez entrer la paix, comme dirait le dalaï-lama. Laaaaaaaaaaaaissez laissez eeeeeentrer le so-leil, comme dirait Julien Clerc.
Euh, oui oui d’accord. Faisons ça.
Oh ! Ne prenez pas ces grands airs avec moi, s’il vous plait ! Je ne fais que mon travail !

Il finit par répondre. Concrètement, une rame de métro passe aujourd’hui toutes les cinq minutes au lieu des trois habituelles, ce qui parait constituer aux yeux des gens autour de moi un crime passible de la peine de mort la plus abominable possible. Une femme à un mètre de moi semble à deux doigts d’éclater en sanglots.

VAP05.PNG

Soudain, un morceau de ferraille mi-gris mi-verdâtre mi-sérable surgit du tunnel sombre. À première vue, il s’agit d’un trolley datant au bas mot du XIXème siècle. C’est une exposition ? me dis-je, atteint d’un pic de malice. Ils ont sorti les métropolitains d’origine, ou bien c’est une publicité pour le train minier de Disneyland ? Quoi qu’il en soit, le bruit qu’il fait n’augure rien de bon, et je me cache discrètement derrière un type assez gaillard pour me servir de bouclier humain à ses dépens en cas d’explosion. Finalement, la locomotive, qui – ô surprise – ne crache pas de vapeur, s’arrête dans un boucan aussi agréable qu’une centaine de craies crissant sur un tableau d’école. Les gens ont l’air soulagés. Les lamentations, pleurs, chants religieux et prières vaudous cessent. Les portes s’ouvrent. On se bouscule.

Dans la rame

Et je monte dans la rame !

Je suis immédiatement frappé de stupeur. Les gens présents ne partagent visiblement pas mon bonheur d’être en pleine forme dans le métro ce matin, en quête d’une belle journée de travail. Non, non. Ils tirent en effet tous la gueule comme un troupeau de bouledogues devant une gamelle de salade. C’est bien simple, je vérifie instantanément par réflexe les alentours, pour être sûr qu’ils ne font pas partie d’un convoi mortuaire. Pas de cercueil aussi loin que mon regard porte. Il doit être dans un autre wagon. « Aaaah ! Ça sent la joie de vivre ici ! », dis-je tout haut avec un grand sourire, dans l’espoir d’un(e) éventuel(le) complice.


...


Bon ok, je vais m’asseoir.

Mince, plus aucune place assise. Je m’installe alors debout entre un type de la quarantaine nourri exclusivement au ragoût de Prozac et un autre qui, à en juger par ses cernes, son air sinistre et son teint blafard, est l’Oncle Fétide de la famille Addams.

VAP06.jpg

« Viens te tenir à la barre de tonton ! Hin hin hin ;) » Sans façon.

La station suivante matérialise mes pires angoisses. En effet, depuis que je suis monté, j’ai eu le temps de remarquer qu’Oncle Fétide n’était pas pour ainsi dire un grand fan de l’utilisation de déodorant. Alors qu’il est à peine 8 heures du matin, il empeste la mort comme s’il s’était tartiné le corps entier de maroilles avant de partir au boulot. Et comble de malchance pour moi, le quai se révèle rempli à bloc : on va devoir se serrer...

Subitement atteint d’une anxiété profonde voisine de la détresse, je tente de m’éloigner de ce morbide putois en contournant la barre où l’on se tient. Trop tard hélas, une mamie a foncé tête baissée vers les seuls 23 cm² vacants, en m’éloignant sans vergogne d’un coup d’épaule digne d’un rugbyman. « Excusez-moi », lui dis-je par réflexe d’avoir eu un contact brutal avec une femme, du troisième âge qui plus est. Elle me retourne un regard aussi sympathique que celui d’un SS qu’on aurait traité de bougnoule, en proférant un grognement que j’interprète comme un « Pauvre enflure pathétique, je t’ai trop ken t’as vu. Maintenant barre-toi la tarlouze. » Pas très aimable cette vieille carne. Je me retrouve à nouveau à côté de Fétide, mais collé à lui cette fois-ci.

Les dix minutes suivantes me paraissent interminables, les plus longues de toute ma vie. Je ne l’avais pas remarqué précédemment, mais cet effarant crasseux possède sans nul doute des glandes sudoripares étonnamment hypertrophiées : d’infâmes auréoles couleur pipi-de-chaton-atteint-de-piroplasmose maculent son pull des aisselles jusqu’aux hanches. Un frisson d’épouvante parcourt mon échine. Je commence à fomenter des plans machiavéliques pour m’éloigner de ce marécage de transpiration : « Et si je simulais un AVC ? », « Et si je simulais un pied-bot ? », « Et si je simulais un cancer ? Un orgasme ? Une faute comme un footballeur ? ». J’abandonne toutefois immédiatement ces idées, n’osant pas imaginer l’état hygiénique des pantalons et chaussures aux environs.

VAP07.jpg

Enfin, ce que je voulais dire, c’est qu’ils font peut-être des randonnées. Voilà, c’est exactement ce que je voulais dire.

« Qu’est-ce qu’y a ? » « Euh... rien. » Il m’a pris en flagrant délit de fixation apeurée de ses dessous de bras, façon gros-yeux. J’aurais dû lui conseiller pédagogiquement le Mennen Sport, l’Axe Dry ou le suicide par ingestion massive de dentifrice. J’aurais dû lui expliquer les bienfaits de la pierre d’alun ou le fait que « se frictionner d’eau de toilette » ne signifiait pas qu’il devait se rouler allègrement par terre dans des WC turcs publics. Mais je me suis tu. Bon sang, quel con je fais parfois.

Ah, enfin ma station !

Boulot

Je dois me résoudre à employer la tactique des gens autour de moi pour sortir de la rame. Elle consiste à baisser la tête puis courir tout droit tel un volontaire taureau en corrida, en faisant fi des obstacles humains qui sont sur le passage ou jonchent le sol à cause de la trop grande animosité de votre prédécesseur. Le but de la méthode est de parvenir à se dire : « Ah ben j’ai vu personne parce que je regardais par terre, c’est donc certainement qu’il n’y a personne et je peux par conséquent foncer droit devant comme un militant UMP en face d’un magasin Zadig&Voltaire ! » Ingénieux.

Le temps de reprendre mes esprits, légèrement tourmenté à l’idée d’avoir peut-être piétiné une femme enceinte ou brisé le col du fémur à un gamin, je me retrouve dans la rue.

VAP08.jpg

Tiens, je viens de penser à un truc : si une femme enceinte contracte ses abdos, le bébé explose ? Scratch.png


** Tut TUUUT TUUUUUUUUUUUUUT**

Un automobiliste manifestement en pleine crise d’hystérie comme une adolescente lambda (lambda, ouais ouais une grosse conne quoi) devant Justin Bieber, maltraite son klaxon en proférant à mon encontre des paroles imagées à l’extrême telles que « Bouge ton cul enculé » et « Bâtard magne-toi avant que je te déchire ta race ». La chevelure hirsute, les yeux injectés de sang et agité par des spasmes, il me fait penser à une sorte de Coluche sous héroïne ayant bu 200 litres de Red Bull. Il est apparemment dans cet état parce que je traverse la route devant sa voiture, l’obligeant à rester huit secondes à l’arrêt, un temps précieux puisqu’il pourrait par exemple être 20 mètres plus loin. C’est vrai, me dis-je, il a cent fois raison. Je traverse alors que le feu piéton est vert en respectant ainsi le code de la route et le passage clouté prévu. Quel inconscient je fais !

Arrivé de l’autre côté, je le remercie de n’avoir pas essayé d’attenter à ma vie, avec un geste de la main accompagné d’un sourire. Il me renvoie le geste. Sans le sourire. Et avec le seul majeur relevé. Ah ah ! Sacré lui. Imbécile bâtard trisomique.

Matinée de boulot

9 heures pile.

Arrivé au boulot, je rejoins mes collègues devant leur QG qui ressemble étrangement à une machine à café. La conversation n’a pas varié d’un iota par rapport à hier, si bien que je les soupçonne d’avoir un stock limité de phrases à prononcer, un peu comme les poupées merdiques pour enfants :

« J’ai fait pipi dans ma culotte. Il faut me changer ! :) »

Non, en réalité, ils ne disent pas ça. Ce serait bizarre tout de même. Ça ressemble plutôt à :

« Olala, j’ai mis une heure à me garer ce matin, quelle affreuse galère. Affreuse, affreuse. C’est horrible. Affreux ET horrible, voilà. Mais pourquoi nous sommes-nous embarqués sur cette galère ? Hum... Non, je retire ma dernière phrase, ça n’aurait plus aucun sens sinon. »

VAP09.jpg

« Oulala, j’ai les nerfs en pelote de boule ! »

Je lui suggère de trouver un appartement à Paris, intra-muros comme on dit quand on a une culture latiniste étendue. Grave erreur. Je m’en rends compte trop tard malheureusement.

« Mais enfin ! Mais enfin, sombre fou multimillionnaire sénilo-antisémite et que sais-je d’autre ! As-tu craqué ton slip DIM ? As-tu pété les plombs, genre un prout avec des plombs dedans ? »

S’en suit la sempiternelle complainte sur les studios de 20m² au loyer de 900 euros par mois qui est plus cher que 800 euros déjà par exemple hein, et puis le manque de verdure au cas où il voudrait se rouler dans l’herbe on sait jamais, et puis le maire homosexuel ce qui ne rassure pas quant à une utilisation décente et correcte des bouches d’incendie et autres cônes de signalisation, etc.

Je décide de battre en retraite jusqu’à mon bureau, apeuré des conséquences funestes que pourrait avoir sur mon psyché l’écoute prolongée de ses jérémiades, mais aussi histoire de travailler un peu avant midi. Il est quand même 11 heures.

Pause-déjeuner

À midi, je décide de me rendre à la boulangerie du quartier réputée comme étant la meilleure, mais aussi et surtout la seule et unique.

Vous voulez quoi, monsieur ?


Comment ça « je veux quoi » ?


Euh... bonjour. Ben, je veux manger évidemment... un sandwich, si possible.
Oui d’accord monsieur, j’entends bien et nous sommes dans une boulangerie, vous n’êtes donc pas venu faire de la motoneige, bravo. Vous voulez un sandwich, mais lequel. J’ai pas toute la journée et ya des gens qui attendent.


VAP10.jpg

« Et vous savez où elle va finir cette flûte si vous vous magnez pas ? », m’attends-je à la voir dire.


Ouais d’accord, entre les lignes, ça donne « Oui d’accord monsieur le mongolito, allez dis à la madame qu’est-ce que tu veux donc faire du miam-miam mon petit, et ferme ta gueule. » Quelle connasse, sérieux.


Un poulet-crudités s’il vous plait.
On n’en a plus.
Dans ce cas, un thon-mayonnaise.
On n’en a plus. Ça serait bien de prendre un sandwich que l’on a histoire d’arrêter de monopoliser inutilement mon attention, monsieur. Vous êtes vraiment sans-gêne, j’hallucine grave, là.


Je sens l’agacement s’imiscer en moi.


Pfff. Vous êtes conne.
Pardon ?
Ah oui, pardon. Vous êtes bête.


Elle ne répondit rien, mais je voyais bien qu’elle n’en pensait pas plus.


Il vous reste quoi alors ?
Les sandwichs au pâté d’hier ou avant-hier ou peut-être de jeudi dernier. Vous en voulez un ? Allez décidez-vous rapidement, yen a marre à la fin.


Oh, mon dieu. Je vais la marrave. C’est sûr.


Ouais allez. Avec une bouteille d’eau et une chocolatine.
Une choco... quoi ?


Je lui désigne l’objet de ma requête apparemment très mystérieuse.


VAP11.jpg

C’est ça.

Ah oui, ça, ça s’appelle un pain au chocolat, monsieur. Ce serait bien d’employer des mots français intelligibles pour faire une commande claire. Je suis pas embauchée pour être interprète de tous les patois pourris de paysans arriérés qui existent, vu ?
Dis donc espèce de grosse pute endimanchée, si ça t’emmerde de faire un boulot de commerçante, t’as qu’à aller tapiner devant la boulangerie. Vu ta tronche de macaque en pleine crise d’allergie suite à une piqûre d’abeille, tu ne devrais guère attirer que des clochards complètement bourrasses, mais au moins t’emmerderais pas les gens qui veulent un putain de sandwich au poulet sans se faire persécuter par un hippopotame trépané dans ton genre !

Là-dessus, et pour appuyer mes dires, je lui balance mon pain au pâté en pleine gueule, avant de m’enfuir sous un torrent d’insultes. Un torrent métaphorique, bien entendu. Je ne suis pas mouillé. Ça serait absurde.

Je quitte la boulangerie sans repas donc, complètement furibard. LOL, c’est vachement marrant comme mot « furibard » quand on y pense. Mais NON ! Je rigole pas, JE SUIS TRÈS ÉNERVÉ ! C’EST TROP LA COLÈRE ! Je prends à manger à la supérette d’à-côté, ce qui me met en retard pour ma réunion de l’après-midi. Rhaaaa, ça fait chier.

Réunion stratégique

J’arrive en courant dans la salle de réunion. J’ai mangé un plat de pâtes froides dégueulasses durant ma course effrénée, ça m’a collé une boule au ventre comme si j’avais ingurgité un jeu de pétanque entier. Il faudra que je porte plainte contre la supérette prochainement, si je survis assez lontemps pour le faire.

VAP12.jpg

Moi, en plein repas. Photo non contractuelle

En entrant, je murmure quelques mots d’excuses pour mon arrivée tardive, et m’assoie sans faire de bruit.

À mon grand regret, les participants ne sont pas disposés à enchainer comme si de rien n’était.

Hervé : Ah, la légendaire propension naturelle des provinciaux à être en retard... Tu nous fais perdre un temps précieux, tu sais ?
Bernard : Mais j’y pense. Organisons un débat pour réfléchir à tout ceci. Eh oui, j’ai des idées formidables, car je suis manager.
Julien : Oui, c’est vrai. Excellente idée. Rien de tel qu’un débat pour harmoniser les idées et tirer un maximum de profit des ressources intellectuelles présentes.
Hervé l’enculé : Oui, bien. Que proposez-vous dans ce cas, pour limiter les arrivées à des heures approximatives de certains collègues non-parisiens – je dis ça sans désigner personne hein les gars lol ;) – possédant une notion du respect approximative ?
(bon sang, je vais me le faire)
Bernard le bâtard : On pourrait, fixer des heures à chacun séparément en fonction des retards constatés, et je dis « des retards » pour ne stigmatiser personne bien entendu ;), dans le but d’aboutir à un consensus salvateur. Eh oui, je suis manager.
(non mais sans déconner ?)
Julien le lèche-cul : Oui, c’est vrai. Excellente idée. Rien de tel qu’un consensus po...
Moi : HÉ DIS-MOI TAFIOLE ! ET TA GRAND-MÈRE ELLE EN CONSENSUCE DES BITES ? AH TU LA FERMES TA GUEULE LÀ HEIN PETIT PÉDÉ ?

... (silence général)

Manifestement, je suis toujours à cran consécutivement à l’épisode boulangeresque.

S’en suit naturellement un châpelet d’excuses bredouillées. Pardon. Désolé mon pote. Apologies. T’as entendu « petit pédé » ? Oh, mais je disais « pestiféré ». Mais non, tu n’as pas du tout l’air homosexuel, cette mèche te va très bien. Ce petit jean moulant et ce t-shirt avec un lapin rose dessus aussi, t’inquiètes pas. Un vrai bûcheron Canadien bien viril, j’étais en train de me dire tu vois. Allez, arrête de pleurer sur mon épaule s’il te plait. Quoique non attends, je reformule : arrête tout de suite de pleurer sur mon épaule, ou je te fous un marron.

VAP13.jpg

« Bouhouhou, il m’a dit pédé et il a prononcé des horribles calomnies sur ma chère mamie ! »

Je quitte la réunion en prétextant une urgence que je justifie immédiatement en commettant un authentique attentat au caca dans les toilettes d’entreprise. Les pâtes sont ressorties plus vite que prévu en une véritable tornade d’où il ressort l’inéluctable constat suivant : le papier-peint va devoir être changé. Vite.

Bon, tout ceci me casse grave les couilles. J’ai mal au ventre. Je suis à bout de nerfs. Complètement exténué. En plus, la boulangerie m’a adressé une facture directement sur mon bureau. 6 euros le lancer de sandwich sur l’autre espèce de femelle ragondin mal baisée. Ça fait mal.

Bon je rentre chez moi.

Re-métro

Pfff. Ouais c’est bon, pas besoin de description. C’est la même chose que ce matin. Le métro quoi. Les authentiques gueules de cons, les zombies, etc. Je connais la route, allez.

VAP14.jpg

On n’a qu’à dire que c’est des gens du métro à Paris. C’est assez crédible je trouve, à part le gars qui bouffe une main.

Dans la rame

Petite variante en montant dans la rame : « Ça va les shemales ? Toujours de bonne humeur on dirait, ça fait plaisir à voir ! »

Cette version n’a pas plus de succès que l’autre. Je ne réussis toujours pas à m’asseoir, mais cette fois-ci, qu’un type se frotte sensuellement les dessous de bras sur moi ou me crache des pelotes de réjection senteur bière sur les pieds façon hibou anthropomorphe dunkerquois, je m’en branle complet. Vivement qu’on arrive.

** Dzoïng Dzoïïïïïïïïng **

Oh bon dieu de merde, un connard de clochard putréfié vient de se pointer avec son accordéon et sa tête de Jean-Louis Borloo qui revient de vacances au ski. Il me fait de la peine avec ses yeux si tristes, ses vêtements débraillés parsemés de trous, et son air intimement persuadé que son babil alcoolo-roumain (censé être les paroles de « Mon amant de Saint-Jean », pour info) est compréhensible pour nous, alors que d’un point de vue personnel, j’ai plutôt l’impression qu’il tente désespérément de communiquer par gargarismes avec une flopée d’animaux imaginaires.

« Eh ! Ti l’aimai thon, el e touvé le plou baut di SinJan,... »


VAP15.jpg

Hum hum. Comment lui dire sans le vexer que plus personne ne joue d’accordéon depuis 1958, année de la mort de Pascal Sevran ?...

Il sourit. Quel comble tout de même, que ce pauvre misérable si démuni soit le seul à sourire dans cet endroit rempli de gens gâtés par la vie. Une belle leçon d’humanité à méditer, bravo. Chapeau l’artiste. Clap clap. En plus, sa version de la lambada est bien meilleure que celle de Jennifer Lopez.

« Un peti piesse mesieu sivouplaire ? » Ouais c’est ça non mais ma parole tu rêves dégage trou du cul. C’est qu’il est cupide en fait ce type ! J’en reviens pas. Connard, va. Ça me rappelle la fois où des gamins avaient lavé mon pare-brise à un feu rouge. C’est gentil, m’étais-je dit, jusqu’au moment où ils me demandent un paiement pour leur tâche faite à la va-vite. Déconcerté à l’extrême, j’avais essayé d’en écraser un ou deux pour me venger.

Dodo

Après réflexion, je ne peux pas rentrer chez moi dans cet état de nervosité, le risque d’infliger des sévices à ma concierge ou à mon teckel de façon totalement inexpliquée et gratuite à l’aide d’une fourchette ou d’une batte de baseball serait en effet trop grand.

Petite pause

Je me pose sur la terrasse d’une brasserie sympa pour boire un coup et me détendre après cette harrassante journée. Le serveur arrive, je commande une pinte de Leffe, et il comprend mon langage.

VAP16.jpg

Aaaaah, le réconfort...

Je n’aurais jamais pensé être un jour aussi soulagé et heureux qu’un serveur me rapporte un verre de la boisson même que je lui avais demandée. Enfin, c’est génial ! Je dis « une pinte de Leffe s’il vous plait », et le type me ramène une pinte de Leffe, soit PILE ce que je lui avais dit ! Pas un diabolo-litchi, un mojito à la cerise flambée ou un autre truc infâme auquel je n’aurais pas pu penser, non non. Une pinte de Leffe. Voilà, c’est ce que j’ai. J’arrive pas à m’en remettre, putain. Il me tend la note.

Ah il y a une erreur, j’ai commandé une seule pinte.
Hum en effet, monsieur. Je n’en ai compté qu’une, regardez.
Hein ? Douze euros la pinte ?!? C’est du champagne ? Vous la saupoudrez d’or ? Vous vendez le verre avec ? Vous avez fait le trajet en taxi jusqu’au bar ?


Ouais, c’est un peu stupide dit comme ça, mais on sait jamais. Le gars n’a aucune réaction, il attend mes biftons avec un regard aussi vide que le stade Louis II un jour de Monaco – Guingamp.


Bon ok, je vais payer en carte bleue. Je ne pensais pas que la bière était devenue un produit de luxe, vous m’en voyez navré.


Je paye, donc, la larme à l’œil. Pour le même prix chez moi, j’aurais pu en prendre trois... Ah, instant de nostalgie. Et entends de la table d’à-côté : « Tu vois, je te l’avais dit. Les provinciaux sont vraiment de gros radins. » Je me retourne et constate avec un mélange de stupéfaction et d’horreur qu’il s’agit de deux jeunes bobos, avec tout l’attirail visuel qui les caractérise : le pull en cachemire, la coiffure Babylissée et l’air autosatisfait de mecs qui viennent de placer le mot « phylactère » avec l’air naturel en pleine conversation. Mon guide de Paris les définissant comme « des hippies apolitiques qui votent UMP », j’avais jusqu’alors tenté de les éviter au maximum, bien désireux de ne pas me confronter à cet insolite cocktail de convictions. Mais bon, je n’ai plus trop le choix.

VAP17.jpg

Pour info, voici un exemple de bobos. Personnellement, d’un point de vue personnel de mon opinion, j’ai une folle envie de les défracter grave.


Moi : Pardon ? Est-ce que tu parles de moi, Mireille Mathieu ?
Con n°1 : Bien sûr, qui d’autre ?


Il a du cran, pour un homme dont le morphotype est similaire à celui d’un marathonien Kenyan.


Moi : Qu’est-ce que c’est que ces préjugés à la con ? À quoi vois-tu que je ne suis pas d’ici ?
Con n°1 : Mais enfin... Ça saute aux yeux, voyons. Qui d’autre aurait l’idée, que dis-je, l’impétuosité de commander une pinte de Leffe ?
Moi : Bah on est dans une brasserie, mon vieux. Tu voulais que je commande une grenadine ?
Con n°1 : Pfff, quel boloss. La bière, c’est démodé. C’est out. C’est ringard. Tout le monde boit de la Caipirinha maintenant. La bière, c’est pour les loosers qui vont au PMU mdr
Con n°2 : Mdr ah ah, le boloss.


Je suis un boloss. Même si je n’ai pas la moindre idée de ce que peut bien signifier ce mot, je déduis à grands renforts de malice que ce n’est pas mélioratif.


Moi : Honnêtement, vos avis de grosses tantes sodomoïdes, je m’en bats les couilles complet. Fermez vos gueules de BB Brunes, et laissez-moi boire ma bière tranquille.
Con n°1 : Tu vois ? Je te l’avais également dit. Quand il ne sait plus quoi répondre, le provincial sombre dans l’homophobie la plus vulgaire qui soit. Et cela simplement à cause de ses préjugés vestimentaires.
Con n°2 : C’est vrai, je suis outré. As-tu vu sa façon rustre d’assimiler d’honnêtes Parisiens pure souche tels que nous à des homosexuels concupiscents ? Ceci est tout bonnement scandaleux.
Con n°1 : Tiens, j’ai écouté le nouveau cd de Vincent Delerm qui parle de ça, justement. Il y dit que les gens de l’autre côté du périph’ nourrissent une sorte de complexe freudien par rapport à Paris. Tout ça parce que c’est la plus belle ville du monde, centre et fleuron de la France. Ils en éprouvent par conséquent une jalousie intense qui les pousse à nous haïr, nous, les parisiens, héritiers des Lumières et du raffinement français devant les hordes de barbares, sarrasins et autres wisigoths venant de Bretagne, de Lille, de Toulouse et d’autres villages de ce style.
Moi : Bah bien sûr, Justin Bieber. C’est vous les victimes de ce complot tortueux. Tu m’as démasqué, bravo. Allez salut.
Con n°1 : Phylactère. ;)
Con n°2 : ;)

Je préfère quitter l’endroit avant d’avoir un accès de fureur, quitte à abandonner là une part de ma bière dont j’estime le volume à 7 euros.

Au lit

J’ai pas de temps à perdre à cuisiner, ce sera des pâtes ce soir encore. Je suis crevé...

VAP18.jpg

Une pomme de terre avec des dents. Elle est fatiguée, comme moi, qui ne suis pourtant pas une pomme de terre.

J’en ai trop entendu, trop vu. J’en peux plus. Poil au cul.

...

Cette blague ne me fait même pas rire, c’est dire mon état de fatigue. Elle était pourtant génialement imaginée. Bon, je vais me coucher.

Épilogue

** DRIIIIIING ! **

7 heures 30, mon réveil sonne. Allez, debout mon mignon ! Non rassurez-vous, je dors seul et je ne suis pas un sodomite, mais j’apprécie de me donner des petits surnoms affectifs dans le genre. Ça flatte mon ego.

Un rayon de lumière traverse mes volets, comme pour me signifier que le ciel est clair. Une bonne journée en perspective ! Petit dej’, petite commission, petite douche, petit check-up hygiénique, croquettes pour Emmanuel Petit (c’est le nom de mon teckel, je lui donne des croquettes pour qu’il les mange), et c’est parti ! Je suis d’humeur guillerette aujourd’hui. J’ouvre la porte, et...


** KOF KOF KOF**


VAP19.jpg
VAP19.jpg
VAP19.jpg


Couteau-suisse.png  Portail de la Vie Quotidienne

Qu'avez-vous pensé de Vivre à Paris ?
 
427
 
128
 
20
 
5
 
9
 
34
 
13
 

Ce sondage a été créé le août 9, 2011 19:19 et 636 personnes ont déjà voté.


GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
Partage sur...
wikia