Vibromasseur

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Un vibromasseur n'est pas un 'godemichet'. Un godemichet c'est un pénis en bois (ou autre, qu'importe) qui simule un vrai pénis.

Non, rien à voir: le vibromasseur est un être complexe, un animal qui vit sur la planète terre. Animal affectueux et toujours prêt à aider les humains—en particulier les femmes—, il est pourtant toujours interdit dans 136 pays. Et pourquoi? Et qu'est-ce que?

[modifier] Origine

Le vibromasseur est originellement un cétacé que les animaux marins ont rejeté de l’océan parce qu’il vibrait trop et provoquait des raz-de-marée. Il est d’ailleurs établi de source sûre que les tsunamis affligeant le monde sont provoqués par la même cause, ainsi que les tremblements de terre.

Il est révélé dans L’enflure estoit bien dure de Maître Jacquard de Buse qu’on découvrit le premier vibromasseur sur une plage de Chypre. Son développement biologique reste un mystère, mais il semblerait qu’il ait survécu en se nourrissant de fourmis rouges et d’argile, ce qui explique la couleur rose que certains ont aujourd’hui, ou bien de charbon et de réglisse, expliquant la couleur noire des autres. Certains vibromasseurs ont été attrapés par des Cro-magnons et manipulés, voire torturés jusqu’à mourir d’épuisement. Des photographies ont été retrouvées, qui mettraient mal à l’aise n’importe quel amoureux des animaux. Toutefois la communauté n’a perdu que peu d’individus et s’est perpétuée après cela.

[modifier] Le vibromasseur dans l'histoire

Les pré-socratiques l’utilisaient comme animal de compagnie, et Diogène en avait un dans son tonneau, ce qui résonnait si fort qu'on a cru que le Vésuve était en éruption (encore un truc inventé). On sait grâce à Cicéron que ce n’est pas un homme que cherchait Diogène en marchant avec une lanterne allumée en plein jour, mais un vibro.

Il revient à plusieurs reprises dans les dialogues de Socrate, mais les références ont été censurées par Platon qui avait vécu une mauvaise expérience avec l’animal. D'ailleurs dans Le Banquet, Aristophane illustre son idée de l'amour avec l'image hallucinée d'êtres bizarres, des grosses boules femme/femme, homme/homme, homme/femme qui, une fois séparés, ne sont plus que deux êtres qui se cherchent et veulent retrouver l'harmonie passée. Comprenez: explosion des ventes du vibro, kidnapping de bébés vibros dans leur nid, et séances de chatouillage intime à la maison sur une méridienne en velours rouge.

Il faudra attendre le Moyen-Age pour qu’un livre traite abondamment de notre ami. Le Vibrio Laus ou Eloge du Vibro, date de 1312 et décrit en long et surtout en large les multiples qualités de l’ami du moine et de la nonne. Il est même dit que l’orgue, instrument puissant s’il en est, aurait été originellement créé en célébration de l’animal et de sa puissance inégalée.

Ecoutez la Toccata de Bach.

Vous comprenez, maintenant?

La Renaissance voue, elle, un culte davantage poétique au vibromasseur. Les références ont été effacées des poèmes de Ronsard, au profit de prénoms féminins assez banals afin de faire bonne impression. Cassandre... Honnêtement...?

La censure répétée n’a pourtant pas empêché la mention magistrale du gode dans Jane Eyre, roman victorien de Charlotte Brontë: « Le froid me pénétrait, l’ennui me tiraillait ;—je sortis mon vibromasseur de son étui de satin, et je pensai avec sympathie et la larme à l’œil aux pauvres orphelins qui ne connaîtraient jamais mon délice. » Des critiques très intelligents ont juré sur l’honneur que la poétesse Emily Dickinson aimait beaucoup l’animal et s’en servait tout en écrivant ses poèmes abscons. Et puis des critiques moins intelligents prétendent que Kant s’en servait abondamment, mais ses écrits semblent indiquer le contraire.

On dit aussi que c'est le vibro qui a séparé Jean-Paul Sartre de Simone de Beauvoir. Ils s'aimaient, ils lisaient, mais ils ne baisaient point. Disons vrai: Simone a un jour goûté au vibro, et n'a plus décroché par la suite.

Le vibromasseur est couramment employé au XXIè siècle, est choyé, lubrifié et lavé, puis passe d’une main à l’autre. Le succès phénoménal rencontré par ce simple cétacé, d’animal de la jungle à accessoire de l’homme moderne, en passant par l’objet poétique, demande l’admiration de tous, vieillards comme enfants.

[modifier] La vente par correspondance

Enfants, adultes et morts ont noté depuis des générations la présence de nos amis les bêtes à un endroit particulier des catalogues de vente par correspondance. Colorés comme des bonbons et chers comme de l’or, ces bijoux sophistiqués sont présentés comme de petits masseurs servant, je cite, à apaiser les tensions musculaires.

Il a toutefois fallu attendre les années 1990 (!!!) pour que les vibros quittent ce sanctuaire familier et soient disponibles sur Internet. Oh, Internet, le Meetic pour ceux qui cherchent le bon animal de compagnie!

Les vibromasseurs adorent aider les êtres humains, et sont particulièrement fiers d’être vendus, en particulier dans des catalogues ou sites si réputés. Ils ne touchent que 50% des revenus, le reste allant directement aux poupées gonflables, jeunes filles ou jeunes femmes brillantes intellectuellement, qui économisent pour aller étudier aux Etats-Unis et, si possible, devenir chercheurs en biologie ou en physique quantique.

[modifier] Goûts et préférences

Un vibromasseur en cache un autre, et la diversité humaine se retrouve chez les vibros. L’ethnologue et anthropologue Claude Lévi-Strauss a pourtant noté certaines caractéristiques : le vibro tend à aimer Chopin mais déteste Beethoven, il adore rouler en moto mais hait le métro, et il ne raterait pour rien au monde l’émission Confessions Intimes. Il a déclaré dans Mmmh! Magazine qu’il adorait cuisiner le bœuf bourguignon et n’avait rien contre un petit whisky de temps à autre. Grand voyageur, Stakhanov de notre époque, c’est un être simple et qui a tout à offrir pour nous faire plaisir.

[modifier] Reproduction, mode de fonctionnement et projets

Tout comme l'homme, le vibromasseur se reproduit. Il n'existe pas de saison des amours pour cet animal, ainsi il est constamment en rut. C'est dans l'antre des vibros, aussi appelée sex shop, que se retrouvent les petites bêtes pour procréer, donnant parfois naissance à d'atroces enfants mesurant un mètre de long et/ou couverts de petits picots. Ces enfants bâtards sont très chers dans l'espoir qu'ils ne soient jamais vendus, mais plusieurs personnes se sont ruinées pour les obtenir et sont maintenant décédées. Un vibromasseur peut très bien être vendu avant de s'être reproduit, et une fois dans un foyer humain, s'occupe consciencieusement de son ou sa propriétaire.

Tout comme l’homme, le vibromasseur a besoin de repos. Exiger trop de lui revient à l’abuser, et il doit parfois changer de piles, comme nous changerions de cœur ou de cerveau, pour continuer à nous divertir. La communauté des vibromasseurs supporte mal d’être utilisée à tort et à travers comme des objets sans âme. Leur grève générale est prévue pour le mois de mars, mais ils n’ont pas encore fixé d’année car ils ne parlent pas.

Partage sur...
wikia