Verge

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Marins debouts sur leurs vergues.JPG
Théorie créationniste Darwinnienne "vraie de vraie", ou révélation du secret le mieux gardé.
« La nature créa la verge, dont le seul but est de procréer. Tout mâle normalement constitué le sait ! »

La nature aime offrir à chaque espèce animale un maximum de chances de réussite, c'est pour cette raison qu'elle permit à la verge de développer, juste derrière elle, un système vivant, optimisé et presque parfait, appelé aussi l'"HOMME".

[modifier] Tâtonnements et essais successifs

Aux débuts elle était toute seule : une verge et ses deux testicules, et rien derrière elle.

Elle se déplaçait comme une sorte de serpent mou, rampant sur le sol.

On pouvait, parfois, spectacle triste et pitoyable, entendre ses petits cris, lorsqu'elle rampait sur du gravier pointu.

 La longueur ancienne de la verge était toujours trois pieds, soit la moitié d'une toise.
                                                                                    Le Grand savant 

Elle faisait déjà preuve d'opiniâtreté et d'abnégation, mais se déplaçait aléatoirement, affichant un pourcentage de réussite extrêmement faible.

Sans défense elle se faisait facilement dévorer par des animaux, son existence était en péril.

Merle mangeur de verge.jpeg

Merle mangeur de verges

C'était sans compter sur dame nature qui n'abandonne jamais.

Jambes de la verge.jpeg

Jambes de la verge

L'aventure de son évolution commença, avec l'embryon, puis la croissance de deux jambes, qui lui permirent des déplacements plus vifs et surtout dans des conditions d'hygiène bien meilleures, (nouveauté très appréciée par les femelles, et moins par ses prédateurs). Les résultats positifs restaient néanmoins toujours très faibles : il manquait encore les moyens d'acquisition et de capture afférant à la reproduction sexuée.

Bras velus de la verge.jpeg

Acquisition de cible

Plusieurs millions d'années plus tard, deux bras agiles terminés par des mains puissantes, lui permirent enfin d'appréhender et de retenir plus facilement l'objet de ses convoitises.

Crane parfait.jpeg

Tête d'HOMME

Le chemin fut encore bien long avant que n'apparaisse enfin le crâne équipé d'yeux perçants, et qu'alors, une plus grande proportion de cibles fut enfin atteinte.

La nature est joueuse, la nature aime bien prendre son temps.

Mais n'oublions pas la loi de 'Darwin' : quand le prédateur évolue, sa proie aussi !

Oreilles radars.jpeg

écouter...et bondir.

Il suffisait qu'il fasse nuit noire pour que les petits yeux ne percent plus rien (et elle non plus); ce fut l'apparition des oreilles, véritables petits récepteurs stéréophoniques qui prirent le relais dans l'obscurité.

Chasse aléatoire sans yeux.jpeg

Sois mienne, petite femelle.

Et le nez alors ? Il ne servait, à l'époque, à rien, on dut attendre l'invention des lunettes pour le faire pousser entre les deux yeux : il en devint le support pour apporter aux organes de la vue, défaillants, une bien meilleure possibilité de repérer les femelles convoitées.

Il paraît aussi, qu'à l'occasion, il pourrait "sentir" par des moyens mystérieux ce qu'on appelle "des odeurs", portant aide et assistance aux oreilles dans la détection nocturne des femelles.

La nature a donc tout prévu.

Bouche à mots doux.jpeg

Vecteur de bons sentiments, à l'intention des femelles romantiques.

Pour que la durée de vie de ce système autonome, et déjà magnifique, puisse être allongée, la bouche fit son apparition,lui permettant de respirer, de se nourrir, et par magie, d'émettre des sons ou des paroles agréables et douces en direction des femelles aux alentours.

La nature aime les jolis sons.

[modifier] Mode de fonctionnement

Cet outil, que nous appellerons l' HOMME, se déplace au hasard, sous les ordres de la verge (oui c'est bien la verge qui se déplace grâce aux ordres qu'elle donne à son HOMME); dans le but unique et impérieux de trouver une partenaire pour perpétuer la vie.

Quête de femelles.jpeg

Si je t'attrape...

Pourvue d'un sens instinctif, gravé dans le code génétique de cet organe reproducteur, elle détecte la présence d'une possibilité de procréation immédiatement et en permanence. C'est un radar.

Par malheur un système nerveux central s'est développé dans le crâne (juste derrière les moyens d'acquisition), prenant le contrôle des mouvements désordonnés de cet outil de déplacement et de chasse aux femelles. Il s'appelle le cerveau.

Fort heureusement la verge, très forte, grâce à son pouvoir de persuasion, envoie des impulsions au cerveau et lui ordonne ce que bon lui semble. Verge-VS-cerveau.gif Dame nature sait ce qu'elle fait et finit toujours par gagner.

[modifier] En pratique

La verge détecte, par ces moyens efficaces déjà évoqués plus haut, une femelle adéquate. Elle met en mouvement l'HOMME (pour s'en rapprocher), les muscles de sa bouche fonctionnent et prononcent des mots suaves, comme "vous êtes jolie, souriante, j'aime vos yeux" ou autre mensonge du même ordre, afin de "fixer" la cible, pour qu'enfin les mains puissantes s'agrippent à elle et qu'elle ne puisse pas s'échapper et servir à une autre verge plus entrainée.

La nature aime le challenge.

[modifier] Observation

Une verge de 40 ans, ayant découvert qu'une grosse voiture lui permettait de déplacer son HOMME (bronzé, parfumé, habillé d'un vêtement plaisant), mieux et plus vite vers les femelles, et qu'en même temps ce moyen audacieux lui offrait la possibilité de leur plaire avec plus de force et de conviction, aura plus de réussite qu'une autre verge (mal informée) déplaçant son HOMME (mal nourri et sale), au guidon d'un Peugeot 102, d'une Renault ou de tout autre véhicule ridicule et laid.

Amusez-vous à entrer dans la peau d'une verge et faire correspondre "un attirail de ruses à femelle", avec le bon profil de femelle :


  • une très belle montre
  • du parfum
  • une chemise à fleurs
  • un bouquet de fleurs
  • des slips propres
  • un abonnement à Meetic
  • un téléphone portable
  • une 205 tunning
  • une B.C.B.G
  • une aveugle
  • une bimbo
  • une écolo
  • une infirmière
  • une moche
  • une pipelette
  • une Jacky

Je suis de nature joueuse.

[modifier] Questions

[modifier] La verge a-t-elle un sexe ?

Oui, on pense qu'elle est de sexe féminin, car on ne dit pas LE verge, mais LA verge.

[modifier] Est-elle toujours d'aspect et de forme régulière ?

La verge peut, selon les continents changer légèrement d'aspect, mais jamais de fonction. Vers l'équateur elle est plus longue, plus vigoureuse, plus endurante, mais noire (Loi de DARWIN : conditions climatiques et adaptation au milieu obligent). Aux deux pôles elle est toute blanche et toute rintrie, parfois bleue de froid, en tous cas pas fière. Nous n'entamerons pas ici le sujet sur les températures extrêmes, où la pratique de "sucer l'eskimo" lui permet de survivre en conditons précaires, sujet qui pourrait, à lui seul, faire l'objet d'un chapitre tout entier.

Entre les pôles et l'équateur, elle se situe dans la moyenne des deux, ce qui la rend heureuse.

[modifier] Peut-on la cuisiner ?

Non ceci est totalement interdit, mais en revanche, sous nos latitudes, elle peut être sucée lors de grandes occasions.

L'HOMME, pourtant assez bien conçu, n'étant pas assez souple, la verge aura besoin pour ce faire, du pouvoir de conviction qu'elle insuffle au cerveau, pour inviter une femelle amicale à procéder à l'opération.

Rappelons qu'il s'agit pour elle d'un entrainement intitulé "lutte en atmosphère glacée", dans lequel, se réfugier dans cet endroit douillet est certainement du à une réminiscence du passé, et à son instinct de survie.

La nature a tout prévu.

[modifier] Un système parfait, comme un alien

De nos jours, l' HOMME, sous l'influence de son système nerveux évolué, (le cerveau), croit qu'il est le maître de sa destinée, et qu'il pense "tout seul". Mais c'est sans compter, après des millions d'années d'évolution, sur la présence toujours forte au fond de lui, de la verge qui reste à l'état sauvage.

Cet être malin et manipulateur réussit l'exploit le plus incroyable : faire croire à l' HOMME que c'est lui qui se dirige tout seul, par la seule volonté de son petit cerveau, ce qui n'arrive qu'en fin de vie (voir CONCLUSION en bas de page) et reste toujours néfaste (voir OBJETS D'ÉTUDES OU MONSTRES HISTORIQUES) . En vérité, elle le laisse vivre, un peu comme le fait le "Net.Framework pour Windows", "toujours prête mais sans se montrer".

La nature est une rusée.

[modifier] Objets d'étude ou monstres historiques

Cependant, la verge n'est pas infaillible car il arrive qu'elle perde le pouvoir sur l'HOMME qu'elle devrait contrôler, ex : Adolf Hitler. (Imaginons combien la face du monde eût changée, si cet HOMME avait été seulement guidé par ce petit être merveilleux). Mais dans la plupart des cas, elle y arrive sans obstacle, et parfois même, entame une carrière cinématographique, éclipsant le corps qui la meut, en véritable vedette, ex : Rocco Siffredi, un "HOMME" bien trop occupé par sa verge, pour jouer au maître du monde. Voilà bien la preuve du pouvoir positif de la verge sur l'HOMME : faire le bien, partout, sans réfléchir.

Comme la nature est bien faite.

[modifier] La verge aime bien avoir son bac +5

Pourquoi la verge oblige-elle son HOMME à poursuivre des études, pour obtenir un emploi, puis un salaire, pour acheter enfin "un attirail de ruses à femelle" ? C'est bien parce que cette panoplie attirante, jouant le rôle de véritables phéromones, va lui permettre d'atteindre ce pourquoi elle existe : accomplir son devoir procréateur, oui, mais avec les femelles de la meilleure qualité possible.

La nature aime la qualité.

[modifier] Preuve par l'exemple

Dès qu'un HOMME se retourne sur une jolie femelle, et qu'il sent cet appel instinctif au plus profond de lui, "il sait" qui commande réellement ce mouvement, bien que sa culture (inculquée par les civilisations), ou sa religion (répandue par des cerveaux mal reliés à leurs verges), ou pire encore par des psy (ayant mélangé un peu des deux), tentent de lui faire croire qu'il n'est qu'un animal, et que le pouvoir de sa verge sur son cerveau est néfaste.

La nature n'a pas de morale.

[modifier] Conclusion

Quand la verge est vieille, elle ne fonctionne plus, elle ressemble à nouveau à ses ancêtres (en redevenant toute molle),elle perd son pouvoir et laisse dépérir son HOMME, n'ayant plus besoin de lui pour "attraper".

Le cerveau ne recevant plus les merveilleuses indications habituelles du "Net.Framework",Net.Framework.jpeg

se retrouve désorienté aux commandes de l'HOMME et par son incompétence naturelle, ne peut que lui faire faire que des bêtises. On appelle ça la vieillesse.

On dit aussi que certaines verges essaieraient de se détacher et de s'enfuir par une jambe du pantalon, pour retourner "faire son serpent" un peu partout. C'est bien la preuve qu'elle est fière et désire mourir cachée, dignement.Suicide en fin de vie.jpeg

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Oui c'est vrai : l'une d'entre-elles s'était introduite dans une conserverie de saucisses et il a fallu une semaine pour la retrouver, cachée entre deux saucisses de Morteau...En attente de se faire ébouillanter ?



Dame nature est bien cruelle, c'est la loi de la nature, d'accord, mais c'est moche quand-même.

Et les femelles ? Comment fonctionnent-elles ? Vous demandez-vous...

Pour elles c'est plus simple et parfait, car tout réside dans leur sac à main, dont elles ne se séparent jamais très longtemps, puisque sans lui, elles perdraient tout.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Je me permets de vous indiquer que j'en fais collection...Serai-je supérieure aux autres ?



Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia