Ver solitaire

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Ver solitaire
VSE.gif
Et qui c'est le petit ver à sa maman ? Et voui, et voui, c'est toi le ténia à sa maman !
Classification
Règne Animalia de compagnum
Famille Lumbricina
Genre
Trop choupinou
Parcourrez le Portail des Sciences de la nature:

PommierPDN.png

« - Tu es seul parce que tu es plus rapide que les autres, mais tu n’es pas plus fort !
- Je suis assez fort pour te tuer !
 »
~ Une patiente et le ténia qui l'habite
« Tout en moi a été conçu pour te sembler attirant, ma voix, mon visage, et même mon odeur. Comme si j’avais besoin de tout ça. Comme si tu pouvais m’échapper. Comme si tu pouvais te battre contre moi ! »
~ Robert Pattinson à propos de son interprétation du ver solitaire


Je ne voudrais surtout pas vous effrayer ou intervenir d'une quelconque manière dans votre décision thérapeutique mais sachez toutefois que, en tant que médecin traitant, il est de mon devoir de vous mettre en garde face aux conséquences et aux effets que pourrait occasionner un tel acte sur votre santé.

Un ver solitaire est avant tout, et j'insiste à le dire, un parasite qui vit et se développe à l’intérieur de votre intestin en se nourrissant à votre place. Enfin, pas « exactement » à votre place, disons plutôt qu'il se contente de puiser sa nourriture dans la pâte gluante qui débouche de votre estomac. Il y a très peu de chances pour qu'il se mette à sortir de votre ventre et à dévorer le contenu de votre assiette façon « Alien, le huitième passager  », même si c'est déjà arrivé.

D'un avis personnel, je vois plutôt le ver solitaire comme un animal pas si antipathique que ça au fond, mais qui, en se gavant comme un pique-assiette dans votre intestin, risque de vous affaiblir et, à terme, de vous exposer à de bien plus grandes menaces. C'est pourquoi je ne saurais trop vous conseiller de vous débarrasser de cet animal le plus rapidement possible.

Comment se débarrasser de son ver solitaire

Pour vous accompagner dans cette douloureuse épreuve, nous mettons à votre disposition toute une palette de traitements médicaux bénins agissant de façon plus ou moins radicale sur l'origine de votre mal. Il ne vous reste dès lors plus qu'à choisir le remède le plus adapté selon vous à votre morphologie.

La technique du lasso

Cette première technique d'extraction de corps étrangers fait donc intervenir, comme son nom l'indique, un lasso dont l'utilité ici est de venir créer un point d'attache autour d'un piquet de clôture, d'une rampe en fer forgée ou de n'importe quel pylône électrique/téléphonique suffisamment robuste. Toute l'astuce réside dans le fait que le lasso est en fait remplacé par le ver solitaire du patient.

VSlasso.jpg

Sachant qu'un ver solitaire adulte peut mesurer jusqu'à 12 mètres de long et ainsi dépasser allègrement de l'anus de son porteur, il est donc tout à fait envisageable d'enrouler celui-ci autour du poteau que vous aurez choisi au préalable. L'autre extrémité du ver solitaire reste, quant à elle, solidement ancrée à la base de l'intestin du patient, mais plus pour très longtemps, espérons-le.

Une fois le point d'attache solidement établi entre le poteau et le porteur, ce dernier prend son élan et entame un sprint dans la direction opposée au point d'attache. Le ver solitaire est alors progressivement mis en tension et finalement contraint de lâcher prise au niveau de la base de l'intestin avant d'être extrait « dans la foulée » du corps du patient par les voies naturelles.

VSlasso.gif

Toutefois, cette technique n'est pas infaillible et ne suffit pas toujours à faire démordre le ver solitaire de l'intestin. Dans ce cas, je vous conseille d'utiliser directement la solution de facilité, ainsi qu'une bonne dose d'antalgiques parce que, si vous voulez mon avis, se faire étriper par un ver solitaire…

La technique de la pince « crocodile »

VSalien.jpg

Le second ver solitaire au bout de son périple; difficile de dire si le patient y gagne vraiment au change…

La technique de la pince « crocodile », aussi connue sous le nom de technique de mise en abyme, fait intervenir un second ver solitaire, nécessairement plus gros que le premier (ce qui, vous devez vous en douter, est loin de faciliter son introduction dans le milieu naturel du patient) et doté d'une mâchoire proéminente en forme de pince « crocodile ».

Ce second ver solitaire a spécialement été dressé pour traquer ses semblables à travers le système digestif humain. Une fois détecté, le ver résident se fait alors totalement ingérer par le second ver solitaire au fur et à mesure que ce dernier remonte le long de l'intestin du patient.

Si cette technique reste très efficace dans la phase d'ingestion du ver résident, elle l'est en revanche beaucoup moins lors de la phase d'évacuation du second ver solitaire. En effet, ce dernier préfère le plus souvent, et contre tout avis médical, élire domicile dans le corps du patient.

La solution de facilité

La solution de facilité, quant à elle, consisterait à vous prescrire une cure de TREDEMINE 500 mg en comprimés à croquer par boîtes de 4, mais bon, les autres traitements ne coûtent pas le moindre centime à l'État alors que celui ci est tout de même remboursé à hauteur de 65%, ce qui n'est pas négligeable aux yeux de la Sécurité Sociale. Je ne vous le prescrirai donc pas tant que vous n'aurez pas tenté au moins une des deux autres thérapies.

La balle est dans votre cul

Voilà, maintenant vous savez tout sur le ver solitaire. Je vais donc vous laisser réfléchir quelques minutes à la suite des opérations et, à mon retour, nous déciderons des mesures à prendre. Mais ne vous inquiétez pas, quelle que soit votre décision, nous serons toujours là, à vos côtés, pour vous soutenir dans les moments difficiles. Tenez, je vous laisse le cliché de l'échographie qui nous a permis de vous diagnostiquer, vous pouvez le garder si vous voulez.

VSB.png

Et comment que je le garde, il est trop mignon !

Otez-moi d'un doute, c'est bien du cliché de l'échographie que vous êtes en train de me parler… non, parce que, vous allez rire, pendant une seconde, j'ai cru que… ah bon ? Eh bien, c'est à dire que c'est très embêtant tout de même ! Et je peux savoir pourquoi vous tenez tant à l'adopter ? Je vois… mais ils vont finir par s'en apercevoir tôt ou tard, vous ne pourrez pas le leur cacher éternellement. Vous savez, moi, je m'en fiche pas mal que vos parents n'aient jamais voulu vous offrir de chien. C'est votre santé qui m'inquiète, pas votre bonheur.

Bon sang, un ver solitaire, ça n'a rien d'un animal de compagnie, c'est un parasite ! Il va salir vos vêtements, vous coller au train, et vous épuiser à un tel point que vous ne trouverez même plus la force de l'abandonner, le moment venu ! Comment ça ? Bien sûr que ça fait une grosse différence avec un chien ! C'est un parasite ! Ne vous laissez pas attendrir par sa petite bouille de chien battu, si vous ne vous en débarrassez pas maintenant, vous allez le regretter toute votre vie. Réfléchissez, c'est bien ça que vous voulez, une vie de contrainte ? OK.

Comment domestiquer son ver solitaire

Si en plus vous vous acharnez à vouloir le garder, je ne vois pas comment je pourrais vous ramener à la raison. Vous semblez vraiment tenir à ce ver solitaire, autant qu'il se tient à vous. De nos jours, heureusement, être ténia-positif ne veut pas dire que la vie doit s’arrêter. Je suis même persuadé que vous pourrez vivre une vie quasi-normale, en respectant toutefois quelques règles élémentaires de dressage.

En effet, vous devrez à tout moment entretenir un rapport de dominant/dominé avec votre ver de façon à ne pas le laisser prendre trop de terrain, ce qui pourrait se révéler désastreux sur vous et votre santé. Je vous propose donc de jeter un petit coup d'œil ensemble sur quelques faiblesses du ver solitaire, afin de vous donner un avantage notable en cas de rencontre inopinée.

L'appâter

VSappat.jpg

Cette succulente dinde de Noël constitue un parfait appât à ver solitaire.

Par définition, le ver solitaire n’est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler un animal de compagnie. C’est un ver somme toute assez solitaire, ben tiens, très craintif et pas vraiment curieux de savoir ce qui se passe à l'extérieur de votre postérieur. Autant dire qu'il va vous falloir redoubler de souplesse et d'agilité pour espérer seulement l'approcher. De récentes études ont néanmoins montré que la nourriture, ou plus exactement, la recherche de nourriture, est un élément moteur du ver solitaire.

La façon la plus simple et efficace d'apprivoiser un spécimen sauvage consiste donc à l'appâter avec de la nourriture qu'il vous suffit de déposer à l'entrée de sa tanière[1]. Il ne reste plus ensuite qu'à attendre que l'animal morde à l'hameçon et, pris au filet de la délicieuse odeur qui se répand dans votre intestin, il délaissera l'histoire d'un temps les aliments sortant de votre estomac au profit de ceux entrant dans votre cul.

Appâter un ver solitaire permet non seulement de le détourner de votre système gastrique, ce qui peut s'avérer très profitable pour votre organisme, mais aussi d'établir un contact physique avec le ver dont nous discuterons plus en profondeur par la suite.

Le maîtriser

VSmaitrise.jpg

Si vraiment il refuse de vous écouter, n'hésitez pas à le sortir de son logis en guise de punition, comme nous le montre Martine sur cette photo.

Faites attention toutefois, car établir un contact avec votre ver solitaire ne veut pas dire qu’il va instantanément se soumettre à votre bonne volonté. Dans la plupart des cas, il risque au contraire de faire pression sur vos tripes pour obtenir d'avantage de nourriture. Si le ver se fait trop indiscipliné, vous devez vous montrer très ferme en toutes circonstances, en le privant de nourriture notamment, ou du moins en empêchant la nourriture d'atteindre l’intestin. N'oubliez alors pas de régurgiter le contenu de votre estomac trois fois par jour après chaque repas jusqu'à ce que les douleurs abdominales disparaissent.

D'ailleurs, je m'adresse cette fois-ci aux lecteurs qui nous lisent, si vous sentez qu'à l'approche de l'heure du repas, votre ventre se fait soudainement douloureux et bruyant, c'est qu'il est probable que vous hébergiez un ver solitaire sans même le savoir. Cependant, pour vous épargner une douloureuse thérapie, je vous conseille tout simplement de ne plus rien manger du tout. Les douleurs et les gargouillis devraient s'estomper d'eux-même au bout de quelques jours (trois exactement si vous arrêtez également de boire).

Le récompenser

VSC.gif

Le vers solitaire...

VSD.gif

...dans son milieu naturel

Si en revanche votre ver solitaire montre des signes évidents de soumission et d'obéissance, n’hésitez pas à le récompenser chaleureusement en lui octroyant une douce caresse ou une petite tape sur le museau pour la bonne conduite dont il a fait preuve.

Il comprendra spontanément qu'il a tout intérêt à vivre en symbiose avec son environnement naturel sans en épuiser les ressources. Une grande complicité peut alors naître entre le ver solitaire et son porteur, liés comme cul et chemise. Plus gratifiant qu'une punition pour vous et votre compagnon, ce geste vous demandera néanmoins beaucoup de pratique pour dévoiler toutes ses subtilités et ses finesses, à moins bien sûr que vous n'ayez commencé à vous entraîner bien avant, dans l'optique d'adopter un ver solitaire plus tard.

Bon il va falloir vous décider maintenant

Vous savez, il n’est pas trop tard pour faire machine arrière. L’adoption d’un ver solitaire est lourde de conséquences, conséquences dont vous n'étiez peut-être pas prévenu avant cette consultation. C'est pourquoi je comprendrais parfaitement que vous reveniez sur votre décision à ce stade de la conversation, il n'y aurait pas de honte à avoir. Beaucoup de patients adoptifs abandonnent leur projet d'adoption lorsqu'ils se rendent compte que les vers solitaires sont d'effrayants parasites qui vampirisent vos entrailles. J'espère en tout cas que cette image en relief par IRM achèvera de vous convaincre.

VSF.jpg

Bof, sans les lunettes 3D, c'est tout de suite moins impressionnant.

C'en est trop pour moi, j'abandonne. Vous pouvez le garder votre ver solitaire. J'espère que vivrez heureux ensemble et que vous aurez plein de petites larves répugnantes. J'ai vraiment tout essayé pour vous le sortir de là, mais je vais vous demander de sortir de mon cabinet maintenant, vous m'avez fait perdre assez de temps comme ça. Et puis j'ai d'autres patients à consulter ce matin, des patients qui, contrairement à vous, tiennent vraiment à se faire soigner. Alors si vous n'avez plus de questions, je crois que nous en avons terminé. Pardon ?

Attendez, vous ne comptez tout de même pas… mais je m'en fous qu'il soit consentant ou pas, ça va à l'encontre de toutes les notions d'éthique auxquelles j'ai pu prêter serment ! Ce que vous me demandez, c'est un acte de terrorisme. Je ne vous dirai comment faire qu'à la seule condition que vous me promettiez de n'utiliser ces méthodes sous aucun prétexte. Je peux compter sur votre parole ? J'aimerais pouvoir vous croire. Enfin, nous verrons bien.

Comment adopter ou transmettre le ver solitaire à son entourage

Nous pénétrons à présent dans la partie la plus subversive de notre consultation. Les expériences que je vais vous présenter juste après ont été réalisées par des professionnels de la santé. Il est fortement déconseillé de les reproduire à la maison, a fortiori si vous ne souhaitez pas attraper cette saleté de ver solitaire. Toutefois, la meilleure façon de ne pas être tenté est de ne pas lire cette partie. Je vous invite donc à vous rendre directement à la fin de ce paragraphe.

Par la cuisine

La cuisine est probablement le vecteur de propagation du ver solitaire le plus répandu. Vous n'aurez besoin que d'un steak haché acheté en épicerie pour réaliser la transaction. Pour des conditions d'essai idéales, il est tout de même préférable de choisir un morceau de viande ayant atteint la date limite d'utilisation ou ayant au moins été reconditionné une fois.

Avec un peu de chance, des larves de ver solitaire devraient s'être développées à l'intérieur de la viande hachée. Nous passerons ici sur la préparation du steak tartare, qui ne demande pas de précautions particulières, pour nous concentrer sur la cuisson du steak à la poêle. Il faut absolument veiller à ne pas trop cuire la pièce de bœuf pour ne pas tuer les larves qui se trouvent à l'intérieur du steak.

VSG.gif

Le steak doit donc être bleu ou juste saignant en sortie de fourneau pour permettre une transmission optimale. Faites attention également à ne pas mâcher trop fort pour ne pas faire exploser les membranes des petites larves. Déjà, ça ne donne pas un très bon goût à la viande, mais en plus cela réduit de manière significative les chance de transmission.

Par les voies nasales

Un ver solitaire, ça laisse forcément des traces. Si vous êtes donc l'heureux propriétaire d'une de ces petites bestioles, vous aurez sûrement remarqué l'apparition assez fréquente de petites empreintes sur vos sous-vêtements. Riches en œufs de larves, ces empreintes sont de fait un excellent moyen de transmission du ver solitaire. Pour l'inoculer à votre partenaire, rien de plus simple, il vous suffit de lui faire renifler votre petite culotte. Introduisez le sujet en tant que petit jeu coquin, si vous souhaitez préserver l'effet de surprise. Sa joie n'en sera que décuplée lorsqu'il se rendra compte quelques semaines plus tard que la petite famille s'est agrandie.

VSH.jpg

Saint-Suaire d'un ver solitaire (il ne s'agit à proprement parler d'un ver solitaire, mais de l'empreinte laissée par celui-ci sur une petite culotte). Les formes circulaires à la base sont en fait des œufs de larves, biens réels quant à eux.

Jésus adore cet article

Le Fils de l’Homme lui-même, dans Son infinie sagesse, a daigné y jeter un œil. Il a, dans son infinie bonté, lu, approuvé et béni cet article. L’auteur se verra pardonner trois péchés véniels et un péché mortel.

TheJeeMan.jpg


Je vous le répète pour la dernière fois

Les vers solitaires sont donc des parasites qui vampirisent votre système gastrique, blanchissent votre teint et vous rendent vulnérable à toutes sortes d'attaques. Hélas, en tant que médecin, je ne peux que vous mettre en garde. Vous devrez vous même faire face à cette menace pour décider, en fin de compte, si c'est à ça que vous voulez vraiment ressembler :

VSI.jpg

« - C’est ça que tu veux ?
- C’est toi que je veux, pour toujours.
 »

Notes

  1. Ou téniaire


PommierPDN.png  Portail des Sciences de la nature  •  Aiguille.png  Portail de Mes Deux Seins

Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
Autres langues
wikia