Utilitarisme chrétien

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

L'utilitarisme chrétien, ou christiano-utilitarisme, est une doctrine se proposant de synthétiser des idées chrétiennes et utilitaristes.

L'utilitarisme se traduisant par le fait de maximiser le bien-être collectif, il est caractérisé, dans le cadre de l'utilitarisme chrétien, par le fait de maximiser le bien-être de tout un chacun après la mort, l'objectif étant d'envoyer le plus vite possible au paradis, le plus de gens possible.

Les utilitaristes chrétiens adoptent alors le raisonnement suivant: pour optimiser la possibilité d'aller au paradis, il faut avoir péché le moins possible. Or, l'enfant en bas âge est le plus proche de l'innocence, le plus proche de la pureté, dans le sens où il a moins eu le temps de s'adonner au mal que ses congénères plus âgés. Dès lors, croyant en la bonne foi du Seigneur (c'est le cas de le dire!), ils considèrent qu'il faut tuer le plus d'enfants possible dès leur naissance, pour leur assurer automatiquement un ticket pour le paradis.

L'enfant peut rapidement développer un esprit du vice, et sans même s'en rendre compte, glorifier Satan. Et, alors qu'étant en bas âge, il ne maîtrise pas encore les subtilités du langage, ses parents ne peuvent le mettre en garde contre le mal, qui l'habitera bientôt.

Ne serait-ce qu'à 1 an et demi, l'enfant toujours en vie, connaîtra le stade anal, qui est éminemment diabolique, réprouvé par le Seigneur (afin de conserver une certaine décence, tout au long de cet article, il ne sera aucunement mentionné l'odieux stade phallique qui lui succède).

Le fait est que, Dieu nous a ainsi fait que, pour le rejoindre dans les cieux, il nous faut en chaque instant être en guerre contre nous-même, contre notre corps, ce qui, il faut bien l'avouer, est assez sadique de sa part.

Mais grâce à l'utilitarisme chrétien, on évite tout ça, on augmente la chance de rendre la vie d'autrui, après sa mort, idyllique, et on améliore même Dieu, puisqu'il ne pourra plus se complaire dans la jouissance de voir souffrir ses créatures humaines.

Pour revenir au cœur du sujet, précisons que certains chrétiens utilitaristes, ont réfléchi à une pratique efficiente, pour réaliser l'objectif mentionné ci-dessus: lorsqu'une mère est sur le point d'accoucher, on pointe une arme à feu sur son vagin, et dès qu'on voit la tête du bébé sortir, PAN PAN! "Alleluïa mes frères et sœurs, il est monté au ciel! Encore un que les démons n'auront pas!"
Jesus-Croix.jpg

" Au nom de papa, de moi-même et du saint esprit, je sais que je vais aller au paradis, mais sa mère la pute, ils auraient pas pu inventer les armes à feu les romains ? Ça aurait fait moins mal ! "

Cela étant dit, il y a toutefois un débat parmi les utilitaristes chrétiens. Doit-on vraiment attendre l'accouchement ? Cette question est subsidiaire à celle-ci: les fœtus morts vont-ils au paradis ?

Si tel était le cas, ça serait extrêmement pratique, les femmes auraient juste à avorter pour que leur progéniture inachevée monte au ciel. Certains adhèrent à cette pratique, sans qu'elle fasse l'unanimité. Eh oui! Aussi surprenant que cela puisse paraître, certains utilitaristes chrétiens sont pour l'avortement ! C'est donc un courant qui bouscule les idées reçues, et nous sort de nos petits préjugés et de notre zone de confort!

Mais d'autres en revanche, adressent plusieurs objections à cette solution, qui pour eux n'en est donc pas une. Il se peut que le fœtus ne soit pas encore considéré comme un être humain à part entière par Dieu, ni par Satan d'ailleurs, auquel cas, il errera pour l'éternité dans le purgatoire.

Mais, même si Dieu reconnaissait le fœtus comme un être humain, ce ne serait pas pour eux une solution. Tout du moins, ils estiment qu'une âme de fœtus ne serait pas semblable à une âme d'un être humain qui a pu naître.
Media xl 896670.jpg

"Pitié maman, n'avorte pas, attends l'accouchement pour qu'on me tue!"

Assez pertinemment, ils font remarquer qu'être une âme de fœtus pour l'éternité, même si c'est au paradis, n'a sans doute rien de très exaltant. Et faire subir une vie éternelle pitoyable à un quelconque être, qu'il soit achevé ou non, va à l'encontre de la doctrine utilitariste chrétienne. On peut donc supposer que ce n'est pas sans sagesse, qu'ils préfèrent attendre que le bébé sorte du ventre de sa mère, pour lui tirer immédiatement une balle dans la tête. Cela semble être un bon juste milieu entre un avortement et une vie inévitablement remplie de péchés, la rédemption étant bien (trop?) difficile.

Bien sûr, à ce stade de l'article, une question fatidique se pose: qui devra tuer les bébés? Qui devra leur tirer une balle dans la tête? Cela peut sembler paradoxal, mais c'est par altruisme que celui qui le fera désobéira à notre créateur. Au nom du salut des autres, il commettra le mal, et se condamnera lui-même.

Toujours dans une optique utilitariste chrétienne, il faut que le moins de gens possible tuent le plus de bébés possible, pour que le moins de gens possible aillent en enfer et que le plus possible aillent au paradis. C'est ainsi, quelques-uns doivent subir le pire pour que le plus grand nombre jouisse du meilleur. En contrepartie de quoi, ils devront être payés grassement. Vu qu'ils seront foutus après la mort, la moindre des choses est de les indemniser en leur offrant une vie de plaisir, à ces "nobles chasseurs de nourrissons", comme on peut les appeler !

Il y aura sans nul doute des volontaires, dans ce monde satanisé ! Bon nombre de mécréants ont déjà renoncé au Seigneur en se masturbant des centaines et des centaines de fois de toute façon. Parmi une foule d'irrécupérables déjà promis aux flammes de l'enfer, du fait de pratiques solitaires peu encouragées par le divin, tout du moins, il y en aura bien, dans le lot qui se diront "tant qu'à faire, vu que je suis déjà condamné, autant rendre service !"

Spermatozoide0.jpg

"J'ai été éjecté lors d'une masturbation, la douche ou les toilettes seront probablement mon purgatoire :'("

Et l'exemple des pécheurs masturbateurs n'a pas été utilisé sans cohérence. Car, ce sera alors ceux qui refusent la procréation par la non-rencontre d'un de leurs spermatozoïdes avec un ovule, qui se chargeront d'envoyer les progénitures des autres au paradis ! Cela semble logique quand on y réfléchit ! Indirectement, ils seront des bienfaiteurs. Des bienfaiteurs de l'ombre, souffrant pour le salut de milliards d'âmes de bébés qui gazouilleront pour l'éternité dans les prairies du paradis !

À moins que !... À moins que Dieu, dans son infinie clairvoyance et mansuétude, entrevoit que ceux qui commettent les meurtres de bébés, le font pour les sauver, qu'il s'agit là d'un acte grandement désintéressé, d'un incroyable sacrifice requérant beaucoup d'abnégation, et que dès lors, il les sauvera eux aussi, si tant est qu'il le puisse !

Ce serait là une conclusion divine comme il n'y en a jamais eu, qui sauverait toute l'humanité, y compris les mécréants, en les réinscrivant dans le grand projet chrétien !

Cette hypothèse ne fait toutefois pas l'unanimité mais le débat reste ouvert.

La réponse à la question suivante est loin d'être évidente : est-ce que ceux qui font le mal pour faire indirectement le bien seront considérés comme bon ou mauvais, lors de leur jugement ?

En tous les cas, nous ne pouvons que nous réjouir de l'application des idées de l'utilitarisme chrétien. Toutes les générations futures seront sauvées, et le pénible passage sur terre ne sera qu'une courte escale avant l'illumination éternelle. À terme, comme tous les bébés seront tués à la naissance, il n'y aura plus personne sur terre et dès lors, plus aucun pécheur.

Cela ne peut que nous remplir de joie, et nous ne devons pas tant implorer Dieu que les "nobles chasseurs de nourrissons".

Amen. Ou comme le disent avec beaucoup d'humour et de justesse les utilitaristes chrétiens: "Amen ton fusil, c'est un ticket pour le paradis!"


Icône religion.svg  Portail de l'Irreligion


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia