Un poème interdit de Charles Baudelaire

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Voici de manière exclusive un poème de Charles Baudelaire délivré par un individu qui préfère taire son nom. Il a été jugé par Bernard-Henri Lévy comme odieux (?).


   
Un poème interdit de Charles Baudelaire

Les simples résidus de la canaille humaine Traînaient sur mon chemin, les écraser sans peine Fut mon simple destin; poils de culs invertis Gavés de jalousie, vil poux non avertis

Dans des lacis serrés, bien voulus et certains Je les enfermerai comme de sombres crétins Et tu seras présente pour les anéantir Suis-moi, je te promets de finir de les cuire

Je t'aime et c'est ainsi, sinistre individu Nous nous sommes trouvés, leur filer la berlue Pour les écrabouiller, ces tristes philistins

La marchandise en chair, et en os de putains C'est en étant sérieux dans l'immoralité Que l'on en sort heureux, suis-moi ma bien-aimée


   
Un poème interdit de Charles Baudelaire
Partage sur...
wikia