Twerk

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Twerk miley.gif

Depuis que cette connasse de Miley Cyrus a bougé son cul comme une attare déshinibée aux MTV Mescouilles Awards[1], voilà qu'on nous apprend que sa frénésie du boule de petite allumeuse de merde en fait ça a un nom, le twerk, et même que ça a une histoire. Et que du coup elle a insulté toute une culture ancestrale de danse de pétasse. Alors bilan : on va devoir se taper une entrée dans la sencyclopédie sur le secouage de cul en chaleur et visiblement c'est moi qui m'y colle. Je vous préviens, on va pas y passer l'Carême.

[modifier] Spasme du cul : l'historique

Donc apparemment le twerk ça vient de comment qu'elles dansent les filles noires. De comment qu'elle dansent en général : le rock, le jazz, le disco, le hip hop, le coupé-décalé, la macarena, la valse, le shopping, le pas-chassé, etc. Bref elles bougent toujours comme ça. Parce que non-contentes d'avoir le rythme dans la peau, les filles noires elles ont aussi un super-pouvoir spécifiquement dans le fion. Bon. Jusque-là c'est ce que m'a toujours appris la société. Donc déjà, c'est génétique. Donc c'est méga-historique, j'ai mis ça dans la bonne section.

Donc depuis quand ça existe ? À priori depuis des temps immémoriaux[2] parce que ça doit plus ou moins venir des tribus en Afrique, et blablabla, et blablacar, ce genre de conneries. Je pense que tout le monde sera d'accord pour qu'on se fasse l'économie des détails[3]. Bon l'absence de civilisation aidant, ça devait être encore un peu brouillon dans la pratique, même si ça doit déjà expliquer les familles nombreuses — appelons ça le proto-twerk. Mais du coup, ça fait partie de ce que les noirs ils ont rapporté en débarquant en Amérique pour devenir esclaves, parce qu'ils pouvaient pas ramener autre chose que des pratiques cheloues — féminin pluriel. Parce qu'ils allaient pas se carrer des tam-tams dans le cul pour le voyage, normal.

Bref c'est là, entre deux tâches ingrates, que le twerk tel que nous le connaissons va se préciser. Selon un schéma que j'ai appris dans la série Racines et sur W9, à cette époque les noirs créent le gospel et la capoeira en assimilant leur folklore à leur nouvel environnement. Ici donc les femmes noires ont très certainement voulu imager par la danse une tranche commune de leur quotidien : se faire violer et engrosser par leur maître - ou n'importe quel blanc qui passait par là. Ouais, c'était pas une période facile-facile. En même temps, esclave, ça sonne pas comme un programme de Club Med[4]. Alors, me direz-vous, pourquoi s'infliger ça lors des rares moments de répit au coin du feu que la vie d'esclave pouvait offrir — et hormis les moments où elles servaient de bûches — ? Tout d'abord, il est de coutume sur ce site de rappeler au lecteur que le masochisme reste en tout cas une possibilité. Bien, voilà qui est fait. Dans le cas présent, il devait toutefois plutôt s'agir de prévention envers les jeunes. Ou inversement. Je m'explique : objectivement, avoir les faveurs du maître, ça devait bien apporter quelques bénéfices, surtout avec un bâtard à offrir, sauf bien sûr quand le bâtard était noyé. Des bénéfices sous forme de rab de soupe, d'alcool ou encore de lapidation de la part des autres esclaves jalouses pour pouvoir mourir jeune. En outre, elles étaient souvent déjà rasées, donc bon — c'était gagnant-gagnant. Le twerk devait en quelque sorte servir de mode d'emploi du viol comme ascenseur social relatif. Voir de danse des sept voiles devant le maître lui-même. En offrant son postérieur généreux soumis aux lois de la groovité au frottage de braguette à lacets, l'esclav(e) signifiait ainsi qu'elle était disponible et surtout suffisamment bien en chair pour produire pleins de bâtards. D'où la fameuse comptine proposée ici dans un créole approximatif de là où vous voulez — parce que je suis pas une méthode Assimil et de toute façon c'est pas comme si c'était une vraie langue — :


   
Twerk
Mi a lé bon fesses
Lé bon fesses à batar
Missié li zaime lé bon fesses
Lé bon fesses pou Papy B'ossar

Mi frote lé bon fesses

Missié li frote lé bon fesses

Tension lé sécouss


   
Twerk
~ Missié Bobo, sur des paroles de Hergé et une musique de Zouk Machine.

À partir de là c'est l'escalade. Twerker devient une tradition à part entière de la culture noire féministe, et tu-déconnes-pas-avec-ces-trucs-là au carré. Au XXème siècle, le twerking portera plusieurs noms et servira de lien social identitaire, d'éducation sexuelle, à l'émancipation des femmes noires ou à laver des voitures de blancs. Bref, une vraie fierté.

[modifier] Étymologie

Alors certes je me suis pas trop foulé, mais quand même : le mot twerk vient de la contraction de twist et de jerk. C'est à dire que c'est le mélange de ça :



et de ça :



mais dansé par ça :

Prof twerk.jpg

Nan, c'est pas une tapineuse d'autoroute, c'est la prof de twerk de Miley Cyrus. Oui il y a des profs de twerk et elles ressemblent à ça. Après je garantie pas qu'elles portent toutes un tambour de machine à laver en guise de corset.


Littéralement ça veut donc dire « tournoyer comme une conne », généralement « une conne noire » si l'on s'en tient à la tradition visiblement. Et on peut facilement avancer que ça s'appelle le tourneconne au Québec, éventuellement le tournepute du moment que c'est pas Beyoncé parce qu'apparemment si c'est Beyoncé c'est classe d'après NRJ12. Et je pense que NRJ12 est une référence qui se tient dans cette section, donc ça va, bon boulot de ma part.

[modifier] Et v'là-t-y pas que cette pute de Miley Cyrus se met à sodo-danser comme une noire alors qu'elle est même pas noire

Dans un monde où tout fout le camp et où l'on ne respecte plus des valeurs qu'on est pas toujours sûr qu'elles étaient installées avant, de temps en temps, une blanche, cette conne, décide de frotter son cul pour faire comme les copines noires. Et là, non. Non, c'est pas possible. No passaran con Siñor Zorro a la bibliotheca[5].

Retour sur les événements : Miley Cyrus, blonde et ingénue, était là, tranquille, mise sous vide dans le même lino que chez mes parents, sur la scène des MTV Ta Sœur. Quand soudain (!) elle s'est dit « tiens, et pourquoi que je me frotterais pas le cul contre la bite à Robin », qui n'en attendait pas moins. Vous savez ce que c'est, c'est la fête, t'as 3000 ados qui essaient de te palper, t'es contente, t'as envie de te frotter.

Pauvre Berthe. On débarque pas comme ça pour poser son hommage street cred tout de go, c'est vulgaire. C'est vulgaire parce que Miley, elle est blanche. Et là, vlan !, c'est raciste. Et c'est pas street cred du tout ça, le racisme[6]. Imaginez Alain Soral qui danserait à la Rabbi Jacob. Ou Michel Jonasz qui ferait du scat. C'est négligé. Donc là, la communauté afro-amérinoire a jugé que c'était du foutage de gueule de copier ses propres pétasses. Réactions de la communauté noire, des médias, des internautes, commentaires, likes, vues, communiqués de presse, tweets, partages, trollages, memes, multiplications de pages internet, de liens, de retweets, uploads, downloads, augmentation du trafic, augmentation du stockage, augmentation de la facture EDF, pollution, disparition des ours polaires et des rainettes arboricoles, pluies acides, effet de serre, fonte des glaces, réfugiés climatiques, troubles sociaux, loi martiale, guerres, totalitarisme, et bam !, putains de hippies à la con, disparition des coiffeurs, retour des années 80, guerre du Golf 1, guerre du Golf 2, mort de la musique, petite pétasse inconsciente qui se frotte alors qu'elle est même pas noire.

[modifier] Libre arbitre VS dessein divino-maçonnique

Alors comment en est-on arrivé là ? Comme toujours c'est plus compliqué qu'il n'y paraît et comme une bonne infographie vaut mieux qu'un long discours que j'ai pas envie d'écrire, je vous ai fait un schéma introduit ici tant bien que mal par cette phrase que je suis en train de rédiger et que je vais finir par ce point : . Deux points :

Twerk schéma1.jpg

En gros.

C'est le bordel, on comprend pas toujours les logiques derrière tous ces mécanismes complexes, alors je vous ai fait un truc plus synthétique :

Twerk schéma2.jpg

Voilà, on y voit plus clair.

Comme Mickey il est gentil[7], c'est donc surtout ces connards de Rochelais qui sont à condamner dans cette affaire. Sale race de Rochelais.

[modifier] De la bienséance en milieu socio-mémoriel

Comprendre l'Histoire (de Miley Cyrus) c'est éviter de commettre les mêmes erreurs (que Miley Cyrus). Donc résumons :

Twerk règles.jpg

Tu comprends, on peut pas faire n'importe quoi, il faut définir des limites.

Bref, ayez le sens des priorités.

[modifier] Justin Bieber pourra-t-il éviter d'avoir un bâtard ?

Twerk02.gif
Non, il a pas les outils.



Voilà, c'est fini. Vous pouvez retourner lire Les Misérables.

[modifier] Notes

  1. Franchement, j'ai une gueule à avoir une source ?
  2. Ou la nuit des temps, au choix.
  3. Si vous voulez savoir si c'est la danse de la pluie qui a induit une mutation du cul ou l'inverse, demandez à mon ami XySmith de vous pondre un article, il a plus l'habitude que moi.
  4. Cela dit, les conséquences sont à peu près les mêmes, c'est l'accueil qui fait vraiment la différence.
  5. J'ai fait allemand LV2.
  6. Enfin, ça dépend des streets.
  7. Source : Geoffrey, 8 ans.


Edward Khil.png  Portail de la Musique

GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
Partage sur...
wikia