Tartine beurrée

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
«  Qui est apparu en premier : le beurre ou la tartine ?  »

[modifier] Origine

La tartine beurrée, en fait, c’est une tranche d’un truc comestible (le plus souvent du pain ou de la biscotte) recouvert par une fine couche de beurre. Parfois, c’est l’inverse, c’est-à-dire une grosse tranche de beurre sur une fine couche de pain, à noter que ce cas de figure n’est présent que dans une contrée sauvage et barbare appelé Bretagne.

Elle est souvent consommée le matin, seule ou trempée dans du café.

[modifier] Polémique sur la tartine beurrée

Comme dit plus haut, à moins que vous ayez courte mémoire (mais ça, on n'y peut rien), la tartine beurrée est peut trempée le matin dans du café, méthode fortement déconseillée aux âmes sensibles. En effet, remuer la tartine dans son café présente plusieurs inconvénients. Une fois le bout de tartine trempé dans le liquide chaud, le beurre a la mauvaise manie de fondre et de transformer votre boisson en un délicieux cocktail d'huile. Un autre scénario également fréquent est celui du morceau de tartine ayant trop longtemps fait trempette dans votre café. Il a une fâcheuse tendance à se désintégrer et finit par tomber dans votre boisson chaude, ce qui peut potentiellement vous éclabousser. Vous vous exaspérez, pour plusieurs raisons :

  1. parce que vous êtes obligé d'aller à la pêche pour récupérer ce bout de tartine dont le beurre s'est définitivement barré,
  2. parce que votre café est foutu, vous supportez déjà chaque matin le goût huileux de votre café, mais les grumeaux en plus, c'est trop.
  3. parce que vous venez de tâcher votre t-shirt trop fashion tout neuf acheté il y a à peine deux jours.
  4. parce que comme le café, souvent, c'est une boisson chaude, vous vous êtes brûlé, pardi!

C'est pourquoi nous soupçonnons la tartine beurrée à l'origine de nombreuses dégénérescences psychologiques, voire physiques, et surtout du comportement "grognon le matin".

Mais même si vous avez plutôt l'air d'un blaireau, vous êtes plein de nostalgie. La pêche aux canards de votre douce enfance vous revient en mémoire, et adoucit votre journée si mal commencée.

La trempette de la tartine à long terme, peut devenir extrêmement addictif et agit comme une drogue dure. La nostalgie éprouvée vous pousse à recommencer, malgré tous les ennuis que vous rencontrez en la faisant tomber dans votre café. Les tartinomanes souvent ne s'avouent pas leur addiction, et les centres de détartinocation sont peu nombreux. Si vous êtes malencontreusement en présence d'un tartinomane, évitez de parler tartines, ça les irrite franchement.

A noter que si vous ne pouvez manger rien d'autre que votre bonne tartine beurrée bien grasse trempée dans votre café le matin, c'est que c'est peut-être le moment de vous faire suivre.

[modifier] L’énigme de la tartine beurrée

La tartine beurrée a de tout temps suscité l’attention des gens, et, par ce, j’entends cette question fatidique : Pourquoi la tartine beurrée tombe-t-elle toujours du côté du beurre ? Mais quelle bonne question ! Même Franck Einstein n’avait pas trouvé la réponse ! Cela dit plusieurs enquêtes de ont été ouvertes suites aux plaintes répétées des consommateurs de biscottes, car, celles qui ne se cassent pas, finissent irrémédiablement par tomber du mauvais côté (le côté beurré, donc).

La première piste : La faute aux industries du beurre. Suite au scandale de la vache folle, les paysans ont décidé de remplacer les farines animales par des métaux lourds en poudre, ce qui rend le lait vachement plus lourd (ce qui rapporte pas mal au prix du litre), mais également aimanté. Ce lait est ensuite transformé dans des usines dites « nucléaires » sous haute surveillance, pour éviter que des OVNI voyageant trop près de la Terre ne soient attirés par le lait-aimant et ne s’écrasent comme de vulgaires parachutistes novices (voir l’incident de Roosevelt), et ce à la demande des employés de la Zone 51 qui en ont marre de recevoir des nouveaux patients et de nouveaux vaisseaux à réparer. Une fois le beurre conditionné il est vendu et se retrouve sur nos tartines. Et comme tout le monde le sait, le noyau de la Terre étant une sorte d’aimant géant créé par Dark Vador, les tartines beurrées tombent du côté du beurre (et en passant, ça explique aussi pourquoi les voitures ne volent pas).

La deuxième hypothèse repose sur le Complot de la Guilde des Tartiniers, aussi appelé CGT. En effet, cette guilde datant de 622, ne réunissant que des boulangers, avait décidé d’économiser de la farine et la remplaça par de la levure. Ce drame fit apparaitre des trous dans le pain et occasionna de nombreuses coulures de confiture. Comme le pain était devenu plus léger, le beurre était donc plus lourd. Ce qui devait arriver arriva : la tartine s’écrase du côté du beurre sur votre moquette immaculée.

Une troisième enquête tente de prouver qu’en fait, c’est la compagnie BMW (Beurre Mou Washingtonien) et le CGT, qui se sont alliés mais quoi qu’il en soit, le résultat est le même : c’est très chiant.

[modifier] La parole aux hommes de science

Moi je me suis toujours posé la question : pourquoi les chats retombent-ils sur leur pattes ? Et finalement, après 5 min de concentration intensive en grignotant un pain au chocolat, j’ai trouvé. Le chat boit du lait (même s’il préfère de loin un quart de rouge) et mange des croquettes et de la pâtée à base de viande de bœuf. Si on reprend l’hypothèse n°1, le chat ingère une quantité non-négligeable de métaux lourds. Ces derniers se stockent dans ses coussinets lui permettant de retomber sur ses pattes. Le rapport avec la tartine ? Certes, il n’y a aucun rapport, si ce n’est que sans eux l’écologie se porterait mieux. Je pensais donc que si la tartine tombait du mauvais côté et le chat du bon, tous deux grâce aux métaux, il serait logique que les deux collés ensembles retombent du côté du chat, car comme vous le savez 1+1=2, si 1 est la tartine et l’autre 1, le chat, ce dernier étant plus proche du résultat, le chat devrait s’en sortir.

C’est donc dans le but de vous rendre plus intelligents que j’ai voulu réaliser une expérience. Après avoir scotché mon chat et une tartine beurrée dos à dos, je les ai jeté par la fenêtre. Le résultat incontestable : les chats peuvent manger des tartines en plein vol. C’est donc dans le but de continuer l’expérience que je suis descendue à la cuisine faire le plein de biscotte, mais elles se sont toutes cassées lorsque je les ai tartiné, et j’ai dû en voler à mon voisin. Après de multiples efforts, j’ai recommencé en espérant que le chat n’avait plus faim. J’ai jeté le tout par la fenêtre. Le résultat est surprenant : le chat et la biscotte sont tombés sur le côté. Je ne peux en déduire qu’une chose : 1+1=0 !

Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia