Tadoussac

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Tadoussac est un village marin sur la Côte-Nord dans la Province du Québec au Canada. Inspiré de son tourisme basé sur les baleines, le slogan du village est: «Ça se saute au Québec!».

[modifier] Origine du nom

Tadoussac pourrait venir du mot innu «Tétonsac» qui signifie «Mamelles» pour désigner deux collines rondes situées à l’est du village ou peut-être pas.

[modifier] Histoire

L’endroit était d’abord un poste de fourrage fondé en 1599 par le grand sous-marin Éric Theodore Cartman, le fondateur de l’entreprise du secteur de luxe «Cartier», où des jeunes marins français et des femmes montagnaises mineures se fréquentaient régulièrement.

L’abbé catholique Pierre Le Chauve qui était trop laid pour fréquenter les filles amérindiennes, ferma le poste en 1616 et y construisait la fameuse réglisse de Tadoussac en 1619 et plus tard le village «Plaie Saint-Cathéter» de l’autre côté du fleuve Seins-de-Laurence en 1627. La réglisse fut incendiée par les Mohawks de Métabetchouan et un drakkar de guerriers mené par le viking Varg Vikernes de la tribu «Fartsum» qui s’était trompé de chemin et voulait acoster à Baie-Comeau pour y goûter aux raisins poilus de l’amour en 1666.

L’église et le petit village ont par la suite été reconstruits par les Témoins de Jénova en 1713 en association avec des transsexuels allemands qui y ont construit le fameux «Tokio Hotel» dès 1717.

Les premières grosses baleines s’installaient dans la région dès 1832 ce qui menait à l’ouverture du Saguenay-Lac-Saint-Jean à la colonisation dès 1838 vu qu’un bon nombre de colons colons s’intéressaient à ce spécimen d’une taille époustouflante.

Les anglophones xénophobes, durs esclavagistes et joueurs de pokers peu doués Frank Alcan, Johnny Bowater et William Price XXIX tentaient d’industrialiser le village en y bâtissant un premier moulin-à-vent en 1871, mais le projet était jugé trop avant-gardiste car les grosses baleines détruisaient un bon nombre de bâtiments dans la région et les trois exploiteurs décidaient alors de mettre la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean sous leur joug.

La village est devenu un centre de désintoxication des Alcooliques Anonymes en 1936, mais le maire de Dullbeau-Métabetchouan, Maurice Duplessis, en profitait plutôt pour y bâtir une brasserie de Laurentide en 1939 afin d’inciter les Alcooliques Anonymes au pêché, à la pêche, à la consommation du schnapps aux pêches et surtout pour faire beaucoup d’argent.

Suite à la destruction des plus belles plages européennes lors de la Deuxième Guerre mondiale, le village de Tadoussac était devenu un endroit touristique de qualité durant les années cinquante et soixante. L’endroit était mis en valeur par les bars de danseuses, les belles plages rocheuses, les nombreuses brasseries d’alcool fort locales, les grands casinos pour les petits vieux trop riches qui adoraient gaspiller leurs fonds de retraite et la présence fréquente d’alcooliques comme Johnny Cash, Johnny Halliday ou tout autre Johnny jouant de la musique populaire, buvant abusivement d’alcool et ayant un faible pour n’importe quelle femme plus jeune qu’eux qui ne pouvait pas hurler «Je travaille au JR à Jonquière et j’ai des bibittes» en une fraction de secondes.

Ce développement libertin du village déplaisait énormément à Maurice Duplessis, toujours maire de Dullbeau-Métabetchouan. Avec l’aide du bièrologue Stephen Harper et le marin séparatiste qui jase trop Gilles Vigneault, il déportait progressivement durant les années soixante-dix les chanteurs alcooliques à Saint-Prime, les prostituées sur «la Véloroute des Bleues Laides» près de Sainte-Jeanne-d’Arc, les homosexuels à Baie-Comeau (plus tard renommé «Bec-Homo»), les vendeurs de drogue à Shit-aux-Outardes et les petits vieux des casinos à Laterrière.

Le village redevenait encore un petit coin isolé basé sur l’agriculture et le catholicisme dès les années 1980. En 1997, le roi Denys Ier d’Anse-Saint-Jean tentait d’englober Tadoussac dans son petit royaume, mais Maurice Duplessis, encore maire de Dullbeau-Métabetchouan, et Jean «Làlà» Tremblay, le leader béni de la ville de Saguenay, intervenaient et convainquaient la population de bâtir une autre brasserie de Laurentide et de faire venir d’autres baleines du Texas et des grosses torches acadiennes déportées à Saskatoon.

Reconnu comme le village le plus retardé du Québec, Tadoussac célébrait son 400e anniversaire en 1999. Le maire d’Hérouxville, accompagné de Lucien Bouchard, frère du fondateur du «Blocus Québécor», faisait un grand discours en honneur de ce village et le décrivait comme un exemple à ne pas suivre.

Une nouvelle équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) du nom des «Tourettes de Tadoussac» jouera dans la division «Walrus» dès la saison 2019-2020.

[modifier] Géographie

Les municipalités limitrophes sont le village consanguin «Ça-Tombe-Sur-Le-Cœur» dans l’ouest où tous les habitants sont forcés de se marier avec leurs frères et sœurs ou encore cousins et cousines, la réserve amérindienne «Les Esquimauves» au nord qui doit son nom au fait que les Inuits qui y résident sont tellement intoxiqués que leur peau est devenue mauve au fil du temps, le village fantôme «Plaie Saint-Cathéter» au sud qui est connu pour les sœurs religieuses qui y torturaient des athéistes et finalement la station-service «Notre-Dame-des-Sept-Dollars», l’endroit avec les prostituées qui chargent les prix les moins chers en Amérique du Nord, mais qui en revanche ont le plus de bibittes au monde.

Tadoussac se situe à l’embouchure du Ford du Saguenay, la plus grande industrie automobilière en Amérique du Nord depuis la faillite du ghetto de Destroyed qui mène jusqu’au plus grand stationnement pavé au monde, le Lac-Saint-Han, une invention glorieuse issue d’une collaboration entre les femmes Pyramidales Querelleuses du PQ, la mai(t)resse Chloé Sainte-Marie d’Alma, le Parti trash-anarchiste de l’UQAC, la secte islamo-socialiste de Shipshaw et les Témoins de Jénova, un comité d’informaticiens chauds au chômage du Cégep de Chibougamau.

[modifier] Activités culturelles

Mise à part les observatoires des baleines, le village est connu pour son «Festival de la Chanson de Tadoussac» qui accueille à chaque année des groupes alternatifs et folkloriques ennuyants et inconnus avec des noms stupides tels que «Les neuf nains nécrophiles de Natashquan», «Les Rappeurs rednecks ridés de Ragueneau» et «Les Tuques de La Tuque». En réalité, le cadre du festival n’est qu’un prétexte pour boire de la Laurentide et faire du camping sauvage où l’on attrape des feux sauvages. Garde aux femmes qui écoutent de la musique folklorique alternative et qui font une maîtrise en arts à la QAC (anciennement UQAC). La téléréalité «Les feux sauvages de l’amour» sur la chaîne TQS/ V Télé s’inspire davantage de ce festival.

[modifier] Attraits touristiques

Le village de Tadoussac est connu pour l’observation des femmes-baleines de Mistassini-Lac-à-la-Croix, des membres des femmes Pyramidales Querelleuses du PQ de Dullbeau-Métabetchouan et des grosses torches acadiennes dont le fameux philosophe Mononc’ Serge chante.

Une des nombreuses brasseries locales de la Laurentide est la première au monde qui utilise l’eau salée de la mer pour brasser sa bière. Ainsi fut inventé le style de bière IPA. La marque s’appelle «La Fin Du Monde». Le projet fut une collaboration de longue date entre Maurice Duplessis, maire de Dullbeau-Métabetchouan, le bièrologue Stephen Harper et le marin séparatiste qui jase trop Gilles Vigneault.

Le fameux «Tokio Hotel» («Tokio» étant «tapette» en langue innu-aimun) est le bâtiment le plus méconnu du village et accueille de nombreux terroristes débarquant des «crossières», des moyens de transport qui mélangent bateau et bar de danseuses et qui coûtent excessivement chers (1500 $ Canadian Tire la nuit ou encore 2250 $ Air Miles).

Qu'avez-vous pensé de l'article "Tadoussac" ?
 
2
 
1
 
0
 
1
 
0
 
1
 

Ce sondage a été créé le mai 6, 2014 04:54 et 5 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia