Syndicat des tueurs

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le STC (Syndicat des Tueurs en Cérie) est une association à but non lucratif visant à défendre les intérêts professionnels des tueurs et tueuses en série. Initialement à vocation européenne, il s’est internationalisé et compte désormais des membres actifs sur les cinq continents.

[modifier] Origines

Alors qu’il venait d’être condamné pour la troisième fois à la rétention criminelle à perpétuité avec période de sûreté de 278 ans non compressible, non négociable, non revendable sur ebay ou même ailleurs, Raymundo MATADOR-KILL réalisa que sa corporation, pourtant honorable, avait bien mauvaise presse aux yeux du public, et plus particulièrement des parents des nombreux enfants qu’il avait dévorés. L’idée d’un syndicat était née.

Bien décidé à ne pas se laisser déposséder de son idée par n’importe quel m’as-tu-vu mono-assassin, il mit à profit les quelques jours qui devaient s’écouler entre son emprisonnement et son évasion pour jeter les bases de la future association. Rapidement mis au courant par le bouche-à-oreilles, tous les tueurs en série de France firent part de leur soutien le plus inconditionnel à l’initiative, via un avis mis en ligne sur leur site internet (tueursettueusesenserie.com), en proposant immédiatement le remboursement des frais de timbres occasionnés par l’envoi de leur future cotisation (et ce n’était pas inutile puisqu’il a finalement été décidé que la cotisation serait versée en plusieurs fois, sous forme de membres arrachées aux victimes : malgré de véhémentes protestations, La Poste a refusé toute ristourne, bonjour le service public !).


[modifier] Statuts

Les statuts du STC ont été déposés en Préfecture de Francis-sur-Heaulmes (Lorraine) le 15 juin 2005. Raymundo, conscient de l’importance du respect des procédures (et ne désirant pas avoir des ennuis avec la justice pour une histoire de papier pas tamponné ou je ne sais quelle autre bricole) se rendit en personne au guichet afin d’obtenir le certificat d’inscription. Il eut le plus grand mal à trouver le code permettant de faire fonctionner la photocopieuse, la totalité des fonctionnaires et usagers se trouvant dans la Préfecture à ce moment-là ayant, étrangement, décédé de mort violente en quelques minutes. La publication au Journal Officiel eut lieu le lendemain.

La désignation de Raymundo MATADOR-KILL comme Président, Vice-Président, Secrétaire perpétuel, Trésorier et Directeur de conscience fut grandement facilitée par l’incapacité des autres candidats à voter, handicapés qu’ils étaient par la modification de leur intégrité physique (sous forme d’éventration et reventration avec leur voisin de table).

L’intitulé exact du STC est le suivant : « STC, association professionnelle ayant pour objet la défense et la promotion des intérêts des tueurs et tueuses en cérie, ainsi que la valorisation des bonnes pratiques professionnelles » ce qui démontre, outre le fait qu’il est évident qu’il vaudrait parfois mieux potasser des dictionnaires que des ouvrages d’anatomie, que Raymundo avait le goût des choses exactes et complètes.

BennettLe cuistot.jpg

Ci-dessus:Henri Li (de dos, à l'extrême droite) en train de préparer une bonne boustifaille pour ses potes tueurs en série; à l'extrême gauche: la jeune Olga, 17 ans; au milieu: Véronique, 21 ans; à droite: une tête de dromadaire fourrée au jeune enfant innocent

[modifier] Activités

Parallèlement à l’organisation du banquet annuel des tueurs en série, célèbre dans le monde entier pour l’originalité des plats inventés pour l’occasion par le tueur-cuistot anthropophage Henri Li, et qui rassemble, bon an, mal an, entre 300 et 400 convives (entrée), 200 et 250 convives (hors d’œuvre), 120 et 140 convives (fromage), 60 et 100 convives (dessert), 15 et 20 convives (café et l’addition, merci !), le STC cherche à « promouvoir les bonnes pratiques dans le but de redorer le blason de la profession » (COMMENT ETRE UN BON TUEUR EN SERIE, éditions H. Lecter, 2006, p. 134). A ce titre, la « bible » des tueurs commence par les dix commandements suivants, illustrés par des exemples photographiques, malheureusement pas encore libres de droits (le reporter missionné pour les obtenir à titre gracieux paraît avoir disparu) :

Victime.jpg

une parfaite victime quelques secondes avant son dépeçage, dans un hangar sordide. (elle fait la maline car elle ne se doute pas que le photographe est un tueur en série assermenté)

[modifier] Victimes

Avec discernement tes victimes tu choisiras : belles et jeunes, avec un potentiel sexuel certain afin de susciter une sympathie immédiate de la part des spectateurs blasés par des faits divers de plus en plus sordides. L’étudiante européenne est donc à privilégier face à l’américaine gonflée;

[modifier] Politesse

Avec courtoisie tu les trucideras (en particulier tu veilleras à protéger les meubles et tentures avec des bâches plastiques avant toute énucléation ou décervelage : rappelle-toi que les teinturiers n’ont JAMAIS soutenu notre cause) ;

[modifier] Équipement

Avec des ciseaux bien aiguisés tu découperas les journaux pour envoyer des lettres aux quotidiens nationaux pour te vanter de tes actes ;

[modifier] Copyright

Tu veilleras à ne pas saper le travail des mono-assassins récidivistes, en particulier tu feras bien attention à ne pas commettre de massacres sans rapports entre eux : tu es un tueur en série, et pas un tueur à répétition, sans méthode ni talent, bon sang !

BennettVisage parfait.jpg

une bonne tête de vrai tueur en série: inidentifiable parmi n'importe quelle assemblée

[modifier] Apparence

Afin de ne pas couvrir de honte tes collègues, tu veilleras à n’avoir AUCUN signe distinctif : le tueur en série ressemble à TOUT LE MONDE. Il ne s’agit pas de faire le malin en cédant aux modes gothiques ou autres. Vous auriez l’air malin, avec votre Rimmel plein les yeux, les ongles peints en noir et votre cape en cuir, quand vous serez au QHS (Quartier de Haute Sécurité) de Fleury-Mérogis, parmi les culturistes tatoués !


BennettPhilippe V.jpg

Ci-dessus: un esthète de la barbarie: Philippe V., qui tortura des millions de personnes en interprètant le rôle de José dans Hélène et les garçons. Sa spécialité: tenter de faire croire au spectateur qu'il engueule "Cri Cri d'amour" (Sébastien Roch), en tentant de masquer son manque de professionnalisme)

[modifier] Le petit plus

Tu privilégieras les actes de barbarie SOPHISTIQUÉS : le meurtre à l’arme à feu est naturellement à proscrire, sauf en cas d’extrême urgence. De nombreux ouvrages existent qui t’aideront à te perfectionner dans les techniques monstrueuses : mode d’emploi de matériel vidéo, formulaire administratif de demande de subvention, site internet de la SNCF… Prends exemple sur tes ainé(e)s : Frédérique H... (plus connue sous le pseudonyme de « Drothée du Club Drothée ») a ainsi torturé des dizaines de milliers d’enfants uniquement avec le son de sa voix !, balèze, hein ?

[modifier] La relève

À tous ceux qui désirent apprendre, tu feras profiter de tes connaissances. C’est dans ce but uniquement que tu rôderas à proximité des écoles maternelles et primaires, en prêtant une attention particulière aux bandes de garçons taquinant d’innocents insectes ;

BennettJante alliage.jpg

Remarquez le judicieux emplacement des trous...

[modifier] Mmmh...

Il est impératif que tu sois adepte (nous insistons : adepte et non pas victime) de PERVERSIONS SEXUELLES (oui, oui, au pluriel) mettant en scène des éléments étranges, dérangeant, tels que (au hasard, laissez libre cours à votre imagination, bon sang de bois !, on ne sera pas toujours là pour vous épauler !) : papier hygiénique parfaitement propre (alors que tout le monde s’attendrait à du papier souillé), jantes alliages, banderoles de supporters sans aucune faute d’orthographe, poupées gonflables dans l’emballage d’origine… ;

[modifier] Môman

Dès ton plus jeune âge (tu te débrouilles comme tu peux, mais c’est impératif) tu seras violé par ta mère (PS : certaines de nos adhérentes peuvent remplir ce rôle) ;

BennettPlateau repas cantine.jpg

Une bien maigre portion...

[modifier] Quart d'heure de gloire

Tu feras bien évidemment en sorte d’être pris, de préférence longtemps après ton dernier massacre (afin de donner plus de densité à ta légende naissante), et cela dans un double but : 1/ permettre à un obscur fonctionnaire de police de pouvoir vendre des livres-témoignages et 2/ devenir la star de la prison, ce qui est pratique pour avoir du rab’ de frites à la cantine.

[modifier] Actualité

Le S.T.C est actuellement en phase d’être reconnu d’utilité publique dans des nombreux pays, dont les Etats-Unis, l’Iran, l’Arabie Saoudite et la Chine. Notons tout de même que l’adhésion à titre personnel des chefs d’Etats de ces pays a beaucoup simplifié cette reconnaissance (notez ici le coup fatal porté, discrètement dans un article humoristique, au lobby de la peine de mort… rébellion, jusqu’où iras tu te nicher ???)


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia