Suisse-Allemand

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le suisse-allemand est une sorte de langue parlée par la majorité des Suisses alémaniques, mis à part les Zurichois.

Il faut tout de même préciser que le suisse-allemand varie selon les régions. Il est donc très fréquent que le Saint-Gallois ait de la peine à comprendre le Bernois, et vice-versa. A part les Haut-Valaisans, que personne ne comprend de toute manière. La population francophone, italiennophone ou romanchophone est complètement démunie face à cette langue, qu'il lui est impossible de comprendre.

[modifier] Homonymie

Schwiizerdüütsch, Schwytzertütsch, grave maladie du larynx contractée à l'est du Röstigraben

[modifier] Histoire

À la base, le suisse-allemand est la langue que parlaient les peuples barbares qui descendaient du Nord pour casser la gueule des romains pendant l'antiquité. Ils ont aujourd'hui abandonné ce dialecte pour adopter les langues scandinaves comme le danois, le suédois, le norvégien, l'islandais ou encore le féroïen, langues jugées moins compliquées que le suisse-allemand (c'est dire à quel point le suisse-allemand est une langue complexe!)

Dans plusieurs sites archéologiques de Scandinavie, des chercheurs ont pu mettre au jour plusieurs pièces datant de l'antiquité et portant des inscriptions que seuls les Suisse-allemands savent lire, ce qui avance l'hypothèse que ces inscriptions sont en suisse-allemand. C'est du moins l'impression que les archéologues ont en observant les chercheurs suisse-allemands lorsque ceux-ci observent les pièces en question, car il est absolument impossible de communiquer avec eux. Résultat des courses: les poteries et armes mises au jour n'ont pas encore délivré leur énigmatique message.

Actuellement, on ne peut retrouver de Suisse-allemands qu'en Suisse. Ils y occupent les trois quarts du territoire. On ignore totalement la raison pour laquelle les peuples barbares ont autrefois quitté leurs pays d'origine pour aller se confiner en Helvétie. Les chercheurs formulent plusieurs hypothèses différentes, en voici quelques-unes:

- Ils aiment le chocolat.

- Ils aiment les montres.

- Ils aiment les banques.

[modifier] Les Suisse-allemands dans la société

Un sondage a été effectué pour connaître le degré d'intégration des Suisses-allemands dans le pays suisse. La réponse la plus souvent obtenue auprès des francophones est en gros qu'ils n'apprécient pas beaucoup les Suisse-allemands. Quant aux réponses de ces derniers, on ne les a pas comprises.

« Je trouve cette langue moche, tu vois ce que j'entends? »
~ Un francophone à propos de l'esthétique du suisse-allemand
« C'est quand même des drôles d'oiseaux, qué? »
~ Un Jurassien à propos des Suisse-allemands
« Hei, er dette om hva? »
~ Un Suisse-allemand descendant des Norvégiens
« Gott verdammt mir Nemol!!! »
~ Un Suisse-allemand mettant fin à la discussion

[modifier] Parler le suisse-allemand

Il est très difficile de parler le Suisse-allemand, on constate d'ailleurs que la langue n'est maîtrisée totalement que lorsqu'elle est la langue maternelle de sa victime. Pour un Non-suisse-allemand, la technique la plus simple pour imiter cette charmante langue est de mettre une poignée de graviers dans la bouche avant de s'exprimer clairement en allemand ou en néerlandais (le résultat sera le même).

Certains théoriciens avancent d'ailleurs une théorie du suisse-allemand gravitique: d'après des études très poussées, les dialectes dépendraient du diamètre moyen du gravier. Mettre du gravier provenant des sources des rivières, encore peu dégrossi, dans la bouche permettrait ainsi de parler l'uranais ou le nidwaldien. Utiliser du silt ou du sable (gravier dégrossi et travaillé par le courant) provenant de l'aval permettrait plutôt de parler des dialectes bâlois ou bernois, plus doux (pour du suisse-allemand, donc disons plutôt moins insupportable).

[modifier] Injures en suisse-allemand

Une langue incompréhensible n'est pas marrante si elle ne propose aucune insulte à la consonance bizarre, voici donc une liste non exhaustive d'injures en suisse-allemand, ainsi qu'une proposition de traduction :

- "Gott verdamm mi Nonemau!" - "Dieu maudi-moi encore une fois" - Se prononce "Kop-fe-tâ-mi-no-ne-mow".

- "Huere Schiiiiss!" - "P*tain de m*rde" - Se prononce "Hou-re-châï-sè".

- "Saumore!" - "Salope" - Se prononce "Sâou-mo-re".

- "Donnerwetter!" - "Temps orageux" - Se prononce "Ton-ner-vet-te".

[modifier] Utilisations du Suisse-allemand

L'armée suisse a longtemps utilisé le suisse-allemand pour les communiqués de guerre. L'avantage principal était qu'aucun espion au monde ne pouvait intercepter un tel message de manière utile, car c'était totalement incompréhensible. L'inconvénient numéro un était que les destinataires eux non plus ne comprenaient pas le contenu du message, ce qui fait que cette technique a été abandonné au profit de méthodes plus fiables.

Qu'avez-vous pensé de l'article "Suisse-allemand" ?
 
63
 
36
 
23
 
9
 
8
 
6
 
175
 

Ce sondage a été créé le janvier 5, 2013 21:53 et 320 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia