St Mandrin

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

St Mandrin - ou Saint Mandrin, dans sa version longue - était plus connu sous le nom de Louis Morrisson Mandrin. Il est principalement connu pour sa courte carrière de chanteur au sein du groupe Louis and the Mandrinades, qui sévit dans la chanson française vers l'an 1767, soit juste avant les émeutes hippies de 1768.

[modifier] Un tube international

Un lundi de janvier, Louis Mandrin sortit une chanson qui fit le tour du monde, qui à l'époque se limitait à la France et la Suisse, puisque la Belgique n'avait pas encore été découverte.

Un tube mondial, donc, intitulé La compilation de Mandrin, et dont il est judicieux d'en réciter les paroles, pleines d'espoir à l'éopque.

Louis Mandrin Live.jpg

La foule en délire, acclamant l'arrivée sur scène de Louis Mandrin

« Nous étions vingt ou trente,

Brigands dans une bande,
Tous habillés de blanc,
À la mode des...
Vous m'entendez ?
Tous habillés de blanc

À la mode du Ku Klux Klan. »

« La première violerie

Que je fis dans ma vie
C'est d'avoir tripoté,
La bourse d'un...
Vous m'entendez ?
C'est d'avoir tripoté

La bourse d'un curé. »

« J'entrai dedans sa chambre

Mon Dieu, qu'elle était grande !
J'y trouvai bien du plaisir,
Je mis la main...
Vous m'entendez ?
J'y trouvai bien du plaisir,

Je mis la main dessus. »

« J'entrai dedans une autre,

Mon Dieu, qu'elles étaient jeunes !
Ces filles de joie
J'en chargeai trois...
Vous m'entendez ?
Ces filles de joie,

J'en chargeai trois chariots. »

« Je les portai pour vendre

À la foire en Hollande.
J' les vendis bon marché,
Elles n' m'avaient rien...
Vous m'entendez ?
J' les vendis bon marché,

Elles n' m'avaient rien coûté. »

« Ces Messieurs de Grenoble

Avec leurs longues robes,
Et leurs collants serrés,
M'eurent bientôt...
Vous m'entendez ?
Et leurs collants serrés,

M'eurent bientôt aimé. »

« Ils m'ont jugé à pendre,

Ah ! c'est bon à entendre !
À pendre et étrangler,<
Sur le lit du...<
Vous m'entendez ?<
À pendre et étrangler,

Sur le lit du fermier. »

« Monté comme une potence

Je regardai la France,
J'y vis mes compagnons,
À l'ombre d'un...
Vous m'entendez ?
J'y vis mes compagnons,

À l'ombre d'un buisson. »

« Compagnons de plaisir,

Allez dire à ma mère,
Qu'elle ne m'y reverra plus,
Je suis un enfant...
Vous m'entendez ?
Qu'elle ne m'y reverra plus,

Je suis un pervers têtu ! »

[modifier] Une fin tragique

La légende raconte qu'en 1963, les dieux se fâchèrent, irrités par sa voix de Patrick Juvet, et qu'ils transformèrent le pauvre Louis Mandrin en bière grenobloise.

La foule aurait alors déclaré : «Cool ! De la bière !»

Wikipedia-logo-fr.png

Cet article, basé sur le texte de Wikipédia «Louis Mandrin», est disponible uniquement sous licence GFDL.



Guillotine2.png  Portayl de l'Histoyre


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia