Sofia Coppola

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Sofiacoppola3.jpg

Minimaliste. Joliment minimaliste.


Sofia Coppola est une réalisatrice, scénariste et actrice occasionnelle, américaine qui fait des films à propos de rien.

[modifier] Ses débuts dans la vie

Sofia coppola.jpg

Les performances d’actrice de Sofia ont été qualifiées par la critique de trop "cadavérique".

Sofia Coppola est née à New York dans l’état de New York. Benjamine et unique fille de Eleanor Neil et Francis Ford Coppola, petite-fille du compositeur Carmine Coppola, sœur de Roman et Gian-Carlo Coppola, nièce d’August Coppola et Talia Shire, cousine de Nicolas Cage, Jason Schwartzman et Robert Carmine, filleule d'Al Pacino et Diane Keaton, correspondante de Steven Spielberg, partenaire sexuelle d'Andy Garcia et ennemie jurée de Kathryn Bigelow.

Jeune, sa vie se résumait à être une jolie fille riche errant dans une vaste demeure vide, pendant que ses parents étaient très occupés à booster leur propre carrière.

Sofia passe son adolescence voletant de chambres d'hôtel de luxe en chambres d'hôtel de luxe, regardant longuement les miroirs et murmurant d’occasionnelles syllabes à d'autres âmes perdues qui passaient par là. Quand elle ne fait pas de fuguasses apparitions népotiques dans l'un des films de son père, elle passe son temps à se vautrer dans le désespoir. Un désespoir tellement vide et sexy.

Son rôle le plus connu est celui de Mary Corleone dans Le Parrain 3, qu’elle obtint grâce à son père après que Winona Ryder fut devenue trop défoncée aux médocs pour se manifester. Elle passa la majeure partie de son temps à trainer sur le plateau, en étant belle à regarder, attendant que son papa crie « action ! ». Elle vécut cette époque en alternant tournage (10%) et longs moments d'attente et d'observation (90%). Alors elle décida qu’elle était incroyablement profonde et se devait de le consigner dans son journal intime.

[modifier] Réalisation

Sofia Coppola2.jpg

Belle comme un papillon… avec une conversation tout aussi intéressante qu’un papillon.

[modifier] Lick the Star

Finalement, elle décida de commencer à faire quelque chose de sa vie et réalisa un court-métrage, Lick the Star, qui se résume à une clique de quatre filles belles et riches qui traînent à l'école pour parler des garçons et de leurs problèmes.

Il est entièrement tourné en noir et blanc pour toutes les raisons artistiques habituelles pour lesquelles les gens filment des trucs en noir et blanc et surtout parce que Sofia trouvait ça joli.


Le film fut projeté dans un auditorium de Newyorkais devant un public composé uniquement de Sofia maussade : il reçut un accueil mitigé.

Les images d’elle filmées pendant la projection qui furent utilisées pour les bonus du DVD, étaient probablement moins pénibles à regarder que le film lui-même.

[modifier] The Virgin Suicides

The Virgin Suicides a été le premier long métrage réalisé par Sofia. Il raconte l'histoire de cinq sœurs jeunes et belles qui se suicident inexplicablement en sautant par la fenêtre de leur chambre, sans doute pour échapper au malaise et à la désolation de leur vie de banlieue solitaire et privilégiée.


Avec ce film, Sofia commence à mettre en place les marques qui seront les siennes tout au long de sa carrière. Les plus notables étant le rythme lent et laborieux d'une histoire dans laquelle il ne se passe pratiquement rien. Toutefois l’esthétisme des prises de vue est plutôt sympa.


La réalisatrice a assisté à diverses conférences de presse pour promouvoir le film où elle est juste restée assise, sans dire un mot, l'air triste et sexy.

[modifier] Lost in Translation

Les fesses de scarlett johansson.jpg

Personne ne s'interroge sur la pertinence du plan d’ouverture de Lost in Translation pour la même raison que l’on ne mettra pas en doute la pertinence de sa présence ici.

Le film suivant de Sofia Coppola, Lost in Translation, est une comédie dramatique au rythme lent avec une intrigue minimaliste, traitant de thèmes tels que l'isolement, l'existentialisme, le choc culturel et l'aliénation urbaine. Du classique.

Ce film met en scène Bill Murray et Scarlett Johansson, deux insomniaques solitaires qui développent une relation particulière pendant qu’ils séjournent à Tokyo dans le même hôtel exquisément photogénique. C’est tout pour l’histoire.


Tel un conte de fée élitiste, le film fut acclamé par la critique pour sa réalisation et gagna l’Oscar du meilleur scénario. Quand elle monta sur le podium pour recevoir son prix, la joie de Sofia était telle, qu'elle dut prendre une photo afin d’immortaliser l’expression pensive de son visage.

Elle a également été nominé pour l’Oscar du meilleur réalisateur, mais a perdu face aux quatre heures de carnage de Peter Jackson. La déception de Sofia était telle, qu’elle dut prendre une photo afin d’immortaliser l’expression pensive de son visage.


[modifier] Clip vidéo pour The White Stripes "I Just Don't Know What to Do with Myself"

En 2003, Sofia a également réalisé un vidéo clip pour le groupe ultra-hip The White Stripes. Le clip entier montre juste le Top-model Kate Moss qui danse à moitié nue dans une grande salle vide, filmée dans une croustillante et resplendissante monochromie.

Sofia a intitulé ce clip "Semi-autobiographie : mon meilleur travail à ce jour".

[modifier] Marie-Antoinette

Ensuite, Sofia a écrit et réalisé un biopic historique très vaguement basé sur la vie de la riche, solitaire et magnifique reine de France, Marie-Antoinette. Bien que beaucoup de choses intéressantes soient arrivées à la jeune reine durant sa courte vie, Sofia a décidé de focaliser son film sur les moments où Marie errait le long des couloirs vides de son énorme palais, s’ennuyant tout en étant à la fois très sexy.

Comme dans beaucoup de films de Sofia, Marie-Antoinette était également parsemé de chansons de pop alternative des années 70 et 80, n'ayant aucun rapport avec le scénario ou l’ambiance de l’époque, mais permettant au spectateur de se demander comment il a pu un jour aimer telle ou telle chanson - une subtile stratégie pour rendre le film plus amusant qu’il ne l’est.

A la différence des autres œuvres de Sofia Coppola, les critiques ont méprisé ce film, bien qu’en y regardant de plus près, il ait les mêmes scénarios, personnages, décors et thèmes que tous ses autres films. La seule différence notable est, qu'il se déroule dans le passé et qu’il a été tourné pour ressembler à un clip vidéo pour MTV music.

[modifier] Somewhere

Sofiacoppola4.jpg

Tournage du tournage de Sofia dirigeant son dernier film. Un réalisateur debout derrière sa caméra, ça fait tellement seventies.

Le plus récent film réalisé par Coppola suit la vie du célèbre acteur Johnny Marco, joué par le pas-aussi-célèbre Stephen Dorff, qui, malgré son argent et sa célébrité est pris dans une crise existentielle et qui le rend apathique au quotidien.

Puis, dans un spectaculaire retournement de situation sa fille depuis longtemps perdue apparaît, avec pour conséquences de terribles boulversements d'aucune nature que se soit. Avec son manque de scénario et ses longues prises du néant, Somewhere a été un retour bienvenu sur un terrain plus familier pour Sofia, ou du moins il aurait été bienvenu si elle avait quitté ce terrain à un moment ou un autre du film.

Le film a reçu majoritairement un accueil positif des critiques et a remporté le Lion d'Or au Festival du Film de Venise. Sofia est restée totalement impassible en apprenant la nouvelle et a célébré l’évènement en restant chez elle, en sous-vêtements, incapable de dormir.

[modifier] Vie personnelle

Pendant son temps libre, Sofia Coppola ne fait rien mais elle est bien agréable à regarder.

[modifier] Voir aussi

UncyclopédiaWiki.png

Cet article, basé sur le texte Uncyclopédien Sofia Coppola, est disponible uniquement sous licence CC-BY-NC-SA de Creative Commons.



Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
Autres langues
wikia