Sociologie

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« S'il y a bien une chose que m'a appris la sociologie... c'est l'inutilité de la sociologie. Ca, et le fait qu'il faut *toujours* porter des chaussettes propres. »

Discipline scientifique qui étudie les gens à l'insu de leur plein gré avec des méthodes pas scientifiques (espionnage dans les bars, interrogatoire sournois).

Le but de la sociologie est de coller des étiquettes sur les gens, afin de mieux les ranger dans des boîtes après leur mort.

L'un des meilleurs sociologues du 5ème arrondissement de Paris était Pierre Bourdieu. Ce dernier est notamment connu pour la précision de quelques chiffres concernant le bon peuple français.

Collecte d'informations

La sociologie moderne s'enorgueillit de ses méthodes scientifiques de collectes d'informations sur les sujets cibles. Les principaux champs d'investigation sont:

On le voit, ce qui distingue le sociologue moderne du chômeur chronique est que, en général, ce dernier doit aller rencontrer un conseiller pour chercher un vrai boulot.

Restitution des informations

Le sociologue moderne commence généralement ses explications par "ce qui est frappant". D'après un sociologue célèbre, cette habitude viserait à prévenir que, bien que vous ayez envie de le frapper, il ne se gênera pas pour le répondre. Traditionnellement, le sociologue, c'est comme l'autre poche, là, au bout du zinc, vous le laissez dire. Je ne sais pas ce qu'il dit après "ce qui est frappant". J'écoute pas.


Les différentes méthodes sociologiques

Les sociologues, se prenant vachement pour des scientifiques, ont tenté d'institutionnaliser (c'est à dire mettre dans des bouquins écrits tout petit et sans dessins) différents types de méthodes pour recueillir des données sociologiques.

Les méthodes quantitatives

Les méthodes dites quantitatives (comprendre : vachement beaucoup) s'opposent aux méthodes qualitatives, que nous verrons après. Ces méthodes reposent sur des questionnaires, distribués à des centaines voire des milliers de gens avec des questions, auxquelles ils doivent répondre. Ce sont un peu des examens, mais les réponses sont en général assez faciles à trouver, et les correcteurs ne sont pas vaches.

Voici comment se déroule une analyse quantitative : un sociologue chercheur (et donc, pas encore trouveur, ce qui est paradoxal parce qu'il donne souvent des cours en même temps) va écrire des questions qui lui passent par la tête, avec des choix multiples, ou non. Son travail dit intellectuel s'arrête là, le reste des tâches étant beaucoup plus facile : il gâche plein de papier et d'encre au frais de l'Université pour faire des milliers de photocopies, il les donne ensuite à ses étudiants pour qu'ils aillent les faire remplir par n'importe qui, sous peine de ne pas pouvoir eux aussi devenir des chercheurs. Une fois le travail fait, il dit à ses étudiants de grouper plus ou moins aléatoirement les résultats pour que toutes ces feuilles deviennent des chiffres dans un tableau. Cette partie là n'intéresse pas le sociologue car elle est exclusivement mathématique, et le sociologue ne supporte pas les vraies sciences, complexe d'infériorité oblige. Une fois ces chiffres mis dans des tableaux, il les lit dans des grands amphithéâtres ou les met dans des livres qu'il fait payer à ses étudiants. Il connait des termes compliqués comme "variables" pour faire comme s'il avait compris comment ces feuilles se sont transformées en Quelques chiffres.

Les méthodes qualitatives

Les méthodes dites qualitatives (comprendre : vachement d'la bonne qualité) s'opposent aux méthodes quantitatives, que nous venons de voir. La définition des sociologues est que la méthode qualitative "consiste à chercher la cause d'un phénomène sans faire intervenir de données statistiques". Nous lui préfèrerons la définition suivante, qui est que cette méthode est plus simple que la quantitative car il n'est pas utile de savoir écrire pour la réaliser, et que le principe est de se faire inviter chez les gens pour papoter, ou trouver un vrai travail en plus de sociologue, le raconter dans un bouquin et être payé pour les deux boulots. Ce n'est pas très compréhensible, je vais donc tâcher de vous l'expliquer en détail.

L'enquête par entretien

Le sociologue utilise ce type d'enquête lorsqu'il s'ennuie trop, qu'il se sent seul. Le principe est d'aller chez des gens, de poser un microphone enregistreur sur la table et de papoter pendant 2 à 4 heures. Ces entretiens sont plutôt longs car la probabilité qu'on vous propose à boire ou à manger augmente avec la durée de l'entretien. On apprend lors des études de sociologie qu'il faut poser les questions les moins précises possibles, pour que l'enquêté puisse développer son propos le plus possible. La vraie raison est que cela permet de faire un somme entre deux réponses, c'est pour cela que les entretiens sont enregistrés.
Le sociologue (chercheur) donne ensuite la cassette à ses élèves pour qu'ils retranscrivent l'entretien, histoire que le sociologue puisse le mettre dans un livre et gagner de l'argent, en le vendant aux susdits élèves. A noter qu'il trouve des conclusions à ces entretiens tout en disant que c'est totalement subjectif et que bon, on est une science alors fait pas chier. Oui, car le sociologue se sent attaqué lorsqu'on lui parle de ses travaux.

L'observation

Il y a deux types d'observations :

  • L'observation participante : Le sociologue va dans le milieu qu'il veut étudier et s'y plonge totalement. L'exemple est très fréquent dans la sociologie du travail, où les sociologues se font embaucher par une entreprise pour cumuler le salaire de chercheur et celui de l'entreprise dans laquelle il est. Au bout de 5 ans il écrit un livre sur ce qu'il a vu (et le vend à ses étudiants pour gagner plus d'argent), donne des conférences à des autres sociologues pour expliquer ce que tous les gens savent, par exemple que dans le monde de l'entreprise le patron est roi, et qu'il n'est pas bon pour sa carrière de l'insulter.
  • L'observation non participante : aussi appelée contemplation béate; le sociologue va dans un lieu (entreprise, association, secte...) pendant 5 ans, se fait payer ses frais par son université, puis écrit un livre (qu'il donne à ses élèves gratuitement parce qu'il est super sympa. Ou pas). Ce type d'observation est particulièrement reposante, le sociologue peut se permettre d'écrire une ligne par jour (un peu plus d'un mot par heure) pour que son livre soit prêt au bout de 5 ans.

Qu'avez-vous pensé de l'article "Sociologie" ?
 
51
 
127
 
74
 
25
 
17
 
12
 

Ce sondage a été créé le octobre 24, 2007 10:46 et 306 personnes ont déjà voté.


GoodJob
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
wikia