Socialisme

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

[modifier] Définition savantissime

Le Socialisme est une méthode d'enrichissement personnel employée par certains politiciens. C'est aussi devenu le second nom de Capitalisme.

Autrefois, le socialisme défendait la cause des prolos karchérisés à coup de salaires minables et d'usines-prisons et globalement, de tous les sexploités. Ensuite il s'est divisé en Communisme, Anarchisme, Marxisme, Léninisme, Trotskysme, Kyste, Gérard-Lambertisme, Stalinisme, Alcoolisme, National-Socialisme, Maoïsme, Germanopratisme, Polpotisme, Hojdisme, Djudchisme, Titisme et Grominetisme, Castrisme, Guevarisme, Chiapasme, Chavisme, Pachamamaïsme, Gayisme, Queerisme, Ecologisme, Décroissantisme, Conseillisme, Mal-conseillisme, Distributiïsme, Spontanéisme, Oulipo, Dadaisme, Surréalisme, Blairisme, Hollandisme, Cannabiïsme, Cannibalisme, DSKrisme, Vallsisme, Prozac, Médiatisme, Friquisme et Affairisme. Ouf !

Cette division délirante par scissiparité (l'impératrice Sissi était pour la parité) peut maintenant servir le Capitalisme comme autant de grelots au chapel vermeil d'un bouffon du roi. Il laisse derrière lui des traces dans la poussières et quelques étrons où s'ébattent les animalcules agitant leur pseudopodes révolutionnaires, se disputant sur le goût de la merde capitaliste et des mille façons de ne pas en manger ou de s'en imprégner, tout en vivant résolument dessus la plupart du temps.

Il est pour le moins étonnant que si l'argent n'a pas d'odeur, le socialisme en a acquis une.

[modifier] Analyse sémantique

Décomposons ce mot pour comprendre son sens primaire :

SO(T) CHIA LIT SSSS MEUH

Traduction : Imbécile lisant dans les chiottes, avertissant que non, il n'est pas une vache. Dans Analyse il y a 'anal', il est fatal donc que nous aboutissions à cette conclusion grotesque.


[modifier] Origine, vie et mort

Doctrine née au XIXe siècle avec deux dents : une pour mordre au cul des gros capitalistes, l'autre pour se mordre soi-même.

Sa mère Machinisme et son père Progrès ne cessèrent de se foutre sur la gueule le siècle suivant d'où une constante schizophrénie chez leur rejeton qui n'a jamais bien compris ses co-géniteurs. Socialisme aura deux demi-frères principaux, l'un né de Deseperada et prénommé Anarchisme et l'autre né de Paupera et répondant au doux nom de Communisme. Devenu adulte, c'est-à-dire bon à rien et prêt à tout pour le rester, Socialisme se coucha devant Hitlérisme et Fachisme à partir de 1936, avant de se prendre une tôle (de Panzer) en 1940.

Revenu sur le devant de la scène en 1944, il promit des jours heureux, fit un programme commun, se décommunisa, se désocialisa et mourut à Bad Goldensberg. Une foi encore, les boches avaient gagnés. De nouveau, il se mit partout à lécher les bourses, tandis que Communisme se suicidait en avalant du fil de fer barbelé. Anarchisme quant à lui, mourut en 1905, 1914, 1939, 1947, 1968, 1981, 1995, 2016 et chaque fois avoua que non, c'était pas vrai.

Pour le détail de ce que fut, durant un siècle et plus, la survie en milieu hostile du Parti Socialiste, pour ses mirifiques renoncements et ses titanesques défaites, reportez-vous à l'excellent article éponyme.

[modifier] Copains, coquins et coquarts du Socialisme

Jean Jaurès : Devenu vivant après sa mort, pour mieux l'enterrer.

Jules Guède : I've got the power ! Ben en fait, non.

Léon Blum : Déjà on avait un problème avec l'Espagne, maintenant on en a un juste qu'avec un Catalan.

Jules Moch : "Tout étranger prit à faire la grève sera expulsé" (1947), un glorieux patriote à petite moustache.

François Mitterrand : "L'Algérie c'est la France" (1955) et de donner des pouvoirs de police aux militaires afin que les centrales électriques à Maghrébins éclairassent les cahutes des tortionnaires.

Lionel Jospin : Entré trotsko triste, ressorti triste tricard, après avoir subi un pen-pen cucul. Aujourd'hui, ramasseur de berniques (sans Sanders) sur les plages de l'île de Ré.

Jacques Séguéla : "Si à 50 ans t'as pas une rollex au poignet, tu as raté ta vie", ses campagnes de pub politiques ne réussissent que s'il fait la com' des dictateurs réélus à 99 %. (voir Eyadema)

colonel Khadafi : Membre (habillé cool) de l'Internationale socialiste, périt extrait d'un tuyau à merde en criant 'méchoui j'y reste !'.

Ali Ben Ali : Pléonasme de l'Internationale socialiste, périt en vie dans le royaume où l'on s'emmerde après huit heures du soir, l'Arabie Séoudite.

Saddam Hussein : Membre (viril et tout dur) de l'Internationale socialiste, périt pendu comme un saucisson après avoir mariné sans peine dans un trou à rats.

Gerhard Schroder : Inventeur du SMIC à 600 euros avec les accords Hartz II, grâce auquel les boches nous ont encore battus : ils sont plus pauvres que nous et nous emmerdent.

Tony Blair : Grâce à lui les mômes purent travailler pour payer et l'école et ses conférences à 100 000 livres l'heure.

Dominique Strauss Kahn : Chef du AFFAMIE, la presse étasunienne a résumé ce gourmand : THE PERV.

Pascal Lamy : L'ami du pognon, des banques pleines de sous, en faillite, pillées ou brûlées : ils les aima toutes !

Flanby dit François Hollande : You can be do, fumeux néant toisé par Barack Obama en 2012 : "Ah bon ? il existe encore des 'socialistes' en France ?".

Ségolène Royal : Divorcée du néant, s'éleva avec grâce à l'insignifiance.

Martine Aubry : Commode ou pas commode, non, buffet froid.

Pierre Mauroy : Il était si intelligent qu'il devint ex premier ministre socialiste pendant presque tout le reste sa vie.

Laurent Fabius : Se mis en quatre pour un cheveux de socialisme, dispersa façon puzzle un photographe hispanique avec le Rainbow Warrior, transfusa du Capitalisme aux bouffeurs de carottes rapées.

Pierre Beregovoy : Range-balles, un bon meuble pour les choses précieuse, c'est toujours utile.

Jacques Delors : Fossoyeur du socialisme en 1983, avec une pelle à tarte, s'enfuit en Europeland plutôt que d'affronter, en 2001, un navrant borgne teint en blond à rien.

Michel Rocard : Parti trop tôt, arrivé trop tard, il ne put accomplir son ouvrage de fossoyeur et tomba dans le trou de glace : il est ambassadeur auprès des manchots.

Jacques Attali : Transhumain président de la grosse BERD, pondeur d'ouvrages écrit à quatre mains et deux cerveaux recommandant le suicide et donnant le mode d'emploi.

Harlem Désir : Niaiseux qui voulait repeindre les cages d'ascenseurs des banlieues pour repousser le chômage, la violence, la drogue, le racisme, la mort, la vieillesse et la dérive des continents.

Roland Dumas : Vendit son âme pour des chaussures en peau de zobi pakistanaise, valida les mécomptes de campagne de don Chirac et don Balladur, il laissa sa chevelure se BHLiser pour paraître en Afrique.

Jean-Marc Ayrault : Working class hero, chef de l'immobilisme révolutionnaire, de la force débile et de la mèche blonde rebelle.

Christiane Taubira : Cantatrice chauve. Tu m'en Taubira tant, de ces pucelles nazies brandissant des bananes à ton passage, car les simiennes ne sauraient être tiennes : le Front des Nasiques a encore frappé !

Charles Hernu : Profil de coup d'état, ambition d'un général Boulanger, fini dans le pétrin du ridicule.

Gaston Defferre : Bouille à baisse marseillaise, on fit tout un pastis de ses fausses fractures alors que ses administrés l'avaient dans l'os.

Jean-Michel Guérini : Farce de maître Pathelin et gros veinard. Marché truqué, fausse facture, blanchiment et vol de Smarties, 'Plus belle la vie' c'est que pour lui.

Jérôme Cahuzac : Très grand homme d'Etat et à cause de ça, en tombant, il se cogna la tête dans un coffre-fort pourtant à l'autre bout de la planète.

Edith Cresson : Bouffa les pissenlits par la racine quand les machos FNSEA embellirent son bureau en le saccageant. Cause de la dernière érection présidentielle.

Manuel Valls : Emmanuelle Un était meilleur que le Deux, qui était meilleur que le Trois et ainsi de suite. Arrivé Manuel dernier, la Rue l'envoya valser avec le trottoir dépavé, comme une vieille teupu.

Michel Sapin : Du meilleur bois dont on fait le cercueil de ses ambitions.

Benoit Hamon : A bon ?

Arnaud de Montebourg : Voulait produire français avec des usines indiennes grâce à des capitaux chinois et des ouvriers polonais. S'est retrouvé en slip Petit Bateau made in 'Dans ton cul'.

Gérard Filoche : File un mauvais coton parce qu'il est le DERNIER socialiste au PS et qu'il n'y a pas trouvé de femme pour perpétrer l'espèce.

Mazarine Mitterrand : Fille de.

Laurent Joffrin : Qui c'est ?

Guy Bedos : Il n'y a rien de plus drôle qu'un cocu du socialisme qui se débat sur scène.

Barbara : Ne trouva jamais l'Homme à la rose rue de la Grange aux Loups. Quand elle arriva à son chevet, il était déjà mort.

[modifier] Emblèmes et autres sex-toys

La rose sans épine : se fane en quelques mois, on a retiré les épines à cause du second symbole.

Le poing fermé : comme la rose ça pique, on a retiré les épines pour qu'il puisse la tenir dans sa mimine.

Le dentifrice Ultra-brite : une belle gonzesse post-hippie tint entre ses dents une rose avant de s'élancer faire du surf. Ainsi le Socialisme contribua à libérer la femme en en faisant certes une pute, mais une pute libre.

Le chapeau mou : truc pour se couvrir quand il pleut au début, puis pour cacher sa calvitie de grosse tête de l'ENA (voir Laurent Fabius).

L'écharpe : truc pour ne pas prendre une bronchite au début, puis pour se déguiser en journaliste de gôche (voir Christian Barbier).

Le drapeau rouge : pour arrêter le train de l'Intelligence au carrefour des décisions à prendre.

Le drapeau bleu-blanc-rouge : dernier avatar, pour flatter la motte de la fuehrer du moment.

Le panneau publicitaire : pour financer les campagnes électorales en loucédé, avec ou sans fille nue, rose entre les dents.

L'abri de bus changé tout les six ans et qui rétrécit : même causes, même effets, pour financer en loucédé les municipales et filer le rhume aux écolos qui préfèrent les transports publics.

Le rond-point : un rond point, un pot-de-vin ! dit un proverbe politique.

L'aéroport : pour péter plus haut que son cul avec la jet set et surtout, éviter les jets d'écrous, tomates, oeufs, farine, lait, lisier, feuilles d'impôts, arrêts de la magistrature etc.

La Fête de la Musique : pour assourdir les cris des mécontents avec du son, du son, du son, mais le reste de l'année, silence et fermeture des 'rues de la soif'.

La techno parade : pour effacer les homos banalement prolos ou classes moyennes qui n'ont que l'indignité de se contenter de vivre ou survivre.

Paris Plage : pour faire oublier que sous le sable, y'avaient des pavés, et que mai 68 c'est fini et qu'enfin, la Seine est toujours un véritable cloaque.

Les autoroutes : pour aller plus vite se faire chier d'un point à un autre tout en payant des bandits de grands chemins qui nous ont même pas été présentés.

L'épouse journaliste : bonne femme bonne à bon papier pour bonne réélection. Les politiciennes n'épousent pas, elles, des journalistes et quand on voit Nicolas Demeurant, on comprend.

L'indignation : coupable prit la main dans le sac scandalisé qu'on se contente des faits sur sa personne et non du culte de la personnalité.

La plainte en diffamation : plainte faite devant les journalistes contre un lanceur d’alerte et nulle part ailleurs.

Fausses-cartes d'adhérents du PS : pour faire triompher le minable face au neuneu, recette éprouvée contre les rocardiens, les aubrystes et les hamonistes : c'est le triomphe du raélisme socialiste et donc, des extra-terrestres.

Urne : oui, mais funéraire, car seuls les électeurs morts sont des électeurs contents.

Bulletin de vote : papier recyclable en fin de vie (comme le torchecul) servant à désigner un socialiste recyclable dans le capitalisme.

Les paradis fiscaux : pour faire luire ses vertueuses proclamations anti-fric comme l'or qu'on planque aux îles Vierges britanniques, à Jersey, à Singapour, ce afin d'investir dans les jeunes orphelines, les pulls et les shushis.

La salve de lacrymogènes : pour protéger les vitrines de banques quand en coulisse elles aident à mettre quelques sous de côté, ce pour investir dans les jeunes orphelines, les pulls et les shushis.

Le flashball : instrument de dressage des jeunes servant aux chefs borgnes, mais qui ne disent pas qu'ils le sont. Par extension, lanceur de baballes pour chiens de l’Elysée.

Le canon à eau : contre le réchauffement climatique, une bonne douche fraîche, ça fait du bien.

49.3 : position sexuelle d'un premier ministre acculée.

4.40 : se mettre en quatre pour les quarante voleurs, insulte envers un cam.., copain, socialiste qu'on peut pas BLAIRer.

1981 : je ne me souviens pas, j'ai la même maladie que Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Désolé.

21 avril : c'était pas plutôt un 11 septembre ?

[modifier] Slogans, gimmick, tics et tocs

Socialistes de tous les pays, cachez-vous !

Non, non, non, au pouvoir des 300 familles, où sinon j'épouse leur fille !

Prenez garde, prenez garde, à la jeune garde, prenez garde, prenez garde, à la jeune gaaaaarde.

Il n'est de pire socialiste que celui qui se reconnaît comme tel dans un gouvernement.

Quand le socialisme montre un prolo du doigt, c'est bourgeois / Quand un socialiste montre un ours, c'est DSK.

Qui promet la Lune est socialiste : y'a plein de trous pour y masquer les déficits (Hubert Reeves).

Tant va le socialisme à l'argent qu'à la fin, il se vend.

Donne un sous au capitaliste, il t'en volera deux / Donne un sous à un communiste, il t'en rendra un de plus / Donne un sous à un socialiste, il en fera dix dans un paradis fiscal.

La raison du moins socialiste est toujours la plus forte.

C'est au pied du mur qu'on voit le maçon, mais c'est aux pieds d'un ministre socialiste qu'on voit le larbin (proverbe écologiste).

Le train blindé de mon troskysme roule sur les rails de mon indifférence communiste et s'arrête à la gare de mon mépris socialiste.

Chose promise, chômedu.

Le socialisme c'est les conseils d'administrations plus la télévision (François Lénine).

La finance est mon ennemie, la France est en charpie et moi, je suis le Flanby.

So-so-so, socialisme, so-so-so, socialisme. (air martiniquais)

Avé socialismus, morituri at electionem te votam ! (Suétone, Vie des 12 enfoirés)

Ecce Gay Parade. (évangile selon saint Delanoë)

Tovaritch ! (russe, signifie 'camarade', geste qui sauve en levant les bras devant un CRS socialiste pour qu'il ne tire pas).

Eh oh, la gauche, t’as pas de socialisme, non mais c’est quoi ? C’est comme si tu disais que t’as du shampoing et que t’as pas de cheveux !

[modifier] Désorientation bibliographique

La paille et le grain (Fusil Mitrailleur, 1981-1995), je connais pas cet auteur, mais 'La poutre dans l'oeil et le grain dans la tête' ça l'aurait mieux fait comme titre.

La faille et le gain (Dominique Strauss-Kahn et Jérôme Cahuzac), manuel d’enrichissement personnel.

De l'ordonnance dans l'obstruction (Maurice Mitterrand, 1938), manuel de lutte sur le terrain contre les flics dans les manifs (authentique !) où François se cache derrière 'Maurice'.

C’est Pétain qu’il nous faut (qui ?, 1938), ce livre (authentique !) paru la même année, mais ce n'est sans doute qu'une coïncidence.

L'espoir au présent (Georges Marchais, 1980), 'Les poires aux pédants' ça l'eut mieux fait vu que Georges escomptait être au second tour en 1981 face à la grande gigue Giscard.

Soumission (François Hollande 2012), précis de sodo-socialisme, interdit aux électeurs de moins de 18 ans.

Un soumis, deux sous-merdes (Jean-Marc Ayrault, 2016), mémoire sur son action comme 1er ministre, puis sur le Président et son successeur.

Les chleuhs, basta ! (Jean-Luc Mélanchon, 2013), essai sur l'Allemagne, en fait dirigé contre Jean-Marc Ayrault, ancien professeur d'allemand.

Le coup d'éclat permanent (Jean-Luc Mélanchon, à paraître 2017), sous-titré 'Essai sur 'ma gueule' dans les médias de merde'.

Mon cancer, le socialisme et, j'ai oublié si il a quelque chose après (Ugo Chavez, 2011)

Mon cancer, le national-socialisme (Ugo Boss, 2015)

Mein Koffe (Mon ami Koffe, titre français) (Steevie, 2016), mais qu'est ce que ça fout là ?

Le fond de l'air Onfray (Thomas Piketty, 2016)

Critique de la morale de l'intention bienveillante (Vladimir Jankelivitch, 1981)

Hollande, l'homme unidimentionnel (Herbert Marcuse junior, à paraître 2017 ou jamais)

[modifier] Voir aussi


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia