Si par une nuit d'hiver un voyageur

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Bouncywikilogo.gif
Pour nos lecteurs coincés du cul, les soi-disant experts de Wikipedia ont un article à propos de Si par une nuit d'hiver un voyageur.

[modifier] I

Tu vas commencer le dernier article de la sencyclopédie, « Si par une nuit d'hiver un voyageur ». Détends-toi. Concentre-toi. Écarte de toi toute autre pensée. Laisse le monde qui t'entoure s'estomper dans le vague. La porte, il vaut mieux la fermer : de l'autre côté, la télévision est toujours allumée. Dis-le tout de suite aux autres : « Putain, The Voice, c'est vraiment de la merde ! » ; parle plus fort ils ne t'entendent pas : « Baissez le son, bande de cons ! »

Avec tout ce chahut, ils ne t'ont peut-être pas entendu : dis-le plus fort, crie : «  Je commence le nouvel article de Psychoparten ! » Ou peut-être que tu es un(e) gros(se) loser complètement isolé(e) et que tu étais en train de crier sur tes amis imaginaires. Auquel cas, pas besoin de continuer.

Prends la position la plus confortable : position assise ou avachie sur une chaise à roulettes, prostrée sur ton canapé, allongée sur le ventre sur ton lit, enlacée avec ta poupée gonflable... Incline l'écran comme il faut. Si tu as un ordinateur fixe du XXème siècle, n'essaye pas de l'incliner : ce serait vraiment con. Tu as besoin de te masturber pour lire avec plaisir ? Saisis ta quenelle ou tripatouille-toi l'Œil de Sauron. Il n'y a pas de honte à ça ; tu as le droit d'avoir une vie sexuelle pathétique. Qu'est-ce qu'il y a encore ? Tu as envie de faire pipi ? À toi de voir.

[modifier] Si par une nuit d'hiver un voyageur

Si par une nuit d'hiver un voyageur est un roman écrit par Italo Calvino, un écrivain...

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
...portugais ? Il y a des « a » et des « o » dans son nom !


Hommepoilu.jpg

Portugo Calvinho ?

Évidemment pas. Sinon il s'appellerait Portugo Calvinho, et je serais obligé de faire une blague sur sa pilosité.

Tiens, un écrivain portugais, est-ce qu'il écrirait à poil ?

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Hihi ! Ça me rappelle le meilleur article de la désencyclopédie, « Ondine à Poil ».


On comprend bien pourquoi Calvino a postulé que son lecteur aurait forcément une bite entre les jambes. Je veux dire, on voit que les femmes sont des cruches, et une cruche, on la remplit de liquide, pas de livres.

« Les femmes sont comme des miroirs, elles réfléchissent mais ne pensent pas. »
« Il y a un principe bon qui a créé l'ordre, la lumière et l'homme. Il y a un principe mauvais qui a créé le chaos, les ténèbres et la femme. »
~ Pythagore à propos de l'absence d'hypothénuse dont le carré est égal à la somme du carré des deux autres côtés chez la femme.

[modifier] II

Hé bien, cet article commence bien ! Surtout que tu adores les blagues haineuses sur les Portugais et les femmes. Et si tu es toi-même une femme d'origine portugaise, ça n'a jamais vacciné contre la connerie. Car oui, tu m'as l'air un peu bête, au fond. Je me demande si je devrais pas quitter la sencyclopédie et écrire pour Charlie Hebdo. Je gagnerais mieux ma vie. Et puis, dire de la merde sur les Arabes, c'est mieux vu que d'en dire sur les Portugais.

Ayant faim, tu mémorises le titre de l'article, tu éteins ton ordinateur et te cuisines un délicieux sandwich aux chips et aux cornichons. Mais à ton retour, une sacrée désillusion t'attend.

Supprsipar.jpg

Supprimé ! Mais enfin... Mais... il te FAUT lire la suite de cet article ! Une seule solution : te rendre au siège de la sencyclopédie et casser quelques rotules. Tu réalises donc un piratage informatique inspiré de Millénium, consistant principalement à te grimer en gothique lesbienne. (Note : si tu es une gothique lesbienne, tu connaissais déjà l'adresse du siège de notre site). Ensuite, tu files à Paris et te retrouves...

Bnp-Paribas.JPG

Bah oui, gros nigaud ! Tu croyais vraiment que le flash trading et les subprimes, c'étaient des vrais trucs qui existaient vraiment ?[1]

Furieux de t'être fait berner, tu pousses la porte d'entrée avec violence, et te retrouves face à une femme... Oh, là, là... Ton idéal féminin personnifié... Des yeux révélateurs d'une vie intérieure riche, des mèches de cheveux dont la sage folie suggèrent une personne à la fois sophistiquée et aventureuse, et ces fossettes qui sont comme des promesses de floraison...

Oh, et puis elle a vraiment des gros seins. C'est pourquoi tu décides d'entamer la conversation :

— Jonjour Masoiselle, s'est-que ce vous faites ici ?

Oui, autant être honnête : quand tu parles à quelqu'un d'attirant, tu as vraiment l'air d'une cruche.

— Bon... Bonjour... En fait... Je lisais un article... Sur un livre... Un livre que j'ai lu... Mais l'article a été supprimé... Alors je venais leur demander gentiment de me le faire lire...

Tu enregistres le fait qu'il s'agit d'une Lectrice, quelqu'un de cultivé donc, qui, lorsque vous serez tous deux insérés, ou non, dans la société, gagnera plus de sous que toi. Au moins, pour une fois, tu fais un effort en lui répondant :

— Quel hasard ! Moi aussi, je venais pour ce motif ! J'estime qu'ils l'ont supprimé assidûment !

Bon, c'est pas mal. Par contre, on dit « indûment ».

— Eh bien... Un monsieur va nous recevoir... Le Président de la sencyclopédie, paraît-il...
— Formidable ! Eh bien...

Justement, voici votre interlocuteur. Tu t'arranges pour avoir une bonne présentation, tout en te préparant à la bagarre.

— Mademoiselle, si vous voulez bien me suivre. Oh, je vois que vous avez quelque condisciple qui vous accompagne. Venez également.

Ce con de bureaucrate te tape déjà sur les nerfs, mais tu enfermes ta colère en toi, faisant contre mauvaise fortune bunker.

— Oui, parce que bon, vous avez viré un article qui était trop bien ! C'est casse-couilles, quoi, ma mère la pute !
— Un article supprimé récemment ? Mmh... Je n'en ai pas la souvenance...
— Vazy, il commençait super fort, y avait des blagues sur les Portugais et tout !
— Euh... Je... Je crois que l'auteur s'appelait Psychoparten...

L'autre crâne d'œuf vous regarde fixement un instant puis déclare :

— Un article de cet auteur, récent, dont l'incipit est puissant et qui parle un peu du Portugal... Mais oui, je sais lequel vous évoquez !

Ton attention va et vient entre l'écran de l'ordinateur qui charge et ta belle voisine. Ça y est, l'article est affiché ! Vous vous rapprochez encore du moniteur, et très vite, vous constatez qu'il ne s'agit pas du tout, mais alors pas du tout, de « Si par une nuit d'hiver un voyageur ».

[modifier] Charles II d'Espagne

— RAAAHH ! Je sens les contractions qui viennent !
— Allez-y ! Poussez, Votre Majesté !
— AAAAAH !
— C'est bien ! Les contractions s'accélèrent !
— HAAAAAN !
— Bravo, Votre Altesse ! Je le vois qui sort ! Encore un effort !
— RAAAAAAAAAAAAH !
— Oooh ! Qu'il est beau !
— Ah... Ah... Ah...
— Et il pèse bien sept ou huit livres !
— S'agit-il d'un garçon ou d'une fille ?

Les membres de l'entourage royal se regardèrent, un peu gênés aux entournures.

— C'est... C'est un caca, votre Majesté...

Ainsi débuta une journée normale à la Cour d'Espagne sous Charles II.

[modifier] III

— Quel est le sens de cette coupure d'électricité ? Serait-ce que Wikia n'aurait pas payé la facture dernière ? Il en va pourtant du devenir de notre encyclopédie !

Au fond, tu t'en fous des petits soucis des auteurs de ton (seizième) site favori. En ce qui te concerne, ils peuvent nager dans leur diarrhée, l'important est qu'ils te fournissent ton divertissement quotidien. Tu laisses donc ton hôte pleurer dans un coin, tout en dragouillant la demoiselle que tu as pu rencontrer. Quel charmant hasard ! En plus de consulter les mêmes sites prétendument humoristiques, vous habitez la même ville ! Voilà qui promet un retour agréable... et plus si affinités.

Chamberlain.jpg

Gentleman jusqu'au bout des cils.

Tu la précèdes afin de trouver un compartiment vide. Il n'y en a malheureusement pas, et tu optes pour t'installer avec un vieil homme un peu bizarre, qui a un monocle et une redingote. Au moins, il ne te fera pas d'ombre auprès de ta nouvelle amie. Qui plus est, il est plongé dans les méandres de son ordinateur portable – probablement dans le menu d'aide.

Après lui avoir toi-même dit ton nom, ta voisine se présente :

— Je... Je m'appelle Ludmilla...
— Ça alors ! Je l'aurais parié !
— Pourquoi ?

Ton expérience en matière de porno slovaque amateur n'étant pas de nature à charmer la charmante, tu préfères la taire et esquiver en louvoyant. Tout à tes confuses explications, tu n'as pas remarqué que votre compagnon de voyage s'était mis à rire :

— Ohoh ! Voilà qui est fort piquant !

Puisque ta compagne a dirigé son regard vers le vieux monsieur, tu l'imites. Celui-ci vous explique :

— Voyez-vous, je suis amusé par les facéties spirituelles de ces jeunes augustes qui parodient Wikipédia ! Ici, j'ai un article qui parle d'un monarque visiblement inapte à gouverner son royaume, c'est délicieusement drôle !

Tu regardes Ludmilla, mais celle-ci semble avoir l'esprit autrement plus vif que toi :

— Pouvons-nous le lire, s'il vous plaît ?
— Assurément ! Il faut bien que jeunesse se passe !

Vous vous installez, pleins d'excitation, face à l'ordinateur de votre aîné. Mais, bien vite, vous vous rendez compte qu'il ne s'agit pas du tout, mais alors pas du tout, de l'article que vous souhaitiez continuer.

[modifier] Royaume de Bolbec

Le Royaume de Bolbec a existé du 8 juin 1066 au 26 octobre 1066. Crée pour des raisons troubles, son histoire est une des plus intéressantes de celles des royaumes médiévaux. En moins de cinq mois d'existence, il aura connu plus d'intrigues et de rois qu'en ont eus tous les royaumes d'Europe en au moins trois siècles d'existence (environ). Il a donc en soi une histoire très riche et très intéressante. On pourrait dire que le Royaume de Bolbec a l'histoire la plus intéressante du monde, et qu'il est l'état le plus fascinant ayant jamais existé.

[modifier] Fondation du royaume

En 1066, Guillaume II le Conquérant, Duc de Normandie, conquiert l'Angleterre. Il se fait ainsi couronner Roi à l'appui de son ascendance généalogique. En Normandie, la famille du Comté de Bolbec, qui se déplaît à n'être que des comtes et comtesses, fait une demande à leur Duc pour obtenir leur indépendance, arguant que maintenant qu'il a l'Angleterre, il ne remarquera pas s'il lui manque un petit Comté dans son duché d'origine. Guillaume II le gros Bâtard (appelé ainsi en raison de son illégitimité), fort occupé à réorganiser l'Angleterre, reçoit donc une lettre de Bolbec ; "Dis, on serait un royaume s'il te plaît ?" Ce à quoi il répond, agacé ; 'Non". Ce à quoi répondent les de Bolbec ; "Allez s'il te plaît". Ce à quoi répond Guillaume II : "Non". Les de Bolbec répondent "Allez vas-y fais pas ta pute". Ce à quoi Guillaume, qui en a un peu ras-le-bol, et qui se dit que de toutes les façons le Comté de Bolbec a autant d'importance économique, stratégique et politique que, de nos jours, la Sarthe, finit par répondre "Bon allez d'accord". Les de Bolbec lui rétorquent alors "Ouais ! Super ! Merci beaucoup !".

[modifier] Foutrugon 1er le Roi

Bol1.jpg

Foutrugon 1er.

Foutrugon, comte de la cour de Bolbec (qui compte trois membres, soit le comte, la comtesse, stérile, et leur chien) est le premier à être couronné (logique). Afin de marquer le coup, il est décidé de lui donner un adjectif, comme chez les rois de France, Philippe le Bel, Jean le Bon ou Charles le Grand. Il sera donc "Roi Foutrugon 1er le Roi". Pourquoi une telle simplicité (et un tel manque de créativité) me direz-vous ? Eh bien parce que les autres choses qui le caractérisent ne sont pas très flatteuses. On aurait pu l'appeler, par exemple, Foutrugon le Bossu, Foutrugon le Méchant, Foutrugon le Bec-de-Lièvre, Foutrugon la Verrue, ou encore Foutrugon le Sodomite. Sodomite, car Foutrugon, tout émoustillé par son statut de roi, se met à sodomiser tous les membres de son royaume. Personne n'ose s'opposer à lui, la tradition royale Bolbecaise héritant de la française, Foutrugon 1er est considéré comme élu de Dieu.

[modifier] IV

— Gare de Villeville ! Désolé, les enfants, je me dois de partir !

Et ton bienfaiteur sort, arrachant presque l'ordinateur de tes mains gélatineuses. Tu lances un regard à Ludmilla, déconcertée elle aussi : pourquoi ne pouvait-il prévenir qu'il partait ? Et quelle est cette force qui semble prendre la nourriture spirituelle des bons Français que vous êtes ? Tu exprimes cette pensée en ces termes :

— Vazy, casse les couilles ! On va jamais le retrouver, maintenant !
— Euh... C'est vrai que j'ai oublié le nom de l'article... Mais...
— Mais quoi ?
— Ben, j'ai un ami... Enfin une connaissance... Il connaît bien la sencyclopédie... Il pourrait peut-être le retrouver...
— Bah ça fait zizir ça ! On raboule chez lui une fois rentrés !
— Bah... j'ose pas lui demander... Je suis toute timide... Faut dire que ma sœur me bat...
— Oh ?

Eh bien, lecteur ! Pour la première fois, tu ressens un début de compassion pour un autre être humain. Félicitations ! Je n'attendais plus cela de toi !

Quoi qu'il en soit, tu décides de parler avec plus d'égards à la demoiselle :

— Mais... Elle n'en a pas le droit !
— Bah... Elle s'appelle Lotaria... On peut l'excuser, non ?
— Ah ouais, c'est un prénom de merde, c'est vrai !
— Mais, dis... j'ai une idée...
— Bien sûr, ma chère ! Dis-la moi.
— Ben... Tu veux pas aller voir mon vague ami... pour lire la suite de l'article... puis après tu me le résumes... S'il te plaît ?

Lire un article marrant de la sencyclopédie ? Et tout ça pour une splendide paire de... d'yeux ? Un peu, mon neveu, que tu veux !

Te voici donc qui sonnes à la porte de l'adresse indiquée par ton aimée.

— Wesh gros, je...

Au vu de la corpulence de l'être en face de toi, c'était plutôt maladroit. Il doit approcher les 140 kilos – 150 en comptant la masse de cheveux noirs emmêlés. Il bouge les lèvres, et une voix caverneuse en sort :

— Oui ?
— Bah, chuis un pote à Ludmilla, elle m'a dit que tu pourrais m'aider vu que tu kiffes grave la sencyclopédie !
— Non, je n'aime pas ce site et je n'aime rien, à vrai dire. Mais il faut bien occuper le temps que nous avons le malheur de devoir vivre. Aussi, j'alterne entre lire Cioran et lire la désencyclopédie.

Il dit tout cela d'une voix surnaturellement monocorde, et, en le suivant dans le capharnaüm qui lui tient lieu d'appartement, tu commences à songer que l'élue de ton cœur a quand même des fréquentations un peu spéciales.

Vous êtes désormais face au Mac de... (ah, mince, tu as oublié de demander son nom ; mais tu n'espères pas non plus le revoir). Il te fixe de ses yeux cernés, et malgré ton malaise, tu te lances :

— Je me souviens, avec Ludmilla, on lisait un truc, ça parlait de pratiques sexuelles déviantes... Puis l'auteur, c'était Ar... Ar-quelque chose...
— Artough ?
— Ouais ! Bien ouèj, gr... mec !
— J'ai ce qu'il te faut. Enfin, c'est du poison qu'il nous faut, mais je veux dire, ce qu'il te faut dans ta pénible vie.

Les premiers mots du texte défilent devant tes yeux, mais, prestement, tu arrives à la révélation qu'il ne s'agit pas du tout, mais alors pas du tout, de ce que tu lisais précédemment.

[modifier] Domination Sexuelle

Attention ! Cet article est fortement déconseillé aux jeunes poneys prudes et influençables !
Poney.jpg
93Happy Family.jpg

Domination sexuelle est l'archétype du jeu familial.

Domination Sexuelle est un jeu de société, se jouant de deux à dix joueurs, inventé en 1928 par le Marquis de Sade.

Jeu alliant stratégie, prouesses physiques et résistance psychologique, il est répertorié depuis 1985 comme le meilleur jeu inventé par l'homme.

[modifier] Bref historique

Familygeorgian edited1 mid.jpg

Une des premières parties de DS.

Le Marquis de Sade, donc, après une soirée fort amusante, rangeait les cadavres de la veille lorsqu'il eut l'idée d'un jeu de société qui lui permettrait de convertir les faibles d'esprit à ses pratiques. Il crée ainsi Domination Sexuelle, qui aura un succès retentissant dans la haute société puis chez le petit peuple.

En 1958, à l'occasion de l'anniversaire des trente ans de création du jeu, eut lieu le premier tournoi national de Domination Sexuelle. Un autre énorme succès, qui popularisera le jeu dans le monde entier, organisant un renouveau d'intérêt pour le Marquis de Sade, puis, en 1968, pour la baise. Cette même année eurent lieu quelques évènements rigolos, les étudiants jetant des pions du jeu aux forces de l'ordre en signe d'hommage. Il est reconnu en 1990 comme Jeu Sexuelympique.

[modifier] V

— Hé, au fait, tu m'as traité de gros ?
— Euh...
— Casse-toi. S'il te plaît.

Tu quittes, à regret, cet article que tu adorais. Il est de toute façon l'heure pour toi d'aller au lycée.

Oui, c'est vrai, des gens de ton âge ont déjà leur bac. Mais bon, il faut croire qu'au fond, et malgré les apparences, tu aimes bien l'école, puisque tu consacres 2 ans à chaque classe.

Tu penses justement à ta grand-mère qui disait : « Ah, c'est bien d'aller à l'écoule ! Tu vas y apprendre plein de choses, crévindjou ! ». Quelle grande naïve ! Bon, à sa décharge, elle n'a pas mis les pieds dans un établissement scolaire ces 20 dernières années.

Étant arrivé en retard, tu n'as pas eu accès à la place tout contre le radiateur. Mais cela ne t'empêche pas de converser avec tes camarades, untel évoquant sa soirée alcool-drogues-fellations-vidéos Youtube[2], tel autre évoquant son après-midi d'ultraviolence gratuite... Le murmure de l'enseignant produit habituellement un fond sonore agréable, mais aujourd'hui, il force la voix. Aussi prends-tu tes responsabilités :

— Moins fort ! On parle !

Heureusement, vous avez un professeur obéissant, qui tout de suite calme le jeu. Cela te permet d'entendre Youssef s'esclaffer derrière toi.

— Wesh, Youssef, nique ta mère, d'où tu te marres ?
— Vazy, enculé, j'ai lu un article trop marrant sur la , ça parle de gens qui se touchent, sa mère la pute !
— Ziva, montre, fils de pute !
— Bah mon smartphone est posé à côté du matos à rouler, prends-le, suce-bite !

Tout à ta joie de pouvoir poursuivre l'article entamé, il te faut quelques secondes pour remarquer qu'il ne s'agit pas du tout, mais alors pas du tout, de l'article sur le jeu de société de tout à l'heure.

[modifier] Comment se faire toucher la bite ?

Vous êtes un jeune mâle, vigoureux, séduisant, drôle parfois, et surtout extrêmement déçu à qui personne ne touche la bite.

Vous n'êtes pas seul.

Selon l'institut De Touche (IDT) ce problème se généraliserait, heureusement le savoir encyclopédique mondial s'est mobilisé depuis, et a le plaisir de vous offrir ce guide pour répondre à votre problème.

Regulgraph2mc3.jpg

Un graph ça fait toujours plus classe.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Tous les mêmes...







[modifier] Présentation Générale

IDT.jpg

L'IDT dans le grand amphithéâtre.

Ce guide a été créé sur une base à deux variables. Le taux de réussite (noté sur 9) et la complexité du matériel nécessaire.

Exemple: Se faire toucher la bite dans l'espace.

Taux de réussite: faible (1/9)

Matériel: Une combinaison (ou un scaphandre si vous avez déjà fait de la plongée), un morceau de carton de 25*25 cm, des ciseaux, une fusée, un ruban bleu de 12(13)cm.

Par facilité d'écriture on ne spécifiera pas à chaque fois, qu'il est nécessaire d'avoir un pénis pour se le faire toucher.

Les différents chapitres de ce guide ont été archivés par ordre alphabétique puis rangés anarchiquement.

[modifier] VI

— Wesh, je dois téléphoner à ma sœur avant la fin du cours, pour lui dire qu'elle s'habille comme une pute !

Et Youssef vous arrache son téléphone des mains. Quel malpoli !

Eh bien tant pis ! Aux grands maux les grands remèdes ! Tu voulais pourtant aller en cours de français. Tu te sens un peu poète sur les bords.[3] Et puis c'est fendard quand tu balances une gomme sur la prof et qu'elle crie « QUIIII a fait ça ? ». Mais enfin, il te faut lire la suite de l'article.

Par chance, Ludmilla t'a donné son adresse et a bien précisé qu'elle avait une connexion haut-débit. Vite, tu cours prends le bus pour aller chez elle.

— Oh... Ben... coucou toi...
— Vite, Ludmilla, on va sur la  !
— Mais... En fait...
— Quoi ?
— Ben, pour exciter nos lecteurs...
— Eh ben ? En plus, c'est nous les Lecteurs, je te rappelle.
— C'est le bon moment pour qu'on...

Et le silence et le rougissement qui s'ensuivent sont plus éloquents que n'importe quelle paroles. Aussi, tu 個別的小山火,並在風勢加劇和乾旱的作用下失去了控制,火焰迅速蔓延, pendant qu'elle 如今則已發展成一項與健康體育有關的運動。不過難得的是 et enfin vous 而當中涉及的動作、修養、精神力、禮儀等,都能充份鍛練弓手的身心。古代的弓術是包含著戰術、武藝的戰鬥意義,如今則已發展成一項與健康體育有關的運動。 不過難得的是,有許多古老的弓道流派至今仍然存在,更能將古有的弓術精神與現代的弓道融合並存,令弓道的傳承得以延續。部份弓道流派與地方上的弓道同好會 合作,建立全日本弓道連盟,設定段位制度,進一步確立弓道的規模。現存的弓道流派尚有小笠原流、日置流、本多流、大和流等,當中有不少流派仍相當活躍於弓 道的最前線入了與這場大火的搶救行列,救災最高峰時.

Alors, bon, elle te regarde avec dans les yeux de l'amour, mais un peu de déception également. En même temps, ce n'est pas de ta faute ! Tu ne savais pas qu'elle avait un chat qui viendrait vous regarder pendant l'acte. Et puis dans les documentaires sur le sujet, il n'y a jamais de pets vaginaux. Sans parler de la pièce qui était mal chauffée !

Surtout, tu étais pressé de finir cet article.

À peine rhabillé, tu fonces sur un moteur de recherche. Tu tapes « désencyclopédie comment se faire toucher la », et cliques sur la première suggestion, puis sur le premier lien. Tu ne fais même pas attention à Ludmilla qui rapplique, tu te lances dans la lecture. Mais, presque immédiatement, il t'apparaît que ce n'est pas du tout, enfin en tout cas pas tout à fait, ce pour quoi tu étais venu.

[modifier] Comment se faire toucher la chatte

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Enfin la réponse à toutes nos questions les filles !



Le guide Désencyclopédie Comment se faire toucher la chatte ? répond aux interrogations majeures des filles cool et branchées d'aujourd'hui !

Et oui les filles il est devenu de plus en plus difficile de se faire effleurer le mille-feuilles, chatouiller la minette, ébouriffer la mistinguett' ! C'est pourquoi la Désencyclopédie vous offre toutes les bonnes astuces pour se faire tâter le matou, afin que vous aussi, puissiez dire : Yes, je me fais triturer la figue !

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Yes !



[modifier] Dans la rue

Dans la rue - in the street - les contacts humains sont devenus rares, trop rares... On ne prend plus le temps de parler à un SDF qui fait la manche afin de nourrir sa fille tétraplégique, ni de donner un conseil d'orientation touristique à un couple belge en vacances à Paris... Et, illustration du mal-être qui touche cette génération, plus personne ou presque ne prend le temps de vous toucher la chatte, vous les filles...

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Booouuuhh, c'est trop top triste !!!!



Ne désespérez pas les filles, la Désencyclopédie est là pour que Mistigri se fasse lisser la moustache, et ce tous les jours de la semaine, et même deux fois par jour dans la même semaine ! Voire trois. Non remboursé.

Regardez ces messieurs qui marchent dans la rue, l'air de rien, en balançant négligeamment leurs bras d'avant en arrière. Leurs mains vont en avant, puis en arrière, comme le pendule de chez grand-mère !

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Comme chez grand-mère les filles !



Profitez de ce mouvement de balancier ! Lorsque la main du jeune homme sexy devant vous balance vers l'avant, VITE !!! Baissez votre pantalon ou votre jupe, et courez vers lui, bas-ventre en avant - GO les filles ! - afin que votre pubis se retrouve en contact avec sa main se balançant en arrière !

Ciel, dira le jeune homme, mais quel doux contact ! Puis-je continuer à turlupiner cette brosse à cirage ? dira le jeune homme joyeusement surpris. Ça y est les filles, c'est gagné !

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
C'est gagné !



[modifier] VII

Mais... Pourquoi l'ordi s'est-il éteint ? Et pourquoi le doigt de Ludmilla est-il si proche de l'unité centrale ?

— Hé, justement, tu... Enfin, on...
— Quoi ?
— On... rebaise ?

Puisque le devoir t'appelle ! Tu 災害區域大約占黃石公園總面積的36%*。這場大火中,計有幾千名消防員投入了與這場大火的搶救行列,救災最高峰時,甚至達到9000人。災後統計,整個 滅火工程總計費用為1億2千萬美元。因為滅火人力集中在主要的旅遊區域,因此建築物的損壞被控制到了最少,總計財產損失僅為300萬美元。弓道,古稱弓 術,是日本傳統的一種競技運動,也是一項源遠流長的古武道。弓道的基本要求,是運用和弓把箭射到標靶之上,而當中涉及的動作、修養、精神力、禮儀等,都能 充份鍛練弓手的身心。古代的弓術是包含著戰術、武藝的戰鬥意義,如今則已發展成一項與健康體育有關的運動。不過難得的是,有許多古老的弓道流派至今仍然存 在,更能將古有的弓術精神與現代的弓道融合並存,令弓道的傳承得.

Ouah ! Cette fois, ça a duré au moins le double de temps ! Et tu as le sentiment d'avoir bien rempli ces deux minutes, aussi, ce n'est pas sans fierté que tu sors dans la rue à la recherche d'un cyber-café calme.

Sur le chemin, tu tombes sur un mendiant basané. Il te dis « Z'avez pas une pitite pièce ? ». Toi, tu te dis que tu vas pouvoir t'amuser un peu. Alors, tu lui craches au visage, tu donnes un coup de pied dans le chapeau qui contient ses pièces, et tu lui lances « Alors, pauvre type, obligé de mendier pour bouffer ? On n'est pas foutu de se dégoter un vrai travail ? Espèce de pauv' tache ! ».

Et c'est là que je me demande pourquoi j'écris pour des gens comme toi. Je veux dire, t'es vraiment une sous-merde. Regarde comment tu traites un pauvre homme qui est probablement moins un parasite social que toi ! Vraiment, pourquoi est-ce que je me fatigue pour des ordures de lecteurs ? Oh, pardon, on avait commencé à utiliser des majuscules un peu plus haut. Pour des Ordures de lecteurs. Ah, non. Des ordures de Lecteurs. Et le pire, c'est que dans notre société de médiocres, où l'irrespect est vue comme de l'audace, où l'intelligence est vue comme de l'arrogance, où la discrétion est vue comme de la mollesse, où l'inculture est vue comme un signe de bonne intégration sociale, une saloperie comme toi devrait bien mieux réussir sa vie que moi ! Putain, j'en ai marre de faire semblant d'être drôle pour des raclures de bidet pareilles !

Enfin. Revenons à l'histoire.

Le clochard, apeuré, parvient tout de même à te répondre : « Mi pas du tout, missié... Ji veux juste accéder à sencyclopédie. Dipuis qui ji suis arrivé Afghanistan, j'apprends début d'un article, ti veux l'entendre ? »

Alors là, tu dis oui, sans pour autant vouloir lui donner de pièce après, hein, faut pas abuser. Et, ma foi, tu prends plaisir à l'écouter, même s'il ne s'agit pas du tout, mais alors pas du tout, de l'un de ceux d'avant.

[modifier] Écrit vain

Une nuit, alors que je cherchais le sommeil, m'est venue une idée bizarre. Un peu comme toutes celles que j'ai vers deux heures du matin en fait. D'habitude, toutes ces idées en l'air partent le matin quand j'ouvre la fenêtre, mais pour une fois celle-ci est restée chez moi quelques temps et a refait surface dans mon esprit : "et si je devenais écrivain ?"

Une idée tentante, après tout ce serait quand même mieux que le boulot que je fais en ce moment, mais comment fait-on pour devenir écrivain ? Ah j'ai de la chance, la désencyclopédie a un guide sur ce sujet... Donc pour être un écrivain il faut écrire quelque chose, ça paraît logique. Je pourrai toujours suivre les conseils pour devenir célèbre ensuite, je vais commencer par la première étape.

Alors il va me falloir un minimum de matériel pour commencer... du papier et un stylo ? C'est bon, j'ai tout ça : en fouillant dans un carton je retrouve un beau stylo plume qu'on m'avait offert pour passer mon bac ou quelque chose dans ce genre. C'est vrai qu'il a de la gueule, au moins on pourra dire que j'ai une belle plume. Ha ! On dirait que je suis bien parti pour être un grand auteur. Par contre ça fait bien longtemps qu'il n'y a plus d'encre dans ce stylo, j'ai utilisé mes dernières cartouches il y a des lustres... Qu'à cela ne tienne, je vais bien trouver une papeterie quelque part.

En sortant, je passe devant ma concierge qui me lance :

— Ah tiens, vous allez quelque part !
— Tout juste !
— Il y a des travaux sur la route, alors vous feriez bien de passer par autre part.
— Vraiment ? Je pourrais peut être passer par le centre ville.
— À mon avis ça ne vous mènera nulle part.
— Merci du conseil en tous cas, je pars. À bientôt.

[modifier] VIII

Journal d'un clochard

Mendiant-indien.jpg

Moi-même, votre humble serviteur.

Ce qui me rassure, c'est que, certes, je me suis trouvé confronté à une pourriture, mais de surcroît, une pourriture particulièrement hydrocéphale. Toutefois, je m'interroge : si la fortune m'avait davantage souri, ne serait-ce pas un préjugé de classe qui guiderait cette réflexion ? Toutefois, étant moi-même issu du lumpen-prolétariat, je suis par avance absous. Mais comprenez mon ire. Pour nous autres qui ne sommes pas issus de la cuisse de Jupiter, la ligne qui sépare l’ascension sociale de la paupérisation est pour ainsi dire intangible : une mauvaise rencontre, un jour de faiblesse... Et nous voilà, pauvre manants, qui pourtant devrions être à la périhélie de la société.

Enfin, si la vengeance est aveugle, ma vision a dû se mettre en pause pendant quelques instants. Distrayant ce sacripant par une récitation impromptue, j'ai pu subtiliser ses documents d'identité, ainsi que la liste de ses identifiants informatiques. J'ai manipulé son ordinateur, mais sans malice aucune : il ne pourra plus afficher que le début d'un article qui le ramènera à ma condition de prolétaire sans feu ni lieu, sans échappatoire. Et j'invoque « les dieux quels qu'ils soient » afin qu'ils fassent que ce texte ne soit pas du tout, mais alors pas du tout, ce qui renforce son être.

[modifier] Gouttière

Clochard-torse-nu.jpg

Ok tu me prends en photo mais tu donnes pas mon nom, hein ?

HaaaaaAAaaaAAaaaa!!!! S... SALOPERIE DE GOUTTIÈRE de meeeeeerde ! Chier...

[modifier] Burp

Tu vois gamin, c'est toujours pareil avec ces salo..hic..peries de gouttières. T'en as toujours une qui pendouille rien que pour t'emmerder ! Rhaaaaaaaa... M'a pas raté celle-là. C'est comme les femmes, c'est toujours là où tu les attends pas rien que pour te faire chier. Ha ça oui ! T'as une copine toi ?

Tiens l'au.. autre fois là, je me suis réveillé sur un banc parce qu'il pleuvait. Alors je vais m'abriter dans la petite ruelle qui descend au Monoprix, et là je glisse sur une putain de dalle. Les dalles, c'est comme les gouttières gamin ! Et les femmes ! S... eurk Saloperie de dalles ! Pourquoi qu'on laisse pas l'eau couler où qu'elle veut, et v'la que je te foute des gouttières, et des dalles glissantes, pour faire chier les vieux messieurs. Exactement gamin ! C'est rien que pour nous faire chier ! Comme les politiques ! Tiens, pt ! Voilà ce que je leur dis moi aux politiques !

[modifier] IX

Bon, là, tu commences à en avoir un peu marre, quoi ! Pas moyen de finir un article ! C'est avec regret que tu prends cette décision, mais à partir d'aujourd'hui, tu vas te désintoxiquer de la sencyclopédie et te limiter à une lecture par mois. C'est triste, mais tes dernières désillusions ne te laissent pas d'autre choix. Oh, pourtant, ce wiki t'aura accompagné dans ta jeunesse folle – tu n'en es pas à ressentir de la gratitude non plus, hein, tu fais partie de ces pourris gâtés qui considèrent que c'est leur droit d'avoir de la distraction régulière et gratuite, et que les amuseurs n'ont pas à faire passer leur vie personnelle avant TON DROIT à un nouveau texte. Tu es vraiment encore pire que ce que je pensais, grosse merde !

C'est avec émotion que tu repenses aux articles que tu as pu lire sur la sencyclopédie depuis...

Oh putain !

OH PUTAIN !

Le mauvais souvenir qui revient !

Ce jour-là, ayant beaucoup ri grâce à ce début d'article que tu avais interrompu faute de temps, tu allas dans un bar, arborant un large sourire. Cela plut à la gent féminine, et notamment à cette superbe blonde accoudée au comptoir. Déjà, à l'époque, les filles d'un soir étaient l'une de tes deux grandes passions – l'autre étant de regarder du foot. Suite aux regards tendres de la demoiselle, tu t'approchas d'elle. Vous vous présentâtes, vous conversâtes et, une chose en entraînant une autre, vous vous embrassâtes, vous vous rendîtes chez elle et vous commençâtes à vous déshabiller mutuellement. La sencyclopédie t'avait peut-être transformé en une meilleure personne, toujours est-il que tu te sentis d'humeur généreuse et voulus offrir un cunnilingus à ta conquête.

À chaque fois que tu penses à cet article, tu te rappelles également que les organes génitaux qui te furent présentés n'étaient pas du tout, mais pas du tout, ceux que tu attendais.

[modifier] L'arc-en-ciel de la gravité

Arcencielgravite.gif

Sous cette innocente couverture se trouve un bouquin incompréhensible.

L' Arc-en-ciel de la Gravité, roman de Thomas Pynchon, est réputé impossible à résumer. Seulement, ici, sur la sencyclopédie, vous avez affaire à des vrais pros. Ouais! On est super balèze sur la sencyclopédie. Alors, juste pour vous, parce qu'en plus on est sympa, on va vous le résumer, ce putain de bouquin. Et avec une main dans le dos, s'il-vous-plait.

[modifier] Premier essai

Agschema.png

C'est pourtant clair, le premier chapitre.

Bon. Donc voilà, c'est un bouquin de Thomas Ruggles Pynchon qui sort en 1973. Alors, en fait, ça parle d'un type, là, Tyrone Slothrop, qui est un américain à Londres pendant le Blitz, à la fin de la seconde guerre mondiale.

En fait, non, ça commence avec Pirate Prentice, qui est un autre gars, qui dirige des autres gars et qui fait des rêves bizarres, et c'est pour ça qu'il a été engagé par la Firme. Il aime bien manger des bananes au petit déjeuner et y a un drôle de truc avec des végétations adénoïdes, j'ai pas tout bien compris ce passage là. Puis, il parle de Blatherand Osmo, et j'ai pas compris non plus. Enfin bref, on s'en fout, parce que le type important, c'est Slothrop.

Or donc, pendant ce temps-là, Slothrop se tape des gonzesses juste avant que les V2 tombent dessus (sur les gonzesses). Ce qui est déjà plus chouette que de se les taper après, mais bizarrement, cela trouble grandement Slothrop qui trouve ça bizarre et qui met des drapeaux sur une carte dans son bureau correspondant à l'endroit où il s'est tapé les gonzesses. Parce que Slothrop travaille à l'ACHTUNG (Allied Cleaving House Technical Units Northern Germany) avec Tantivy Mucker-Maffick. C'est de cette carte que Bloat, collègue de Tantivy, fera des photos pour les transmettre à Roger Mexico, l'ami de Jessica Swanlake, par l'intermédiaire de Prentice qui travaille aussi pour Pointsman qui, avec Spectro et Gwenhidwy, sont les trois détenteurs du Livre (parce que les sept autres, bien sûr, sont morts).

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
J'ai pas compris.



Hein ?

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
J'ai pas compris.



[modifier] X

Alors, tu fais moins le malin, hein ? Tu trembles encore d'humiliation, et vite, il te faut du réconfort. Au fond, c'était surtout sexuel à la base, mais tu ressens du bonheur d'avoir rencontré Ludmilla, car elle va pouvoir apaiser tes angoisses. Et soudain, tu perçois en toi un sentiment étrange, nouveau, une sorte de... quoi ? D'affection ? De tendresse ?

D'amour ?

En tout cas, Lecteur, permets-moi de te présenter mes excuses. Tu as vraiment l'air d'être en train de devenir une meilleure personne. J'espère, finalement, continuer à t'amuser. Puis si tu veux qu'on se prenne une cuite un jour, y a pas de souci !

Tu frappes, puis ouvres la porte comme si tu étais ici chez toi (et peut-être le seras-tu bientôt ?). Tu te diriges vers le salon, pousses la...

— C'EST TOI, LE SOUS-ÊTRE QUI MET CES IDÉES DANS LA TÊTE DE MA SŒUR ?

Cet accueil peu amène, tu t'en rends compte maintenant, a été produit par une espèce de harpie aux cheveux assez courts et en bataille, aux yeux injectés de sang, aux joues rouges et aux mentons barbus. Aucune ressemblance avec ta chère et tendre... Ah si, un peu la poitrine, tout de même.

— Avant de te rencontrer, elle connaissait sa place. Hé bien aujourd'hui, figure-toi qu'elle a rendu les coups ! C'est ça que tu veux de ta copine ? C'EST ÇA ?
— Écoute, Lotaria, si c'est bien toi, je trouves que...
— Oh, et puis essaye pas de me faire du gringue ! Je sais bien que dans Si par une nuit d'hiver un voyageur, le Lecteur couche avec Lotaria...
— Tu l'as lu en entier ?! Et tu connais la sencyclopédie ?
— Oui, et oui. D'ailleurs, sur l'ordinateur, j'ai laissé ouvert l'onglet où...

Tu l'assommes. C'est encore ce qu'il y a de mieux à faire. Tiens, d'ailleurs, Ludmilla, qui te semble plus belle à chaque instant, rentre tout juste. Elle voit Lotaria évanouie, et dit « Cool ! » ; vous convenez de sortir boire un verre ce soir ; mais d'abord, vous voulez lire l'article qui vous en a tant fait baver. Sauf qu'en fait, d'une, il n'y a qu'une section d'affichée, et de deux, il ne s'agit pas du tout, mais alors pas du tout, etc...

[modifier] Calvin et Hobbes

CalvinHobbes.jpg

Une représentation des deux personnages qui n'est absolument pas en conflit avec les efforts de Bill Watterson pour faire cesser les utilisations illégales de sa propriété intellectuelle

« Il est difficile de croire que tu es le résultat de millions d'années d'évolution. »
~ Hobbes à propos de Calvin

Calvin et Hobbes est une série humoristique pleine de rebondissements qui fût diffusée de 1542 à 1549, avec les philosophes Jean Calvin et Thomas Hobbes jouant leur propre rôle. La série se caractérise par ses thèmes récurrents d'introspection théologique, d'anthropologie philosophique, d'analyse de l'état-nation et d'utilisation de boîtes en carton qui se transforment en machines selon la volonté des personnages.

La série embrouilla beaucoup de monde, car Hobbes lui-même n'était pas encore né à l'époque de la diffusion - il naîtra en 1588, quelques 40 ans après la dernière diffusion. Cet anachronisme apparent s'explique par le fait que seul Calvin pouvait voir Hobbes, ce qui soulève le débat suivant : Hobbes était-il réel ou seulement un produit de l'imagination de Calvin ?

[modifier] XI

Barpoisson.jpg

Un bar (pas très animé, celui-là)

Et te voici, avec ton aimée, accoudé au comptoir d'un bistrot parmi les plus animés de ta ville. Tu aimes plutôt bien cette atmosphère ; on peut avoir une discussion privée, mais on peut aussi rencontrer des gens.

Et puis, c'est pas des coincés du cul qui fréquentent cet établissement, on peut se bécoter si on veut. Et c'est effectivement ce que vous avez fait pendant l'essentiel de la soirée. Mais le moment est arrivé où vous préfériez offrir un changement d'activité à vos langues. Sait-on jamais... Aussi, vous voilà partis à parler :

— Tu me sembles songeuse, Ludmilla.
— Je pensais à tous ces bons articles qu'on ne finira jamais. C'est bien triste.
— Oh, ne t'inquiète pas, je les ai tous notés sur cette liste.

Ta voisine avait regardé par-dessus ton épaule, et elle intervient dans la discussion :

— Hé, cette phrase résume super-bien le principe de la sencyclopédie !
— Madame, ça n'est pas une phrase. C'est juste une liste de noms d'articles.
— Si, si, c'est une phrase et elle résume tout !
— Mais non, enfin ! Tenez, je vous lis ça à haute voix : « Si par une nuit d'hiver un voyageur, Charles II d'Espagne, royaume de Bolbec, Domination Sexuelle, comment se faire toucher la bite, comment se faire toucher la chatte, écrit vain, gouttière, l'arc-en-ciel de la gravité, Calvin et Hobbes ». Vous voyez bien que c'est n'importe quoi !
— Tout à fait ! Ce site, c'est n'importe quoi !

Tu cherches une répartie assassine pour défendre l'honneur bafoué du site qui vous a unis, Ludmilla et toi ; mais c'est à ce moment qu'un poivrot trébuche, atterrit à tes pieds et s'exclame :

— Ouais, ben je vous ai regardés, ta chienne et toi, pis j'vais vous dire un truc, hein, j'vais vous dire un truc : c'est comme dans les contes, soit vous allez vous marier, soit vous aller crever comme des merdes ! Hihi... Burp... Toilettes... bomir...

Eh bien... Tu regardes Ludmilla. Bon, la fête en famille, Môssieur le Maire, tout ça ne te tente guère. Mais s'il faut en passer par là, pourquoi pas...

Quoique. Tu penses à un livre pour mégères de plus de 50 ans. Il y a peut-être une solution qui ne soit ni le mariage, ni la mort, mais qui tienne un peu des deux...

[modifier] XII

Aujourd'hui, c'est toi qui as le fouet et c'est elle qui est menottée :

— Tu aimes souffrir, hein ?
— Oui !
— Tu veux souffrir ?
— Alors tu vas souffrir de l'attente, car avant, je vais finir de lire « Si par une nuit d'hiver un voyageur » sur la sencyclopédie.


Livres-bibliografia francesco 01.svg  Portail de l'Illittérature  •  Déntonnoir2.svg.png  Portail de l'Humour à



  1. Au passage, Le Gorafi, vous faites chier ! Votre Jérôme Kerviel a failli tous nous griller ! Soyez un peu plus sérieux, merde !
  2. On est en droit de se poser la question : « Pourquoi les trois premiers ? »
  3. « Je t'encule/ En pull ! »


Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
wikia