Serge Gainsbourg

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Travaux1.jpg


« Brigitte Bardot? je l'ai baisée »
~ Serge Gainsbourg à propos de Brigitte Bardot
« Arlette Laguiller? je l'ai baisée »
~ Serge Gainsbourg à propos d'Arlette Laguiller
« Edith Piaf? je l'ai baisée »
~ Serge Gainsbourg à propos d'Edith Piaf
« Arletty? je l'ai baisée »
~ Serge Gainsbourg à propos d'Arletty
« Whitney Houston? non, finalement je l'ai pas baisée »
~ Serge Gainsbourg à propos de Britney Spears
« Ardisson? je l'ai baisé aussi »
~ Serge Gainsbourg à propos de Thierry Ardisson
« Serge Gainsbourg? je l'ai baisé »
~ Sacha Guitry à propos de Serge Gainsbourg




Serge Gainsbourg –de son vrai nom Lucien Gainsbarre- était un célèbre peintre, acteur, réalisateur, chanteur, polémiste, écrivain, pianiste, humoriste, poète, fumeur de Gitanes, buveur, rasta, contestataire, pétomane et séducteur français, né à Paris le 2 avril 1928 (la même année que son cousin Mickey Mouse et mort à Paris le 2 mars 1991. Une légende tenace prétend qu’à l’instar d’ Elvis Presley, Michael Jackson ou Johnny Hallyday, Serge Gainsbourg serait toujours vivant.

Serge Gainsbourg, leerde mij-3775.jpg


[modifier] Early life

[modifier] Des bas-fonds puants du neuvième à l'occupation

Serge Gainsbourg est né dans une famille d’immigrés russes juifs. Son père, Josef, était intermittent du spectacle et jouait du piano dans les cabarets, où Lucien l’accompagnait parfois. Pendant que son père jouait du piano, le jeune Lucien tenait compagnie aux putes prostituées. Sa mère Olga était femme au foyer.

Enfant, le jeune Lucien est assez bon élève. Son père l’initie à la musique et lui apprend à jouer du piano. Mais la vraie passion de Lucien, c’est la BD. Il est très admiratif de son cousin aux grandes oreilles et à la longue queue, la star montante du cinéma animé américain, Mickey Mouse. Il est d’ailleurs frappant de voir à quel point les deux cousins se ressemblaient.

De constitution fragile, le jeune Lucien est souvent malade, et développe toutes sortes d'allergies, dont la plus célèbre restera sans doute son allergie à l'eau minérale, dont il souffrira toute sa vie.

Très jeune, le petit Lucien s’intéresse aux femmes. Il passe énormément de temps avec les putes prostituées du neuvième arrondissement. Il attrape malencontreusement la chtouille à l'âge de huit ans, et reste gravement malade pendant plusieurs mois. Après une longue cure à Vichy, il finit par recouvrer la santé.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
M'enfin, c'est quoi "la chtouille" ?



Hélas, cette enfance somme toute heureuse - malgré un léger complexe sur son physique- est interrompue brutalement par la guerre. En 1942, la famille Gainsbarre doit fuir l'occupant Nazi. Les Gainsbarre partent en province, ils se réfugient d'abord à Pleutre-sur-Couard (Indre) où ils sont dénoncés par un voisin, puis à Bonnebourg-la-Gueuze (Doubs)où le jeune Lucien a une aventure amoureuse avec la fille des fermiers qui les cachent. Acculés de nouveau, ils se cachent ensuite à Cours-la-Gueuze(Loire-Occidentale), où le jeune Lucien exerce dans la clandestinité une éphémère activité de proxénète. Dénoncés par un voisin, ils s'enfuient dans le Cantal,puis finalement à Saint-Ricard (Bouches-du-Rhône), où ils resteront jusqu'à la fin de la guerre. C'est à cette période que le jeune Gainsbourg se découvre une passion immodérée pour le Pastis, qu'il aime tellement qu'il le boit sans eau. Après la guerre, les Gainsbarre regagnent Paris.

[modifier] Un jeune homme timide et complexé

Adolescent, Lucien est timide et complexé par son physique un peu ingrat. C’est vrai qu’avec ses oreilles décollées et son nez proéminent, Gainsbourg était loin d’être un séducteur né. D’ailleurs, le nez n’était pas son seul organe proéminent, mais je n’en dis pas plus, je risquerais d’être censuré. Cela dit, son physique peu gracieux ne l’empêcha pas de se taper de séduire les plus belles femmes (entre autres, Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Desirless , Jane Birkin, Arlette Laguiller etc… )

Gainsbourg poursuit avec peu d'entrain ses études au lycée, mais ne les rattrapera jamais. Plutôt que de courir après ses diplômes, il préfère courir après les filles. Il abandonne le lycée pour se consacrer à la grande passion de sa vie: la cigarette l'alcool les femmes la peinture.

Gainsbourg s'installe dans une chambre de bonne miteuse, où il espère vivre de ses toiles. Mais le succès se fait attendre. Pour patienter, Gainsbourg fume, boit et baise drague. Ses toiles ne se vendent pas, et comme il faut bien gagner sa vie, il trouve un petit boulot dans un élevage de volailles, mais se fait virer au bout de trois jours; en effet, c'est un autre genre de poules qui l'intéressait réellement. Gainsbourg, qui sait jouer du piano, travaille le soir dans des cabarets.

[modifier] De la peinture à la chanson

Gainsbourg se révèle être plus doué pour la musique que pour la peinture. Un soir qu'il travaillait dans un bar gay,où il jouait parfois ses propres compositions,il fit la rencontre de Line Renaud, qui tomba sous le charme de ses chansons

Jean d'Alembert.jpeg Jean le Rond d'Alembert dit :
« répétez "sous le charme de ses chansons" 97 fois de suite sans vous tromper, et vous gagnerez une sucette au Pastis à l'anis) »



Elle lui propose de rencontrer son vieil ami Eddy Claybar, qui possède une maison de passe de disques. Et cela tombe bien, la semaine suivante, Eddy organise justement une grand fête pour son quatre-vingt-dixième anniversaire. Rendez-vous est pris chez Eddy le soir du 23 mars 1958. Pour ne pas paraître malpoli, Gainsbourg amène un bouquet de fleurs et une bouteille de whisky . Il fait écouter ses maquettes au vieux, qui est emballé par les chansons du jeune artiste, il lui fait signer un contrat sur le champ. S'ensuit une soirée endiablée de chansons, de danses, et de beuveries.

Le premier album de Gainsbourg sort le 30 mars 1958 et connaît son petit succès.

Gainsbourg fait sa première télé chez Michel Drucker -alors présentateur de l'émission "Sacrée Soirée" sur l' ORTF, émission dont le concept sera honteusement plagié quelques années plus tard par Jean-Pierre Foucault. Paralysé par le trac avant sa première "heure de grande écoute" -on ne disait pas encore "prime-time" à l'époque- Gainsbourg ingurgite trois bouteilles de whisky en coulisses. Il parvient tout de même à interpréter son titre, avant d'aller vomir derrière le rideau.

Pour Serge Gainsbourg , c'est le début de la gloire.

[modifier] Le début de la gloire

Gainsbourg devient une étoile (on ne disait pas "star" à l'époque). Son premier coup -on ne disait pas "hit" à l'époque-, Le poinçonneur des lilas (inspiré d'une histoire vraie dont il a été témoin un soir qu'il prenait le métro bourré) caracole en tête des parades de coups (on ne dit pas "hit parade" à l'époque). Ses albums sont encensés par la critique, mais ses paroles sont trop intelligentes pour être vraiment populaires. Il décide donc de gagner plus de fric en faisant des chansons moins intelligentes mais plus populaires - à l'instar de Johnny Hallyday ou Sheila , glissant ainsi sur la pente dangereuse de la musicopathie.

Gainsbourg triomphe, ses disques se vendent à la pelle comme des petits pains. De nombreux chanteurs et chanteuses veulent travailler avec lui, toutes les femmes sont folles de son trente-centimètres.

[modifier] La suite de la gloire

[modifier] Gainsbarre le scandaleux

Maintenant qu'il est riche, Gainsbourg peut frimer -on ne dit pas "se la péter grave" à l'époque-. Il fume, boit, et drague plus que jamais. Ses frasques font les gros titres des journaux. Gainsbourg devient à cette époque un séducteur invertébré.

Tout le monde, même le plus demeuré des lecteurs de cet article, sait que Gainsbourg, en dépit d'un physique peu avantageux, était un grand séducteur. Dresser une liste exhaustive de toutes ses conquêtes -tant féminines que masculines- relève de la gageure, voici toutefois une liste de ses plus célèbres aventures amoureuses. .

[modifier] Son idylle avec Sylvia la Tigresse

Sylvia la Tigresse, de son vrai nom Germaine Goujon, était une pute prostituée du neuvième arrondissement que Gainsbourg a longtemps fréquentée. Ce serait elle qui lui aurait refilé la chtouille. Leur histoire prend fin brutalement le 12 janvier 1963, quand Sylvia meurt écrasée par un tricycle.

[modifier] Son idylle avec Brigitte Bardot

En 1965, Bardot dit à Gainsbourg qu'elle est intéressée par son trente centimètres. C'est le coup de foudre, ils vivent une passion fougueuse mais brève, à laquelle Bardot met fin brutalement pour se consacrer entièrement à la passion de sa vie: tourner des films érotiques aller sauver des bébés phoques en Antarctique. Gainsbourg se console avec l'alcool, les cigarettes et les putes.

[modifier] Son idylle avec Edith Piaf

Gainsbourg a vécu une passion intense mais très brève avec la môme Piaf. C'est le boxeur Marcel Cerdan qui y a brutalement mis fin, après avoir pris les deux amants sur le fait. Suite à ce violent flagrant-délit, Gainsbourg passera trois mois à l'hôpital, où il se consolera avec les infirmières.

[modifier] Son idylle avec Jane Birkin

Gainsbourg rencontre celle qui deviendra sa femme le 15 janvier 1970 sur le plateau de l'émission L'Académie des Etoiles - à l'époque, on ne disait pas Star Academy- présentée sur l' ORTF par Michel Drucker et Léon Zitrone - et dont le concept sera honteusement plagié quelques années plus tard par Nikos Aliagas: la chanteuse et actrice britannique Jane Birkin.

Là encore, c'est le coup de foudre, tant artistique qu'amoureux. Gainsbourg et Birkin convolent en justes noces à la mairie de Faggot-upon-Tyne (Yorkshire D.C., Angleterre) le 22 mars 1970. Ils ont une fille, Charlotte Gainsbourg, qui est devenue chanteuse et actrice.

Gainsbourg écrit de nombreuses chansons pour sa muse, les disques de Jane Birkin connaissent un vrai succès; mais Gainsbourg reste un fêtard, buveur et alcoolique invertébré invétéré.

Il passe ses nuits dans les bars et les bordels, et ne rentre qu'au petit matin, totalement déchiré.

Cela, Jane le supporte de moins en moins, et malgré le fait qu'il soit bourré de fric, elle le quitte en 1980, emmenant sa fille avec elle.

[modifier] Son idylle avec Charlotte Gainsbourg

Même sa fille Charlotte lui courut après ! A l'âge de douze ans, elle supplia son père de tourner un clip avec elle pour qu'ils puissent exprimer leur relation fusionnelle. Quand Charlotte commenca sa carrière d'actrice, on lui donna un prix pour la féliciter. Elle se jeta alors sur son père et elle l'embrassa fougueusement. Vraiment, c'était un très très grand séducteur !

[modifier] Son idylle avec Nicola Sirkis

Excédé par les femmes, c'est dans les bras d'un homme que Serge trouvera finalement le réconfort. C'est au Pink Queer, un bar gay du XXVème arrondissement, qu'il rencontre, le 10 mai 1981, le jeune Nicola Sirkis, futur leader du groupe Indochine (le même jour, François Mitterrand fut élu Président de la République, mais ça n'a rien à voir). Leur idylle durera deux ans.

[modifier] Son idylle avec Bambou

Serge rencontre Gisèle Bambout, dite Bambou, le 3 février 1983. Elle n'est autre que la fille de sa concierge. Serge et Bambou se marient le 31 février 1984, et donnenet naissance à un fils, qui n'en demandait pas tant.

[modifier] Son idylle avec Vanessa Paradis

[modifier] Anecdotes truculentes

En 1974, Serge Gainsbourg a appelé à voter pour Valéry Giscard d’ Estaing.

Le Dr House est le petit-cousin de Gainsbourg.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia