Semelles compensées

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Soldats, du haut de ces semelles compensées, 20 siècles vous contemplent. »
« Les semelles compensées n'existent pas dans le genre du polar. Ce dernier se préoccupe exclusivement des semelles qui justement ne sont pas celles qu'on pensait. »
~ Sacha Guitry à propos de la crise de 29

La semelle compensée est un article d’ornementation pédestre utilisé par les prostituées moldaves et les joueurs de hurling professionnels. Elles sont également très prisées par les adeptes du mouvement pop-stoner-électro-indus, pour des raisons qu’eux seuls connaissent.

[modifier] Histoire-Géo

[modifier] 00’s : Découverte de l’Amérique

Dans les années 00, un vieux fou du nom de Raoul Semellecompensée a l’idée saugrenue d’un ustensile thermophile pour remédier au problème de la contamination atmosphérique. Il met au point un principe révolutionnaire auquel il donne égocentriquement son propre nom : une semelle en résine sur traversin d’air permettant un déplacement latéral sans dégagement d’acide spermatique.

[modifier] 30’s : Développement du Christianisme en Asie Mineure

Il faut attendre les années 30 avant qu’une compagnie ne s’intéresse à cette invention et prenne en charge sa production ; c’est le géant international du trucmerdique, Vivien Blinchon & Cie, dont les usines au Mozambique fournissent un emploi quasi-rémunéré à des centaines d’enfants trop jeunes pour la prostitution.

Le succès est immédiat. Partout dans le Vieux Monde, les gens s’arrachent les semelles compensées (ce qui les déchire et les rend inutilisables). En Belgique et en Irlande, elles se vendent comme des petits patins. En Moldavie et au Mobhylland, elles deviennent le symbole de la jeunesse dorée. Le Canada les aime, le Japon les adore, l’Argentine les encense. La planète entière, toutes générations confondues, porte des semelles compensées, ce qui ne réduit en rien la contamination atmosphérique, mais apporte plein de gros sous au Mozambique, unique producteur, permettant à ses prostitués mineurs de mettre du beurre dans leur manioc.

Les stars montantes du courant musical pop-stoner-électro-indus, comme The Cure ou Elton John, arborent fièrement les semelles compensées à tous leurs concerts. Nicolas Sarkozy également, mais pour des raisons différentes.

[modifier] 50’s : Déclin de l’Empire Ottoman

Le premier choc intervient en 51 quand le prix des semelles compensées augmente de 286,7% à cause de la hausse du prix de la résine, causée par la raréfaction de l’arbre à résine (l’alea jactaest), causée par la déforestation du Mozambique, causée par la surpopulation, probablement causée par ce con de Johnny Hallyday.

L’effet est immédiat : les classes pauvres et moyennes ne peuvent plus se permettre d’acheter des semelles compensées et préfèrent payer leur redevance TV ; les plus riches ne voient plus l’intérêt d’arborer un produit délaissé par les pauvres ; les ventes chutent, les usines ferment, les petits Mozambiquais se retrouvent à la rue, ce qui les rapproche de leurs grands frères. Dans les rayons des supermarchés et dans les publicités radiophoniques pour Monsieur Bricolage, les semelles compensées sont très vite remplacées par un nouvel article de mode dans le vent : la casquette.

En 54, le coup final est porté aux semelles compensées, encore à cause de ce con de Johnny Hallyday.

[modifier] 80’s : Démembrement de l’URSS

Puis, comme tous les effets de mode, de la bouilloire électrique au courant altermondialiste, les semelles compensées connaissent leur revival, ou, en bon français, leur revival. Remises à la mode, elles se font plus colorées et plus fun, avec la frange et la raie au milieu. Se mariant très bien avec les pattes d’éph’ et le foie gras, elles réapparaissent aux mariages et aux soirées disco, au grand dam des amateurs de pop-stoner-électro-indus, qui y voient là du michelsardouisme putrescent.

[modifier] Physique-Chimie

Nuvola apps important.png
Faites attention !
Ne pas "compenser" une seule semelle, sous risque d’encourir une luxation de la rotule.

Prenez une chaussure tout ce qu’il y a de plus simple. Une sandale, une tennis, une moon-boot, n’importe quoi. Appliquez sur la semelle une mixture savamment préparée à base de résine Desforges, de levure chimique et de cœurs d’artichauds. Remplacez les cœurs d’artichauds par de la confiture de prunes si vous avez moins de 37 ans.

Immédiatement, vous voyez se former sur la semelle de l’ustensile pédestre considéré une couche unanime de couleur visqueuse. Ne vous inquiétez pas : c’est le pied gauche. Les glucoparticules sont en train de fermenter, et leur effet pascalsevrant va donner de l’élasticité et faire de votre semelle une semelle compensée.


Searchtool.jpg Une semelle dont on retire la couche élastifiante est une semelle décompensée. Si on la lui remet, elle est alors une semelle récompensée, et devient de ce fait probablement un peu arrogante.


GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
Qu'avez-vous pensé de l'article "Semelles compensées" ?
 
12
 
7
 
4
 
6
 
1
 
3
 

Ce sondage a été créé le juin 23, 2007 19:28 et 33 personnes ont déjà voté.
Partage sur...
wikia