Sciences Po

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Moi, quand je m'emmerdais, je jouais du pipeau et je tabassais Sylvie.  »
~ Maître Marcadet à propos de ses années à Sciences Po.
« Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus.  »
~ Sacha Guitry à propos de son dernier Crit.
« Il m'a tout volé.  »
~ François l'embrouille à propos du directeur de l'IEP de Paris.


Sciences Po, c'est 9 institutions de prestige et de bon goût destinées à former les bites de la Nation. Laissez-nous vous expliquer pourquoi, en ayant fait un Niheupé et en ayant étudié les Sciences Pipo, on est en fait beaucoup mieux que vous.


Les IEP pour les Nuls

Scpo.jpg

Ce qui chagrine les Parisiens, c'est qu'un étudiant qui se dit à Sciences Po n'habite pas forcément à Paris. Sciences Po, c'est neuf instituts d'étudiants privilégiés (IEP, donc) répartis sur toute la France, ainsi qu'en Allemagne de l'Est.

Un IEP est un institut d'études politiques. C'est un institut car, bien qu'il fasse parfois partie de l'université, il n'a quand même pas les mêmes valeurs, faut pas déconner non plus.

Les IEP ne visent pas à former des politiciens mais à enseigner les compétences inhérentes au pouvoir qui, comme chacun sait, est notre but à tous. Ainsi, l'économie, la finance, le droit, l'histoire, la sociologie et la planche à voile sont des composantes fondamentales d'un cursus griffé IEP.

L'idée est ici de prendre des jeunes gens sur concours (pour éviter les brèles c'est préférable) et d'en faire des spécialistes en tout. Le résultat est un succès : les étudiants ont des notions dans beaucoup de domaines et des compétences en rien.

A Sciences Po, l'enseignement dans la pluridicplinia... la pulricidanirté... dans de nombreuses disciplines différentes est accompagné d'une vraie culture de la rigueur dans la réflexion, représentée notamment par le traditionnel plan en deux parties et deux sous-parties, qui permet de développer une argumentation équilibrée. Un exemple de plan pour un sujet simple, tiré du brouillon d'un brillant étudiant pour sa dissertation de Culture Générale : "Comment envisager le philosophe roi ?"

1) OUI

A-Effectivement c'est vrai, y a quelque chose...
B-En fait, oui, définitivement oui !

2) NON

A-Mais si on y réfléchit, pas tant que ça...
B-Nan mais en fait tout ça, on a beau dire, c'est un peu des conneries quand même !

Enfin, la formation à Sciences Po se termine, dans certains IEP encore, par le Grand Oral, qui en plus d'être un titre possible de film pornographique, consiste à jouer l'air du film L'Arnaque au pipeau devant un jury mystifié pendant environ 30 minutes.

Joute territoriale

En France, on compte huit IEP en Province (les faux) et un IEP parisien (le vrai). Sciences Po Ris-Pas tente de se distinguer tantôt des autres, et tantôt des autres. Une distinction telle que des succursales parisiennes ont été créées en Province dans des communes au nom prestigieux telles que Menton ou Le Havre, pour aller guetter ce qui se fait dans les vrais IEP de Province, situés dans des vraies villes.

La différence entre Sciences Po Paris (ou Sciences Po Point, voire encore Sciences Pipo) et les autres IEP se situe principalement sur la base du mode de recrutement : en plus des classes préparatoires à plus de 800€, Paris mène une politique de quotas, ce qui est aux politiques sociales ce que MacDonalds est à la gastronomie. Cette politique conduit aussi des étudiant(e)s muni(e)s d'une dérogation de Papa à aller passer un an en ZEP ; cela permet d'intégrer Sciences Po en présentant l'équivalent d'un TPE. Autant dire qu'un exposé tiré d'une page de Wikipedia peut faire l'affaire pour rejoindre les marins d'eau douce de la Péniche (surnom donné à l'IEP de Paris, probablement par un étudiant Erasmus au fort accent portugais).

Il existe également un institut au Népal (Sciences Po Katmandou), qui serait la vraie localisation de l'IEP que certains situent à Rennes (or, l'existence de l'IEP de Rennes, issu de la légende du Roi Arthur, n'a jamais été prouvée jusqu'à présent).

Criterium

Etudiant-scpo.jpg

Un IEPien avant un Crit

Criteux-mort.jpg

Un IEPien après un Crit


Chaque année, les 9 IEP français et celui du Népal se rejoignent le dernier week-end de mars pour effectuer un week-end sportif. Le but est de déterminer qui est le plus fort, puisque le postulat de base veut que tout le monde y est intelligent.

Ce week-end démontre que les gens de Sciences Po sont comme les autres. Ils boivent, vomissent et détruisent des gymnases comme n'importe quel hooligan anglais. Mais le label "Criterium inter IEP" est plus classieux que "Beuverie entre gosses de riches sans leurs mamans". Cependant le terme le plus fréquemment utilisé est "Crit", éthylo... pardon, étymologiquement dérivé de "Coït".

Malheureusement les beuveries furent remises en cause. Ironie de la chose c'est à Lille que devait s'arrêter la tradition du Critérium -- Critérium qui rassemble pas moins de 2 500 alcoolos, une coïncidence troublante avec le score de Gérard Schivardi aux présidentielles de 2007. Du fait de ce probable déferlement d'étudiants saouls dans Lille en 2012, le motif principal de cette annulation aurait donc été le risque encouru par la maire de Lille (amatrice de tartines au brie) d'être ramenée à sa première passion, le whisky.

Mais c'était sans compter sur les réseaux aixo-marseillais qui relancèrent la machine pour l'ApériCuite 2012, à Aix en Provence, notamment à la suite des demandes appuyées du groupe ultra aixois, les Aix Pistous.

Il est à noter que cette fin annoncée du "Crit'" à Lille, en 2012, a été la source de bon nombre de théories sur la fin du monde en cette même année, puisque le Critérium est la principale raison d'être et de vivre pour la majeure partie des IEPiens et autres Paliens (IEPiens de Sciences Po Pau, fétichistes du caca).

Les délégations au Criterium

Les délégations des différents IEP au Crit se distinguent avant tout par leur bêtise primaire ; mais elles se distinguent aussi entre elles par leurs couleurs, et les domaines de bêtise qu'elles assument.

Toulouse

La délégation de Sciences Po Tarlouse, toute de rose vêtue, se résume à une maxime : Toulouse always come to lose.


Aix en Provence

La réputation de mauvais perdants et de querelleurs que se sont construite les Aixois, anciens recordmen des victoires au Coït, est fondée. Elle est due principalement à une névrose ancienne concernant les menstruations de leurs mamans, que l'on retrouve dans leurs couleurs, rouge et jaune.


Bordeaux

Ville d'origine du juge Burgaud, Bordeaux est bien entendu l'ennemie jurée des Lillois, à cause d'une gourde judiciaire d'où est né le slogan : « Marc Dutroux est innocent ! Les menteurs sont les enfants ! ». Paradoxalement, les Girondins au Crit portent les couleurs du Grand Soir ; certains y voient un hommage au bordelais Bertrand Cantat, ce qui expliquerait l'intense pratique de la marie-trintignation dans les rangs de l'IEP.


Lyon

Les Lyonnais ont du mal à exister au Crit. Ils préfèrent manger de l'andouillette et se toucher la quenelle. Ceci dit, comme le dit la contrepèterie, c'est toujours mieux que de « bouffer des rillettes » (en clin d'œil aux Lillois).


Grenoble

Comme chacun le sait, l'Isère c'est la misère. Heureusement, Ikéa est là. C'est pourquoi les Grenoblois en ont adopté les couleurs et les caractéristiques : IEP en kit, diplôme en bois.


Rennes

Comme l'orange sur un feu tricolore, on ne voit les Rennais que furtivement au Crit.

Pom-pom parisienne.jpg

Les Pom-pom girls parisiennes sont de loin les plus distinguées, jaune devant, noir derrière


Strasbourg

Venus de l'Allemagne de l'Est, les sympathiques Strasbourgeois, qui ont adopté les couleurs de la Révolution française sauf le côté révolutionnaire, ont gardé de leurs racines germaniques un sens de la rigueur et de l'organisation, tout en sachant faire preuve d'une certaine auto-dérision et d'un second degré sur leur penchant pour la Zensur qui fait füreur. Le dernier « Choukrit » qu'ils organisèrent en 2010 en fut la preuve.


Paris

Habillés en costumes d'Abeilles Hermès, les Parisiens aiment célébrer le Crit au Champagne, qu'ils débouchent souvent pour fêter les victoires de leurs sportifs âgés en moyenne de 29 ans. Face à leur nombre impressionnant, des mauvaises langues ont pu les accuser de cacher dans leurs rangs des clandestins chinois.


Lille

Les Lillois, fétichistes de la Moule, se caractérisent par une forte retenue et une pudeur certaine. Certains voudraient les expulser du Crit, comme on se débarrasse d'un furoncle. Ils en ont d'ailleurs adopté les couleurs, rouge et blanc.


Projets d'ouvertures de nouveaux IEP

- Sciences Po Devin : spécialisé dans le financement des partis politiques

- Sciences Po Tain : master de communication et sociologie des rumeurs

- Sciences Po Lemploi : masters divers aux débouchés certains

- Sciences Po Quaimone : master environnement, sauvegarde des espèces

- Sciences Po Potin : Carrière dans Public


Sciences Po et la Désencyclopédie : rupture ou continuité ?
 
513
 
113
 
2689
 
96
 
337
 
47
 
75
 

Ce sondage a été créé le novembre 9, 2010 21:02 et 3870 personnes ont déjà voté.



Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia