Saxophone

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

[modifier] Naissance du saxophone

C'est environ vers le milieu du XVIIIème siècle qu'Adolphe Sax, propriétaire d'un club sado-masochiste dans la banlieue bruxelloise, créa un godemichet ergonomique pour homme, épousant la forme du côlon, qu'il appela "saxotum".

Lors de quelque utilisation peu recommandable et encore moins orthodoxe de l'instrument, l'un des clients de Sax, mangeur de chou comme tout bruxellois qui se respecte, eu quelques problèmes d'ordre gazeux et son colon en explosa. Sax perça alors dans toute la longueur de l'engin un conduit pour améliorer son utilisation et en particulier faciliter l'expulsion des gaz. S'apercevant qu'un son plus ou moins mélodieux était produit à chaque gaz, Sax le modifia encore pour qu'il puisse devenir instrument buccal (pour un meilleur contrôle de l'air) et de musique.

Il garda la forme original du "saxotum", et le renomma "saxophone", ajoutant quelques trous latéraux, et des clés pour les fermer. Il dut aussi vendre son bordel sado-maso pour réunir les fonds nécessaires au dépôt du brevet.


[modifier] Musicologie

Selon le type de saxophone, le son du saxophone est proche de la flatulence d'une vache pour les plus graves (de baryton à contrebasse), ou du violon pour les plus aigus (soprano, sopranino). Les plus grands experts se sont penchés sur la question, mais on ne sait toujours pas laquelle de ces ressemblances acoustiques est la pire. Des saxophonistes, tel Daniel Kientzy ont tenté d'aggraver encore plus la sonorité du saxo, en modifiant les méthodes de jeu (certains sont même revenus au jeu anal originel).

Le premier compositeur à avoir oser insérer un saxophone dans une oeuvre est Ravel. Paradoxalement, il reste le compositeur le plus joué par les orchestres symphoniques chaque année, avec son boléro. Un mal pour un bien en quelque sorte.

Le saxophone est utilisé principalement dans le jazz (George Michael, Sinsemilia,...) ou dans la musique plus moche encore de type expérimentale ou assonnante (Duke Ellington, Charlie Parker). Dans tous les cas, il est de trop. Il est magnifique dans les compositions de Mozart, Beethoven ou Bach, car absent.

[modifier] Saxophonistes célèbres

wikia