San Damon

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

San Damon,de son vrai nom San Damon,né en 1567 à Paris,est un photographe, plasticien,auteur et compositeur bigame. C’est dans le 23 ème arrondissement de la capitale française au 445a de la rue Sdroma,qu’il voit le jour, malgré qu’il soit désormais avéré qu’il est né juste après minuit.


[modifier] Décryptage

Le philosophe et chercheur Jack Presley a analysé l’étrange nom de la rue de la naissance de celui qu’on appelait déjà « le Maestro » de la photo et du bilboquet espagnol, « position érotico-pornographique, non répertoriée dans le Kama-Sutra, qui consiste à pénétrer deux gonzesses à la fois ». Pour rappel,celle-ci fut inventée en 1603, en même temps que la photographie.Jack Presley, disais-je, qui chantait fort mais pensait juste,avait décrypté pour ne pas dire déchiffré le nom « SDROMA ». C’est après une semaine sans dormir, sans pisser mais en se grattant beaucoup qu’il était arrivé à cette conclusion : SDROMA veut dire San Damon Reconnu Officiellement Mort A…. Ce à quoi il faut rajouter le numéro de la porte d’entrée de la maison familiale « 445a ».

Ce qui donne San Damon Reconnu Officiellement Mort A 445 Ans,et bon dieu de bonsoir, ça tombait juste.


[modifier] Enfance

Petit, San, que ses amis d’école surnommaient parfois Diego à cause de ses vacances passées dans une bourgade perdue au fin fond des Ardennes californiennes, aimait errer parmi les murs blancs de l’asile où ne travaillaient pas ses parents. Photographe professionnel à l’âge de 4 ans, il vivait avec sa sœur à qui il a donné 5 enfants. Tous finiront par travailler à l’asile où ne travaillaient pas leurs grands-parents.

En 1568, il est aux premières loges des bâtisseurs.Pour être franc, c’est pratiquement à lui seul que l’on doit tous les clichés pris sur les barricades du Boulevard Sébastopol.

L’année suivante, il part pour une plaine non loin de New York rejoindre ses amis partis en éclaireurs : Spy,Cro-magnon, Jimbo Neandertal, et Jean Citron. Ce furent d’après les rares témoins encore en vie,trois jours de réflexion, de bilboquage espagnol et de…beurkk. qu’est-ce qu’on mange mal ici... Bref, au crépuscule du quatrième jour, la vaseline vint à manquer et tous repartirent l’œil glauque et le cul enflé suivis de leur troupeau de femelles.


[modifier] Le temps passe

On passe quelques étapes, en 1756, il fait froid,il se promène dans les rues de Vienne à la recherche d’un modèle. Il entre dans un vieil immeuble et là rencontre un saxophoniste de jazz.Une semaine plus tard, en 1935, ils composent un requiem,le fameux requiem pour un photographe devenu depuis célèbre parce que chanté en français par Jean Vacances. Mais son ami le saxophoniste refuse de lui payer ses copyrights pour un autre morceau composé deux semaines auparavant « la marche istanbulienne ».

San Damon, dont l’étymologie signifie « le Saint des Démons », l’assassine purement et simplement, l’enterre dans une vraie commune près de Rio en fin janvier, et ce pratiquement sous le pain de mie,avec comme inscription « Frzh, pyje‘th, jrgeynj » ce qui veut dire en traduction littérale, Salut à toi, Wolfi ».

Il prend un avion en fer et s’envole pour Bildar, une ville que personne ne connaît, dont voici l’adresse : 98 Kodac Avenue,4332 Bildar, Esrybom, c’est encore aujourd’hui cette adresse qui figure sur son passeport qu’il n’a jamais eu puisqu’il refusait d’aller le chercher à la mairie, sous le fallacieux prétexte qu’elle n’existait pas, je parle de la ville ou de la mairie. C’est cette année qu’il prit la décision irrévocable de ne plus jamais rien faire ; mais le mardi de la semaine suivante vers 18h14, il revint sur sa décision, il ne fera rien mais alors vraiment plus rien. Il alluma son ordinateur et tandis qu’il se préparait à envoyer un courriel à des amis vivant outre-tombe, il vit l’heure dans le coin droit de son ordi et s’exclama : Oniroscopisme ! Ce petit jeu entre la lumière et les couleurs.

San Damon reconnu pour savoir, avec une sagacité pertinente, prédire le passé, invente en 1788 aux bords de Paris, alors que Jim Morrison essaie de convaincre son bassiste Louis Krieger dit L 17 de se mettre à la batterie avant que les gens ne le lynchent...tellement il avait mal joué lors de leur dernier concert à la Bastille. Il invente donc, disais-je, « La machine à redescendre le temps ». C’est armé de trois baguettes volées dans un restaurent chinois qu’à bout portant il y parvient.


[modifier] Rumeurs

Alors qu’il est prouvé que San Damon ne dort jamais avant l’aube, il décide,accompagné d’amis habitant dans le même asile, de réaliser Rafale,un film documentaire. Rafale est un film documentaire mais surtout une série de photos, plus de 1400, prises en rafale (3 photos seconde), réalisé par San Damon le 15 août 1990 ou le 15 août 1994 à l’aube (information jamais confirmée). Ce que Damon considère comme « une installation artistique », ce qui n’existe pas encore à l’époque, consiste à traverser une ville, qui serait d’après certaines rumeurs Bruxelles, dans des conditions semblables à celles faites par Claude Lelouch, mais avec comme optique non pas un rendez-vous amoureux mais le lever du soleil.Soit parvenir à couvrir une distance de 18,4 km,plus longue que celle parcourue par Lelouch, entre le lever du soleil (premier cercle solaire) et sa complète apparition.


C’est ainsi qu’en 2035 il inaugure sur un grand boulevard à Bruxelles vingt-quatre de ses œuvres, représentant cette bourgade, dans des dalles de verre transparentes, éclairées et scellées définitivement dans le sol...sauf en cas de tremblement de terre. Parti se reposer en Transylvanie,il découvrit au large une île presque aussi grande que l’Australie. La Wikipédie,lieu de recueillement pour tous les journalistes ratés en mal de reconnaissance qui écrivant avec plein de fautes d’orthographe et de syntaxe, finirent dans un moment de clairvoyance par s’auto-violer.

Leur gourou, Idi Amin tata, une grosse tapette chinoise de Centre Afrique qui cherchait des poux aux chauves,mourut bien trop tard d’une fonte du bulbe à la centrale de fuck chi lala.Bourré à l’hélium, il s’envola le 12 pour aller s’encastrer dans les Raiders Towers...on connaît la suite.


[modifier] Suite de l’histoire

Gandhi, l’homme qui inventa le sucre du même nom pour arroser les crêpes, les gaufres et les cornichons, soutient à gorge déployée encore aujourd’hui que le 17 février 1896 il faisait mauvais,alors que San Damon, muni du dernier Sony DMS 48, avait ce jour-là multiplié les clichés prouvant le contraire mais refusant catégoriquement de les fournir à la M.C.D.Q.C ; comprenez « Météo à la con qui dit que des conneries », et ce afin que leur leader désuet vende encore davantage de parapluies à l’effigie W.

En 2008, il mit la tête à prix pour un dollar d’un enculé prénommé le sodomisé d’Honduras qui avait, au nom de l’art con tant pour rien,laissé mourir un être canidé.


[modifier] Quelques mois plus tard

Il organise sur un coup de phobie obsessionnello-compulsive et paraphrénique une expo mondiale. Certes,il est clairement prouvé mais quand même, et les témoignages affluent encore aujourd’hui,15 ans plus tard, qu’il était sous l’emprise de la Codéine-coca, Codéine-fanta, Codéine-chocolat et surtout, et là ça pardonne pas, Codéine-brocolis et faut le dire sans fausse pudeur, sous d’autres substances détonantes.

Mais ce fut, et là aussi il faut le dire, la plus grande expo-installation au monde « San Damon World Exhibition » et seulement réalisée sur Mars par Dark Vador le mois suivant. L’idée fut simple : se faire un max d’amis qui ont eux-mêmes un super-max d’amis qui ont aussi une tonne de super-max d’amis sur le livre-de-tronches « face book » et leur demander d’entourer d’un ruban blanc un arbre, avec leur ville en arrière-plan, d’en faire une photo et de la lui envoyer. En 3 semaines ont atterri 113.000 courriels et 7.600 photos plus moches les unes que les autres,mais le mal était fait. Damon en fît un film en 2 parties et le lança sur le livre-de-tronches et 200.000.000 de terriens le regardèrent.

AAAAAllélouia.


[modifier] Rencontre historique

L’année suivante lors d’un dîner-partouze chez Paco Rabanne il rencontre Jésus.Juste après le sabayon et les fraises vanille Jésus se leva et dit : « En vérité je vous le dis,l’un de vous mangera mes fraises »... Tous furent scandalisés, certains se levèrent, d’autres s’interrogèrent et pleurèrent même... De quoi l’homme de Nazareth veut-il parler ? San Damon sauta sur son appareil photo et immortalisa la Joconde...heu,pardon je veux dire La Cène. Il se jeta sur la table encore pleine de pain et de vin et prit à merveille 12 autres photos. L’oeuvre fait désormais partie du patrimoine de l’abbaye de Maredsous et cette coïncidence extraordinaire en fit la première œuvre de la Cène, « La Cène en 13 actes », tant dans l’histoire de l’art que dans l’histoire de la chrétienté, à donner un point de vue depuis chacun des apôtres, et ce presque comme en temps réel, avec leurs réactions et sentiments à ce qu’ils venaient d’entendre.

Le lendemain ravi des clichés que lui montrait San Damon, Jésus lui proposa de l’accompagner sur le mont des framboisiers. « La vue y est imprenable »,San Damon se souvint de cette phrase prononcée par Jésus.

Mais aïe, ensuite les choses tournèrent mal,le temps de faire un aller-retour au shop-driver du bas de la ville pour acheter de la pellicule, où il croisa Judas en train de dépenser un fric fou en friandises...stop. C’est là que Damon comprit, fit demi-tour et courut jusqu’à bout de souffle avec ses deux amis Michel Poicard et Laszlo Kovacks pour sauver leur ami de Nazareth. Trop tard, Marie-Madeleine, ses cheveux encore mouillés, pleurait au pied de celui qu’elle aimait. San Damon, non pas par voyeurisme mais pour laisser une trace dans l’histoire, photographia une dernière fois son ami entouré de végétation luxuriante. Cette photo est la seule vraie œuvre de la crucifixion, elle se trouve dans le musée d’art moderne de la Basilique du Sacré-Cœur de Bruxelles.

Depuis,Son voit San Damon errer parmi les plus grands intellectuels qui parlent de ses œuvres dont des physiciens, psychiatres, mathématiciens, architectes, psychanalystes, historiens d’art, conservateurs de musées, ethnologues, anthropologues, neurochirurgiens, philosophes, etc… Sa dernière apparition fut sur la prestigieuse avenue Roosevelt qu’il avait revêtue de magenta, couleur de sa folie, cette fois bien affirmée.


[modifier] Les plus grands ont posé nus pour lui

1.) Beethoven qui l’avait entendu venir

2.) Marie-Antoinette, elle forcément,cette pute

3.) Napo et Léon, deux pédés indécrottables

4.) Amstrong qui lui montra formellement sa lune

5.) Henri IV, qui répondait au doux sobriquet de tige d’acier

6.) La vache qui rit de tous ces enculés d’humains

7.) Stanley Lubric

8.) Le monstre du Loch Ness et sa sœur Margaret Thatcher

9.) Friedrich Nietzsche, pour qui San Damon est toujours vivant

11.) Satan, qui prit froid et souffre encore aujourd’hui d’une trachéite

12.) Dieu, qui lui avait trop chaud

13.) Batman, qui avait gardé son masque facial de sado-maso.


En 2006 on lui a décerné le prix Nobel du foutage de gueule pour avoir,avec ses amis, Elvis,Jim et Belzébuth,bien sodomisé à sec les services secrets internationaux, leur faisant croire qu’il était Ronnie Van Zant, membre du groupe Lynyrd Skynyrd, décédé dans un accident d’avion le 20 octobre 1977. Johnny son faux frère le reconnut malgré tout à la morgue, et c’est de cette morgue que fut donné le plus surréaliste concert d’outre-tombe...intitulé « La mort rit avec moi », traduit de l’araméen « Death laughs with me ». Anecdote : 1 milliard de T-Shirts avec la photo du cercueil de San Damon furent vendus à cette occasion.

Derrière le masque Damon est ce que les psychiatres appellent un magnanime prédateur réjoui ; dans le milieu du sexe et de l‘art comptant d’un rien,sans faire de vilain jeu de mots, on le surnomme par son vrai premier prénom « Lynx »,anagramme de son groupe de rock et révélateur de sa passion excessive pour la tomate, résultat d’un autre tube enregistré par sa femme en 1958... « Mange des tomates mon amour », voir Youtube.

Durant plusieurs siècles,à chaque nouvelle saison il mangea une féministe imbaisable, pléonasme, et donc peu appétissante. Qui a envie de s’envoyer une femme avec une bite virtuelle qu’elle regrette en pleurnichant de ne pas avoir ?

San Damon se promène seul ou presque durant les nuits chaudes et esseulées du monde psychiatrique dans lequel il évolue, il photoniroscopisme tout ce qui lui passe sous l’objectif.


[modifier] Hein ! ?

Dernière révélation,San Damon n’existe pas, c’est lui qui me l’a dit.


[modifier] Rumeurs et Anecdotes

a.) San Damon est mort à trois reprises

b.) En 1987,il a été surpris nu dans son jardin à Paris vers 4 heures du matin en train de danser sur le requiem de Mozart, joué au piano in situ par...

c.) Selon son dicton « on est jamais mieux servi que par soi-même » il aurait ouvert son propre asile ou centre de délassement.

e.) Cette lettre n’existe pas dans l’alphabète

f) Une rumeur affirme que je suis responsable d’avoir transformé en lupanar le palais des doges...il faut que je vous dise...que c’est vrai.

g.) Il y a des limites à ne pas franchir et cet homme ne les connaît pas...Staline

h.) La rumeur selon laquelle je serais mort est infiniment exagérée.


Photo Bio.png  Portail des Gens  •  Lyre.png  Portail des Arts Plastiques


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia