Ségolène Royal

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Nuvola apps important.png
Faites attention !
Aucun animal n'a été maltraité pendant la rédaction de cet article. Après, si.
SRzenith.jpg

Encore imprégnée par son éducation bourgeoiso-religieuse, Ségolène Royal tente d'apprendre - avec difficultés - à faire un doigt d'honneur pour se rapprocher du peuple.

Figure emblématique de la seconde moitié du XXe siècle, connue dans le monde entier pour ses prises de position radicales qui ont ébranlé bien des certitudes, théoricienne de la morale judéo-chrétienne, plusieurs fois récompensés pour ses actions humanitaires notamment en Inde où elle bénéficie encore d’une véritable adoration à la limite de la frénésie, Mère Theresa n’a pas grand-chose à voir avec Ségolène Royal. Par contre, cette dernière offre un potentiel comique bien plus intéressant et c’est donc à elle que va notre préférence pour illustrer cet article, ce qui explique d’ailleurs en grande partie son titre.

Préambule

n.m. Du latin prae qui donne le préfixe pré- « avant », et ambulare, « aller, cheminer ». Texte assez court qui précède un texte plus long et contient en général quelques informations et notes facilitant la lecture.

Avertissement aux lecteurs de cet article

Avant d’entrer dans le vif du sujet, l'auteur de cet article voudrait apporter une petite précision. Je vous demande donc d’accueillir pour la première fois à la télévision française… L’AUTEUR DE CET ARTICLE !!!

Je : Bonjour à tous. Hem. Non, c’est juste pour dire que ce texte a été écrit pour la plus grande part le 18 novembre 2008, soit deux jours avant l’élection du nouveau Secrétaire Général du PS, comme j’en apporte la preuve ci-dessous (voir ci-dessous). Malgré cela, je partirai tout de même du principe que Ségolène Royal remportera cette élection, prouvant à la fois mon étonnant discernement et mon goût pour le risque[1].
SRtetu.jpg

Ce journal date du 18 novembre 2008, prouvant irréfutablement à quelle date a été écrit cet article.

Avertissement aux non lecteurs de cet article

Il ne vous reste que 3 jours pour profiter des soldes à -40% chez Saint-Maclou. Offre valable sur présentation de ce bon auprès des magasins participants.

Avertissement à l’auteur de cet article

Mes amis, désolé, on me signale que quelqu’un d’autre veut intervenir… Et oui, il s’agit cette fois des LECTEURS DE CET ARTICLE !!! APPLAUDISSEMENTS S’IL VOUS PLAIT !!!

Ils : Dis donc mon gars ça fait 20 minutes que ton article est commencé et on n’a toujours pas lu une seule ligne sur Ségolène Royal. Tu ne serais pas en train de te foutre de la gueule du client par hasard ?

Ah, je dois dire que notre ami Les Lecteurs n’a pas tout à fait tort. Il serait peut-être temps d’entrer dans le vif du sujet, ce qui va être fait sans plus attendre. Voici donc, L’ARTICLE PROPREMENT DIT !!!

Ambule

n.m. du latin ambulare. Mot totalement inconnu dans la langue française. Syn. : Clamphyse, Gurne. Ant. : Bonjour, Chaussette

La naissance

SRbertrand.jpg

Coïncidence extraordinaire, clin d'oeil du Destin, Bertand Delanoë nait exactement 1273 jours avant Ségolène Royal.

A priori, rien ne devait distinguer ce 22 septembre 1953 des autres 22 septembre 1953. Le monde pansait encore ses plaies datant de l’avant-dernière Guerre Mondiale, l’Europe proférait à peine ses premiers balbutiements et la France, ma France, menée d’une poigne de fer par l’intrépide Général de Gaulle, préparait tranquillement la Coupe du Monde 1958 en Suède où elle finira 3ème grâce notamment à Just Fontaine, auteur de 13 buts, record qui tient toujours aujourd’hui.

Quand soudain, à des milliers de kilomètres de là, à Dakar précisément (Afrique Occidentale Française, c’était le bon temps), naquit sans demander la permission la petite Marie-Ségolène Royal, rapidement surnommée Ségolène par ses détracteurs. Inondés de joie et de bonheur par l’arrivée de ce premier enfant, M et Mme Royal remercièrent le Seigneur de sa bonté et le directeur de l’Hôpital Raymond Poincaré de sa propension à accepter les bakchichs pour permettre aux Gentils Colonialistes de passer en priorité devant les femmes parturientes indigènes.


L’enfance

SRquinte.jpg

Manquant d'idées vers la fin mais toujours séduits par les prénoms composés, les parents de Marie-Ségolène Royal ont appelé leur petite dernière Quinte-Flush

L'enfance de la petite Ségolène Royal se passe sans problème. Son papa Marcello Royal, pizzaiolo de formation et créateur de la fameuse pizza qui porte son nom, gagne suffisamment sa vie pour subvenir aux besoins de sa famille qui au fil des années va tout de même s’agrandir un peu, la maman de Ségolène, Antigone Royal, mettant au monde 19 enfants en 14 ans.

Malgré l’ambiance chaleureuse du foyer assurée par la présence du four à pizzas installé au milieu du salon, la famille Royal décide de déménager, voulant profiter de la nouvelle loi sur les allocations familiales qui vient d’être entérinée en France. Toute la petite famille embarque donc sur le vol régulier Dakar / Saint-Gilles-Croix-de-Vie, le grand-père de Marcello étant originaire de Vendée et possédant encore là-bas une grande demeure que les habitants appellent avec une pointe de jalousie le Palais Royal.

Ségolène vient alors d’avoir 15 ans et poursuit sa scolarité avec ses frères et sœurs à l’école privée Notre-Dame-Sainte-Sophie de la Conception Immaculée où son éducation est assurée par une troupe de religieuses très à cheval sur les principes. Elles mettent un temps fou à débarrasser la fougueuse adolescente des étranges manies qu’elle a contractées au Sénégal comme par exemple le fait de parler en transformant les R en W, se coiffer avec des dreadlocks ou encore piler les aliments avant de les ingurgiter. Finalement, celle qu’on appelle déjà plus que Ségolène obtient son Baccalauréat de justesse et décide à l’aube de ses 18 ans de « monter à Paris ».

La rencontre avec François

SRdeal.jpg

La première version d'"À prendre ou à laisser" - qui n'a malheureusement connu qu'un succès d'estime - était tournée en extérieur. Pour l'anecdote, Ségolène détenait la boîte contenant 300 Francs (anciens) alors que celle de François cachait une brosse à chiottes.

La bac, c'est bien mais ça ne suffit pas à faire vivre son homme, et a fortiori sa femme. Pour subvenir à ses besoins, Ségolène est dans un premier temps tentée par une carrière de conductrice d'engins sur les chantiers de La Défense puis tour à tour de prestidigitateuse, chercheuse en bio-électronique, cobaye auprès des firmes pharmaceutiques et enfin Présidente de la République Française, mais n'anticipons pas trop.

C'est en 1975 qu'aura lieu la rencontre qui bouleversera sa vie. Après avoir envoyé un SMS surtaxé à TF1, elle est tirée au sort pour participer à la première édition du célèbre jeu "À prendre ou à laisser", animé à l'époque non pas par Arthur mais par Guy Lux. Et quel est donc le mystérieux candidat qu'elle retrouve à sa gauche pendant l'enregistrement de l'émission, rien moins que François Hollande, son futur premier mari. Encore une coïncidence incroyable.

Dès les premières minutes de leur rencontre, rien ne se passe. En réalité, Ségolène commencera à prêter attention à son voisin au moment où celui-ci racontera à Guy Lux la fameuse histoire de la grosse pute syphilitique (cf. Annexe IV). Elle tombe sous le charme et ne quittera plus jamais son « homme » [2]. Pour les deux tourtereaux, ce sont des années de bonheur sans tâches qui commencent. Ils se marient dès la semaine suivante à Bécon-les-Bruyères (92), à la grande désapprobation de Marcello Royal qui avait arrangé le mariage de sa fille aînée avec Léopold Sédar Senghor, et produisent dans la foulée 4 enfants, Pierre-Antoine, Pierre-Daniel, Marie-Gwendoline et Marie-Marie.

La rencontre avec François (l’autre)

SDmitterrand.jpg

Une grande complicité liait Ségolène Royale à François Miterrand (ici déguisé en Bertrand Delanoë à l'occasion du Bal des Pompiers de l'Élysée en 1989)

Le 10 mai 1981, tout bascule. La France vire à gauche, les habitants du triangle Neuilly-Auteuil-Passy s’apprêtent à passer à l’ouest et les chars soviétiques sont aux portes de la banlieue est de Paris[3]. L’élection de François Mitterrand à la présidence de la République est le signe qu’attendait Ségolène pour savoir sur quel pied danser politiquement. Après s’être essayée au libéralisme, au nationalisme, au communisme, au centrisme et après avoir même tenté de fonder son propre parti - le Parti Royaliste repris plus tard par son voisin vendéen Philippe de Villiers -, elle décide de rejoindre les rangs de la nouvelle majorité fraîchement élue.

Faisant des pieds et des mains et des bouches[Réf. nécessaire], elle parvient finalement à rencontrer François Mitterrand qui après des nuits de négociation entre les murs feutrés de l’Élysée lui promet un portefeuille. Elle veut le Ministère de la Défense, elle aura le Secrétariat d’État à la Famille. Un léger revers qui aura toutefois l’avantage de la marquer profondément et d’alimenter encore davantage son ambition politique. Parallèlement, François Hollande gravit un à un les échelons de l’appareil du P.S. Que ce soit par leurs adversaires politiques, mais aussi et surtout par les cadors du Parti à la rose, le couple infernal est désormais surnommé « le couple infernal ».

Maire de Tulle, patron du P.S., député de Corrèze au nez et à la toison pubienne de Jacques Chirac pour l'un, Ministre, député des Deux-Sèvres, présidente du Conseil Régional de Poitou-Charentes pour l'autre, Hollande et Royal trustent les postes de prestige au sein de la République et commencent à se faire pas mal d'ennemis.

Changement de cap

SRpoitou.jpg

Poitou-Charentes (détail)

Le 8 mai 1995, tout bascule. La France vire à droite. Les habitants du triangle La Courneuve-Saint-Denis-Garges-lès-Gonesse s’apprêtent à partir en Corée du Nord et les sous-marins américains sont aux portes de la banlieue ouest de Paris [4]. Ségolène reprend son prénom officiel de Marie-Ségolène et tente une approche désespérée auprès de Jacques Chirac pour conserver son poste de Ministre de l’Éducation Nationale. Elle voit sa route barrée par Bernadette qui en a vu d’autres et a bien compris son manège. Cette fois c’est inéluctable, Ségolène Royal sera dans l’OPPOSITION !

Une situation inédite pour la première dame de Poitou-Charentes. Mais qu’à cela ne tienne. Puisqu’elle ne parvient pas à intégrer le gouvernement, y compris pendant les différentes périodes de cohabitation du fait de la haine féroce que lui porte Lionel Jospin, elle n’aura plus qu’un seul but : devenir elle-même Présidente de la République. Mais n’anticipons pas.

La campagne de 2002

SRelection.jpg

"Peuh, c'est facile de gagner quand on a plus de voix", Ségolène Royal

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, elle laisse passer sans faire de vagues l’élection de 2002 qui voit Jacques Chirac se faire réélire par un véritable plébiscite (82,5% des voix), le peuple le gratifiant d’un tel score pour le remercier de tout ce qu’il a fait pour le pays notamment sur les plans économiques (la création de l’Euro), internationaux (« you want me to go back to my plane ? »), écologiques (Club Med Plutonium Radioactif de Mururoa) et sportifs (ET 1, ET 2, ET 3 - ZÉ-RO !) entre autres.

Mais dès 2003, elle infiltre le Parti Socialiste pour devenir LA candidate à l’élection présidentielle de 2007. Et elle y parvient sans trop de mal en écartant notamment son mari grâce à une tactique simple : des patates au beurre à tous les repas qui lui font prendre 35 kg et le rendent inéligible aux yeux des Français. Hélas trois fois hélas, elle pense qu’elle devra alors se mesurer à un Jacques Chirac certes toujours bel homme mais un peu vieillissant ou au pire à un de ses plus proches collaborateurs présidentiables comme Philippe Douste-Blazy, Jean-Louis Debré ou pourquoi pas le fringant Valéry Giscard d’Estaing qui croit d’ailleurs toujours être président, prenant la France pour une province auvergnate. Mais non. Son adversaire sera bien plus redoutable puisqu’il se nomme tout simplement… suspens insoutenable... Nicolas Sarkozy !

Malgré une campagne irréprochable, elle ne parvient pas à dominer Sarkozy qui profite de façon éhontée du bilan de son prédécesseur et raille son adversaire en jupons en arguant, je cite « qu’une femme est tout juste bonne à faire la vaisselle, torcher les mômes, éventuellement défiler sur des podiums et faire des disques mais quant à diriger la France il faut quelqu’un à la hauteur, donc un homme ». Il est malheureusement écouté par une légère majorité des Français et Ségolène perd d’un cheveu le suffrage. Sa tristesse et ses larmes feront un contraste saisissant au milieu des rires et lazzis des éléphants du Parti Socialiste qui s’imaginent enfin être débarrassés de cette encombrante gorgone. Mais ne serait-ce pas que partie remise ?

Postambule

n.m. : alors là je suis aussi surpris que vous mais ce mot existe vraiment. Moi je préfère dire épilogue mais c'est chacun son truc.

La reconversion

SDtheatre.png

Un nouveau départ ? Une simple étape avant la présidence ? Qui sait...

Fatiguée par les luttes intestines au sein de son propre parti, Ségolène Royal décidera finalement dès octobre 2008 de jeter l'éponge. Terminé la politique, elle revend ses mandats au plus offrant et décide de commencer une carrière d'artiste. Flairant l'opportunité, le célèbre agent Dominique Besnéhard lui propose de devenir son producteur. Il engage l'humoriste Didier Gustin pour lui écrire un one-woman-show appelé sobrement "Ségolène". Habillée par Pimkie, mise en scène par Ariane Mnouchkine, Ségolène Royal fera un triomphe au Zénith de Paris, la salle ne désemplissant pas pendant quasiment 45 minutes (en gros jusqu'à l'entracte).

S'ensuivra une tournée mondiale à travers le Poitou-Charentes qui ne l'a pas oubliée, l'apothéose devant avoir lieu le 12 janvier 2009 à la salle polyvalente Jean-Jacques Debout de Clampieux, dans la banlieue sud de Niort.

Continuera-t-elle cette carrière artistique ou bien les sirènes de la politique vont-elles à nouveau l'attirer pour tenter de briguer une fois encore le mandat suprême ? C'est difficile à dire. Mais encore une fois, l'auteur de cet article est persuadé que Ségolène Royal parviendra à se faire élire à la tête du Parti Socialiste dans 2 jours, et à partir de là tout sera possible[5].

Références

  1. Sauf trucage improbable du scrutin par les aubristes naturellement
  2. Du moins le croit-elle
  3. La banlieue est de Paris s’étendait à l’époque jusqu’à Varsovie
  4. Rigoureusement faux
  5. Sauf trucage improbable du scrutin par les aubristes naturellement


Photo Bio.png  Portail des Gens  •  ClownPolitique.png  Portail du Gouvernement

Qu'avez-vous pensé de Ségolène_Royal ?
 
236
 
44
 
53
 
45
 
234
 
188
 

Ce sondage a été créé le novembre 18, 2008 15:22 et 800 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia