Romont

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Romont.jpg

Romont est une bourgade du Sud Fribourgeois, chef-lieu du district de la Glâne, à la frontière du canton de Vaud et du Canton de Fribourg. En effet, à Fribourg on peine à voir Romont de loin, et à Romont, on peine à voir n'importe quoi, même de près. Vu de Google Earth, c'est un point insignifiant, si bien qu'on a l'habitude de dire que rien ne se passe à Romont, excepté le train et les usines qui ferment.

[modifier] Monuments

Mais une telle critique est totalement infondée. D'abord, Romont a le musée suisse du vitrail, ce que peu de Suisses savent, à l'exception des Japonais qui voulaient se rendre à Grindelwald et qui se sont trompés de train. Ensuite on a le Château, au sommet de la colline, qui contient le musée du vitrail, ainsi que la Préfecture. Le 6 décembre on y fête la Saint-Nicolas avec un âne, des scouts et de fines boulangeries locales. Le père fouettard, acolyte du Saint-Nicolas servant à punir les petits enfants, est une sorte de flic du Moyen Âge prêté par la Préfecture pour la modique somme de 50.- CHF/heure. Les bénéfices sont reversés directement à la Commune de Romont pour l'achat du toner de la photocopieuse du Service technique, ce qui permet à son personnel de ne pas connaître le chômage.

[modifier] Organisation

Romont est une ville de 4000 habitants séparée en deux: intra-muros, et extra-muros. Du côté intra-muros, on trouve des habitations, des commerces, l'administration communale, la poste, un certain nombre de bourgeois et quelques ouvriers. Du côté extra-muros, en contre-bas de l'intra-muros au pied de la colline, on trouve des habitations, des commerces, la voirie, la Landi, quelques bourgeois et beaucoup d'ouvriers. La Bénichon, traditionnelle fête fribourgeoise des récoltes où l'on mange et l'on boit beaucoup, existe en deux fois à Romont : intra-muros, et extra-muros. La raison est simple : quand les bourgeois d'intra-muros on fini de manger, ils bâtent un âne qui amènera les restes aux ouvriers de l'extra-muros. Le voyage prend une bonne semaine, surtout si l'âne emprunte l'agreste chemin du vitrail. Ce geste simple suffit à ce que les ouvriers réélisent durablement leur Conseil communal et leur Préfet.

[modifier] Vie sociale

À Romont il y a plus de 80 associations locales. Comme les Romontois se déplacent beaucoup pour participer à la vie de leur(s) association(s) favorite(s), on dit que Romont est une ville qui bouge. La chose qui bouge le plus, c'est le cortège de Carnaval, qui démarre sur la route d'Arruffens, assez loin dans l'extra-muros, et qui se termine deux kilomètres plus tard sur la cour de l'Hôtel de ville, à côté du Château, où l'on brûle l'effigie du bonhomme hiver sous l'œil vigilant des pompiers. Les pompiers sont toujours prêts à intervenir rapidement à cette occasion, surtout si on les avertit assez tôt.

[modifier] Politique

La vie politique locale est complexe dans sa simplicité. Les grandes instances sont le Conseil communal et le Conseil général, tous deux élus par la voie démocratique directe. Avant les élections, les habitants reçoivent des bulletins de vote avec les noms des politiciens et leur appartenance à l'un des partis politiques: PDC, UDC, Radicaux, PDC, Libéraux, PDC, Socialistes (normalement). Une fois les élections terminées, on récupère les bulletins de vote pour en faire des tombolas qui serviront à payer le camp de neige aux classes primaires, si possible aux Paccots à fin avril, car alors ça coûte moins cher. Quant aux politiciens élus eux-mêmes, ils s'asseyent tous sans distinction de parti autour d'une table, et cherchent dans le décolleté de la sommelière une solution aux épineux problèmes locaux : la forme exacte du rond-point de la Belle-Croix, la levée des oppositions sur les routes de contournement, avec quel budget repeindre les passages pour piétons, à quelle date placer la braderie à cause de l'Eurofoot, avec quel autre réalisateur de film remplir les locaux des usines vides ou de la place d'armes laissée vacante par les militaires. D'ailleurs, tout Suisse ayant fait l'armée connaît Romont, grâce à un restaurant où des danseuses plutôt déshabillées aident les soldats à tuer l'ennui. La spécialité locale est, sans réelle surprise, la poule au panier.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia