Ripopo

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le ripopo est un jeu médiéval. Il se joue à trois joueurs, avec deux boules. Le premier joueur lance la première boule, le deuxième joueur lance la deuxième boule. Or, les sources médiévales, lacunaires par essence, ne nous ont toujours pas permit de savoir ce que faisait le troisième joueur. La recherche est toujours en cours et mobilise de nombreux chercheurs à travers le monde, tous membres d'un Groupe d'Etude. Voici pour le moment l'état des connaissances.

[modifier] Attestations :

Plusieurs mentions de ce jeu ont cours à travers les sources écrites, archéologiques et iconographiques.

La première nous vient de Sidoine Appolinaire, qui, lors d'un voyage dans les Cévennes sur le chemin de Regordanne décrivit une scène de jeu qui impliquait trois mancipiae non loin de leur mansus. Sidoine Appolinaire observa le premier lancer la première boule, puis le second lancer la seconde boule. Mais au moment ou le troisième allait jouer, il les interrompit : "Quod facitis?" L'un d'eux lui répondit tout naturellement : "Ripopamus" (littéralement, nous jouons au ripopo). C'est ainsi la première mention textuelle du jeu, que l'on appellera désormais Ripopo (Ripopo, as, are, avi, atum). Mais en reprenant aussitôt la route, Sidoine Appolinaire n'a pas vu l'action du troisième joueur. Les recherches lexicales sur ce verbe, menées notamment dans le Ducange, se sont révélées infructueuses. Ducange lui même avait d'ailleurs du être déstabilisé par les règles du jeu, ce qui l'a conduit à ne pas le l'enregistrer dans son glossaire.

Bien plus tard, au début du XVe siècle, on retrouve une représentation du Ripopo dans les Très Riches Heures du Duc de Berry. En contrebas du château de Vincennes, on remarque effectivement 3 bacheliers du Duc qui s'adonnent à un jeu. On voit très nettement que le premier de ces bacheliers a lancé une première boule, que le second s'apprête à lancer la sienne, mais malheureusement le troisième est inactif, en attente de son tour. La disparitions des peintres, les frères Limbourg, avant l'achèvement du livre d'heures est probablement à l'origine de cette lacune. Le peintre anonyme qui a prit leur suite pour achever le livre ne connaissait probablement pas les règles et n'a donc pas pu donner une suite à la scène de jeu.

Partage sur...
wikia