Rihanna

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Il m'a tapé dans l’œil, direct. »
~ Rihanna à propos de Chris Brown

Rihanna (alias Cœur de pirate des Caraïbes) est une chanteuse barbadienne envoyée sur Terre par Satan pour détruire le monde avec... un parapluie.

[modifier] Genèse

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre, la weed et Madonna, mais ça on le savait déjà. Au 6e jour, et ça vous ne le saviez pas, alors qu'il jouait aux Sim's, Dieu décida de créer l'orgueil, la grossièreté, les erreurs 404 et les morpions pour pimenter un peu le jeu. Dans sa grande bonté il affubla ces qualités à Satan pour ne pas avoir à les porter lui-même et lui fit visiter un magnifique appartement avec sous-sol chauffage compris, option boîte de nuit et barbecue, que l'on appelle aujourd'hui l'Enfer et qui s'est répandu dans le langage courant sous l'appellation de "Boîte Gay".

Satan a longtemps tchaté sur Facebook avec Oussama Ben Laden pour organiser quelque chose qui ferait régner le chaos sur Terre. Ils voulurent tout d'abord envoyer des Airbus A380 chargés de têtes nucléaires, mais c'était pas assez diabolique. En deuxième, Sylar, un type à l'allure tout à fait normale qui ferait son apparition dans une série-télé (en l'occurrence Heroes). Avec sa méchanceté, il pourrait détruire l'humanité. etc...

Ces idées à la con se poursuivirent jusqu'à ce que, le 19 février 1988, Satan dit à Oussama : « Sur Terre, la musique est une seconde vie. Si je faisais une chanteuse tout à fait banale, méchante, insupportable ? Les gens n'y verront que du feu, et là régnera le chaos quand elle sera super-populaire ! » Oussama répondit alors : « Une ispice di counasse ? Si tu veux ! »

Searchtool.jpg FB existait en Enfer à cette époque. Quoi, ça vous regarde ?


Alors, le 20 février 1988, ce fut le début du projet de Satan. Pour défier la nature, un jour où Hitler et Staline se mettaient sur la gueule à cause d'une sombre histoire de Cluedo irrésolu, Satan se mit en tête de choisir une petite île loin des regards et de s'accoupler avec un canard selon l'Ancien Rite Illuminati appelé « reproduction par voie vaginale » (chacun sait aujourd'hui que seules les grossesses immaculée et le transport FeDex de cigognes étaient acceptés jusqu'en 69, année érotique). De cette union charnelle naquit un enfant.

Rihanna-0.gif

Naissance de Robyn Rihanna Fenty. Notez l'énorme front (c'est important pour la suite), l'air faussement angélique de l'enfant et les cris de sa mère se rendant compte dès ses premiers pleurs que le Démon était né.

Comme toutes les petites filles des îles, Rihanna vivait l'enfance parfaite. De nombreux historiens semblent d'accord pour dire que son intelligence, autrefois accrue et abondante, (la légende raconte qu'elle fabriquait ses propres strings jusqu'au jour où elle se rendit compte, en cours d'SVT, qu'on était nettement mieux à l'air libre), s'est malheureusement dégradée à la pratique de son premier job : ouvreuse de Noix de Coco avec son crâne. Chris Brown (chanteur, danseur, floppeur), son ex-futur-pré-avant-après-en-haut-en-bas petit ami, suite à sa prétendue agression de la personne de Robyn, déclarera d'ailleurs dans son Procès Verbal qu'il essayait simplement d'ouvrir son Vita Coco en utilisant sa partenaire comme au bon vieux temps. Retrouvée hébétée quelques jours plus tard, micro en main, narrant en chantant la grande douleur qu'elle ressentait sur le front, son géniteur, pris de pitié, lui fit croiser la route de celui qui ferait d'elle l'instrument de souffrance le plus significatif depuis l'invention de Full Moon en 1991, Shawn Carter.

[modifier] Projets

Une fois créée, Rihanna se voit confier sa mission. Satan lui dit : « Ma chère, prend le temps qu'il faudra, mais accomplis ta mission. Je vais te créer une mère, un père, et des frères et sœurs. Oublie-les, et ne pense qu'à ta carrière musicale ! Ne leur donne rien de ta fortune ! Trouve-toi dès que possible un producteur si tu veux que tes chansons sataniques passe à la radio, ou si tu veux vendre des disques ! »

Tokiorihanna.jpg

Vous avez 3 secondes pour deviner si c'est Rihanna ou Tokio Hotel ! 1, 2, 3 ! Perdu !

Il continue : « N'oublie pas : tu auras le soutien de mon projet top secret ! N'en parle à personne, d'accord ? Ce projet a un nom : Tokio Hotel ! Inspire-toi d'eux, c'est une tuerie. »

Jay-Z (rappeur, King Kong, King Con) donc, lui même né de l'aventure entre Satan et Tina Turner, était un riche entrepreneur adepte du tourisme sexuel et de la désormais célèbre pêche aux moules de la Barbade. Qui n'a en effet jamais entendu parler de la pêche monstrueuse de Shontelle (chanteuse, acteuse, poubelleuse) ? Lorsqu'il tomba nez-à-front avec la ravissante créature du Diable, il sut d'avance que le terrible dessein qu'il préparait pour détruire l'humanité de l'intérieur était sur le point d'être mis à exécution. Elle était bonne. Elle était conne. She's the one.

C'est là qu'elle enregistre son Pon De Replay. Satan voit son plan destructeur marcher : la radio s'arrache son titre ! L'album, lui aussi plaît à ses -mal-heureux acheteurs. Très peu de temps après, nouvel album et nouveau massacre : S.O.S. (L'Amour Entaché), single préféré des fans de Koh Lanta. Mais vous n'avez rien vu ! Après Unfaithful tout aussi catastrophique, il va y avoir de l'orage. Son nom ? Umbrella.

Les légendes ont toujours leur part de faux. En 2013, tout le monde s'accorde à dire que Rihanna était bonne, mais en fait juste vraiment trop conne pour détruire le monde avant de se détruire elle-même. L'apocalypse est repoussée de 20 ans, vous pouvez respirer.

[modifier] Sa "carrière"

[modifier] Music Of The Conne

Rihanna-1.gif

L'époque où il suffisait de foutre un maillot de bain sur une jeune femme pour ensorceler l'audience.

Tout bon ORL vous le dira, lorsque quelque chose bloque votre respiration au point de ne pouvoir se séparer de votre voix de canard, il est impossible de prendre un rail de coke sans obstruer davantage vos cavités nasales. Il vous est alors impossible d'accomplir le rite numéro 3 du Livre des Illuminati écrit par Georges Washington[1]. Brandy (floppeuse, batracien, floppeuse) par exemple s'est destinée elle-même à une carrière de flop sans possibilité de rejoindre le Groupe Maudit.

Ce grand malheur empêcha Rihanna de s'épanouir dès le début et même d'enlever le haut. Sans possibilité de mettre en avant ses attributs premiers, on masqua donc sa voix sortie de l'Enfer sous quelques instrus aux faux airs reggae, dance-hall et RnB comme pour faire découvrir au monde la musique d'un peuple autochtone, lointain et pas si inutile que ça finalement. Le résultat se voulait innocent, estival, et ma foi il l'était, peut être au point d'en devenir légèrement insipide. Les philosophes les plus éclairés du net s'accordent d'ailleurs à dire que l'album tout entier, particulièrement Pon The Replay, doit ses grandes lignes à Babyboy de Beyoncé (chanteuse, danseuse, actrice, parolière, compositrice, House Of Dereon, productrice, maman, épouse, robot)

Tout bon adhérent de la théorie du complot pourrait aujourd'hui affirmer que Music Of The Sun ne contenait rien de démoniaque sinon la petite migraine causé par le timbre de la jeune fille. Les plus hardcore d'entre eux tenteront cependant de vous convaincre que tout mal de crâne causé par les vibes de l'album ne servirait qu'à vous faire acheter du Doliprane, engrossir ainsi la Corporation Pharmaceutique et les recherches pour anéantir la race humaine via la création de la grippe aviaire.

[modifier] A Goat Like Me

Las de voir sa pouline s'attirer trop de sympathie, de gentillesse et d'indifférence, Jay-Z sentit qu'il était temps de forcer le passage des cavités nasales de Rihanna et d'y insuffler un peu de pêché. Lui demandant librement de s'inspirer de Beyoncé en plein enregistrement de ses raclements de gorge les plus connus à ce jours (aka B'Day, aka Bidet), elle prit sa requête au sérieux et enregistra ses démonstrations vocales les plus irritantes à ce jour.

S'il n'a jamais vraiment été prouvé que cette chanson avait pour cible Beyoncé[2], on ne puis que comparer la dilatation de Rihanna à l'époque avec l'expansion de son succès et sa célébrité à travers le monde. D'ores et déjà classée par Forbes comme l'Arnaque la plus riche du monde, elle continua gentiment son ascension en slalomant entre une exploitation de titres dance-hall/Pop plus ou moins réussis (Kisses Don't Lie, Break It Off), une grande innocence RnB (We Ride) gâchée par un désir déjà bien présent de faire du bruit (Unfaithful). Mais les critiques, encore trop occupés à décider de la date du décès de Britney Spears, de la grande entrée de Mariah Carey dans le monde des tailles XL et du décès mort-né de la carrière de Cassie, le pire album de Rihanna ne suffit donc pas encore à la faire entrer parmi les étoiles.

Il était grand temps de la faire entrer dans le grand monde. D'en revenir à ses origines démoniaques. La gentille fille n'allait plus être là pour longtemps, et rien, pas même Twitter, n'arrangera son cas.

[modifier] Good Goat Gone Bald

Rihanna-3.jpg

On vous avait bien dit de ne pas lui faire prendre de bain après minuit. Oui, les douches dorées ça compte aussi.

Lorsque Jay-Z acheta Rihanna à la Barbade accompagnée de ses 2 sœurs chèvres et d'une panoplie de perruques, on lui avait pourtant bien dit que ces créatures du diables de devaient ni être trop exposées au soleil, ni grignoter[3] ou prendre l'eau après minuit. Il était pourtant temps pour celle que l'on prenait encore comme une magnifique jeune chose de révéler sa vraie nature. Et si possible sa paire de doudounes parce que sa puberté est passée et ils grandissent mieux à l'air (ainsi qu'un peu de buzz pour vendre les singles du flop de We Ride). Le même procédé fut utilisé avec succès avec Mariah Carey (dauphin, has-been, alcoolique) qui après sa propre douche dorée (qu'elle préfère appeler "Prison Dorée", la classy Lady quoi) a gagné 3 bonnets, perdu 5cm de tissu par an et est devenue une grande inspiration pour l'industrie pornographique du 21ème siècle en plein essor. Toujours selon le livre maudit, on la força à avaler...schrrrrr rrrrh drrrr brrrr schhhh... Pardon, bug. À avaler le livre de "Être pétasse pour les nuls" jusqu'à la dernière miette et, faute de pouvoir lui apprendre à chanter juste, on vola la machine à Autotune de Britney Spears pendant qu'elle jouait au coiffeur, on rajouta des beats et des textes inspirés du dernier album de Nelly Furtado (bouffeuse d'homme, kadhafiste, finie) et on tenta d'adoucir le son de sa voix par le procédé le plus naturel qui soit...

Rihanna-2.jpg

Si les effets du Destop Entretien sur la voix de Rihanna furent un échec, il paraîtrait que les inhalations de vapeur soit à l'origine de sa voix légèrement altérée sur Question Existing.

Sans le savoir, elle sortit donc son premier Best-Of, composé d'un peu tout et n'importe quoi du moment que ça puisse surpasser les ventes de Beyoncé. Si même Wikipédia aujourd'hui a besoin de références pour définir le genre de l'album, disons simplement qu'il est à ce jour le pot-pourri le plus inventif et réussi de sa carrière, une sorte de message criant « aimez moi, je serai sage, je serai vilaine, je serai une pute, je serai disco, mais je serai ! » et ma foi, cela semble avoir marché. Par delà les vagues agressives de viibes et les océans de ballades rappelant la ventouse d'une tentacule tentant de s'agripper à vous, quiconque se sent obligé d'apprécier ne serait-ce qu'un des multiples visages de Rihanna sur l'album. Et grand Dieu, c'est tellement chiant à dire. C'est comme si Pandore avait ouvert la boîte droit sur vous, libérant toutes ces horreurs avec comme ligne directrice cette voix similaire à celle de Fran Fine enrhumée. Et que, tout au fond, si vous tendiez l'oreille, ça n'était pas l'espoir qui y restait à l'intérieur mais le vieux « HA ! Ha ! » de Nelson des Simpsons, se foutant de votre gueule car vous n'avez pas été assez fort pour résister.

Rihanna-n.jpg

[modifier] Le cataclysme Umbrella

Parapluie.jpg

C'est dur à croire mais ce truc rend Mère Nature complètement dingue.

Umbrella, le lead de son troisième opus, est la plus grosse colère de Rihanna. Duo avec Jay-Z son producteur, écrit par Chris Brown son reproducteur, elle met à des millions d'auditeurs son arme : un parapluie ! Une arme mortelle qui a provoqué dans un premier temps :

  • Des inondations en Angleterre
  • Un moche temps durant tout l'été 2007 dans l'ouest de l'Europe (On raconte aussi que la poisse que porte Nicolas Sarkozy est aussi une raison à cela)
  • Une canicule extrême dans l'est de l'Europe et des incendies en Grèce (On dit aussi que Johnny Halliday a allumé le feu là-bas, pendant une semaine de vacance pour échapper aux impôts)

Bref, le plan de Satan marchait à merveille...

[modifier] Rated Roucarnage

Comme Disney Corporation Entertainment l'oblige, chaque histoire se doit d'avoir un break dramatique avant que la Princesse dans l'histoire puisse enfin se marier. La légende erronée raconte que le Prince Charmant, Chris Brown (boxeur, Mortal Kombat, cake) censé couchée avec Princess Robyn, se tapait en fait le Dragon et lorsqu'elle le découvrit, la Princesse entra dans une rage folle et lança son premier Phuck. Allergique à la vulgarité, le Prince lui mit une fessée bien méritée mais apparemment pas suffisante puisqu'elle n'a cessé de Phucker tout ce qui bouge depuis lors. La véritable histoire, nous l'avons déjà racontée, tourne plus autour d'une histoire d'ouvre-noix qui aurait mal tourné. Déjà désorientée et encore dans sa Disturbia, la pauvre enfant réussit à se convaincre elle même que si elle pouvait détruire une noix de coco, détruire la musique et le monde devait être à sa portée.

Rihanna-4.jpg

Rihanna, deux semaines après son agression. Notez le visage d'enfant retrouvé.

Après une série d'interviews destinées à apitoyer le monde entier avant de lui vendre des idées de suicide, meurtre, sexe débridé et pire que ça, des démos de Brandy, Rihanna sortit donc son 4e album. Ou plutôt son premier. Un album, un vrai. Cohérent avec le handicap physique représenté par sa voix. Cohérent avec l'absence de références musicales[4] claires dont elle avait fait preuve jusque là. Et surtout affublé d'un pseudo-titre de co-writer faisant d'elle une artiste Pop, une vraie (Rite Illuminati numéro 45 : acheter des crédits). Moins de tentatives d'impressionner vocalement, des paroles douloureuses en adéquation avec une voix incapable de chanter l'amour, et n'en parlant que pour évoquer à quel point c'est moche et ça sert à rien (un peu comme Ke$ha), et surtout une cohérence comme on n'en trouvera plus jamais chez elle. Sa nature diabolique était enfin révélée. C'était elle. À poil. Stripped. Les fins gourmets comme l'auteur de cette vaste blague en ont fait l'un de leur album préféré de la décennie précédente avant de plonger dans l'homosexualité, l'alcool et Nicki Minaj (Barbie, défaut de fabrication, nické). Le plan avait réussi, Rihanna était.......................... Non, je peux pas dire ça. Elle était.........................*sanglot*

Crédible.

Rihanna-4.5.jpg

[modifier] Lourd

Mais voilà que Satan réalisa qu'il était peut être allé un peu trop loin sur ce coup là, et voilà que toutes ses créations peu inspirées se sentaient obligées de se foutre en sang, de s'inventer des alter-égo et de se mettre la main devant l’œil comme si cela avait un sens autre que de cacher l’œil au beurre noir fait par Chris Brown et pas encore vraiment estompé lors de la création de la pochette de Rated R. Là dessus (vu de l'Enfer quoi), c'était l'hécatombe. David Guetta s'en donnait à cœur joie, Beyoncé recevait des Grammys, Katy Perry (fille de Pasteur, sac plastique poussé par le vent, poupée gonflable) existait, le monde d'en haut ressemblait visiblement plus à un monde de souffrances éternelles que son monde à lui. Il décida donc de changer le sucre que Rihanna mettait dans son café par une substance un peu plus joyeuse et qui dit on fait voir des papillons à Mariah Carey depuis prés de 15 ans. Il y ajouta Twitter et Instagram, deux drogues si puissantes qu'elle n'en sortirait jamais.

Rihanna-5.jpg

Saviez-vous que les clips de Rihanna sont utilisés pour faire comprendre aux jeunes les méfaits de la drogue ?

« Tiens, elle est passée chez le coiffeur…!? »

C’est à peu près le seul signe avant-coureur intéressant de la sortie d’un album de Rihanna. À croire qu’après avoir créé les mers, les océans, les arbres et les saisons, Dieu décida de créer le tissage gâté comme signe annonciateur d’une nouvelle catastrophe. Prendre une jolie femme, l’habiller en gothique, en monstre, en Pokémon, en zoulou ou en sorcière, puis l’affubler d’une méduse sur la tête pourrait être le concept d’Halloween, on a préféré en faire le concept de Rihanna. C’est ainsi que 5 ans après le début de sa carrière, telle une Fran Fine Coulibaly, Rihanna sortait son 5e album nommé LOUD. Et pour l'occasion, il décida de teindre ses cheveux en... rouge...?

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Des cheveux rouges ?!? Cette fille est vraiment cinglée...



Le concept visuel de cet album ? Des plages naturelles, des champs naturels, des fleurs naturelles et des cheveux en plastique. Vous l’aurez compris, le visuel de cet album évoque vraiment plus L’Attaque des Tomates Géantes ou une pub pour l’Harissa (dont on connait ironiquement les effets secondaires) que Fantasia et fraîcheur Narta. On tourne la page du joli filon exploité depuis Disturbia/Run This Town avec cette Rihanna caractérielle, pas nécessairement sombre mais munie d’une réelle identité. Il est d'autant plus dur de réaliser que, comme tout le reste, cette identité semblait être une création de toute pièce et qu’en moins d’un an, Rihanninja s’est transformée en Rihanniaise. À vouloir remettre à plat l’image de Rihanna, Satan a crée un nouveau personnage, un personnage totalement plat, à l’image de ses fesses.

Chanteuse.png La nana aux cheveux rouges dit :
Oké, j'ai rien dit.


[modifier] Talk That Torchon

Rihanna-6.jpg

Rihanna, après avoir subi une opération pour ne garder que les parties de son corps dont elle se sert les plus souvent.

6 ans de carrière, 10 numéros 1 dont un avec Britney Spears (ex-chanteuse, ex-Danseuse, R.I.P), sous crack, sous coke, sous une dizaine de niggaz et sous l'ombre menaçant d'un coup de Matrix de la part de Ciara, nous retrouvons l'Enfant du Démon au plus bas, paradoxalement au plus haut. Tout ce succès, « not good for me, not good for... Her... ». Tutrice du club des Popstars Démoniaques mention Force Rouge, figurant dans Guiness Book sous l'appellation « chant de la note R#7 lors du Live de Man Down au Rock In Rio 2011 », insultée quotidiennement par la Bey Hive, les Barbz, la C-Squad et le fan unique de Kat Deluna au monde, conne-vertie en actrice pornographique sur les réseaux sociaux où elle s'en donna à cœur joie. Elle avait tout, mais elle n'avait rien. Voyant que personne ne la reprochait de chanter sur sa foufoune, elle s'en est librement inspirée pour écrire cet album. Malheureusement pour elle, les critiques fûrent unanimes.

D'ailleurs, toute critique constructive (et objective par la même occasion) de ce chapitre de l'histoire est impossible. À cet instant l'effet inverse s'est produit, nous avons tous dû nous éloigner du diable et retourner écouter quelque chose de moins bruyant (même du Nicki, même du Gaga, même X Factor France, pourvu qu'elle arrête de chanter). Ramassis de plaintes et de sérénades non maitrisées (Fool In Love, Drunk On Love, Where Have You Been), ou trop maitrisées par la machine (We Found Love), seul son domaine de prédilection, chanter sur son vagin, semblait relever le niveau (Cockiness ; Birthday Cake). Au sommet de son non-art, de sa non-maitrise vocale et de sa fatigue morale, elle décida alors de faire une pause... Pendant 2 semaines....

[modifier] Unapatrologic

Rihanna-75.jpg

Après Tokio Hotel, Roucarnage et Ariel la petite sirène, Rihanna imite Skrillex pour sa nouvelle coupe.

Et le jour bénit vint, l'intervention divine. Consciente que même Blue Ivy (pleureuse, star de documentaire, antéchrist) se faisait plus traiter d'Illuminati qu'elle, consciente que sa seule prouesse vocale résidait dans les « OUH OUH ! OUH OUH ! » de We Found Love, Rihanna décida qu'après tout il était peut être temps pour elle de retourner à ce qu'elle faisait de mieux. Oui enregistrer avec un joint en main mais pas que. Oui insulter Ciara et ses fans sur Twitter mais pas que. Oui se foutre de la gueule de B... OUI BON CA VA ! Je parlais surtout de ronronner sur des prods urbaines, rapper tant que ça a l'air moins douloureux que chanter, et surtout se contenter de productions assez sèches pour mieux convenir à sa condition d'ornithorynque. Consciente que le Diable lui même l'avait abandonnée, elle baissa le volume d'un ton et se permit d'enregistrer ses mids/ballades les plus convaincantes à ce jour (Loveeeeeee Song, Stay, Get It Over With, Diamonds), tout en gardant une certaine insolence parce que c'est un Bonhomme wesh (Pour It Up, Nobody's Business ft. GimmeToMeBabyLikeBoomBoomBoom, Phresh), un faux air reggae parce que comme Corneille, on vient de loin (No Love Allowed) et un bon petit Lost In Paradise pour rappeler à quel point une voix de crécelle et une guitare vont bien ensemble. Un opus réussi et ravageur.

[modifier] Amis

  • Tous les noms connus cités dans cet article et l'Axe du Mal en général.

[modifier] Ennemis

  • Absolument tout le monde (même toi !) sauf ceux cités dans "Amis" et sa maman (quoique).

[modifier] Notes

  1. Le livre originel divulgue que Beyoncé est créditée à la fin du livre mais nous ne nous prononcerons pas.
  2. Qui rétorqua quelques mois plus tard avec un Ring The Alarm encore plus irritant et bruyant – coïncidence ? Non. Dessein Illuminati ? Hun ? HUN ?
  3. Parce que ça fait grossir et on veut pas tous finir comme Christina Aguilera.
  4. Outre la danse des seins en noix de coco, mais on préférera ne pas en parler.
Edward Khil.png  Portail de la Musique

Qu'avez-vous pensé de l'article "Rihanna" ?
 
19
 
6
 
1
 
1
 
2
 

Ce sondage a été créé le septembre 6, 2014 20:39 et 29 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia