Private joke

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Hahaha ! Alors là celle-là elle est excellente ! Quelle marrade  »
~ Sacha Guitry à propos de la blague que lui a racontée son cousin Edmond
PJdouste.png

Image illustrant parfaitement le concept de private joke

On distingue la private joke de la pas private joke par le fait que son effet comique est circonscrit à un groupe limité de personnes car elle nécessite certaines connaissances préalables pour pouvoir en appréhender la chute. Par exemple, mon beau-frère trouve que la phrase que je viens d’écrire est hilarante car ça lui rappelle un truc qui nous est arrivé lors d’un barbecue le 17 juillet 2003 et qui mettait en jeu une demi-merguez et une cuisse de poulet à la mexicaine. En revanche, il y a à peu près 6 milliards d’individus qui n’y trouveront aucun humour.

Voilà en gros ce qu’on pouvait dire sur la private joke.

Donc en fait je vais faire autre chose, qui n’est quand même pas tout à fait sans rapport. Partant d’une blague archi-connue (C’est un fou qui repeint son plafond. À ce moment là un autre fou arrive et lui dit : « accroche-toi bien au pinceau, j’enlève l’échelle »), j’ai décidé – en toute humilité bien entendu - d’adapter sa narration au style littéraire de quelques éminents contributeurs attitrés de la sencyclopédie. Ce choix comporte plusieurs avantages. Et je compte bien un jour les découvrir.

Je n’ai malheureusement pas pu inclure tous les auteurs habituels. De grands noms tels que Cauch ou Psychoparten ne font pas partie de ce panel, et je suis sûr qu’ils ne m’en voudront pas (ce qui ne sera pas le cas de ceux qui ne font à la fois pas partie du panel retenu ET de la liste des grands noms précédents). Vous avez tout de même droit à un échantillon assez représentatif de l’esprit sencyclopédique et vous allez donc pouvoir vous instruire en vous amusant. Bonne lecture.

[modifier] Avertissement

Pour ceux qui n’ont pas de lettres, je signale que l’immense Marcel Gotlib a mis en scène cette même histoire drôle sous différents angles dans un des tome de sa Rubrique-à-Brac. Il s’agit de ma part plus d’un hommage que d’un plagiat puisque la finalité n’est pas la même. Cet exercice de style totalement hermétique et donc parfaitement symbolique de la private joke peut bien sûr être effectué à partir de n’importe quelle histoire. Et maintenant, en route.

[modifier] À la manière de Thaumasnot

PJjackson.jpg

En 1946, Jackson Pollock n’avait toujours pas compris la blague du fou qui repeint son plafond

Ce qui va suivre est un concentré tératologique d’humour néoréaliste collaborant l’esprit implicitement supérieur qui m’anime à l’illusion corolaire de l’intelligence du lecteur. Dans la période post-romantique du cubisme pré-moderne attachée sinon reliée du moins endossée à l’ultime étape du passage au sein du sas entre impressionnisme antiscrutatoire et figuralisme asymptotique, l’Homme forclos de sens commun vaquait à son sacerdoce quotidien d’implémentation adhésive d’une couche d’un composé de pigment et de diluant sur la face antérieure du plancher de son voisin du dessus.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Ouais il repeint son plafond quoi !


Vaine intervention ! N’entame point mon courroux femelle céphale à la capillarité azuréenne ! Las, à l’aube de son accomplissement, cet humanoïde déserté par la notion de libre-arbitre soufre de constater la venue d’un de ses coreligionnaire en connexions synaptiques déliquescentes.

Le deuxième Homme : Loin, loin… Je viens de loin…
Le premier Homme : Splatch Splatch Splatch
Le deuxième Homme : As-tu remarqué la présence du vide ?
Le premier Homme : Par le fait. Mais il lui manque un petit quelque chose
Le deuxième Homme : J’ai l’idée d’une opinion. Défions Newton
Le premier Homme : Splatch Splatch Révèle-moi Splatch
Le deuxième Homme : Quelle serait ton instantanéité ? Maintiens fermement ton objet transitoire vers la recoloration. Et d’une synchronisation préméditée, je vais changer les coordonnées spatio-temporelles de l’échelle.
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Ha Ha Ha ! Elle est bonne !


PJjackson2.jpg

En 1954, Jackson Pollock avait enfin compris la blague du fou qui repeint son plafond


[modifier] À la manière d'Artough

PJgode.jpg

Ça n’a rien à voir mais on a l’impression que ce gode a été trempé lui aussi dans la merde liquide

Ce gars doit être en train de se faire bouffer la cervelle par de la gerbe de vermine ! Il repeint son plafond avec un seau rempli de merde liquide qu’il a récupéré dans les latrines d’un bordel thaïlandais. Et cela va sans dire, la veille on a fait bouffer aux clients du bordel susdit (suce dit ?), de la chatte bien sûr, bien fraîche et dégoulinante de phéromones, mais aussi du poisson avarié. Il fallait les voir à 4 heures du mat’ tous ces pédophiles allemands en train de se vider les tripes à coup de flatulences liquides. Et l’autre con, il ramasse ces résidus de chiasse comme si c’était la dernière découverte de Valentine achetée en gros à Leroy-Merlin et monté à poil sur son échelle avec les couilles qui pendent, il enduit sur son plafond DE LA MERDE !?!!

Là-dessus un putain de top model conne comme une bite mais genre 16 ans avec un cul de salope et des nichons qui font bander comme un taureau s’amène l’air de rien et lui dit « je veux bien te tailler une pipe jusqu’à ce que ton sperme chaud me coule au fond de la gorge mais j’ai d’abord un petit service à te demander. Peux-tu te foutre ton pinceau dans le cul, je vais enlever l’échelle car j’ai remarqué que les barreaux sont juste aux dimensions de ma chatte et je voudrais me branler ».

[modifier] À la manière de Zonork

Ha ha c’est moi le zononork autrement apelé grozonork ou le maléfisse. Je vais vous raconté une histoire que j’ai moi-même totalemment inventé et elle est telement drole qu’avec ça je suis sur et certain d’avoir mon nom au BESTOFF !!! C’est un mec normal qui repaint sa voiture et tout à coup il continu à repeindre sa voiture. Apres un autre mec normal arrive (pas le même) et il lui dis accroches-toi au pinceaux. Signé bogrozoronork !!!!

[modifier] À la manière de COROCORE

Bonjour. Je m’appelle COROCORE et je vais vous raconter une histoire. Je suis un auteur qui parle généralement à la première personne. Je suis actuellement en direct de là où vous êtes pour un reportage sensationnel qui mettra en jeu diverses aventures rocambolesques toutes sorties de mon imagination. Qui sait ce que cela donnera ? Nul. J’attends beaucoup d’intervenants, certains m’ont promis de faire une apparition parfois fugace mais non dénuée de pertinence mais posons le décor. Non pas là plutôt là. Oui car je pose le décor où je veux, c’est mon histoire vous êtes les spectateurs de mon tout, inertes, impassibles et sans influence sur le déroulement de cet article. Bonjour. Je m’appelle COROCORE et voici ma femme VÉRONIQUE COROCORE.

Mais avant de commencer à entrer dans le vif du sujet, voici une bande-annonce de ce qui pourrait ne pas être la suite si j’en décide autrement d’une manière différente.

Chanteuse.png La nana aux cheveux rouges dit :
Et voilà il nous refait le coup
Mlle Agnès.JPG
Mademoiselle Agnès s'écrie :
Inexplicablement, COROCORE me rend moite en mon intimité. Je rêve de ses semences extrêmes


Nuvola apps important.png
Faites attention !
Mlle Agnès, ce ne sont pas des choses à dire !


StJosse.jpg
Jean Saint-Josse s'écrie :
J'en étais sûr. On m’avait dit qu’il y aurait à boire, nada !


Carl Friedrich Gauss.jpg Le conseil de Carl Friedrich Gauss :
« La création ne m’a pas oublié. Allez, j’invente la courbe. »
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Et l’histoire alors ?


StJosse.jpg
Jean Saint-Josse s'écrie :
J’ai soif !



Nuvola apps important.png
Faites attention !
Monsieur Saint-Josse, nous allons bientôt vous désintégrer.
Gilardi.jpg L'esprit de Thierry Gilardi, en direct sur TF1 :
Des fois je suis soulagé de n’être plus de ce monde


Mr-t-laser.jpg Mr.T dit :
Qui croyez vous tromper ? Je vois clair dans votre jeu.


Et voilà comment prit fin cette terrible aventure. Je n’ose en dévoiler la finalité terminale. Mais COROCORE a plus d’un tour dans son sac. Bien malin qui pensait qu’il n’y aurait jamais de chute à cette péripétie de haute volée. Mais d’abord une autre bande-annonce, à moins que c'en soit une autre.




[modifier] À la manière d'el kloklo

J’en ai vraiement rien à fouttre de votre concour d’histoire drôles à la con mais puisque vous insister pour que j’en raconte une et bien je vais m’exécuté mais vous avez de la chance que je sois totalement bourrée parce que sinon je ne serai surement pas là en train d’écrire des connerie que personne ne lit par-dessus le marché. Les mec qui racontent des histoires c’est tous des gros connard mais mois je vais prandre une voix alternative pour le faire puisque celle que je m’en vais vous raconter je ne l’ai absoluement pas compris mais il faut dire que c’est Insérer ici le nom qui me l’a raconté et quand il parle celui là j’écoute pas du tout Est-ce que vous écouterier un lièvre afghan vous raconter le dernier épisode de Grey’s Anatomy de pain et bien mois non je ne suis pas tomber aussi bas. Par contre, racontez une histoire dont je n’aie pas comprit un traitre mot cela ne me pause aucun problème d’ailleurs je l’ai raconté à ma petite sœur et elle a beaucoup rigoler alors qu’elle a que 13 mois mais c’est vraie qu’elle rigolais déjà avant donc si ça se trouve cela n’a rien à voir avec l’histoire en questions mais qu’est-ce qu’on en à a fouttre allez tiens je me ressers un verre y a pas de raisons. Ca au moins c’est constructif. Je suis bourrés et je commence à voir se dessiné des images sur mon plafont c’est bizare d’habitude il est tout blanc avec des rayures rouges et vert mais là c’est comme si ma tète décidait de le repeindre à la gouache en kakie délavé je le peint avec mes cheveu et pourtant je suis totalement imberbe du crane il se passe des choses que je ne m’explique pas j’ai besoins d’aide et juste au moment où je me dit ça voilà que j’entends des pas qui s’aprochent enfin pas trop prêts car dans l’état où je me trouve cela pourrais se révéler très dangereu pour la santé. Je vais finir à la Prison de la Santé je vous emmerde cette histoire n’est pas drolle. Ca y est les pas entrent dans ma chanbre qui ressemble à s’y méprendre à un poummon d’acier trempé et au dessus de ces pas trône un individu qui a exactement la même tète que moi et le même corp que moi et la même absence de cheveu que moi. Mais que me veut-il à moins que je sois cet individue et qu’en fait celui que je regarde est celui qui est en train de barrioler son plafond d’autant que maintenant je tiens une brosse dans la main c’est vraiment particulier comme sensassion. Je crois qu’il me parle mais je n’entends que le bourdonnement du poummon d’acier et je pense que ses batteries vont bientôt s’arrêter. Le décor est champaître désormais peut-être suis-en train de devenir fou ? Ca y est je l’entend mais je ne le comprends pas il parle dans une langue qui n’a pas encore été inventé et en plus il fait plein de fôtes je dois me concentré. Ah, ça y est !… Comment ça tu retire l’échelle ?

[modifier] À la manière de 90.26.61.92

Vielle marque d'habille our les clocherds, j’enlève l’échelle.

[modifier] À la manière de Tiennos

Cette histoire est très drôle mais je ne vois absolument pas son intérêt. D'abord elle ne s'adresse qu'à ceux qui comprennent l'humour et n'est donc pas universelle. En plus elle est désobligeante pour les fous et ne peut donc pas figurer dans le Best-Of. Attention, je me suis quand même vachement marré en la lisant et il ne manque pas grand-chose pour qu'elle devienne un classique mais le coup du pinceau et surtout de l'échelle est un peu trop restrictif. Si l'auteur fait quelques efforts sur ces points précis, je voterai pour.

[modifier] À la manière de Revivant

Prenons un fou F1 de consistance C1=Pi/3. Élevons-là à la puissance 7 ce qui nous donne exactement 1x1x1x1x1x1x1=1. Si ce fou, qui comporte une variable inconnue Pinceau (P) suit une poussée verticale provoquée de façon volontaire par le biais d'une échelle E comportant x=9 barreaux espacés chacun de 25 cm à la vitesse de 1,3 barreau/seconde, il se retrouvera à une hauteur h=136 cm au bout d’un temps T1 appelé, Temps d’Élévation.

Dans un second temps, prenons un fou F2 de consistance C2=5,32. Inutile de l’élever à la puissance pour le moment. Sachant que F2 prononce 3,2 mots/seconde et qu’il devra fournir une poussée orale de 9 mots à l’endroit de F1 pendant un temps T2. Nous avons donc la relation établie F1/T1(C1) = F2/T2(C2). En conclusion, nous pouvons affirmer par récurrence et par l’absurde que F1 – P = F2 + E.

[modifier] À la manière de ducon

C’est Raymond Domenech qui repeint son plafond. Là-dessus y a François Bayrou qui arrive avec sa gueule de con et qui lui dit : accroche-toi bien à l’échelle, j’enlève le pinceau. Jé rien comprit.

[modifier] À la manière de Ulysse-Henry (canal oulipien)

Lesté de cette échelle, le benêt extrêmement énervé étend ce revêtement très élevé[1]. Quand soudain, un fou dans l’instant suivant survint, lui disant, sournois[2] : « au son de ma voix, tenu au pinceau, volez-y par subterfuge tel le kiwi quand j’ôte l’échelle[3] ». Hahaha j’adore ça, cet opus a révélé l'aménité d'âme de cet ami civilisé.[4] (sinon un ami au moins un même user)[5]

[modifier] Notes

  1. Monovocalisme en 'e'
  2. Lipogramme en 'e'
  3. Pangramme
  4. Rigidité de l'okapi
  5. Contrainte du prisonnier

[modifier] À la manière de Pattalong Nuculaire

PJpatnuke.jpg

Allégorie représentant Michel-Ange tentant de s’accrocher à son pinceau (dont le rôle est joué par Dieu en personne)

L’histoire se passe au tout début du XVIe siècle. Elle met en scène Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni dit Michelangelo et en français Michel-Ange (né le 6 mars 1475 au château de Caprese, mort le 18 février 1564 à Rome). En ce 25 avril 1508, il met la dernière touche à ce qui restera son chef d’œuvre, le plafond de la Chapelle Sixtine. Accroché à son échafaudage à plus de 30 mètres du sol, il devine plus qu’il ne voit entrer dans la Basilique son commanditaire, le Pape Jules II, fils de Raphaël della Rovere et de Theodora Manerola, né à Savone le 5 décembre 1443 et mort à Rome dans la nuit du 20 au 21 février 1513. « Maître Michel-Ange !», hurle le Pape. « Oui ? », répond Michel-Ange avec son sens inné de la répartie. « Accroche-toi au pinceau, j’enlève l’échafaudage ». « Les désirs de Sa Sainteté sont des ordres ».

[modifier] À la manière de Marie Irène (époque Paparazzi)

6h40.

Chambre presque vide. Un pot de peinture sur le carrelage. Un pinceau flanqué. Sans doute un message que je dois interpréter. Merde, j’ai oublié mon nom. Je me rappelle pourtant bien de ce que je devais faire demain : je devais oublier aujourd’hui.

Attention voilà quelqu’un.

6h45.

Miracle. Il ne m’a pas vu. Ou peut-être l’a-t-il fait exprès. J’ai cru remarquer dans son regard une absence de lucidité mais qu’à cela ne tienne. Il m’a apporté quelque chose. Je vais essayer de m’en approcher. Je rampe délicatement vers mon objectif apparemment inerte. Il me semble avoir déjà vu ça quelque part. Quel est son nom ? Ça concernait une grenouille, un bocal et les prévisions météo. Oui, le mot se forme dans mon lobe préfrontal mais mes lèvres refusent de le prononcer. Qu’à cela ne tienne, il n’y a personne pour m’entendre. Une échelle.

7h32.

Un pot de peinture, un pinceau, une échelle et un plafond. Et moi au milieu. Tout ceci doit avoir une signification. Il faut que j’y réfléchisse intensément. En attendant, je vais en profiter pour repeindre le plafond, ce sera toujours ça de fait.

8h15.

D’autres pas. Serait-ce la conclusion ? Feignons l’ignorance. Il entre. Il marche vers moi. Merde, il a dû me repérer, j’aurais dû monter moins bas.

— Alors ?
— À qui parlez-vous ?
— Et vous ?
— Moi je ne parle pas, je ne fais que repeindre mon plafond, en toute bonne foi
— Pouvez-vous le prouver ?
— Non, il faudra me croire sur parole.
— Tiens, tiens… Je croyais que vous ne parliez pas ?
— Et alors ?
— Comment pourrais-je croire sur parole quelqu’un qui ne parle pas ?
— Je refuse de répondre à cette question, si tant est que j’en aie la capacité, ce qui reste à prouver.
— Je comprends.
— Ah bon ?
— Non, pas vraiment en fait. De toute façon je ne suis pas venu pour ça.

Un piège. J’en étais sûr. Je dois être plus méfiant à l’avenir, cet inconnu me semble particulièrement retors.

— Qu’avez-vous dans la main ?
— Laquelle ?
— Celle où vous tenez quelque chose.
— Ah, ça… C’est un vulgaire pinceau à peinture.
— Et si je vous demandais de vous y accrocher, que feriez-vous ?
— Je sais exactement où vous voulez en venir mais vous ne m’aurez pas.
— Vous êtes plus malin que je ne le croyais.
— Oui. Vous ne toucherez pas à un cheveu de mon pinceau. Par contre vous pouvez prendre l’échelle, je n’y tiens pas particulièrement.

[modifier] À la manière de Zalibus (avec mansuétude)

Longtemps confondu avec le scolopendre, en raison de leur totale absence de points communs, le fou est un être mi-homme, mi-homme, dont la frange la plus importante se promène en liberté dans les rues de nos villes en hordes compactes. Difficile à discerner car peu reconnaissable par le profane, l’unique particularité physique du fou est liée à la présence sur la moitié d’entre eux (la moitié gauche pour les droitiers et droite pour les gauchers, rappelez-vous qu’il s’agit de fous) d’un pinceau en poils de sanglier s’il est originaire des Ardennes ou de bête s’il vient du Gévaudan. Notons que ce fameux pinceau sera uniquement visible chez les fous installés sur la partie supérieure d’une échelle. Le bois utilisé pour la conception de l’échelle n’a aucune espèce d’importance. Un simple escabeau mélangeant plastic, gouda et aluminium fera aussi l’affaire.

A la saison des amours, le fou flanqué des deux accessoires indissociables de sa personnalité embuée (pinceau et échelle ou pinceau et escabeau), tente d’attirer l’un de ses congénères en effectuant la fameuse parade dite de la « repeinte de son plafond ». Les psychopathologues avancent diverses hypothèses parfois contradictoires pour expliquer ce phénomène, mais il s’avère qu’au bout de quelques heures, un second fou fera immanquablement son apparition, sous les yeux ébahis des touristes. Il lancera alors son fameux cri assez éloigné du brame du cerf : « AAAAAAAACCROCHE TOI AU PINCEAUUUUU, J’ENLÈÈÈÈVE L’ÉCHEEEEEELLE (ou l’escabeau) ».

[modifier] À la manière de Yoshkill

YKfou1.jpg
YKpeinture.jpg
YKplafond.jpg
YKfou2.jpg
YKpinceau.jpg
YKechelle.jpg
YKapplause.jpg
YKfin.jpg
YKapplause.jpg

[modifier] Conclusion

Ainsi s'achève notre débat de ce soir sur la private joke. Peut-être certains d'entre vous seront déçus de n'avoir pas été cités, et d'autres de l'avoir été. Mais pour vous récompenser de votre patience, je vous offre une private joke rien qu'à vous :


Qu'avez-vous pensé de Utilisateur:WiiKend/Private_joke ?
 
10
 
16
 
5
 
3
 
3
 
3
 
11
 

Ce sondage a été créé le novembre 27, 2008 16:00 et 51 personnes ont déjà voté.
Partage sur...
wikia