Privas

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher


La principale attraction du lieu est son asile de fou. "On va t'envoyer à Privas" en Ardèche signifie "Tu vas partir à l'asile".

[modifier] Généralités

Privas aujourd'hui n'est connu pour rien d'autre que sa crème de marron Clément Faugier, son Asile Psychiatrique, sa proximité avec les Gorges Hollandaises et la facilité qu'on peut avoir à la fuir pour retrouver la dorsale rhodanienne et s'échapper vers le Sud, ou le Nord, vers la Civilisation (Qui, sans préjuger de quoi que ce soit, n'est pas forcément préférable aux contrées sauvages du bassin ardéchois.)

Cependant, cette vision réductrice des choses ne laisse pas transparaître toute la place que devrait prendre Privas dans les livres d’ethno-sociologie. Si aujourd’hui la plus petite préfecture, ou en tout cas la moins vivante, n’est que l’ombre de ce qu’elle fut, elle eut une place certaine dans notre et son Histoire.

[modifier] Éléments sociodémographiques

Il y a 200 habitants à Privas.

Des écoles, deux collèges et deux lycées permettent une représentation importante de la gente adolescente.

De même un nombre certains de trentenaires viennent ou reviennent sur Privas, cadre de vie idéal dans ce qui reste une ville, pour y élever leurs enfants qui joueront dans les champs.

Le problème démographique proviendra de la population que nous qualifierons de « jeunes », entre 20 et 30 ans. En effet, sans structure universitaire ni proposition d’emploi importante, cette population est réduite à 7 individus.

[modifier] Histoire

Privas fut un haut lieu des guerres protestantes. En effet, à l’époque après JC, les Protestants étaient descendus dans la rue pour protester (c’est d’ailleurs de là qu’ils tiennent leur nom). Ils étaient tout le temps dans la rue, à protester de leur mécontentement. A terme, le Roi a décider de faire de la Cité de Privas un exemple, et à négocier fortement la cessation des protestations par une destruction tripartite de la ville.

Les gens sont allés vivre dans des grottes (la Jaubernie), et certains y sont encore.

Les employés des services de transports protestent depuis tellement longtemps que la grève générale des années 1810 a conduit au blocage de la gare, et même à l’enlèvement des rails et toute ouverture SNCF, ce qui est étrange pour une préfecture. Mais quand le privadois proteste, il ne fait pas semblant.

[modifier] Culture

Privas est la Capitale du Marron Glacé, avec l’implantation jalousée de la Multinationale d’Import Export Gastronomique Clément Faugier. La châtaigne est le fruit roi, dans la capitale d’un Département aux conditions rudes. C’est ce qui explique que le blason de Privas, ornant notamment une Mairie à l’architecture dunkerquoise, soit… un chêne avec ses glands.

«  Celle que la violence a détruite, sa propre énergie l'a ressucitée. » Toute son énergie étant passée à la protestation puis à la reconstruction, Privas est une ville où il fait bon dormir, en attendant que le temps passe…Sinon, il est toujours possible de s'essayer au "sport" préféré des gens pratiquant une sexualité différente, l'escrime... : En effet, Privas possède un "club", ou plutôt une cabane au fond du jardin, alignant les trophées et les récompenses (voir ironie). Ce club, extrémement sportif est très bon pour le maintien de la ligne. En témoigne certaines personnes pratiquant ce sport, dont le tour de taille ne passe pas en dessous du 54...

Et pour les clostrophobes ou les détesteux de la nature omniprésente dans cette région, il existe un club de Tennis comportant 2 groupes de "surdoués de la raquette" (sous-entendu ils ne ratent seulement qu'une balle sur 2)et un groupe de sous-doués de 6 personnes de six ans dont une de 14 ans (le meilleure des sous-doués) "sport de raquette = sport de tapettes".


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia