Portail:Paranormal/Spotlight

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Ça1.jpg

Devant son écran, Haïdi découvre le thème du dÉsencyclothon, "les montres, la parano mâle et les sciences naturelles...". Écrire quelque chose d'amusant là-dessus, galère, songea-t-elle, d'autant qu’excepté l’alcool ingurgité par celui qui avait pondu le sujet, elle n’arrivait pas à faire le lien entre l’horlogerie, la psychologie masculine et les cours de SVT... au temps pour elle, après relecture elle se rend compte que le sujet est "les monstres, le paranormal et le surnaturel..." alors écrire quelque chose de pas trop bateau là-dessus, galère, songea-t-elle, d’autant qu’elle classe ce genre de fantaisie dans la catégorie perte de temps pour beaufs crédules et ados attardés. Elle fut un instant tentée de zapper puis elle se souvint. À une époque pas si lointaine, l'étrange, le paranormal, tous ces machins horribles que l’on imagine pour se faire peur, c'était sa came.

Elle se revit étudiante avec son mec de l'époque qui était un véritable canon (ici l'auteuse explique que sa vie est mille fois meilleure que la vôtre), faisant la queue au cinoche pour 28 Jours plus tard. Flashback sur son adolescence, et un soupçon de frisson lui parcourut l'échine aux souvenirs des séances de spiritisme à la lumière des bougies, de son acné virulente (ici l'auteuse a la volonté d'humaniser un peu son personnage en avouant un petit détail honteux) et des légendes urbaines qu’elle se plaisait à relayer pendant les pyjama party.

Focus sur son enfance, et elle se remémora une fillette en chemise de nuit "Mini" planquée dans le couloir pour capter des bribes d'Evil Dead en cachette de ses parents. Elle avait passé les mois suivants les boyaux tordus d’angoisse chaque fois qu’approchait l’heure d’aller se coucher, mais cet exploit avait fait d’elle la star du CP (l'auteuse sous-entend que déjà enfant, elle avait énormément de charisme et tout le monde l'aimait bien).

Oui, elle avait de la matière rangée quelque part pour cet article, il suffisait de remettre la main dessus.

Elle se leva d'un coup et ses pieds nus sur le carrelage frais la menèrent jusqu'au couloir de l'entrée. Elle s'arrêta devant le placard aménagé sous l'escalier qui lui sert de fourre-tout et de cache-misère. "Je les ai rangés là, je crois" murmura-t-elle en activant la clenche de la porte en bois. Les gonds grincèrent, elle pénétra dans le placard et chose étonnante, elle referma la porte derrière elle.

Partage sur...
wikia