Politique

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le terme politique est originaire du grec ancien; c'est-à-dire non pas que la langue grecque est ancienne, mais que les Anciens qui ont inventé le grec ont tout d'abord inventé le grec ancien, mais à cette époque c'était nouveau.

Donc, dis-je, le mot politique vient du mot grec politikè qui, comme sa sonorité l'indique, signifie sensiblement la même chose qu'en français moderne. Ce qui veut dire que si vous lisez cet article jusqu'au bout comme des grands, vous saurez ce que veux dire politikè. C'est pas mal hein ? Vous aurez appris un mot en français et un en grec ancien.

[modifier] Les anciens Grecs

[modifier] Platon

Une étude de la politique commence nécessairement par l’étude de Platon, vous savez ce type qui est à la base de tous les cours d’introduction de toutes les matières ?

Platon est le fondateur de la République du Plateau-Mont-Royal. Le terme plateau vient comme vous l’avez deviné du mot grec Platon.

La République du Plateau est une œuvre où Platon explique comment il voudrait que la société soit dirigée par les intellos du Plateau. En grand père spirituel révolutionnaire communisant, il rassemble autour de lui toute une bande d’étudiants pseudo-intellectuels. Il leur explique comment, dans un monde idéal, les intellos devraient vivre au crochet de l’État dans une commune et diriger la société pendant que le bas-peuple travaille pour payer les impôts qui les fait vivre et que les gros-bras sans grâce défendent la Cité face aux méchants barbares. Les intellos étant les seuls à avoir accès à la Vérité, car le monde des sens et du travail corrompt l’âme.

On considère Platon comme le père spirituel de Québec Solidaire et de la Clique du Plateau.

Salut je me fais chier et vous ?

[modifier] Aristote

Face à une vision de l’organisation de la Citée aussi révolutionnaire, son étudiant Aristote décide, en bon réactionnaire face à toute nouvelle idée, de proposer une vision plus conservatrice de l’État. Il fonde le mouvement des X, mouvance fasciste ultra-populiste anti-intello composée de jeunes frustrés de leur manque de grâce.

Aristote propose que l’État idéal soit démocratique au niveau local pour permettre le populisme de basse-cour des animateurs de radio-poubelles qui veulent s’établir un fief. Qu’il soit oligarchique au niveau régional pour que les multinationales puissent contrôler l’économie des régions et tenir les élus du coin par les couilles en échange de subventions juteuses. Et qu’il soit monarchique au niveau national pour satisfaire les instincts de totalitarisme et de tribalisme le plus primaire du commun peuple sans grâce.

Certains considèrent Mario Dumont comme l’héritier spirituel d’Aristote et qu’il ferait un excellant Lord protector comme monarque absolu.

Et c’est ainsi que nos deux vieux Grecs fondèrent l’opposition politique classique communiste/fasciste à la base de nos pays de l’Ouest.

Oui moi aussi je me fais chier. Viens on va jouer aux échecs.

[modifier] Les philosophes naturistes

Après avoir découvert avec bonheur comment nos amis communistes et populistes voient l’État idéal, voyons comment les philosophes adeptes du nudisme voyaient les humains avant l’apparition de l’État

[modifier] Hobbes

Pour Thomas Hobbes, les humains aiment bien se dévorer entre-eux et violer la femme de leur voisin s’ils n’ont pas la contrainte d’un Lord protector dominateur pour les en empêcher. Les hommes, étant fondamentalement des gros caves, il faut leur coller la police au cul pour qu’ils agissent d’une façon civilisée. Les humains étant individuellement des méchants dont il faut se méfier, il faut ériger un État tentaculaire qui va tout contrôler, foutre des caméras partout et entretenir une chasse aux sorcières permanente.

Il est à noter que Hobbes venait d’une société plutôt obscure et sous l’emprise des guerre civiles et autres barbaries propre aux Anglo-saxon. Hobbes est le père spirituel des États-policier, de Mario Dumont et probablement un fanatique d’Aristote.

[modifier] Rousseau

Pour Jean-Jacques Rousseau, l’homme est fondamentalement gentil. Les humains dans l’État de nature vivent en petites communes comme des hippies et baisent allégrement les femmes qu’ils rencontrent sur leur chemin. Ils détestent la société car elle vient toute perturber leur trip entre petits copains. Ils doivent alors sortir de leur mode de vie hédoniste et apprendre à vivre en société, à s’éduquer, à travailler, bref la mort pour les hippies.

Il est à noter que Rousseau était un être passablement efféminé, au regard tendre et d’origine suisse francophone. Il est donc normal qu’il ait envie de vivre comme un hippie dans une commune où tout le monde est heureux et où tout le monde s’aime. Il déteste donc la société qui l’oblige à travailler et à moins fumer de cannabis. Rousseau aurait probablement voulu vivre dans la commune des intellos de Platon avec les gens de Québec Solidaire.

Ok mais bon de toute façon je gagne.

[modifier] La politique dans le monde d’aujourd’hui

Maintenant qu’on a compris que la politique est un continuum entre gauche/droite depuis les Grecs en passant par les naturistes, regardons ce qui en est aujourd’hui.

[modifier] L’activisme gauchiste avec un foulard dans le cou

De nos jours, les hippies gauchistes pullulent dans nos universités. On peut facilement les identifier à l’aide du foulard qu’ils portent à leur cou. Ils portent les cheveux longs et ceux-ci sont souvent bourrus. Ils aiment bien lire Le Devoir et écoutent potentiellement Télé-Québec. Ils étudient évidement en art ou en sciences humaines. Comme vous êtes en train de lire un article sur la science politique, vous en êtes peut-être un. Et s’ils n’étudient pas... ils sont sur l’assistance sociale et méprisent le monde de l’emploi qu’ils n’ont jamais connu.

En bon anarcho-révolutionnaires, ils aiment bien déclencher des grèves. Comme Rousseau et Platon, ils aiment bien la vie en commune dans un coin reclus en fumant du cannabis. Ils détestent la société et voudraient vivre à son crochet tout en la dirigeant selon leurs idées toutes pures, car bien sûr travailler rend impur, ceux-ci sont donc purs.

[modifier] Les droitistes avec du gel dans les cheveux

Les droitistes sont facilement identifiables. Ils lisent La Presse et écoutent probablement Radio-Cadena. Ils portent les cheveux courts avec du gel dedans. Ils étudient en économie, en droit, en sciences naturelles ou toutes autres disciplines ayant un potentiel d’avenir d’un point de vue mercantile. S’ils n’étudient pas, ils travaillent. Il portent souvent des chemises rayées.

Ils veulent un État autoritaire qui va les protéger des sangsues gauchistes et qui va leur donner un sentiment de sécurité qu’ils ne sont pas capables de trouver en présence d’autres êtres humains, contrairement aux gauchistes. Car l’homme est méchant. Les nouvelles idées aussi sont méchantes. L’attitude réactionnaire et matérialiste est de mise car les ressources sont rares. S’il veulent se reproduire et laisser leurs gènes à la postérité... il n’y a pas de temps à perdre avec la camaraderie.

[modifier] La politique en général

La politique en général est une activité de la vie en général. Les humains ont inventé la politique car ils n’ont pas grand chose à foutre de leur vie. À part travailler et se reproduire. Certains donc, pour s’élever au-dessus de la masse travaillante et qui se reproduit elle-même (c’est pratique, non ?) décident de se lancer en politique. Ils peuvent ainsi se sentir important et user de la puissance publique pour dominer de leur personne la société.

[modifier] La politique politicienne

Les individus exerçant dans le domaine de la politique appartiennent à l'ordre des Primates et dans la majorité des cas à l'espèce Homo Sapiens Sapiens (A noter qu'il existe de fort soupcons pour certains). A la différence des autres sujets, ils ne produisent rien. En dehors des affaires courantes, ils ont pour objet de définir un plan tactique et stratégique des territoires qu'ils administrent au travers d'une vision subjective dite politique.

Il n'est pas rare de constater de fortes défaillances dans les activités politiques des politiciens. Selon Abraham Lorgnfer, ethnologue à la maison des guignols, leur activité cérébrale est tragiquement multipliée durant la période des elections. La mesure devient, au fur et à mesure de leur mandat, complétement imperceptible. les politiciens ont pour objectif de se faire élire par le peuple (ou la nation ou la tribu ou la famille) mais pas d'y exercer un mandat. Les politiciens ont toutes les compétences pour se faire élire mais il est constaté par de nombreux observateurs qu'ils n'ont aucune compétences pour diriger. Il s'agit du fameux principe d'Eric Shirls : "parler d'agir n'est finalement qu'une suite plus ou moins structurée de sons et de vibrations dont la signification dépend des codes mis en place dans la tribu ; le sens ne peut en être qu'affecté. Tandis qu'agir sans parler est intelligible par tous".

Les politiciens parlent de politique. Le peuple parle de politique. Les médias parlent de politique. Les piliers de bar parlent de politique. Les sportifs parlent de politique. Les artistes parlent de politique. Les enseignants parlent de politique. Les femmes parlent de politique. La politique parle de politique. Mais personne ne fait de politique.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
wikia