FANDOM


PM0
PM1
PMc1 Je m'éveille, brutalement comme à mon habitude.

Le songe de celle que je ne peux sauver même au prix du sacrifice M'emplit une dernière fois d'effroi. J'en suis sorti, mais le poids de la réalité sur mes épaules s'entame À mesure que renaissent mes sens pour en goûter les aggressions. Cauchemar après cauchemar, la malédiction me vampirise...

PMc3


PMc4 Différent...

Après deux pas désabusés j'apparais devant le miroir de mon living, Sombre avec dans un regard sans illusion l'infinie tristesse, Celle qui ne cesse jamais de consumer. Ma chemise légère tombe sur mes épaules Comme un voile noir sur mon existence, Me rappelant à la nostalgie d'une époque victorienne et victorieuse Où sous les haillons des chevaliers d'épopée se révélaient aux femmes pâmées des cours royales. Las d'une ère qui n'est pas la mienne, car trop de bruit et trop de matériel.

PMc2
PM2


PM3
PMc1 À peine levé, j'opte par la fenêtre pour un coup d'oeil rassurant.

Mais le soleil m'ignore et disparait à l'horizon, Avalant avec lui ce nouveau jour qui ne m'était pas dû. Prendre le temps d'une douche ? Pour perdre le si précieux qui m'est tragiquement compté ? Pour me laver d'erreurs ancestrales Qui ne sont pas les miennes et me pourfendent ? Non...si j'aime à contempler mon morne monde, Qui sous l'humain ploie, à le chérir des couleurs de mes vers solitaires, Je veux aussi en endosser fièrement les pollutions.

PMc2
PM4


PM5
PMc4 Je croque un fruit salvateur

Et me résigne tout de même à avaler ce plat cino-vénicien d'infortuné, Qui m'offre les dernières forces pour tenir, La dernière étincelle d'énergie pour protester. Je refuse toute sauce élaborée qui viendrait perturber mon ascétisme. J'écris quelques mots : leur morbidité me glace les os ; Me sers un verre de l'unique nectar encore présent, Du seul que je n'ai pas encore ingurgité dans l'espoir De faire se lever l'astre solaire un peu plus vite. Je n'écris plus...la seule vue d'une plume m'épuise (de douleur)

PMc3


PM6
PM7
PMc4 Je me connecte au Monde,

Ressens un instant sa déferlante, Mais reviens bien vite à l'exactitude des choses. Partout la manipulation, le sexe sale et la corruption, Des vestiges de l'espoir primordial piétiné À mesure que croissent les numéros des canaux. Ils sont comme des fleuves que de toute ma volonté je ne peux remonter, Et qui me coulent vers un infini irréméable

PMc2


PMc1 Je pénètre la nuit comme elle emplit mon âme,

Claque la porte comme pour lui signifier mon arrivée. Aucune autre âme dehors et j'envoie quelques bouteilles à la mer Pour tenter de quérir le fruit défendu. M'abstraire, en délivrant ma chair... Comme bien souvent, mes appels à l'aide restent sans réponse. Je crois avoir pourtant fait tout ce que mon pouvoir permettait Pour créer des liens ; Là encore ma détresse n'émeut personne Et c'est une autre chose qu'on m'arrache sans même me la tendre

PMc3
PM8
PM8bis


PM9
PMc1 Je décide de retourner dans mon antre

Pour me plonger dans les bras d'une mélopée l'espace d'un instant. Je sais que si je pianote quelques notes les larmes me monteront. Je décide alors de traverser les continents en battant plutôt la peau frénétiquement. Le fracas sourd des pulsations m'emmène vers des pays lointains... Où ce ne sont que tueries et tragédies qui m'accueillent. L'oeil humide et le coeur en sang, L'eau que la sécheresse a pu prendre aux peuples elle me la retire maintenant à moi ; Je me détourne de l'instrument pour marquer un silence Et mon respect envers les guerriers innocents Tombés sous le déshonneur de conflits qui ne les concernaient pas

PMc2


PMc4 La solitude du poète m'assaille,

Je suis maudit comme Rimbaud. Maudit d'un sort sur moi jeté depuis que les entrailles de ma génitrice M'ont enseveli sous ce ciel d'onyx, Dont je semble supporter seul la pesanteur. Ou presque. Mon ami préféré, celui qui sait si bien décrire mes maux m'accompagne. À mon chevet comme chaque soir, Je nourris le désir secret de l'avancer avant que le sommeil ne me ravisse comme à la routine... Voilà des années maintenant. Je m'allonge, prononce à haute voix quelques mots Pour entendre la tièdeur de l'être humain... Page 5, Au lecteur
La sottise, l'erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leur vermine.


Pfff....faudrait que je trouve un taf...

PMc3
PM10





PM11


Logoemploi  Portail de la recherche d'emploi

Que pensez-vous du poète maudit ?
 
17
 
6
 
52
 
9
 
2
 

Ce sondage a été créé le décembre 23, 2011 02:04 et 86 personnes ont déjà voté.
Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.