Patatra

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Cité plus que millénaire des régions rocailleuses de Jordanie, Patatra est connue surtout pour son architecture unique au monde.

[modifier] Histoire

Le nom de Patatra vient du bruit que font les bâtiments en pierre quand ils s'effondrent. La nom original de la ville, fondée en 118 ap J.C. était vraisemblablement différent, mais il a été oublié avec le temps. C'est en 197, quand la ville s'écroule pour la huitième fois, qu'un voyageur incapable de retrouver le nom correct de ce tas de gravats, le désigne par "Badaboum". Ce nom est resté après que la ville soit à nouveau reconstruite et changera de nombreuses fois au cours des siècles : "Plaf", "Crac", "Paf-pouf-pof", "Per-per-per-tchu-tchu-tché", "Tu vas rester debout tas de cailloux de merde ?", etc. Le nom actuel est utilisé depuis le XVIIe siècle.

[modifier] Faits marquants

Une ville aussi ancienne est naturellement riche en faits historiques et de nombreux voyageurs et érudits citent Patatra dans leurs récits. Voici une liste des anecdotes les plus célèbres concernant la cité :

  • En 248, alors que la ville est détruite pour la 14e fois, un marchand venant d'Égypte aurait proposé aux habitants de copier leurs méthodes de construction sur celles des pyramides, à savoir empiler des pierres taillées plutôt que des pierres brutes. Inquiète d'être supplantée par la guilde des tailleurs de pierres, la guilde des poseurs de pierres fait disparaître ce commerçant très rapidement.
  • En 402, alors que la ville est assiégée, un tremblement de terre fait s'écrouler les murailles sur les assaillants, ce qui permet à Patatra de remporter la victoire.
  • En 645, aux premiers signes d'éruption volcanique, les habitants décident de détruire la cité eux même, par défi.
  • En 796, un architecte suggère aux habitants d'utiliser du mortier pour solidifier leurs murs. Ceux-ci refusent sous prétexte qu'ils ne peuvent le produire par eux même et qu'il est hors de question d'importer leurs matériaux de construction pour des raisons stratégiques.
  • En 1089, un raz-de-marée détruit l'intégralité de la cité pour la 318e fois, à l'exception d'un bâtiment. La population décide de le raser, par solidarité avec les autres édifices.
  • En 1405, une météorite détruit le marché aux figues. Le sultan ordonne la construction d'un observatoire et recrute plusieurs astronomes pour pouvoir prévoir ce genre de catastrophes. Plus aucun astéroïde ne s'est écrasé sur la ville depuis lors, par contre l'observatoire a été détruit et reconstruit 351 fois.
  • En 1640, un architecte excentrique propose de construire un château de sable qui dominera la ville. Curieusement, la cité accepte sa proposition et le château est terminé en 1652.
  • En 1654, la ville est à nouveau rasée mais le château n'est pas reconstruit, les habitants étant exaspérés d'avoir toujours du sable dans leurs chaussures.
  • En 1728, suite à un pari stupide, un homme propose de construire un château de cartes qui dominera la ville. Les habitants, n'appréciant pas la blague, le forcent à construire le bâtiment sous peine d'être empalé. Le cadavre du plaisantin restera sur un pieu à l'entrée de la ville jusque aux inondations de 1734.
  • En 1867, un autre architecte propose aux habitants d'utiliser du ciment pour construire la cité. La population refuse pour des raisons esthétiques, préférant l'apparence des pierres brutes.
  • En 1890, le même architecte que précédemment essaie d'introduire l'usage du béton armé. Selon la légende, les habitants auraient tous répondu en chœur : « Laisse béton ! »
  • En 1907, Gustave Eiffel essaie de convaincre le maire de la ville que des constructions en métal seraient plus durables. Le conseil municipal refuse cette proposition devant l'absence de gisements de poutrelles métalliques dans la région.

[modifier] Architecture

La célébrité de Patatra vient du fait que la ville est régulièrement reconstruite dans une zone inondable à l'activité sismique particulièrement intense, au pied d'un volcan actif provoquant souvent des raz de marées.

Les bâtiments sont tous construits en pierre brute, sans aucun mortier ni ciment, selon les méthodes ancestrales de la région. Bien que la ville soit vieille de plus de 1500 ans, les bâtisseurs ont su préserver leurs traditions et n'ont jamais abandonné la technique de "posage de pierre en équilibre les unes sur les autres". À ce jour, la ville a entièrement été reconstruite plus de 800 fois, toujours selon les mêmes plans. C'est cette incroyable persévérance et cette architecture unique en son genre qui a conduit Patatra à rejoindre la liste des nouvelles merveilles du monde en tant que « Seule ville au monde à avoir été détruite et reconstruite 843 fois à l'identique. »

Quand on demande aux habitants pourquoi ils continuent à reconstruire leur cité de la sorte, ils déclarent en riant : « Quelques idiots ont essayé de construire un village en bois près d'ici. Résultat : il a brûlé quand le volcan est entré en éruption ! Ici au moins on n'a pas eu un seul incendie en presque 2000 ans ! » Qui pourrait contredire la sagesse populaire ?

[modifier] Monuments

Le voyageur ne manquera pas de visiter les édifices locaux, particulièrement impressionnants, comme :

  • La grande mosquée, datant du XIe siècle
Patatra5.jpg

  • La bibliothèque, plus ancien édifice de la ville (IIIe siècle)
Patatra3.jpg

  • Le palais du sultan Ahmed dit "l'indestructible" (XVe siècle)
Patatra2.jpg


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia