Pancakball

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Dolmen 02.jpg

Toute la générosité de l'armorique est là.

Le Pancakball, avec déjà plus de 450 000 décédés en France est en constante progression. C’est un sport collectif qui demande autant de finesse que tout autre sport compréhensible par un prof d'EPS plus jeune dans sa tête que dans son corps (on a beau se maintenir physiquement, quand on grandit pas, on veillit...) . À 10 sur le terrain, les cadavres en sursis joueurs essaient de se faire de la place pour smasher et décapiter accidentellement un adversaire. Originellement, ce sport vénérable (mais idéal pour les jeunes) se pratiquait sur un site de dolmens (des sépultures selon certains, on finasse là).
C'est à cette origine dolménique que l'on doit le terme de menhir qui désigne l'en-but, ainsi que celui de feu sacré.

Les règles de ce noble sport ancestral sont assez simples et restent inchangées depuis des millénaires.

[modifier] Matériaux requis

La pratique de ce sport nécessite :

  • Un terrain rectangulaire de 2,2 à 2,8 m de long sur 1,5 m de large, avec 70 m au minimum de hauteur de plafond, afin d'éviter tout contact gênant
  • Des poëles en fonte lourdes, une arme robuste et équilibré.
  • Deux équipe de cinq gars de la campagne, virils, bien portants et vaccinés.
  • Deux menhirs de taille égale pour placer les assiettes qui serviront d'en-buts à une hauteur respectable. Si vous n'avez pas le 06 d'Obélix, des paniers de basket peuvent faire l'affaire.
  • Une pâte a crêpe bien gonflée. Pour la recette, voir .
Crepe1.jpg

Prêt pour déguster?

Le principe du jeux est le suivant : les deux équipes essaient de s’emparer de la crêpe, pour marquer des points en l’envoyant dans l'assiette (au sommet du menhir) de l’adversaire. Voilà pour le principe... quand on rentre dans les subtilités, c'est totalement autre chose comme nous verrons.

[modifier] Les règles de jeu

[modifier] Preanbulum

Je vous vois bien depuis tout à l'heure, vous vous dites : « au fond[1] c'est juste du basket sauf qu'à la place du ballon y'a une crêpe... » Sauf que ceux qui prétendirent inventer le basket en ne faisant qu'en adapter les règles pour des tapettes sur échasses n'ont rien inventé. Comme le Breizh Cola et sa pâle copie. OK ?

[modifier] Règles de jeu

La partie se déroule en deux mi-temps trois quarts de mouvements de 20 min 10 sec (mouillé, ça ferait un peu plus) avec un intervalle de 1 minute de cuisson entre les changements de crêpe.
A la fin de la partie, si les équipes ont marqué un nombre égal de point, on compte alors le nombre de mort pour les départager. Ce cas de figure embêtant est cependant assez rare puisque primo, dans la plupart des cas les équipes n'ont pas marqué le même nombre de point, puisqu'elle n'ont marqué aucun point, et deuxio, parce que compter directement les vivants est moins pénible car plus rapide.
Ce sport se définit selon les règles suivantes :

  • On joue avec une crêpe sphérique (et non un ballon rond) en ne la touchant qu’avec la poële traditionnelle en fonte (3,5 kilos) portée à bout de bras. Les baches sont passablement violents avec le contact envisageable de la fonte sur le crâne.
Homme crêpe.jpg

Ci-gît, un attaquant ayant visiblement le moral à plat après une série de contres bien placés. Hé ben oui, on néglige les échauffements et après on vient se plaindre de ses petits bobos.

Mais bon, après y a le mental, la douleur c'est que dans la tête. Comme on dit au pays, on fait pas de crêpe sans casser des œufs.

  • Pour marquer des points, il faut placer la crêpe dans une assiette (de 45 centimètres de diamètre) placée au-dessus du sol. On dit alors qu'il a marqué un service, ou servit la crêpe, et il peut alors, jusqu'au point suivant, utiliser le feu sacré, c'est à dire se servir de la poële échaudé qui a servit à la cuisson des crêpes.
    Le feu sacré lui confère un bonus d'1d6+2d2+(1d9(2d13)²)-3+2 points lors de chaque round de combat au corps à corps, un atout non négligeable dans la lutte pour servir la crêpe.
  • Trois crêpes sont successivement mise en jeux:


~Menu~


Entrée:


Farine Blanche, Beurre Gros Sel.


Plat de résistance:


Sarrasin au Dioxyne, Bouse de Vache Fraîche.


Dessert:


Farine Animale au Prion, Piegon-mazout Flambé.


L'équipe qui sert dans l'assiette adverse le plus de ces succulentes crêpes a gagné.

  • Il est interdit de faire plus de deux pas avec une crêpe en jeux sans dribbler (retourner la pâte en la faisant voler en l'air).
  • Le joueur qui progresse en retournant la pâte "dribble". Cette technique peut se pratiquer en tenant le manche de la poële en bas, en haut, en avant, en arrière, en diagonale, près ou loin du corps, entre les jambes, les fesses, en croisant ou en changeant de direction ou en jouant du biniou.
Crêpe saute.jpg

Tu vois Gaëtan ? C'est comme ça qu'on retourne la crêpe en dribblant ! Hop !

  • Le sportif ne peut ni pousser, ni bousculer, ni accrocher le porteur de ballon, ni dire "PROUT" alors qu'il tente une action décisive, sinon la faute est sifflée, il sera hué et bombardé de papier de rice krispies par le public qui n'attendait que ça. Ensuite il se fera retourner les tétines par ses petits camarades de vestiaires.
  • Une crêpe tombée à terre sera immédiatement ingérée par le joueur fautif, ou un membre de son équipe qu'il parviendra à menacer.

[modifier] Compétition officielle

La dernière "contestation" officielle s'est disputée le 1er avril 2008 à Brest, et opposa les très médiatisés "Enfants du Phare" aux victorieux ce jour-là "Têtes Plates" de Nantes. Les heureux vainqueurs ont emporté un plein tonneau de cidre ainsi qu'un plein fût de Rouge-de-boeuf, un ersatz local de Redbull à base de rognons de porcs.

  1. Hé ben viens le dire devant !


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia