Pédiatrie

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Du grec pedos « Qui aime les enfants très fort » et diatros « Agité de la seringue » la pédiatrie est la science de bien soigner les enfants, bref, un recueil de bonnes pratiques concernant leur éducation pour lui montrer que la vie c'est pas facile, et qu'ils ne se transforme ainsi pas en pédale (du grec dalus, « Mal évolué » : enfant qui a mal grandit).

Nuvola apps important.png
Faites attention !
La DDASS n'y connait rien en matière de pédiatrie, et à tendance à ne pas aimer ce qu'elle ne connait pas. Restez discrets !


« Moi les moufflets, j'y fait comme les gonzesses. Une bonne trampe dans la gueule et je te dis qu'i zi font plus chier »
~ Mon pote René à propos du traité de pédiatrie qu'il a écrit


[modifier] Origine

[modifier] Les premières trâces de pédiatrie

Les arcanes de la pédiatrie remontent à 1492, année phare de la musique pop et des premiers films taïwanais. Des gravures datant de la fin du XV-ème siècle représentent un pédiatre (ou pédophile) en train de s'occuper de la tronche d'un enfant à coup de batte de baseball. Cette pratique, encore en vogue de nos jours, est le plus ancien témoignage qu'on ait trouvé concernant la pédiatrie.

[modifier] Une origine socio-religieuse

Mais si l'origine historique de la pédiatrie est relativement récente, elle est ancrée dans nos traditions, comme en témoigne la bible qui évoque des passages très pédo-formateurs de soins apportés à Adam par Dieu alors qu'il était tout petiot. On pensera notamment à la scène de l'arrachage des côtes, ou à l'humiliation donnée à Adam en le privant de vêtement. Comme tout ce qui est dans la bible est bien et vrai, on en retirera que la pédiatrie est une réelle avancée sociale

[modifier] Principes

La pédiatrie est une science complèxe, néanmoins ce paragraphe éclaire sur les principes de base de la pédiatrie, et donne notamment quelques exemples de soins à apporter aux enfants. Ces principes sont eux même inspirés du courant philosophique de l'enfance maltraitée, pouvant se résumer par les phrases "Pour grandir, il faut souffrir" ou encore "Enfance heureuse, enfance malicieuse". La pédiatrie se base donc sur les principes suivants, :

[modifier] Le mal c'est bien

Principe 1 - Le mal c'est bien : Quand un enfant dit « J'ai mal », c'est qu'il apprend la vie.

Ainsi, nul besoin de le réconforter, ou de le soigner. Le meilleur moyen de l'accompagner dans son expérience d'apprentissage est de l'encourager à la douleur. Notamment, le célèbre « Mais non ça fait pas mal » des dentistes, le profitable « T'es vraiment une fillette » (spécialement aux petits garçons), ou le ô combien réconfortant « La douleur, c'est dans la tête » aident particulièrement les enfants à se singulariser et à évoluer dans le bon sens. Nous verrons plus en détails les techniques de menace, d'humiliation et d'amplification de la douleur par la suite.

On retiendra particulièrement l'un des points les plus importants de la pédiatrie, la douleur est profitable à l'enfant (proportionnellement à son faible âge).

[modifier] La peur c'est mieux

Principe 2 - La peur c'est mieux : Un enfant réagit toujours mieux sous stress ou en ayant peur.

Le meilleur moyen de canaliser l'énergie d'un enfant pour la tourner en quelque chose de profitable pour son évolution est de le maintenir constamment sous pression. Ainsi, les bons pédiatres usent de menaces, maintiennent les mythes (le monstre sous le lit, le croquemitaine) et les punitions physiques (on se rappelera du principe 1) pour faire évoluer leur enfant vers la perfection.

[modifier] De sa médiocrité

Principe 3 - De sa médiocrité : Un enfant qui se croit mauvais ou rejeté s'améliorera

Un enfant trop choyé par ses parents risque de se penser supérieur aux autres, et digne d'intérêt. Il est nécessaire de montrer à son enfant le mépris et le manque total d'intérêt qu'il a aux yeux du pédiatre. Le mettre en situation d'échec social et intellectuel le poussera à vouloir s'intégrer et à entraîner son intelligence vers le haut. On notera qu'il est nécessaire de montrer à son enfant l'inutilité de manifester une quelconque requête (principe 1 - « T'as mal ? Tant mieux ! ») en ne lui répondant jamais. Lui faire faire des vents est extrêmement important.

[modifier] Tu subiras l'humiliation

Principe 4 - Tu subiras l'humiliation : Un enfant qui a honte est un enfant qui ne recommencera pas

Si un enfant est placé dans une situation de honte, il associera automatiquement ses tords à son échec d'intégration sociale, et ne recommencera pas. Ainsi, si votre enfant ne veut pas manger ses brocolis, commencez par l'oublier 2-3 heures dans la cuisine (principe 3), puis envoyez le à l'école tout nu. Il mangera ses brocolis ! (Et s'il croise un pédophile, il apprendra la vie (principe 1)). Enfin, votre enfant étant tout à fait médiocre (principe 3), il est nécessaire de l'habituer à se taper l'affiche devant les autres.

[modifier] D'échec en échec

Principe 5 - D'échec en échec : Otez tout honneur et toute gloire à votre enfant.

Pour lui donner envie de toujours s'investir plus, un enfant ne doit jamais être encouragé. Le principe 5 est de ne jamais le laisser gagner un jeu. Ainsi, apprenez lui à jouer aux échecs (dont le nom est suffisamment évoquateur pour l'enfant) en en changeant les règles à votre guise. Non seulement l'enfant sera intrigué par l'impossibilité de gagner, mais en plus il passera pour un guignol quand il voudra jouer avec un de ses camarades qui connait les vraies règles (principe 4). Ne félicitez jamais votre enfant pour les notes qu'il ramène de l'école. Au contraire, mettez en relief la médiocrité de ses connaissances alors que vous, père qui n'êtes allé que jusqu'à la troisième, ou vous, mère qui n'êtes allé que jusqu'en seconde, vous êtes capables de répondre à sa putain d'interro de math sur les additions.

[modifier] Les relations sont dangereuses

Principe 6 - Les relations sont dangereuses - Un enfant qui ne sort jamais est un enfant protégé.

Pour éviter à votre enfant de s'épanouir hors de votre vue (et donc mal), interdisez lui toute rencontre. Montrez lui bien qu'il ne peut se lier à personne en le laissant se faire un ami, puis en l'interdisant de le voir. Le sport est une calamité pour l'éducation des enfants. Un enfant chez vous est un enfant protégé !

[modifier] Quelques bonnes pratiques

[modifier] La brisure morale

Pour permettre à l'enfant de réaliser à quel point la vie est dure, le pédiatre s'adonnera à quelques exercices :

  • Offrez à votre enfant un hamster dès son berceau. Quand il s'y sera habitué, tuez le (Comment tuer le hamster de ses enfants)
  • Utilisez l'ascenceur émotionnel : faites régulièrement croire à votre enfant que Grand Mère vient demain, puis qu'elle est morte. Le manque de repère devrait lui casser sa petite tête de mioche.
  • Surprenez toujours votre enfant en l'engueulant gratuitement parfois (« MAIS POURQUOI T'AS FINI LES BROCOLIS CONNARD ? »). N'oubliez pas d'agrémenter de mesures disciplinaires physiques.

[modifier] Les mesures physiques

Nuvola apps important.png
Faites attention !
La loi française ne prend pas en compte les dernières avancées en matière de psychologie pédiatrique. Ne laissez pas de marques

L'enfant a besoin qu'on lui règle son compte, il vaut mieux qu'il l'apprenne de vous que de quelqu'un d'autre. Usez et abusez de :

  • Tessons de bouteilles dans la purée
  • Torchons mouillés
  • Annuaires
  • Piqures chez le médecin
  • Dentiste

[modifier] Conclusion

Cette introduction à la pédiatrie ne se targue pas d'être exhaustive. Nombre de principes nécessaires mais pourtant non citées demeurent. Cependant, elle permettra à qui applique les principes cités précédemment de faire de son enfant le caïd de la bande de lascar du quartier.

[modifier] Voir aussi


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia