Orléans

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Noir.png

Orléans vue depuis le manteau terrestre

Orléans-la-Laide est un vaste bidonville situé en Guyane (France), il s'agit de la préfecture du Loiret et de la capitale de la région Centre.

Orléans : Incontestablement la plus belle ville du monde, surtout pour la partie ouest, avec ses plages de sable blanc.

...Mais c'est la même ville

C'est aussi la seule ville qui soit la plus peuplée du Loiret.


[modifier] Toponymie

La ville d'Orléans tient son nom du celtique Sakramento, qui par simple déformation syntaxique, a donné "Orléans". Ne me demandez pas comment. Elle est parfois surnommée "Orléans-Mégalopole".


[modifier] Politique

Orléans fut il y a très longtemps la capitale de la France. Certes à l'époque la France c'était Orléans-Pithiviers-Paris, mais bon...

Depuis, par une décision anti-démocratique du Roi de France, Paris devint capitale de la France. Cette situation illogique, puisque Paris avait déjà à l'époque un métro, deux aéroports, une équipe de foot, deux opéras, etc., entraîna une réaction violente de la frange la plus extrême de la population orléanaise.

C'est ainsi que fut créé le Parti Indépendantiste Orléanais, principale force politique orléanaise. On notera que le pouvoir central totalitaire et colonialiste de Paris est efficace puisque personne même à Orléans on n'en a pas entendu parler. Sauf les habitants de la ville bien sûr, mais bon ce n'est pas logique de lire des conneries.

[modifier] Loisirs

La partie Est est très enneigée l'hiver, et permet grâce à son altitude élevée (4 523 m) de pratiquer un ski sportif.

Orléans dispose d'un large panel d'activités, comme se branler devant sa cheminée l'hiver ou plonger dans sa piscine gonflable l'été.

La municipalité organise aussi chaque septembre l'incontournable festival de Loire. La légende dit que les Parisiens se sont sentis obligés de partager le quotidien des bouseux et ont donc créé Paris Plage, qui propose des activités bien moins réjouissantes que la pêche a la mouche ou le concours du plus grand nombre de personnes tassées sur les quais de la Loire (record battu chaque année).

Orléans possède aussi la base de loisirs de l'Île Charlemagne, où on peut faire chier son clébard sur des plages de sable chaud et fin, participer à moult activités sportives comme rattraper celui qui vous a piqué votre portable, se baigner dans une eau 10 °C plus froide que la Loire voisine, et ce avec 40 centimètres de vase dans le fond, ce qui en fait une superbe station (sous)thermale avec bains de boue. D'ailleurs, le campus de La Source abrite lui aussi un lac où on peut se baigner, si toutefois on supporte le taux d'acide sulfurique relâché par la fac de chimie juste à côté. Ce lac est un bonheur à voir puisque le soufre et les bouteilles de bière lui donnent une pellicule de vase jaune fluo sur tout le fond du lac.

[modifier] Transports

L'agglomération orléanaise est la seule ville au monde desservie par une moitié de périphérique, appelée "la tangentielle", puisque le seul moyen d'échapper aux contrôles radars intempestifs est de prendre la tangente. Cette route entoure la moitié nord de la ville mais pas le sud, qui doit se contenter de la RN20, qui traverse les quartiers par le milieu. Cette organisation routière particulière fait qu'on peut traverser Orléans du nord au sud en 2h30 environ.

L'agglomération possède aussi un réseau de transports en commun à la pointe de la fiabilité, à commencer par son réseau de bus, la SEMTAO, devenue la SETAO, devenue la TAO ou encore 印度支那 (ils sont partout ces chinois). La TAO gère aussi les 2 lignes de tram, qui permettent de traverser la ville à la vitesse d'un grabataire avec ses béquilles.

Le célèbre Tramway d'Orléans attire chaque année des milliers de visiteurs venus du monde entier. Depuis l'origine de la ligne, située près de l'hôpital de La Source (ou hôpital des morts), le tramway traverse très dangereusement la RN20 tout près du Zénith, ce qui empêche d'ailleurs toute venue d'artiste célèbre en ce lieu. Il continue en remontant vers le centre, parcourt la rue de la République, initialement piétonne, à 50km/h. C'est à cette vitesse excessive qu'il se dirige vers Fleury-les-Aubrais, en desservant la célèbre gare des Aubrais Orléans. Le tramway d'Orléans est surement le plus rapide du monde. La légende dit que c’est la pucelle qui aurait dessiné cet incontournable tracé. La légende ne dit pas quelle drogue elle avait pris avant de s’atteler à sa mission.

La seconde ligne de tram, actuellement en construction (ou en destruction, tout dépend où on se place, surtout si on habite rue des Carmes et qu'on lit cet article dans le futur), permet à Orléans de ressembler à Beyrouth au milieu des années 80 ou à une ville japonaise ayant subi les affres d'un tremblement de mer. Plus la peine de voyager pour jouer au voyeur sur la misère du monde, Orléans est tout à la fois.

[modifier] Quartiers d'Orléans

Orléans possède 6 quartiers majeurs :

La Madeleine : À l'ouest du centre-ville, là où le chantier de la 2e ligne de tram passe. En gros, il y a tellement de travaux que le quartier est coupé du monde depuis environ 2 ans. Possibilité d'y trouver des riverains fossilisés.

Bannier : Le quartier d'affaires par excellence. On y trouve des gratte-ciel de 4 étages, des blockhaus poussiéreux, des bâtiments qui abritent une vie débordante d'énergie (Paul Emploi, Trésorerie du Loiret, complexe militaire de Sonis, maisons de retraite, banques, assurances, etc...). Ah oui, il y a aussi une gare de triage, histoire d'augmenter l'esthétique des années 1850.

Argonne : Sûrement le quartier le mieux famé d'Orléans. Un véritable endroit cosmopolite d'où est originaire entre autres l'argot orléanais. Une tradition locale veut qu'on fait des méchouis à toutes les occasions, mais la viande peut varier (voitures, poubelles, boîtes aux lettres, pompiers, etc...) C'est ici aussi que se trouve la "fourrière", on peut tenter d'y récupérer sa voiture disparue ou encore son quad, moto, vélo... à ses risques et périls

Bourgogne : Le quartier des soiffards et des macs. Ambiance moyenâgeuse avec ses maisons à colombages et ses mentalités de la même époque.

Saint Marceau : le quartier juste au sud de la Loire. Comprend plus de centres commerciaux que d'habitants.

La Source : le quartier le plus au sud d'Orléans (et de toute l'agglomération au passage). Très excentré, construit dans les années 60 pour y stocker les étudiants, puisque le campus se trouve en intégralité là-bas. Le quartier est distant du centre-ville de près de 15 kilomètres, donc il est au milieu de la Sologne.

[modifier] Réputation

La réputation de cette ville n'est plus à faire. Orléans est un tout. Tout lui appartient. Quand tu as vécu à Orléans, tu fais partie d'Orléans. Orléans ne lâche rien. C'est pour ça que nous appelons les Orléanais les chiens d'Orléans. Alors ne vous attaquez pas à la ville de peur d'être mordu !

Si par malheur un non-Orléanais décide de s'installer volontairement à Orléans, les autochtones lui feront douloureusement comprendre en échange de la plus pure ignorance d'un chien envers un humain, qu'il n'a pas le droit à la parole. Les limites d'Orléans sont définies par le trajet de la ligne A du tramway. Ailleurs c'est la campagne. Entre c'est la campagne.

[modifier] Éducation

Orléans par l'intermédiaire de son maire a tout misé sur l'éducation. Les professeurs volontairement triés sur le volet appartenaient aux plus brillantes universités mondiales. On dit souvent que Cambridge s'est fondé d'après l'exemple du lycée Pothier. Coïncidence étrange, les deux ont eu le même parcours. Plus ou moins.

On enseignait à Orléans l'anglais durant la guerre de Cent Ans et l'allemand entre 1939 et 1945. Aujourd'hui, le portugais est la langue la plus fréquemment parlée ainsi que l'espagnol, lorsque l'équipe nationale se comporte bien dans les compétitions sportives internationales. Sinon on s'en fout, on supporte le Maroc. Durant la CAN, la ville est en effervescence. Chacun se dispute la place ô combien importantissime de primauté sur le continent africain. Alors que bon, personne ne regarde véritablement la CAN. Jouer pieds nus sur du sable, au milieu des cailloux avec un ballon dégonflé, ça n'a qu'un intérêt limité.

[modifier] Climat

Le climat orléanais est réputé pour être tropical. Il varie régulièrement passant du gris clair au gris foncé. La saison des pluies est comprise entre le 31 aout et le 25 juillet de l'année suivante. Entre ces deux dates, le climat est chaleureux, le soleil radieux bien qu'absent et la pluie souvent abondante est vite oubliée car, oui, c'est l'été. Ce climat favorise le développement des villages avoisinants dont l'activité repose sur l'agriculture. Ces villages sont peuplés par des gens simples que certains qualifieront de beaufs. Banane Lacoste (à 3 poches s'il vous plait!), survêtement loto, vocabulaire datant de la pré-histoire (ou d'une relation incestueuse au choix, même si cette dernière hypothèse est surement la plus appropriée). Assurément le mot SWAG leur est étranger.

On notera également que la notion du temps diffère à Orléans par rapport aux autres villes : les mois d'octobre et novembre occupent 150 jours chacun, ce qui laisse place au climat pour pleuvoir abondamment. Les automnes à Orléans durent ainsi près de 330 jours et occasionnent parfois des crues monstrueuses. On marque alors la hauteur maximale des crues dans certains endroits de la ville, notamment dans la rue du 65 octobre. Par ailleurs, le tiers de l'agglomération étant en zone inondable, on construit de plus en plus de maisons dedans pour boucher les trous qui pourraient être remplis par la Loire.

[modifier] Vocabulaire

Un bon Orléanais maitrise parfaitement son propre argot. C'est un peu notre communication entre chiens, une manière de se reconnaitre, comme l'urine séchée près des lampadaires.

La ville regorge de shoarmas ( à prononcer: chou ar ma). C'est un kebab pour nos amis parisiens qui nous lisent. D'ailleurs, les nôtres sont bien meilleurs que les vôtres. Pour ces enculés de sudistes qui préparent ça n'importe comment, voici la recette. Le shoarma est un sandwich à base de viande grillée sur une brochette. Le plus souvent la viande provient du mouton, parfois du veau ou des fois du rat, cela dépend du sérieux du cuisinier. La viande est alors insérée dans le pain ouvert. Une sempiternelle question est alors posée au consommateur "complet?" ou parfois de manière plus originale "salade tomate oignon?". Vient ensuite le choix de la sauce. Celle-ci est ajoutée par dessus la viande avec un geste souple du poignet. Les frites recouvrent l'espace vide du plateau. Voilà, vous pouvez consommer. Le prochain connard de sudiste qui me sert un pain dégueulasse avec un sandwich noyé dans la sauce et 3 frites qui se battent en duel dans une barquette vide, je l'embroche par le cul et je le fais rôtir à la place de sa boulette. Compris ?

Les Orléanais sont particulièrement fiers de leur vocabulaire commençant par "ch". Ça donne un air beauf, faussement du peuple. "T'as pas une chmere ? non ? La chnek a sa mère". Ferdinand Céline aurait adoré. Le marquis de Sade beaucoup moins. Qui n'a pas entendu les douces exclamations de collégiens agités criant "y'a une chlore ?" ou encore, après l'achat de nouvelle Reebok Classic "Téma les chlopes". Ce vocabulaire nous appartient. Il est ancré en nous. Sa zone de compréhension s'arrête aux limites de notre royaume. De place d'Arc à la rue de Bourgogne quoi !

La marque de fabrique d'Orléans reste son expression "c'est chips". Tu ne sais pas ce que ça veut dire ? C'est chips pour toi.

[modifier] Festivités

Le 8 mai on se livre à d'exotiques rituels. En effet, pour les fêtes de Jeanne d'Arc, la moitié de la ville regarde défiler l'autre moitié de la ville. C'est un peu la fête au village.

Tout le reste de l'année, tout le village d'Orléans se vide dés 19 heures, la ville étant construite sur un ancien cimetière il ne faut pas déranger les morts.

La municipalité ayant eu l'excellente idée d'implanter l'Université sur un site distant de 12 Km du centre historique, les bons Orléanais ne sont ainsi pas dérangés.

De surcroît, au début du printemps, les pouffes et les kékés se retrouvent tous ensemble pour une gros marade collective durant la pseudo vraie fête d'Orléans pour boire des boissons fortement alcoolisées, c'est d'ailleurs afin que les Tourangeaux et leurs Vouvray puissent exceptionnellement participer à cette supercherie collective organisée bien évidemment, comme, d'habitude par le brillant Maire d'Orléans.

[modifier] Imitation

Les Américains ont essayé de faire mieux (La Nouvelle Orléans), mais un cyclone récent est venu tout remettre en place.


[modifier] Célébrités

Jeanne d'Arc est une des iCônes de cette ville. C'était la dernière pucelle de plus de quinze ans connue de la ville.

Serge Grouard, maire d'Orléans depuis que Jean-Pierre Sueur a eu l'idée de construire une ligne de tram. Le maire est réputé pour son sens inné de la communication politique, son absence de second degré ayant une fâcheuse tendance à polluer son image de brillant spécialiste de la guerre dans les étoiles.

Marion Cotillard, elle n'est pas d'Orléans, mais elle cherchait sa route pour Los Angeles.

Le fou de Saint Marceau. Celui-là si vous le croisez, il vous demandera automatiquement votre place dans le tram (même dans la cabine du conducteur). Si vous n'accédez pas à sa requête, il tentera de vous rouler une pelle, après quoi il vous frappera et vous jettera hors du tram. Un homme bien sain quoi.

La folle aux chats. À l'instar de Springfield dans la série "Les Simpson", Orléans possède sa propre folle aux chats. Sauf que celle-ci n'a pas la force de soulever un chat, donc elle se contente de vous dévisager et de grommeler des chose incompréhensibles, un peu comme une sorcière. Pas de danger donc.

Le virtuose du violon. Certains le considèrent comme un clochard. Mais un homme qui dort dans une des rues les plus chères de la ville (la rue de la République) et qui joue sur un Stradivarius de 1665 n'est certainement pas un clochard. Même s'il demande constamment 2 roubles avec un accent de roumain et que c'est son rottweiler qui bouffe toute sa pitance quotidienne.

Johnny Bigoud. L'autochtone de Saint Jean le Blanc. Un homme qui a les cheveux suffisamment sales pour qu'ils ressemblent à des bigoudis, d'où son nom. Il vit ici depuis près de 30 ans, mais a toujours le même vélo, sur lequel il prend soin de freiner avec la plante de ses pieds pour ne pas gêner (oui il n'a plus de semelles depuis longtemps).

[modifier] Blason

Le blason de la ville représente Rhoff, un pitbull et un katana.


[modifier] Le Saviez-tu ?

Lors de la désignation de la capitale de la Région Centre (alors appelée regionasionares centrosis), Orléans-la-Laide aurait honteusement triché et ainsi pris la place qui revenait de droit a la majestueuse ville de Tours (dont on pourrait vanter les mérites jusqu'au matin) et tout cela pour une simple histoire de fesse.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia