Nantes

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Nantes est une ville bretonne peuplée de Nantais.
C'est la capitale de la région maritime nantaise (à l'exception de Terre-Neuve).

Nantes-00.jpg

[modifier] Nantes, la Grande Ville

Nantes-01.jpg

Nantes est une grande terre d'accueil pour les cons, majoritairement des parisiens, qui viennent ajouter au bordel routier de 17h30 une petite note d'agressivité et de mépris fort agréable. Le nantais étant lui-même traité de parisien dès lors qu'il s'aventure à quelques dizaines de kilomètres vers l'Ouest, sur la Côte. Réciprocité quand tu nous tiens.


Nantes-02.jpg

Un noyau dur d'immigrés Bretons.

Néanmoins, un noyau dur d'immigrés Bretons fortement alcoolisés, principalement concentré dans la partie Nord de La ville, s'acharne à rendre la vie de ces ******** de Vendéens et de Parisiens ayant envahi la ville des Ducs de Bretagne, la plus insupportable possible. A ces fins, on peut les voir mettre en place de véritables trésors d'ingéniosité martiale (lorsqu'ils ne sont pas ivres) : instruments à vent, à poche, bruyants, grinçants, et autres terribles machines de guerres, alliées à un tempérament colérique et obstiné, une tendance nette à la picole, et une résistance à ses effets beaucoup plus importante que celles des envahisseurs que l'on a mentionné précédemment. Bref tout y passe, dans l'espoir qu'un jour, chaque habitant de la ville de Nantes connaisse l'histoire de la seule et unique véritable Reine du Monde : Anne de Bretagne, souverainissimme centre de l'univers, déesse de sagesse et de bonté, flouée par un rustre roturier se prenant pour un aristocrate.

Quelques fâcheux affirment que Nantes est la capitale de la Bretagne.

Une observation attentive démontre l'absurdité de ce propos: la population Nantaise n'a pas le faciès typique du Breton, cet air d'abruti si caractéristique de 20 générations de consanguinité, d’alcoolisme et d'actes sexuels contre nature avec des marins et autres produits de la mers.

L'argument principal de tenants de cette théorie incongrue est la présence d'une bâtisse proche du centre ville, couramment appelée "château des ducs de Bretagne". De la même manière, le lecteur pourra s'amuser à montrer que Paris est la capitale du Luxembourg, en raison de l’existence d'un palais du même nom et ainsi de suite avec la place des Vosges, la place d'Italie ou le Boulevard de Sébastopol. En fait l’existence d'un Palais des Duc de Bretagne à Nantes doit plutôt être considéré comme une preuve de lucidité de la part de la famille ducale, comme une tentative désespérée de s'extraire de vase. La famille de Rohan; prince de Bretagne, a choisi de manière plus expéditive Strasbourg pour construire son Palais.

[modifier] La Turlutte Nantaise

Carrie fisher pipe.jpg

Pêcheuse à la Turlutte.

Capitale multinationale des Nations Celtes, mais aussi de la Bretagne-Unie, Nantes brille particulièrement par son esprit fédérateur et par l'invention du mot pochon. Riche d'une histoire haute en couleur, la ville est le fief historique de la création de la turlutte, qui est utilisée dans le cadre de la pêche à la seiche ou au calamar. Son inventeur Philipo Sifreddi, aura mis à genoux la morue, ou plutôt le commerce de la morue, avant que la turlutte ne soit utilisée exclusivement pour le calamar puis la seiche. Le culte voué à Sifreddi pour la turlutte prit une proportion démesurée, de par sa taille et son envergure mais aussi de par la création d'une école de pêche, spécialisée dans la turlutte. L'inventeur sus nommé eut l'idée de créer cette école après avoir regardé sa petite chatte mouillée par un violent crachat en essayant d'attraper une seiche.

Ainsi, l'école nommée La Chatte eut un renom inespéré grâce au bouche à bouche qu'inspira la turlutte. Sifreddi dit alors à ses élèves : «La turlutte c'est comme autre chose juste un coup à prendre». Il est vrai que la seiche possède une violente giclée qui peut destabiliser le pêcheur, le manche doit être tenu fermement de préference à deux mains selon la longueur, un bon manche doit être épais, dur et boursouflé. L'ami de Sifreddi, surnommé Cartouche dira par la suite, la pêche à la seiche c'est le branle-bas de combat, la turlutte est tellement difficile à utiliser que seule une bonne paluche et un manche digne de ce nom pourront devenir de grands pêcheurs. Cartouche deviendra complexé par son manche, trop petit et peu habile. Il se tournera alors vers la pêche à l'arme à feu, au fusil, d'où son surnom donné par son épouse Le Tireur des Marécages et Titi le Baveux par ses camarades de la tire.

Sifreddi ironisera en disant qu'en mauvais pêcheur qu'était Cartouche, il eut du mal à avaler son impuissance face à la turlutte... Cartouche ira même jusqu'à créer sa propre école, véritable coup dur pour Sifreddi. Cartouche nommera son école : Académie Royale du Gros Fusil. Et coup de génie de ce dernier, il décida d'exporter la pêche au fusil, à la chasse. Cartouche, gourmand par nature, aimait particulièrement les grosse biches fourrées sur lit de moule.

Nantes-03.jpg

Bateau de pêche à la turlutte.

Mais c'est surtout la technique de l'érection mise en place par Cartouche qui rendit célèbre la turlutte. Cette faste technique permettant à son utilisateur exclusivement masculin de se grandir car en effet, la station bipède est plus adéquate pour tirer un bon coup. On peut dire que grâce à l'érection, Cartouche envoya la sauce plus d'une fois, particulièrement sur les grosses biches. Cartouche n'envoyait jamais la sauce sans une bonne queue, car la queue de la culasse du fusil doit être parfaitement lubrifiée afin d'éviter tout enrayage de l'engin. Il est évident que plus l'engin est volumineux plus la queue sera épaisse pour supporter la puissance de tir. La femme de Cartouche tailla des queues à la perfection, rejoignant ici la turlutte de Sifreddi. Les queues étaient taillées avec une telle finesse, que même un enfant ne pouvait pas faire mieux avec ses petites mains. Cartouche' affirma d'ailleurs : «Ma femme, elle vous taille n'importe qu'elle engin, elle débite des taillages de queues à une vitesse faramineuse et elle tient 12 heures d'affilée. Je lui mets régulièrement un petit coup de pouce, aaah oui, non d'une pipe, ma femme elle sait tailler !». Sifreddi s'éclaffa devant ce cirque en disant qu'il n'y a pas d'honneur à recueillir quand on taille un engin comparable à celui d'un enfant, visant directement le pitoyable manche qu'avait Cartouche pour la turlutte.

C'est ainsi que de nos jours certains préfèrent tirer que d'avoir recours à une turlutte qui, mal effectuée, peut vous rendre bredouille, pour un peu que la soif ne vienne pas vous tirailler le gosier. De nos jours la turlutte est assimilée à une vulgaire fellation...

[modifier] L'eau, la Ville et les Prisons

Nantes aime tellement l'eau qu'elle est construite à côté de l'Océan Atlantique dont elle est le point central et la capitale, au bord de la Loire et de l'Erdre. Pour se distinguer du paysage les nantais boivent du Muscadet ou du Gros Plant pour les cinéphiles. La moitié des batiments de Nantes est constituée de prisons. Les habitants de Nantes sont souvent appelés prisonniers. Fort heureusement un séjour dans ces prisons ne dure jamais longtemps : il suffit de se taper la fille du geolier pour pouvoir sortir. Et la fille du geolier vous ayant délié les pieds, il ne vous restera plus qu'à aller à la pêche à la turlutte pour vous évader.

[modifier] L'Erdre

Nantes-04.jpg

Prix Européen 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006 et ainsi de suite jusqu'en 2057 de la rivière la plus crade d'Europe.

Faune : Des poissons morts, flottant au gré des courants amenés par les rares fous qui naviguent dessus. Egalement quelques cadavres exquis (ils n'ont cependant pas bu le vin nouveau, plus dans l'air du temps) donnant une touche surréaliste à cette étendue d'eau... ou du moins ce qui peut y ressembler par son humidité.

Flore : Des sacs poubelle s'épanouissent gaiement, concurrençant les vastes plantations du Rif. Nous pouvons aussi y trouver quelques carcasses automobiles, sacrifiées sur l'autel de la prime d'assurance éternelle et n'oublions surtout pas les quelques valises mortuaires en plusieurs morceaux. À constater enfin une forte augmentation de la population de machines à laver et autres débris informatiques qui viennent concurrencer les formes de vies plus classiques, comme le mégot, le bidon d'huile ou la roue de voiture (de la famille des nénuphars).

Sa cousine, la Sèvre (composée à 80% de vase, 15% d'huile de moteur, 4% de Nuoc-Mâm, et de quelques traces d'eau) n'a cependant pas la même notoriété. Autres cousines exilées, à Lille : la Deûle et à Paris : la Bièvre.

[modifier] Le Quai de la Fosse

Nantes-05.jpg

Le Quai de la Fosse l'après-midi.

Change d'appellation à partir de 22 heures : se mue en Quai de la Fesse.

Puisque dans chaque port, il y a des marins qui boivent, principalement à celui d'Amsterdam, où ils chantent, dansent, pleurent et font s'égosiller les poètes disparus, il faut admettre que la ville de Nantes a ses marins, et que ceux-ci ont laissé des souvenirs de porc. Ainsi, quelques bars et lieux de belle vie vous offrent, en guise d'enseigne, une soigneuse littérature. Par exemple le Guily Guily Show Bar ou le Bunny's. Afin de permettre aux aveugles et aux parisiens de se repérer dans la ville, le Quai de la Fosse se caractérise également par sa puissante odeur de remontée d'égout. Ce détail explique certainement la forte proportion de boîtes d'intérim y ayant ouvert une agence.

Y coule, quoique non justement on se demande comment il fait, des jours paisibles, le Maillé Breizhé qui, au vu de son état rappellerait davantage un maillet braisé. Seule explication plausible à ce jour à son étonnante tenue : la fiente de pigeon colmatant les nombreuses brèches de la tôle rouillée qui lui sert de coque.

[modifier] La Place du Commerce

Nantes-10.jpg

Place du Commerce, lieu de détente...
On enlève ses chaussures.

Autrement nommée la place du pourquoi on est là par les jeunes Nantais, cette place représente un véritable épicentre pour tous les individus n'ayant rien à foutre le vendredi soir. En effet, sous l'emprise de l'alcool, le jeune Nantais voit irrésistiblement ses pieds l'amener vers ce lieu saint de la glanditude, dans l'espoir de rencontrer des camarades ivres dans le même état de décomposition avancée qui le caractérise à ce moment de la soirée. C'est d'ailleurs l'occasion pour lui de se rappeler de la gloire fanée de son club de foot favori le FCNa (re-baptisé FCNaze par ces connards de Rennais qui se prennent des taules contre Guinguamp au stade de France), ainsi que de l'histoire Bretonne de sa chère ville, ceci au travers de chants divers et variés, difficilement identifiables pour une oreille peu entrainée.

[modifier] Transports

Une digue relie Nantes à Montaigu... La Digue du Cul, fameuse entre toutes.

Nantes, et plus généralement la Loire-Atlantique, aime faire des routes. Ça occupe la DDE et ça donne une bonne raison de faire augmenter les loyers pour faire comme à Paris. Mais la spécialité reste le rond-point, et surtout, grande fierté urbaine, le double rond-point avec toujours un vendéen pour rester coincé en plein milieu. Sans oublier les quelques rond-points carrés qui empêchent les gens de tourner en rond...

Le rond-point permet d'éviter les bouchons causés par les feux, remplacés par des bouchons dans des rond-points avec des tramways, voire des Busways qui passent au milieu.

En terme d'art contemporain à Nantes, existent le triple rond-point et le Busway. Certains adeptes du marquis de Sade préparent même, de source sûre, un quadruple rond-point avec Busway intégré, spatioport, métro et statue du maire bien-aimé de la ville culminant en son centre; après tout, c'est notre héros à nous.

Autre moyen de transport en commun très utilisé, rue Paul Bellamy passé 5 heures du matin : Le surf sauvage. Cette technique consiste à récupérer un body-board dans une poubelle et à descendre la rue Paul Bellamy dessus tel un surfeur Lannionnais en quête de la minivague.

[modifier] Le Busway

Nantes-06.jpg

Busway sauvage s'ébattant dans les prairies nantaises.

N'a pas encore été exporté en dehors de la ville, on se demande bien pourquoi. Le Busway n'est pas un bus, n'est pas tram, puisque c'est un Busway, il cumule les inconvénients des deux avec cependant quelques avantages comme les embouteillages aux heures de pointe de l'île Beaulieu, tant il est vrai que la circulation avant la mise en place de cette horreur était déjà chose aisée...

Comment cela fonctionne ? C'est simple, au gaz par TAN : le Busway aime par dessus tout emmerder le peuple en faisant clignoter de gros feux rouges juste au moment où, après six heures, trente-quatre minutes et vingt-sept secondes de lutte acharnée, vous êtes enfin prêt à passer le rond-point. Manque de bol voilà le feu qui s'allume... Sur ce sujet, d'aucuns prétendent que le Busway est spécialement équipé du DEM (Détecteur à Emmerdement Maximum), qui lui permet de manquer de vous écraser exactement à l'instant où vous, ainsi que la moitié de Nantes, voulez passer par là. Mais ceci présente un avantage indéniable par rapport au Tramway, au lieu d'être haché menu, vous serez gazé, c'est plus propre.

Le plus drôle, c'est que pour ériger ce nouveau moyen de transport, il a fallu deux ans de travaux, et le blocage de toute la voirie sud de la ville, avec une rue en sens interdit de 7:00 à 13:00, et de 15:00 à 2:00 du matin. Consolation, depuis que le Busway est en place, cette rue de trois mètres de large est à double sens, pour le plus grand bonheur des riverains.

Désormais, la TAN a la bonne idée de mettre des bus à double articulation... Et un camion de dépannage par bus pour débloquer la dernière articulation qui ne passera pas au terminus de Foch-Cathédrale.

[modifier] Le Rond-Point

Spécialité nantaise, on en trouve à tous les carrefours. Ce qui fait dire que Nantes est une plaque tournante, mais on ne sait pas de quoi. L'excellence se retrouve dans le rond-point de Rennes, qui se trouve à Nantes, juste à côté du rond-point de Vannes, et à quelques kilomètres du rond-point de Paris (qui d'ailleurs n'est pas un rond-point), à Nantes eux aussi, forcément c'est logique. Ce rond-point nantais est à la croisée de 4 routes mais est composé d'un double rond-point. L'intérêt est d'augmenter la confusion et les bouchons à l'intersection de rues bien occupée en période de pointe. La zone est accidentogène pour ceux qui ne connaissent pas et pour ceux qui connaissent aussi. 1245 carrossiers ont élu domicile à côté de ce rond-point pour des raisons de développement durable (frais de dépanneuse réduits). On change plus souvent son pneu gauche à Nantes que partout ailleurs dans le monde, sauf à Saint-Herblain. A noter que la DDE a voulu faire du Picasso en construisant quelques ronds-points de forme carrée aussi appelés carrés-points, notamment celui a Rezé dans le quartier de la Carrée, et oui à Nantes (et son agglomération) la DDE a de l'humour ou alors faire un rond est trop compliqué... une enquête est en cours. Un autre se trouve place Sarrail, à Pirmil, à coté des anciens abattoirs qui sont maintenant une clinique, ce qui revient au même... En parlant de clinique, les deux derniers carrés-points sont à Saint-Herblain, près de la Polyclinique, on se demande s'ils ne le font pas exprès...

[modifier] La Conduite

On peut penser que les ronds-points rendent les conducteurs nantais maboules, car le nantais semble parfois confondre le code de la route avec les jeux vidéo comme GTA. En effet, en cas de travaux et de déviation le nantais a son propre code : « foncer à contre sens et klaxonner ». Le nantais n’hésite pas à prendre des sens interdits pour gagner 0.5 secondes. Paradoxalement le nantais est prêt à attendre 15 minutes sur un parking d’une grande surface, bien sûr en bloquant tous les autres automobilistes, le temps de déchargement d’un caddie afin de prendre sa place. Par esprit de contradiction ou de discipline désabusée, la nantais va toujours se mettre à la queue d'une file quand celle d'à côté est vide. Le paradoxe du carré-point pourrait expliquer cet étrange phobie à l'approche d'un croisement qui l'obligerait à analyser les comportements des conducteurs qui se trouvent devant lui.

[modifier] Gastronomie

Nantes-07.jpg

Nantes est reconnue comme étant la véritable terre natale du fast-food, puisque l'on n'y mange jamais, on ne fait qu'y Bouffay©. Un McDo à chaque porte du périphérique. Comptons une quinzaine de portes. Sans oublier les pizzas Hut qui comptent beaucoup trop, et dans le coeur et dans le ventre de viveros, ancienne étoile filante, tres filante même de Nantes.

On chasse aussi le pigeon (tres présent à Nantes) et adoré pour sa viande.

[modifier] Le Pavé Nantais

Nantes-08.jpg

Une part de pavé ?

Nantes-09.jpg

Reviens Lulu ! J'ai les mêmes à la maison !

Le Pavé Nantais a eu son heure de gloire en 1968, puis s'est rapidement mué en galette, ayant la particularité de se composer essentiellement de beurre.


 

Découvrez les Pays de la Loire, une région à peu près intéressante !

Angers 49Nantes 44Le Mans 72Laval 53La Roche-sur-Yon 85


Qu'avez-vous pensé de l'article "Nantes" ?
 
227
 
629
 
158
 
134
 
93
 
63
 
31
 

Ce sondage a été créé le mars 23, 2008 16:55 et 1335 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia