Mozart l'Opéra Rock

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« C’est Mozart qu’on assassine. »
~ Sacha Guitry à propos de Mozart l'Opéra Rock
Mozop0.jpg

Attention : chef d'œuvre.

Après le succès de ses comédies musicales Le Roi se meurt et Les Power Rangers contre D’Artagnan, Dove Attia, fort de son talent d’auteur-compositeur-chorégraphe, décide de mettre en scène une fabuleuse comédie musicale dédiée à la vie tumultueuse du célèbre musicien autrichien Wolfgang Mozart. Le spectacle est constitué d’une partie théâtrale qui reprend les épisodes marquants de la vie du prodige, et d’une partie chantée qui permet au jeune public d’en avoir pour ses sous.

Acte 1

Mozop1.jpg

Mozart avait une bonne tête de rocker

Les parents de Mozart (interprétation de Clotilde Courau et Philippe Candeloro) sont deux SDF à Salzburg, qui cheminent sur leur petit âne. La mère est enceinte et perd les eaux à même la rue – on voit bien les trombes d’eaux qui ruissellent dans le caniveau. Les croquantes et les croquants (tous les gens bien intentionnés) leur ferment la porte au nez.

Le père de Mozart : Sacré nom d’une pipe ! Qui sera assez bon dans l’âme pour te permettre d’accoucher ailleurs que dans la rue ? Sapristi.
La mère de Mozart : Je vais bientôt avoir mon bébé ! Je sens la tête ! Oh la la il doit être hydrocéphale ou quelque chose !

Surgit un brave Auvergnat (joué par Philippe Nahon).

L’Auvergnat : C’est-y pas possib’ de voir toute cette misère. Acré bon Dieu ! Venez accoucher chez moi madame, vous y serez en sécurité des voyous et des policemen. Je vous ferai un bon feu avé des bouts d’bois et je vous donnerai quatre bouts de pain.

Les parents de Mozart suivent l’Auvergnat dans une sorte d’étable pleine d’animaux qui tiennent chaud (bœuf, chèvre, cochon – plus l’âne du début) grâce à leur chaleur humaine. Le brave Auvergnat fait comme il avait dit : le feu et les bouts de pain. Rassasiée, la mère de Mozart en accouche de bonheur son petit bébé – plop – directement sur un tas de paille prévu à cet effet par l’Auvergnat. Le père de Mozart s’extasie.

Mozop3.jpg

L'Auvergnat : la tradition des bonnes choses

Le père de Mozart : Oh comme il est mignon ! Quel musicien ça va faire ! Nous l’appellerons : Mozart !

Soudain on frappe à la porte de l’étable. Entrent les rois mages (interprétés par Didier Bourdon, Pascal Légitimus et Bernard Campan).

Les rois mages : Toc-toc c’est les rois mages. On vient pour la naissance du petit. On a ramené des bouteilles.
Le père de Mozart : Ohlala quel honneur de vous recevoir dans notre modeste étable. J’ai honte que ce soit si petit.
L’Auvergnat : Ah ben vous êtes gentil, c’est chez moi et pis en plus je vous ai accueillis gracieusement. Ah ben ça me fait plaisir, tiens, soyez bons avec les gens et voyez comme on se fait insulter. Boudiou. Fais du bien à un chien, il te chie dans la main !
La mère de Mozart  : Allons, l’Auvergnat, ne faites pas la tête ! Voyez plutôt comme mon bébé a l’air en bonne santé ! Tiens ça me donne envie de chanter !

Chanson : Né d’un amour sans limite

Mozop2.jpg

Enfin un peu d'action.

Mère de Mozart (elle porte le bébé à bout de bras)

Il est grand il est beau,
Il a l’air bien costaud,
Mon petit Mozart
Est un sacré lascar !

Père de Mozart (il chante la sérénade)

Pour une fois pas dans l’anus,
Qu’on avait pas mis le condom,
Est sorti d’un utérus,
Le meilleur ami de l’homme !

Rois mages (en chœur)

Mozart !
Il sait jouer de la guitare !

Père de Mozart

Et dire que c’était une
Éjaculation précoce
Dans une vieille foufoune
Qui m’a donné ce gosse !

Mère de Mozart (langage parlé)

Eh oh me traite pas de vieille foufoune !

Rois mages (en chœur)

Mozart !
C’est pas la moitié d’un bâtard !
Il a déjà une grosse bite
C’est sûr,
Il est né d’un amour sans limite !

Un chœur imaginaire surgi du néant

Né d’un amour… sans limite… sans limite…

L’Auvergnat (façon chanteur de soul)

Sans limiiiiiiiiiii-oooohohoooohoho-iiiiiiii-ooooohhhohoh-iiiiiite !

Père de Mozart

Toi l’Auvergnat quand tu mourras,
Quand le croque-mort t’emportera
Tu pourras dire au Paradis
« Bande de crevards !
Moi j’ai vu naître Mozart ! »

Rideau.

Acte 2

Mozop4.jpg

Le destin de Mozart rappelle inexorablement celui de Jordy

Mozart a bien grandi. Il a désormais cinq ans et c’est un jeune prodige de la musique, il a déjà composé une centaine d’opéras-rock tous plus funky les uns que les autres.

Sur le plan professionnel, tout est exemplaire : il assure la fortune de ses parents depuis l’âge de trois ans et le solde de son Livret A a atteint son plafond depuis peu. Sur le plan humain, c’est moins reluisant. Exploité par son père, comme Jordy, Mozart n’a pas le temps de se faire des copains de son âge. Il fréquente de vieilles marquises pas très intéressantes qui lui pourrissent les dents en lui refilant des Werther’s Originals.

L’épisode commence avec Mozart (interprétation de Dominique Pinon) en train de s’ennuyer chez une vieille marquise, Mme de Pompadour. Il doit donner un concert dans dix minutes à la cour du roi Napoléon, mais il n’a pas vraiment le moral. Alors qu’il est livré à lui-même dans la cuisine pendant que Mme de Pompadour est partie se repoudrer le nez, il aperçoit un bocal de cookies en haut d’une étagère.

Mozart, qui se frotte les mains : Tiens tiens tiens ! Et si je mangeais ces délicieux biscuits ?

Un mini-Mozart diablotin muni d’une fourche apparaît sur une épaule de Mozart (ce sont des effets spéciaux haut de gamme).

Mozart-diablotin : Vas-y Mozart ! Prends ces délicieux cookies ! Ils fondent dans la bouche et pas dans la main ! Hmmmm miam miam !

Un mini-Mozart ange apparaît sur l’autre épaule de Mozart.

Mozart-chérubin : Attention Mozart ! Que vas-tu faire là ? C’est péché ! Si ça se trouve, Mme de Pompadour est très attachée à ces biscuits ! Ce sont peut-être des biscuits qu’elle avait préparé pour son bébé qui est mort du cancer ! Ils ont peut-être une grande valeur sentimentale à ses yeux ! Attention à la souffrance que tu peux causer ! N’oublie jamais ce que disait ton oncle Ben : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités !
Mozart  : Taisez-vous ! Je prends mes responsabilités et je vole ces cookies ! Tant pis pour l’avorton imaginaire de Mme de Pompadour !

Mozart empile alors des chaises les unes sur les autres. Il commence l’escalade jusqu’au bocal de biscuits mais patatra, il tombe et s’enfonce un pied de tabouret dans l’œil. Le sang gicle jusqu’au plafond.

Mozart : Ouin ! Ca fait mal !
Mozart-chérubin : Tu vois, je te l’avais bien dit ! Tu as voulu faire le mal, et te voilà bien puni avec ton œil crevé !
Mozart : Ouin !

Mme de Pompadour, qui a entendu le vacarme depuis la salle de bains où elle se repoudrait, arrive en courant dans la cuisine (interprétation de Sophie Marceau). Un sein jaillit malencontreusement de sa robe, qu’elle remballe aussitôt.

Mme de Pompadour : Oh le pauvre canard ! Il a un œil arraché ! Que vais-je dire à ses parents moi qui était responsable de sa surveillance ! Me voilà bien emmerdée !
Mozart : Ouin !
Mme de Pompadour : Bon, ce n’est pas si grave après tout ! Je vais te mettre un œil de verre et personne ne se rendra compte de la supercherie. Mais avant tout, du mercurochrome.

Chanson : Le Bien qui fait Mal

Mozop5.jpg

Mme de Pompadour : Le bien, ça fait maaaaaal !"

Mme de Pompadour

Mercurochrome !
Le pansement des héros !
Mercurochrome !
Soigne tous les bobos !

Mozart-diablotin et Mozart-chérubin (en chœur)

Il a voulu voler les cookies
Le voilà bien pris
Il était malintentionné
Il a un œil crevé !

Mme de Pompadour (elle applique une compresse de mercurochrome sur l’orbite ensanglantée de Mozart)

Attention ça pique un peu !
Surtout dans les yeux !

Mozart

Aïe !
Ca fait mal !

Mozart-diablotin et Mozart-chérubin (en chœur)

C’est un bien qui fait mal !
La vie est morale !

Mozart

Aïe !
Ca fait mal !

Mozart-diablotin et Mozart-chérubin (en chœur)

C’est un bien qui fait mal !
La vie est morale !

Rideau.

Acte 3

Mozop6.jpg

Mozart et Jessica, deux cœurs solitaires dans un monde devenu fou

Mozart (interprétation de Jules Sitruk) est un adolescent plein de fougue qui se rebelle contre la bourgeoisie autrichienne de son époque. A l’école, il se met au fond de la classe et il dort pendant les cours. Il lui arrive de fumer des pétards avec des copains, et dans ces moments-là, il se sent vachement différent des autres ados, qui sont obsédés par des conneries comme passer leur BAC ou faire la conduite accompagnée. Lui, il a déjà composé 800 chansons alors forcément son avenir est assuré, il n’est pas comme les losers qui veulent faire une fac de Lettres et puis prof de français. C’est un artiste.

Là, il se balade dans la rue avec sa copine Jessica (interprétation de Sylvie Testud), en picolant des cannettes de bière. Ils sont vachement complices, et puis ils ont un truc original rien qu’à eux : ils s’assoient sur un banc et ils regardent passer les gens pour se foutre de leur gueule. Ils sont tellement plus intelligents qu’eux. Ils ont tout compris au système, c’est sûr, Mozart et Jessica ne sont pas des moutons qui suivent aveuglément le troupeau.

Mozart : Ha ha regarde-moi ces cons qui vont travailler ! Pff bande de capitalistes, ils se font enculer par la société !
Jessica : Putain Mozart, tu dis des trucs tellement profonds. Des fois je me demande si t’es pas un génie.
Mozart : Ha ouais, tout le monde me le dit, mais moi je les emmerde. Je suis pas issu du même moule que tous ces suiveurs. Comme le dit Jonathan Davis : Follow the Leader.
Jessica : Ouah putain tu parles même américain, trop classe.

Ils se lèvent du banc et continuent à marcher dans la rue en fumant des roulées.

Mozart : Hé la miss ! J’ai une super idée ! On a qu’à se démarquer de tous ces connards de la société en se faisant des tatouages !
Jessica : Oh ouais trop bonne idée ! Moi je vais me faire tatouer une Fée Clochette sur l’omoplate !
Mozart : Cool ! Moi je vais me faire un tribal. Ou un scorpion.

Ils arrivent à l’atelier de Bruno le tatoueur (interprétation Jackie Berroyer).

Chanson : Tatoue-moi

Mozart

Salut Bruno,
Tatoue-moi un dragon
Dans le dos
Fais-moi sur les tétons
Des tatoos tribaux

Jessica

Tatoue-moi !
Mon prénom en chinois !
Mon signe zodiacal !
Un tatoo tribal

Mozart et Jessica (en chœur)

Tatoue-moi !
Un truc original
Une phrase en police Arial
Une citation de Gérard de Nerval
Un magnifique cheval
Le logo de l’équipe de foot d’Arsenal

Tatoue-moi !
Une bite avec des ailes
Un nu de Jessica Biel
Une petite vieille
Une ruche avec du miel !

Bruno (il agite le doigt en faisant non)

Vous êtes trop jeunes, pas question
Que je vous tatoue maintenant
Bougres de petits cons,
Il me faut un mot de vos parents.

Rideau


Mozop7.JPG

Jessica : "Tatoue-moi, une tête de lapin bleu angora !"

Acte final

Mozart est vieux maintenant, il a bien vécu. Il a fait le tour du monde pour y vendre sa musique et il a gagné un paquet d’argent. Il s’est battu pendant de nombreuses années avec son principal rival, Salieri, un autre musicien qui lui mettait des bâtons dans les roues, mais il a fini par le battre lors d’un duel de musique (un battle).

Mozart (interprétation de Dominique Besnehard) est sur la terrasse de sa véranda, dans son ranch de Rio Grande (Mexique). Il se dit qu’il est content parce qu’il a eu une vie bien remplie, et il accepterait de mourir si l’occasion s’en présentait. Arrive Heidi, la petite fermière (interprétation Isabelle Nanty), avec son troupeau de cochons.


Mozop8.jpg

Une représentation de Mozart et Heidi

Heidi : La la la, je mène à l’abattoir mes braves petits cochons… On va les égorger, les saigner, en faire de la pâtée… La la la…
Mozart : Hé là, bonjour ma petite Heidi ! Comment vas-tu aujourd’hui ?
Heidi : Bonjour monsieur Mozart ! Hé bien, comme vous le voyez, je vais bien ! Je mène mes cochons aux abattoirs pour en faire du jambon ! Voyez comme ils sont gras et bien dodus !
Mozart : Quel adorable pléonasme ma petite Heidi ! C’est vrai qu’ils sont bien nourris !
Heidi : N’est-ce pas ? Nous avons trouvé un bon truc, à la ferme, pour les faire engraisser rapidement à moindre coût ! Nous leur faisons manger un brouet à base de boue, de merde de cochon et de carcasses d’animaux crevés ! Ça ne nous coûte rien ! Atchoum !
Mozart : A tes souhaits ma petite ! Tiens c’est bizarre que tu sois enrhumée par 40 ° à l’ombre. Enfin bref. Moi mon avis c’est que c’est pas très sain de faire manger n’importe quoi aux cochons. Mais bon.
Heidi : Oh pépé, c’est la jeunesse ! On fait n’importe quoi, on délire ! Quand t’étais jeune, tu faisais pas de conneries peut-être ?
Mozart : Ha ha ha ça oui alors ! Nom de Dieu, qu’est-ce que j’ai pu en faire des conneries ! Et j’en ai cotôyé des putes, saloperie de bordel à cul ! Ha… j’aimerais tant savoir ce que sont devenues toutes mes amies les putes de la rue Saint Denis !
Heidi : Eh bien monsieur Mozart, j’ai une excellente surprise pour vous…
Mozart : Non, ne me dites pas que c’est vrai ?
Heidi : Hé oui, monsieur Mozart, elles sont venues spécialement pour vous… pour vous rendre un dernier hommage… voici… les putes de la rue Saint Denis !

De derrière les cactus surgissent alors les putes de la rue Saint Denis, les amies de Mozart, qui lui ont prodigué tant de bonheur lorsqu’il s’échinait à faire connaître sa musique aux quatre coins du monde. Il y a la grande Suzette, la vieille Momo, Fatou la Malienne et Lili la Tigresse Tamoul (interprétation par les filles du Crazy Horse). Elles sont toutes là, pour accompagner Mozart dans un final musical ébouriffant.

Chanson : Vivre à en crever

Mozart

J’ai bien niqué
Dans ma vie
J’ai bien baisé
Des tas de filles
Quelques mecs aussi…

Les putes (en chœur)

Vivre à en crever
Ça veut dire baiser, boire et se droguer,
Faire une O.D
Se laisser aller,
Comme un gros enculé !

Mozart

J’ai bien sniffé
Dans ma vie
Ah ça j’en ai pris
De l’ecstasy
De la coke et de l’héro aussi…

Les putes (en chœur)

Vivre à en crever
Ça veut dire baiser, boire et se droguer,
Faire une O.D
Se laisser aller,
Comme un gros enculé !

Mozart

J’ai bien déconné
Dans ma vie
J’ai violé des groupies
Qui ont mis un terme à leur vie,
Mort de l’innocence, tant pis…

Les putes (en chœur)

Vivre à en crever
Ça veut dire violer, piller, saccager
S’engager dans l’armée,
Tuer des bébés,
Être complètement cramé !

Mozart

Je suis une vieille merde
C’est pas grave
J’ai plein de pognon
Que j’ai chourave
Aux cons

Et je meurs tranquillement
Dans ma forteresse mexicaine
Sertie de diamants
J’ai eu une vie bien pleine,
Une vie de bel enfoiré !
Ha ha ha ha ha ha ha ha !

Mozart, les putes et Heidi (en chœur)

Ha ha ha ha ha ha ! Comme on vous a bien niqué ! Ha ha ha ha ha ha ha ha !


Mozop9.jpg

Bon d'accord c'est n'importe quoi ce spectacle, mais au moins il y a des putes.


Rideau.


Edward Khil.png  Portail de la Musique  •  Étron.png  Portail du mauvais goût


Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
wikia