Monomythe

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Pedro et Adhémar

De gauche à droite : Pedro et Adhémar

La théorie du monomythe a été pondue dans les années 1940 par un certain Joseph Campbell, dans son livre "Le héros aux mille et un visages" parce que oui, pendant ces années là, vu qu'il ne se passait rien d'intéressant dans le monde, autant écrire un livre qui s'appelle "le héros aux mille et un visages", histoire de passer le temps.

A ne pas confondre avec la théorie de la monomite selon laquelle toutes les mites de vêtements sont en réalité un seul insecte doté du don d'ubiquité, celle-ci stipule qu'une grande partie des mythes populaires suivent un schéma bien défini. Si vous le voulez bien, nous allons suivre ce schéma afin de créer facilement une histoire qui tient la route. Et si vous ne le voulez pas, ben... je vous dit au revoir en vous souhaitant une bonne fin de soirée. Nan, j'déconne, va bien te faire foutre. Ce schéma suit les aventures d'un héros. Il nous faut donc un héros, que nous allons appeler Pedro. Nous le choisirons judicieusement afin de toucher un public jeune. Il lui faut également un ami fidèle et rigolo, qui l'assistera dans l'adversité et servira de comic relief. Nous le baptiserons Adhémar. Il est charmant. Voilà donc nos deux amis, prêts à partir à l'aventure.

[modifier] La séparation

[modifier] L’appel de l’aventure

Rue

C'est lui

A la base, c'est simple : notre bon Pedro se fait chier. Il mène une vie normale et ennuyeuse, tout comme Adhémar à qui ça convient très bien parce qu'il est con ; Pedro, lui, rêve d'autre chose, du coup il est mélancolique et mystérieux t'as vu.

Mais un jour, un mystérieux vieil homme l'aborde dans la rue et lui révèle que le tristement célèbre Jean-Marc le Putride, qui avait été vaincu bien des années auparavant, a résurecté grâce à son pouvoir démoniaque. Seul Pedro, héritier des pouvoirs magiques de son père qui est mort durant la guerre contre l'innommable Jean-Marc, est capable de l'affronter et de lui dérober l'Ineffable Brocolis, source de tout son pouvoir.

[modifier] Le refus de l’appel

Pedro interpelle alors quatre militaires qui patrouillaient non loin dans le cadre du plan Vigipirate en leur disant que le vieux pas net essaie de le faire monter dans sa voiture sous des prétextes douteux. Le vieil homme se fait alors menotter tandis que les deux amis rentrent chez eux avec la satisfaction du travail bien fait.

[modifier] L’aide surnaturelle / La rencontre du guide

Cependant, le lendemain, le vieil homme (qui n'a eu aucune difficulté à s'échapper de sa garde-à-vue grâce à ses pouvoirs de transplanage bien connus) révèle à Pedro sa véritable identité : en effet, sans son déguisement, Pedro identifie sans peine qu'il s'agit en réalité du Père Noël ! Vous l'aviez pas vu venir, hein ?

[modifier] Le passage du seuil de l'aventure

Les deux amis n'hésitent plus et montent dans la camionnette du vieil homme, qui s'envole tirée par quatre licornes et parcourt la distance les séparant de la Cité Onirique des Neuf Navets d'Ebène, où Pedro doit apprendre à utiliser ses pouvoirs.

[modifier] L’initiation

Love interest

N'est-elle pas sympathique ?

[modifier] Le cheminement

Pedro subit un entraînement long et dur afin de maîtriser ses pouvoir exceptionnels. Guidé par le Père Noël et toujours soutenu par Adhémar, il affronte les mille et un dangers de la Cité Onirique. Il apprend à écouter son âme, à faire du macramé et de l'aquaponey, mais surtout à trouver le côté sporadique de toute chose.

[modifier] Rencontre avec la divinité

Notre héros fait alors connaissance avec la fille du roi de la cité, la princesse Prostaglandine de Redondance. Les deux jeunes gens tombent éperdument amoureux l'un de l'autre.

[modifier] La tentation

Méchant

Le Putride en personne

Protaglandine se fait enlever par le terrible Jean-Marc, qui proposes à Pedro de devenir son second et de l'assister dans la conquête du monde, en échange de tous les pouvoirs, richesses ou spaghettis carbonara qu'il pourra désirer.


[modifier] L'épreuve ultime : tuer le père

Héros

"Damned, je suis fait."

Pedro refuse et se lance à l'assaut de la forteresse de Jean-Marc, suivi par Adhémar qui sert un peu à rien jusqu'à ce qu'il se blesse en protégeant héroïquement son ami. Pedro arrive à vaincre les hordes d'oryctéropes que le Putride envoie contre lui, et parvient jusqu'à l'ennemi qui se gausse de lui du haut de son trône. Il s'empare par sa partie tigeuse d'un fenouil apparemment innocent qui traînait là, et l'envoie violemment à la tête de l'innommable brute qui meurt sur le coup.


[modifier] L’ordalie

Brocolis

Prosternez-vous devant sa puissance

Cependant, cette action a consommé ses dernières forces, et notre héros tombe dans un coma proche de la mort. Cependant, les dieux Légumineux de la cité le ramènent à la vie en lui révélant que sa mission n'est pas encore totalement accomplie et qu'une autre menace encore plus dangereuse plane sur le monde. Parce que sans une bonne suite pour se faire du blé, plus rien ne mettra du beurre dans les épinards et ce sera la fin des haricots, même si ça risque d'être un navet, déjà que ce bouquin là était pas mal dans les choux.


MANGER CINQ FRUITS ET LEGUMES PAR JOUR C'EST BON POUR LA SANTE

[modifier] L’ultime récompense

L'Ineffable Brocolis étant récupéré, tout rentre dans l'ordre dans la Cité et le roi, en signe de reconnaissance, promet à Pedro la main de sa fille, à
Père Noël badass
Adhémar une place de contremaître dans une grande entreprise de macramé, et au Père Noël de la coke et des putes.


[modifier] Le refus de revenir

Bien qu'attendu fébrilement par sa mère, ses amis et son bouvier bernois, Pedro resterait bien à la Cité Onirique histoire de se la couler douce durant le reste de sa vie, et aussi accessoirement pour voir son unique amour de temps en temps. De plus, il est encore affaibli par sa lutte contre les oryctéropes et ce connard de Jean-Marc.

[modifier] Le retour dans le monde réel

[modifier] Soutien post-quête

Forcé de rentrer chez lui parce que la police le recherchait dans tout le pays, Pedro fait une sympathique dépression parce qu'il a quand même un tout petit peu frôlé la mort. Heureusement, le Père Noël passe le voir régulièrement et lui donne des nouvelles de Prostaglandine.

[modifier] Franchir le seuil du retour

Pedro se remet et décide de partager avec son entourage ce qu'il a appris, même si sa maman savait déjà faire du macramé. Il apprend à toutes ses connaissances à écouter leur âme, ce qui entraîne trois divorces, un suicide et quatre abandons de job pour cause de trekking au Nicaragua.

[modifier] Maître des deux mondes et libre de vivre

La philosophie que Pedro a acquise au cours de ses pérégrinations lui permet de vivre heureux et en paix, dans l'amour, la joie, le bonheur et les coussins roses soyeux et embellis par de délicats reflets bleutés à la pleine lumière.

Fin.


POUR LE MOMENT ! Mouahahahahaha....

Partage sur...
wikia