Metal gear solid 2 : sons of liberty

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

[modifier] Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty

Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty est un jeu vidéo créé pour les amateurs de cinématiques et de dialogues. En effet le jeu est composé d'une douzaine d'heures de cinématiques dont la moitié sont des dialogues par téléphone. Et pour ceux qui sont vraiment flemmards au point de ne pas trop toucher aux boutons de la manette, on peut aussi appeler les gens quand on veut.

Le nom, aussi long soit-il, ne peux pas être réduit. En effet, l'équipe d'Hideo Kojima ne sait pas bien compter et regarde l'ordre des nombres un épisode sur deux, ce qui fait qu'il existe chaque numéro (1, 2 et 3) en deux CD. Le premier à un nom atrocement long et à une histoire trop longue pour être racontée. Le second porte le même titre jusqu'au numéo puis s'appelle Subsistance. Il ne possède strictement aucune cinématique et se divise en mini-jeux qui ne font pas progresser l'histoire, mais pour y jouer sans être largué il faut quand même avoir supporté l'opus précédent qui contient autant de cinématiques que les 10 premiers jeux réunis que vous voyez en entrant chez Micromania.

Le jeu est coupé en deux parties à peu près égales, l'une est juste 9 fois plus grosse que l'autre. La première (un peu plus courte) est réservée à ceux qui ont déjà joué au 1; le jeu nous demande au début comment on en est arrivé là (on connaît MGS1; on est fort à MGS1; on a pas assez de culture pour connaître la série; etc). Les 12 réponses qui laissent entendre qu'on sait qu'il existe un MGS1 nous laisse juste le droit de jouer 1/10 du jeu en plus du reste. L'autre zappe cette partie qui ne sert à rien puisqu'on peut s'y amuser plus qu'ailleurs, ce qui bouffe, pour la plus grande fureur du joueur, au moins 2% de cinématiques du jeu.

On commence à jouer (si on connaît le 1) dans un pétrolier dans New-York. Pour que ce soit plus marrant, il est attaqué par des terroristes.

La deuxième partie se déroule en mer, dans un immense bâtiment qui enlève le pétrole de l'explosion du pétrolier (causé par Solid Snake-ou pas) de la mer (ou pas). On y apprends des tas de choses, malheureusement juste après on apprends le contraire, puis la moitié des choses étaient en fait vrai, ce qui compose les merveilleuses cinématiques du jeu.


[modifier] L'équipement

Le joueur de base possède à la moitié du jeu le minimum vital, soit 2 pistolets (10 cartouches de recharges chacun), deux mitraillettes (cent munitions de recharge chacune), deux fusils de sniper (10 cartouches de recharges chacun), un lance-grenades (et 10 grenades à y poser), deux lances-roquettes (et dix roquettes chacun), une dizaine de claymores, de grenades (à lancer cette fois) à frangmentation, stun (nom classe pour dire Flash), chaff (pour brouille 30 secondes chrono tout ce qui est électronique dans les 100m à la ronde) et une dizaines de pains de C4, de vieilles cartouches de munition (même James Bond s'en sert pas mais pour un agent secret de Metal Gear Solid ça sert à quelque chose), du coolant (pistolet à peinture rempli de réfrigirant qui ne gèle que les bombes et les miroirs), une dizaine de magazines pornos, un micro de la taille d'un flingue (pour amplifier le son) rien que pour les armes. Il y a aussi l'équipement divers, à savoir 10 rations (camembert permettant de guérir totalement toute blessure possible et immaginable), de la pantazemin (utilisé dans les hôpitaux psychiatriques, il ne faut rien de moins pour empêcher de trembler en snipant), des pilules anti-rhume (c'est con d'éternuer derrière 50 ennemis alignés devant un écran), des bandages (les espions ont régulièrement leurs règles en pleine mission), des jumelles avec zoom, des cigarettes, des lunettes thermiques, des lunettes de vision nocturnes (batterie infinie pour les deux), un gilet pare-balle (capable de diminuer le mal de tout ce qui existe par 2, partout sur le corps et sans s'abîmer), une tenue ennemie (mais on ne peut pas récupérer le masque qui la rendrait utile sur un ennemi par terre), un détecteur de vie humaine, un détecteur de C4, un détecteur de C4 évolué, un détecteur de mines, 5 boîtes en carton (sans un pli bizarre quand on s'en sert), 5 cartes d'accès, un portable (en plus du téléphone intégré dans l'oreille), un appareil photo et des dog tags (plaques en métal sur le collier des soldats). Le tout dans une combinaison moulante, serrée au niveau des organes vitaux avec 2 poches à pistolet et 4 poches à cartouches. Malheureusement, l n'y avait pas assez de place pour garder le masque de plongée et les palmes fournis par la boîte qui nous envoie dans le bâtiment, ce qui nous pose des problèmes quand on a besoin de passer 10 min. en apnée. Mais la combinaison n'est pas assez grosse pour garder un sabre qu'il va falloir accrocher dans son dos, faisant perdre 2 secondes chaque fois qu'on le dégaine.

On remarquera aussi que le héro peut porter une boîte d'anti-rhume et une boîte en carton assez grande pour le cahcer en entier alors qu'il est à poil, sans que rien ne dépasse et sans abîmer son matériel.

[modifier] Les cigarettes

Très pratiques, cela permet d'avoir à notre héro si adoré, mondialement connu et parfait en tout point un vice pour ne pas voir les filles s'évanouir au passage de sa statue. Malheureusement, tant qu'on fume, la barre de vie baisse (parce que tout le monde sait depuis la pub du ministère de la santé que fumer tue). Heureusement, c'est aussi plein d'avantages, comme faire autant de fumée qu'un extincteur ou calmer autant qu'une pastille de pantézamin.


[modifier] Les boîtes en carton

Avec 180 de QI, les ennemis ne sont pas capables de voir que sous cette boîte au milieu du couloir, un gars nous observe par la fente (celle aec laquelle on soulève la boîte quand il n'y a personne dedans). Malheureusement, ils ne sont pas assez cons pour se dire qu'avec un sang ou un cadavre, il y a un ennemi dans le coin.


[modifier] Les boss

Un gros point fort du jeu, c'est ses boss. Chacun ne peut être battu que si on découvre son point faible. À noter que seul un joueur en est capable, ce qui fait qu'on peut se sentir ultra-intelligent parce qu'on s'est rendu compte que la femme en face ne peut se reçevoir aucune balle.


[modifier] Fortune

Le meilleur boss du jeu, cette suicidaire n'arrête pas de chialer parce que personne n'arrive à la tuer. Pour preuve, tous les soldats qu'elle a croisé lui ont tiré dessus sans succès. Et ils sont tous morts dans une explosion qu'elle a causé avec son lance-électricité. Elle n'a toujours pas compris qu'on peut mourir en se plantant un couteau, ou en se jetant de 30m de haut.


[modifier] Fatman

Psycopathe qui aime le vin, il ne se doute pas une seconde que quelqu'un n'entends pas le détonateur de bombes à longueur de journée en passant sa vie à les désamorcer. Il se déplace en roller avec des bombes.


[modifier] Solidus Snake

Ce gros fake-Snake commence par nous attaquer à l'aide d'un avion avec lance-roquettes, mitrailleuses et lance-flammes, capable de faire du vol stationnaire. On doit aussi savoir qu'on peut perdre parce qu'il détruir un hélicoptère qui se ballade dans le coin. Comme il ne nous bat pas, il abandonne son hélico et décide de prendre deux sabres, il devient alors le redoutable boss final, celui sur lequel on passe le plus d'heures.


[modifier] Vamp

Vamp est un Roumain qui guérit plus vite que les autres. Il a la manie de tuer les gens avec ses 45 couteaux et de sucer leur sang avant de se couper le ventre en deux avec le même couteau pour s'aider à se rappeler combien de personne il a tué ce jour. Quand il se prends une balle dans la tête habilement esquivée par Fortune, il revit 5 min après en disant à la pauvre femme pleurant sur le cadavre "grosse connase on meurt pas 2 fois arrête de chialer".

C'est également un remarquable danseur étoile, qui arrive à éviter toutes les balles qu'on lui tire si il a un couteau dans la main, même s'il s'agit de deux ennemis pourvus d'une mitraillette chacun. Il court plus vite qu'un SDF face à une bouteille de shampoing et peut même courir sur l'eau ou contre les murs.


[modifier] Le Metal Gear

Le Metal Gear est une machine de guerre ridicule, avec 2 jambes pour donner des coups de pieds et 2 bras cachant chacun une mitrailleuse. Il a aussi une queue pour nager et une tête pour le pilote, mais celui-ci ne voit rien de ce qu'il se passe à l'extérieur.

Pour vaincre le Metal Gear, il faut impérativement utiliser un lance-roquette à tête chercheuse, en alternant deux cibles bien précises. Un boss, lui, peut en achever 5 de suite avec une M4 et sa cartouche à moitié vide.

[modifier] Version HD

Avec l'avènement de la PS3, les développeurs ont créé un deuxième MGS2 pour faire chier tous ceux qui parlent du jeu. En effet les graphiques sont tellement mieux faits qu'on ne voit pas la différence, mais on remarquera des bouts de cinématiques en plus et en moins, et des phrases cultes qui ont changé.

Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia