Mater derrière les canisses

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Travaux1.jpg


Il est de ces étrangetés du comportement qui fardent immédiatement les joues, de ces moments de grande solitude où l'on voudrait n'être qu'un protozoaire insignifiant, de cette absolue nécessité de se laisser aller à une "déviance" toute naturelle malgré un sentiment de honte indicible et inexplicable : le MATAGE.

Alors, sans toutefois exclure de ces égarements les femmes, qui ne sont pas en reste, loin s'en faut, je pose la question : qui, de la gente masculine, ne s'est laissé surprendre au moins une fois en flagrant délit d'immersion oculaire dans les abysses chaleureuses d'un décolleté estival ? Lequel d'entre nous, messieurs, n'a pas reçu un jour un foudroyant regard après un zieutage maladroit sur quelque cuisseau ambré fraîchement épilé ? Pour peu que la belle ait pris soin, juste après ce regard fugace, mais point trop vigilant, de vous montrer à son tour comment des yeux attirer l'attention de tous, et vous hisser en un éclair au sommet de la pyramide de gêne infinie qui vous envahit lorsque vous vous rendez compte que tout le monde a les yeux braqués sur vous, si vous me permettez l'expression, vous êtes dans la merde.

Nous allons voir maintenant avec quelle dextérité nous sortir de situations paraissant de prime abord inextricables, mais que nous pourrons aisément tourner à notre avantage.

Avant tout, je veux solennellement le déclarer ici : le matage, ce n'est pas sale !

Non, tout réside essentiellement dans la manière de le faire. En tout premier lieu, il faut partir du simple mais évident constat que la matée cherche à l'être. Fini le filet de bave au coin des lèvres, la rotation lentissime de la tête jusqu'à se tordre le cou dans une position ridicule, terminé le balayage latéral douloureux des globes oculaires, qui aboutissent à des générations entières de voyeurs frappés de strabismes multiples et autres clignements d'yeux incontrôlables. Voici quelques parades élémentaires qui vous permettront dans la plus grande discrétion, d'opérer un lorgnage ouvert et décomplexé de la moindre parcelle de peau, dans les règles de l'art :

1 - Ne vous déplacez jamais sans une paire de lunettes de soleil à verres fumés qu'en toutes circonstances, vous pourrez rabattre sur votre nez pour profiter du spectacle qui s'offre à vous. Placées sur votre front le reste du temps, ces lunettes présenteront en outre le double avantage de vous seoir à merveille, si vous les agrémentez d'une chemise en soie parfaitement cintrée, à la mode dite "BHL"*, et d'un rictus d'hidalgo un peu benêt. Vous voilà prêt à choper la blondasse écervelée qui n'a de cesse de vous dévoiler ses tombées de balcon ou ses jambes interminables depuis que, nonchalamment, vous vous installâtes juste en face d'elle.

2 - Si vous ne possédez pas ces précieux outils de dissimulation, feignez de dormir en basculant légèrement la tête en arrière, position qui favorise l'entre-ouverture très plissée de l'œil, dite "à la chinoise", et qui n'éveillera plus les soupçons de la cible visuelle, une fois jeté sur vous son premier regard de reconnaissance.

3 - En cas de prise la main dans le sac, alors que vous étiez copieusement plongé dans les délices charnels de vos rêves érotiques les plus fous, ne paniquez pas, et secouez violemment la tête en prétextant in extremis une gêne dans l'œil causée par un soudain courant d'air, ou quelque moucheron collé qui passait par là. C'est la méthode dite de l'"ébroué".

4 - En dernier lieu, le regard brutalement détourné par un vif mouvement latéral des yeux et du cou, dit de la "bajoue tremblante", laissera perplexe la donzelle quelques secondes, mais n'aura aucune conséquence fâcheuse. Cette pratique vous demandera quelques jours d'entrainement intensif, afin de donner à vos mirettes et vos muscles cervicaux les réflexes adéquats nécessaires. Vous pouvez vous exercer lors d’un prochain voyage, en observant le paysage par la fenêtre d’un train, ce qui ne manquera pas d'entretenir votre oculomotricité naturelle.

Forts de ces quelques astuces, vous pourrez vous livrer sans retenue à votre sport favori. Regardez, mais continuez à penser. N'oubliez jamais pourquoi le matage est totalement légitime et méditez le vieil adage : "Toutes les occasions méritent un coup d'œil, voire plus si affinités".

Loucheurs de tous pays, unissez-vous !!


*Chemise mode "BHL" : chemise aux manches retroussées au 2/3 des avant-bras, avec 3 boutons défaits laissant apparaître une pelure naissante au thorax, et dont jamais, au grand jamais, les pans n'auront été au préalable insérés dans le pantalon.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia