Longueuil

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Longueuil est une ville plus ou moins hospitalière située sur la rive-sud de Montréal, bien qu'en réalité elle soit à l'est de cette dernière. Elle est aussi la capitale culturelle du mullet (connu sous le nom de "coupe Longueuil" au Québec), titre contesté par Vanier, un taudis de la ville de Québec.

[modifier] Culture et société

Les Longueuillois ont une mode bien à eux, bien qu'elle soit copiée à peu près partout où le niveau de scolarité se rapproche à celui de la population animale locale. On les reconnait par leur coupe de cheveux, coupés courts à l'avant et tout en longueur à l'arrière, appelée mullet. Cette coupe était à l'origine une façon de protéger sa nuque du soleil, la crème solaire n'étant pas encore découverte à l'époque. Ce patrimoine culturel est depuis resté gravé dans le cœur des habitants de Longueuil.

La bière constitue à la fois un héritage national et un bien quotidien de prédilection. Souvent consommées tablette, c'est à dire à température ambiante de la pièce, ces denrées constituent à la fois une source de nutriments et l'apogée de la vie sociale et culturelle longueilloise, en particulier pendant la saison chaude. Les galeries sont alors surpeuplées de vieux motards sans chandail et d'anciennes danseuses nues désormais reconverties en mère de famille au passé houleux.

Les fumeurs de cette ville constituent une part importante des clients des cabanes à cigarettes dans les réserves mohawks, les cigarettes vendues en épicerie étant trop dispendieuses.

Il est à noter que plus de 60% de la population de Longueuil (non-incluant le centre-ville, véritable épiphanie bourgeoise dans un océan de regrets) est sur le Bien-être social, vivant une vie de bohème dans une caravane et ignorant les rudesses de leur condition. Les Longueuillois sont pourtant très attachés à leur nationalisme et n'hésitent pas à exiler leurs enfant de la maison familiale (généralement une roulotte) quand ces derniers expriment le vœu, pour les garçons, de travailler ou de poursuivre leurs études au-delà du primaire, et pour les filles, de rester chaste à l'adolescence.

Longueuil.jpg Reynald "Reynolds" Labrosse, un fier habitant de Longueuil.

[modifier] Éducation

La plus prestigieuse institution, le CÉGEP Édouard-Montpetit, se situe dans le taudis du Chemin Chambly, entre deux séries d'appartements infestés de coquerelles. Réputé pour attirer toutes les formes de la dégénération sociale de la jeunesse de la Rive-Sud, le Collège permet entre autres aux vagabonds de trouver refuge et aux bohémiens d'y passer 10 ans sans obtenir de diplôme.


[modifier] Transports

Croyant fermement au mythe répandu selon lequel chaque Longueillois possèderait un winnebago dans son garage, l'administration de la municipalité juge depuis 1962 que l'implantation d'un système de transport collectif adéquat n'est pas nécessaire pour assurer le déplacement de la population. C'est pourquoi le Réseau de Transport de Longueuil, bien qu'existant sur papier, n'est en réalité qu'une illusion de service. Ce canular préparé par les autorités encourage toutefois les artistes à migrer vers Longueuil : de plus en plus de comédiens et comédiennes sont embauchés pour personnifier ces chauffeurs et chauffeuses d'autobus, téléphonistes, secrétaires et agents de sécurité. Cette large entreprise n'est toutefois pas suffisante pour convaincre la population de l'existence du service : le débat quant à l'existence réelle ou fictive du RTL est toujours d'actualité. En effet, les retards nombreux (pour ne pas dire omniprésents) sur les diverses lignes d'autobus ont commencé à faire douter les utilisateurs des vraies intentions du RTL (si toutefois l'institution existe), alimentant les partisans d'une théorie du complot.

Cette mascarade a permis à la ville de réduire considérablement son taux d'obésité, les habitants étant désormais habitués à de longues marches pénibles pour se rendre au Terminus Longueuil après avoir attendu 35 minutes dans le froid glacial de l'hiver longueuillois.

[modifier] Économie

Grâce à Madeleine, Rogère, Murielle, Joséphus, Léopold et tous leurs partenaires de bridge octogénaires du Club de l'âge d'or, la Place Longueuil, plaque tournante et épicentre mondial du commerce de détail de basse qualité, continue sa montée supersonique vers les sommets du pathétisme banlieusard. La compétition est féroce entre ce ramassis de vieilles boutiques défraîchies et les échoppes délavées de la Place Jacques-Cartier. Cette relation tendue stimule les tentatives nombreuses de redorer l'image des deux centres commerciaux. L'échec retentissant de ces procédures auprès des jeunes en quête de gloire s'accompagne d'un exode de la population vers le Simons du centre-ville de Montréal.

PlaceJacquesCartierLongueuil2.png La Place Jacques-Cartier et son supermarché. Photographie d'une qualité égale aux magasins qui s'y trouvent.


La Rue St-Charles, supposément le centre national de la bourgeoisie marchande, est en fait le quartier général des jeunes trop paresseux pour s'enivrer dans les établissements plus respectables de Montréal. Le 1957 détient le monopole de la débauche depuis maintenant trop longtemps et a vu de nombreuses générations vomir leurs frites trop chères sur fond de musique branchée (dite hipster).


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia