Ligue Contre la Violence Routière (LCVR)

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher


[modifier] Définition

La ligue contre la violence routière est une secte de personnes se prônant spécialistes de la route, se permettant des avis sur tout et rien en ce qui concerne les moyens de locomotion et leurs évolutions dans l'espace dont le nombre d'adhérents considérable est néanmoins jalousement tenu secret. En réalité il s'agit surtout de sectaires qui pensent que la route tue tout ce qui se met en travers d'elle.

Le principe de cette ligue étant de faire valoir une liberté de parole pour tous mais plus particulièrement pour eux et ceux qui sont contre tout ce qui carbure à l'essence ou au gazole, ainsi qu'une tolérance zéro pour tout ce qui ne les intéresse pas.

Cette liberté chérie et indépendante est financé allègrement par des subventions publiques, c'est à dire par vous chers lecteurs.

En contrepartie la LCVR se charge de faire croire (via moult médiatisations et belles paroles) qu'elle représente la majorité des avis français.

Donc dans la liste des annonces de la LCVR qui représente l'ensemble des personnes,

-Les français apprécient la prolifération des radars automatiques. Ceux ci ont été mis en place, rappelons le, pour terrasser les vilains pas beaux asociaux qui roulent comme des fous sur l'autoroute à plus de 200 sans assurance et sans carte grise. Ceux qui croyaient en cette fonction ont pour la plupart été pris à 91 pour 90 en pleine ligne droite dégagée ce qui est quand même disons le... ballot.

-Les français adorent toute la batterie de contrôles techniques biannuels qui peuvent éventuellement leur permettre si ils sont boulés (ôôôô joie) de bénéficier d'une prime à la casse pour racheter une voiture neuve citoyenne avec des annuités sur 45 ans.

-Les français apprécient aussi que l'augmentation perpétuelle du prix des carburants à la pompe permette aux marmottes de ne plus tousser.

-Les français sont fous de joie de savoir que le péage urbain tant souhaité permettra aux gentils habitants du 16ème de ne plus être importunés par les gueux de la banlieue et les sans-culottes (plus récemment appelés aussi les "sans-dents") vivant opportunément de l'autre coté de la Francilienne et profitant insidieusement des avantages de Paris.

-Les français applaudissent à l'idée d'être affublés d'un seyant gilet jaune qui sauve des vies (tout au moins celle de leurs fabricants) en toutes circonstances. .

Il est à noter qu'un membre de la Ligue contre la violence routière anti-voiture habitera astucieusement en pleine ville à côté de toutes les commodités. De son côté l'habitant du fond du Gers, de l'Aveyron ou de je ne sais quelle campagne n'est qu'un affreux pollueur quand il va s'approvisionner pour la semaine au magasin qui n'est qu'à 44 kilomètres de chez lui (alors que les 44 kilomètres, faits en famille avec un sac de provision chacun de 63 kilos sur les épaules au retour, seraient tellement bucoliques pour ces manants). .

[modifier] Phrases ou manières de penser culte de la Ligue contre la violence routière :

"Les radars ne sont pas des pompes à fric"

"Les berlines allemandes sont des machines à tuer" ... Il faudrait leur rappeler que les hostilités avec l'empire germanique sont terminées depuis le 8 mai 1945 et que la production automobile allemande ne se limite pas à des moteurs de plus de 300 chevaux.

"Heureusement que nous sommes là pour sauver la planète des fous furieux motorisés menés par le lobby vroum-vroum"

"Abaisser la vitesse règlementaire sur toutes les routes à 0 km/h permettra de faire payer du stationnement."

"Toutes nos études indépendantes financées avec des deniers publics ont démontré que plus on roulait moins vite moins on cartonnait plus fort."

[modifier] Faits historiques de la LCVR

En 1900 la route tua un vieil homme et son cheval. Or il se trouvait que c'était le cheval de Chantal Perrichon, qui, révoltée, intenta un procès contre la route qui s'avéra inutile. Traumatisée par ça, Chantal va collaborer avec la DDE et le Trésor public et inventer les radars en 1903. En 1904, la route tua un loup et un ours, mais on s'en fout. En 2012, après l'annonce qu'un candidat de gauche pourrait être élu, elle aurait fugué.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia