Ligne Maginot

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
LigneMaginot

La fortification la plus avancée de la Ligne Maginot et probablement l'obstacle le plus redoutable contre la progression des troupes allemandes.

« Dîtes plutôt la Ligne Imaginaire ! »
~ Adolf Hitler à propos de la ligne Maginot



La Ligne Maginot est l'ouvrage militaire français le plus important et le plus sophistiqué depuis la Muraille de Chine. Construit le long des frontières orientales de la France entre 1930 et 1940, plus précisément le long des frontières séparant la France et l'Allemagne, la ligne Maginot devait, en ce qui concerne les Allemands, mettre un terme à leurs velléités d’invasion ; en ce qui concerne les Français, expliquer pourquoi ils avaient l’ordre de pointer leurs tanks à l’envers.

La Ligne Maginot se composait principalement de deux briques empilées l'une sur l'autre. Ce fut le premier déploiement de la technologie dite « à piles » dans une guerre européenne.

La Ligne Maginot consistait aussi en une série de coûteuses structures de défense, principalement des plates-formes défensives souterraines renforcées, ou trous à « Coucou ! », soigneusement signalées à la surface à l'aide de champignons géants sculptés dans du papier d'aluminium. Cela avait clairement pour but de marquer dans l’esprit de tous les Français que nul ne pourrait « franchir la ligne » - ou du moins c'est ce qu'ils croyaient.

Toutefois, dans un superbe éclair de génie, Adolf Hitler se rappela l'existence de la Belgique. Il fit le tour par là pour entrer en France. Les Français eurent heureusement l’intelligence de se rendre rapidement afin de permettre au Royaume-Uni, aux États-Unis et à l'Union soviétique de faire la guerre à leur place.

Aujourd'hui, les structures de la Ligne Maginot sont utilisées pour cacher les dossiers top secret concernant le mystérieux programme spatial français ou pour stocker des milliers et des milliers de pains de savon sans utilité réelle.

[modifier] Construction

L'idée de la construction de la ligne Maginot s’imposa dans les années 1920 suite à deux épisodes d'afflux massif d'immigrés allemands en France, d'abord en 1870-1871 puis dans la période 1914-1918. En effet, ces immigrants ne trouvant pas à se loger à la frontière étaient contraints de continuer jusque loin à l'intérieur du pays. Face aux difficultés d’intégration et aux risques de marginalisation de cette population étrangère, le fonctionnaire français prévit la construction de la Ligne Maginot dès le 30 Février 1921.

Mettre au point tous les détails de ce plan prit dix ans. Puis, le temps que la Poste transmette les instructions par pigeon voyageur, la construction ne commença qu’un an plus tard.

[modifier] Un matériau hors-normes

Plutôt que d'importer de coûteuses matières premières en provenance de l'étranger, le gouvernement français décida d'utiliser les ressources naturelles françaises de fromage dans l'édification des fortifications de la Ligne. Le fromage français est connu pour sa longévité et sa résistance aux intempéries pour peu qu'on le laisse durcir. En fait, des essais sur le terrain dans le Jura ont prouvé qu'un bloc de Comté extra-vieux peut supporter sans encombre de multiples séries de tirs de roquette antichar. Aussi fut-il décidé que le fromage serait le matériau principal à partir duquel serait bâtie la Ligne Maginot.

[modifier] Une construction précipitée

Vers la fin des années 1930, l'agression allemande força le gouvernement français à précipiter la construction, ce qui résulta en l'utilisation de fromage à pâte molle de type brie plutôt que de fromage à pâte dure. En conséquence, bon nombre des bunkers et des murs de la Ligne Maginot fondirent durant l'humide d'été 1939, entraînant le tout premier « glissement de fromage » qui eut pour conséquence la destruction de la ville de La Bresse. La mort tragique de 200 personnes dans le glissement de fromage de La Bresse est considérée comme la majeure perte française subie durant la Deuxième Guerre mondiale.

Suite à ce désastre, les parties en fromage mou furent renforcées par l’ajout de cloches à fromage. Certaines améliorations stratégiques furent apportées, comme l’utilisation du reblochon et du munster, malgré l’interdiction d’armement chimique édictée dans la convention de Genève.

À la fin de sa construction, la Ligne Maginot comptait un total de trois bunkers, un nid de mitrailleuse à moitié terminé et un mur haut d'un mètre cinquante hérissé de cloches à fromages, qui s'étendait de La Bresse à l'Alsace dans la mauvaise direction. Un total estimé à 20 militaires français était constamment en service sur la Ligne Maginot, même pendant la Bataille de France.

[modifier] Les raisons de l'échec du projet

Malheureusement, une fois le monumental chantier achevé, les forces allemandes firent habilement le tour de la Ligne Maginot (bien qu'ils auraient pu tout aussi facilement passer dessus) ; mais Hitler souhaitait d'abord rendre visite à sa tante Paulette à Bruxelles, celle qui fait de si bonnes frites, et il passa par les Ardennes où aucun autre dispositif d'accueil n'avait été prévu.

Ainsi pendant toute la guerre la Ligne Maginot n'eut pas le loisir de voir la moindre effusion de sang, à l'exception d'un soldat allemand qui trébucha sur elle et s'égratigna le genou droit d'une manière décisive (selon certains historiens français, cette revendication a été le point de départ de la guerre).

L'invasion finit par être connue par le Premier ministre français de l'époque, Fernand Raynaud, à qui l'on ne servit pas un jour de fromage de Hollande avant le dessert. Il envoya alors une plainte officielle au Haut-Commandement allemand en exigeant un dédommagement financier, lui reprochant avec une éloquence typiquement gauloise d’avoir « franchi les bornes ». Devant l'absence de réponse, il décida finalement de se rendre. Quelques photographies d’époque le montrent, lors de l’entrevue de reddition, savourant avec les diplomates allemands quelques bouts de la ligne Maginot - elle était, après tout, faite de délicieux fromage.

[modifier] Utilisations détournées de la ligne Maginot

Chien bunker

Exemple d'utilisation judicieuse d’une cloche à fromage de la ligne Maginot.

Après la défaite de l'Allemagne, les vestiges de la Ligne Maginot furent d’abord utilisés comme mine d’or. Mais aucun minerai n'en était extrait car, cette future reconversion n’étant pas prévue au moment de la conception, les galeries n’étaient pas situées sur les filons. La Ligne fut alors transformée en site touristique. Une inscription sur un des bunkers restants commémore les hauts faits d'armes dont elle fut le témoin :

   
Quote1
Nous n'oublierons jamais les soldats morts pour préserver le fromage de la Ligne Maginot. Nous n'oublierons jamais les citoyens tués dans le glissement de fromage. Nous n'oublierons jamais que tout cela fut un échec.
   
Quote2

En ce qui concerne les ouvrages de petite taille affleurant en surface, les Français d'origine canine s'en servent parfois pour s'asseoir et méditer dessus.


UncyclopédiaWiki

Cet article, basé sur le texte Uncyclopédien Maginot Line, est disponible uniquement sous licence CC-BY-NC-SA de Creative Commons.



Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Autres langues
wikia