Les douze travaux d'Hercule/Capturer les juments de Diomède

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Bonjour, et bienvenue dans votre émission favorite, « Mythologie ou mythomanie grecque » ! Nous allons aujourd’hui évoquer le huitième et avant-antépénultième travail de votre sordide assassin préféré, Hercule, à savoir la capture des juments de Diomède.

5606390 2467833.jpg

Hercule, mieux valait éviter de lui chercher des noises.

[modifier] Retour sur les faits

Cette nuit-là, Eurysthée et sa femme furent réveillés par des tambourinements horribles venant de l’extérieur de son palais. Se levant furieux, ils entreprirent de traverser la salle du trône d’Argolide, afin d’aller corriger ensemble les éventuels malotrus qui auraient osé troubler leur sommeil. Ceci leur prit approximativement deux heures, du fait des dimensions extravagantes de l’édifice. Lorsqu’ils arrivèrent, quelle ne fut pas leur surprise en voyant Hercule et le taureau de Crête en train de se tabasser gaiement.

Les apercevant, le demi-dieu, bien qu’assez occupé, leur tint à peu près ce langage : « Hé, salut l’esclavagiste et sa greluche, je vous ai ramené votre vache chrétienne ! Elle crache du feu, pratique pour les barbeuks ! Non ? »

Les-6-coupleortrait line.jpg

Eurysthée et son épouse, encore en pyjama, ne goûtèrent que modérément à cette plaisanterie.

Eux qui pensaient être tranquille un bon bout de temps avec cette mission, elle ne lui avait pris que quelques jours. Bien ennuyés, ils fomentèrent instantanément et dans le plus grand secret un plan machiavélique :

Eurysthée : Par Toutatis, que faire ? Il ne mourra donc jamais ce maudit butor ! Snif (je pleure)
Sa femme : Mais si, mais si, réfléchissons... Et si on l’envoyait trucider quelque chose d’invincible et de terriblement féroce et dangereux à tel point qu’il ne pourrait que mourir dans d’atroces souffrances ?
Eurysthée : Tu veux dire un animal mythique ? Dans ce style, j’ai déjà essayé le lion de Némée et l’hydre de Lerne, t’as quelque chose de mieux encore ?
Sa femme : Ah non. J’allais dire le cochon d’Inde, mais c’est pas trop trop mythique ! Lol

Le roi se tourna alors vers son rival de toujours et lui déclara solennellement : « Tiens, tu vas aller me chercher les quatre juments du roi de Thrace, le cruel Diomède ! Et que ça saute, scélérat ! » La réaction du héros ne se fit pas attendre : « Mouahaha des juments ! Sans déconner, t’as pas plus pourri comme truc ? Tu veux pas que je te capture une marmotte édentée ou un pissenlit la prochaine fois ? » « Mais arrête ! Ce sont des juments très méchantes, lui répondit-il, carnivores même ! Et elles sont protégées par une armée de féroces mercenaires, qui ont de surcroît affirmé avant-hier que tu étais une tarlouze. » « QUOI ?! Mais comment c’est trop des oufs, je vais leur déchirer sa race avec mon gourdin moi tu vas voir » Et Hercule se mit en route.

Bien entendu, pour faire l'intéressant, il fit les 1285 km qui le séparaient de sa destination à pied. Rien d’épique là-dedans. Sérieusement, je vais chercher mon pain à pied à la boulangerie tous les matins, et personne n’a jamais eu l’idée d’enquêter pour savoir si c’était faisable ou pas, d’un point de vue physique. Et puis en plus on ne nous dit pas en combien de temps il le fit ce voyage. Parce que s’il est sur mon rythme, à savoir 250 mètres par jour, pour arriver il lui faut ... à peine 14 ans !

...

Il semblerait qu’il ait été tout de même sensiblement plus rapide, bien que je n’aie aucun chiffre permettant de l’affirmer.

Enfin bref...

[modifier] Témoignage n°1 : de la véracité des ascendances divines des protagonistes

Clairement, jusqu’ici, rien d’extraordinaire ou d’excessivement farfelu, si ce n’est que la légende raconte qu’il se rendait chez le roi Diomède de Thrace, qui était censé être le fils de Mars, le dieu de la guerre.

Il faut savoir que dans la mythologie grecque, tout le monde se proclame à peu près fils d’un dieu cool, c’est-à-dire pas d’Héphaïstos qui est complètement moche, ou de Priape, toujours représenté tout nu avec sa grosse bite en érection. Enfin, ce que j’en dis, c’est qu’il y avait un sacré paquet de mythomanes dans le lot, parce qu’à moins d’être tous de la même fratrie de dégénérés, ça ne tient pas la route comme histoire.

Buste-priape.jpg

À noter : Les statues de Priape, bien qu’extrêmement laides et ridicules, peuvent servir de décapsuleur.

Hercule, on ne peut pas le contester, puisqu’il a accompli des exploits incroyables et qu’on voit très bien Zeus dire qu’il est son fils dans le film historique de Walt Disney. Mais Diomède par contre, fils de Mars ? Vérifions donc cette information douteuse avec son descendant direct, le footballeur Bernard Diomède.

Bernard-diomede2.jpg

« Coucou ! Je suis là ! Mais si, regardez, sous le ballon ! »

 : Bonjour Monsieur Diomède, c’est un plaisir que de vous accueillir aujourd’hui.
Bernard Diomède : Arrêtez, grand coquin, vous allez me faire rougir.
 : Nous enquêtons sur votre ancêtre, le cruel Diomède de Thrace. Est-il possible qu’il ait été le fils du dieu de la guerre, Mars ? Et que par conséquent vous seriez un descendant direct d’une divinité de l’Olympe ?
Bernard Diomède : Oui tout à fait, cher compère, c’est fort probable. Moi-même tous les matins, je me regarde dans la glace et j’admire mon physique d’Apollon.
 : Permettez-nous de vous contredire, mais vous avez toujours eu la réputation de ne pas être une foudre de guerre sur un terrain de football...
Bernard Diomède : Pardon ? Abject olibrius, dois-je vous rappeler que j’étais titulaire dans l’équipe Auxerroise de la grande époque avec des stars interplanétaires telles que Stéphane Guivarc’h ou Lilian Laslandes ?
 : Ah ah ah (rires) ! Je croyais que la grande époque à Auxerre, c’était quand ils avaient obtenu l’eau courante et l’électricité, l’année dernière.
Bernard Diomède : Attention méprisable fripouille, je vous rappelle que vous vous adressez à un champion du monde 98 !
 : (avec un clin d’œil complice) Oui, bien sûr, dans l’équipe de curling mixte catégorie ‘personnes atteintes de myxomatose’ ? Ou de ventrigliss nudiste sur graviers ?
Bernard Diomède : Et non, infâme gredin ! Dans l’équipe de foot avec Zidane, Djorkaeff et tout. Même que dans « Les yeux dans les Bleus » on me voit sur le banc derrière le coach quand Lizarazu fait une touche à la 63ème minute du match contre le Paraguay.
Trop-presse 55803 8773.jpg

Il nous sort une preuve irréfutable.

Diomdiom.JPG

Il est là, en train de faire un canular à Christian Karembeu en lui coupant ses dreadlocks pour que sa femme le confonde avec Morgan Freeman et ait peur de lui.

 : Ah oui effectivement ! Excusez-nous pour la méprise, vous faites bien partie des 23 divinités priées par la peuplade française des footix. Je suis très impressionné. Merci d’avoir répondu à nos questions.
Bernard Diomède : No problemo, mon pote.

Entendu qu’Hercule se rendait effectivement sur les terres d’un autre demi-dieu, preuves à l’appui, passons maintenant au cœur de l’exploit mythologique : comment le fils de Zeus s’est-il emparé de ces impétueuses pouliches ?

[modifier] Témoignage n°2 : de l’importance des relations cordiales

En réalité, rien de surprenant là non plus. Faisant montre de sa légendaire diplomatie et de son penchant manifeste pour le dialogue constructif et les débats passionnés, l’histoire raconte qu’il massacra tous les valets et palefreniers. Comme ça, sans un mot. Bim. Dans vos gueules les simples mortels. Il faut dire aussi qu’il avait un léger apriori négatif vis-à-vis de ces personnes, suite aux accusations gratuites et outrancières d’Eurysthée. Ceci explique peut-être cela. Quoi qu’il en soit, le meurtre, c’est pas terrible comme solution en matière de résolution des conflits, vous en conviendrez. Regardez Charles Manson, ou Guy Georges par exemple.

Rec000001.jpg

Les valets eurent beau tenter d’effrayer le héros avec des ombres angoissantes faites à la lampe de poche, rien n’y fit.

Faisons donc appel à un expert pour dénouer les antagonismes, le médiateur attitré de l’émission « Voisins : vont-ils se mettre d’accord ? Ou bien s’étriper à la scie sauteuse et s’incorporer mutuellement un batteur à œufs dans le cul ? », diffusée sur M6, afin de savoir les probabilités de sortir sans encombre d’une telle situation.

0303061001.JPG
Le répondeur d'Hervé Pouchot nous parle :

« Bonjour, vous êtes bien sur le portable d’Hervé le médiateur ! Je suis actuellement au beau milieu d’une querelle de voisinage entre André le boucher et Peter l’éventreur. Tout a commencé le jour où André, excédé de voir le cerisier de Peter déborder de 17cm sur son jardin, décida de l’abattre sauvagement en tirant dessus au fusil à pompe. Quelle ne fut pas la surprise de celui-ci lorsqu’il constata avec effroi que toute sa famille était décédée dans son jardin à cause des balles perdues ! Il entra alors dans une colère noire, et attaqua sans raison apparente la boite aux lettres d’André, en beuglant d’extravagantes paroles telles que « Bougre eud’ carabistoule ! Sac eud’ brin ! Mi j’te crèv’ eut’ carette gaillard ! », signifiant en ch’timi qu’il n’était pas très content.

C’est dans cette atmosphère tendue que j’interviens. Bonjour Andr... Aaaaaaaaaah ! »

Laissez votre message après le *bip* sonore. Une fois votre enregistrement terminé, appuyez sur dièse.

Bon, ça devient n’importe quoi cette émission. Fait chier. Obligé, ça va donner un rendu minable à la télé, du niveau d’un « Thalassa » un jour où le vieux Georges Pernoud serait saoul.

Bon, on n’a qu’à dire qu’Hercule était suffisamment fort pour tous les tuer. Et puis c’était pas des surhommes non plus, juste quelques valets et des éleveurs de chevaux, pas de quoi fanfaronner.

[modifier] Témoignage n°3 : des attributs surnaturels des mammifères équestres femelles

À ce moment du récit, vous l’avez bien compris, il ne restait plus que le roi Diomède dans le palais, en compagnie de ses juments. Hercule aurait très bien pu l’étriller lui aussi je pense, mais deux choses l’en empêchèrent :

  • Déjà, il s’agissait d’un demi-dieu comme lui. Par conséquent, il ne pouvait pas savoir à quoi s’attendre. Certains fils de divinités possédaient en effet des pouvoirs prodigieux, comme Achille avec son invulnérabilité hors talon, ou Castor et Pollux, avec leurs noms de merde.
  • En plus, le trucider comme ça, à la va-vite, ce n’était pas terrible pour sa légende personnelle. Regardez un peu :



1fleyur0608.jpg
1fleyur0608.jpg

La mythologie pour les tarlouzes et les grecs présente :
Les travaux d’Hercule – numéro 8 : les juments de Diomède

Sclupthermes.jpg
Sclupthermes.jpg


Alors Hercule il arrive avec son gourdin, il tue les valets, puis il tue les palefreniers, et lorsqu’il croise le roi, il le tue. Voila. Ah oui après il prend les juments quand même.

Sclupthermes.jpg
Sclupthermes.jpg
FIN



...

Ça serait franchement nul comme mythe.

Hercule le savait bien, et plutôt que de faire sa fête à Diomède comme à ses serviteurs, il lui donna une mort plus romanesque en le jetant en pâture à ses propres canassons. Le coup de l’arroseur arrosé en quelque sorte, sauf que l’arroseur se ferait griller comme une chipolata par ses chevaux cracheurs de feu, qui le boufferaient ensuite. Mais au fait, cela ne vous parait pas étrange, des juments carnivores ? Il faudrait enquêter.

Interrogeons donc à ce sujet notre collègue journaliste scientifique Michel Chevalet.

ConsoDrogueMichel.jpg

Michel Chevalet is here.

 : Bonjour Michel, quel plaisir de vous recevoir dans cette émission.
Michel Chevalet : Qu’est-ce que je fous là ?
 : Nous vous avons invité pour discuter avec vous des juments de Diomède. Vous êtes apparemment un éminent spécialiste du sujet.
Michel Chevalet : Putain, IL l’a vraiment fait cet odieux connard !
 : Mais enfin, de quoi parlez-vous ?
Michel Chevalet : C’est l’auteur de cet article pourri. Il m’a remarqué sur la page traitant de l’exploit d’Hercule terrassant le taureau de Crête.
 : Et alors ?
Michel Chevalet : Bah il m’a dit que ça serait, je cite, « grave désopilant » que je commente les juments de Diomède, rapport que mon nom c’est Chevalet. Juments / Chevalet... vous avez compris ?
 : Oui. C’est très nul.
Michel Chevalet : En effet. Bon du coup, je n’ai rien à vous dire. Je me casse. Ciao ma poule !
 : Ce fut un honneur de vous rencontrer.
Michel Chevalet : Hasta la vista, baby.
 : Kiss on the lips.
Michel Chevalet : Love.
Jouer avec un cheval.jpg

Michel Chevalet. lol

C’est bon, c’est décrété, c’est officiel. Cette émission est définitivement merdique. On va tout de même tenter de la terminer. Allez, on passe à la partie suivante. Vite.

[modifier] Témoignage n°4 : d’un moustachu

Donc voila, reprenons le fil de la narration. Nous parlions de Diomède, fils de Mars dieu de la Guerre, lui-même fils de Zeus dieu de la foudre et père d’Hercule qui venait l’assassiner. Assassiner Diomède bien sûr, pas Zeus ou Mars qui étaient des dieux, donc immortels, et accessoirement leurs pères...

Mais quel bordel ! C’est toujours incompréhensible ces espèces de soap-opéras intrigants entre consanguins, comme « Amour, Gloire et Beauté ».

En fin de compte, le point important, c’est que les juments crachaient du feu et bouffaient des gens, fait plutôt exceptionnel pour ce genre d’animaux d’ordinaire herbivores, à l’instar des vaches ou de Daniela Lumbroso.

Nous avons fait appel à Omar Sharif pour nous renseigner sur cette malformation particulière, et par extension sur la vraisemblance de la prouesse accomplie par notre héros tout nu favori.

 : Bonjour Omar
Omar Sharif : Bijour missié

Note : L’auteur a tenu à retranscrire les dires de monsieur Sharif avec un accent afghan, car c’est rigolo et qu’il s’appelle Omar, comme le célèbre mollah pacifiste.

 : Vous êtes bien un expert en chevaux ?
Omar Sharif : Bien soûr missié. Li chevaux, ci mon dada, si je pouis dire. Loul
Forum 357506 1copie.jpg
 : Entrons immédiatement dans le vif du sujet : des juments carnivores, n’est-ce pas totalement irréaliste ?
Omar Sharif : Pas vriment non missié, il faut savoir que les mammifires iquestres discendent dirictement dis dinosaures pridateurs, tils que le Tyrannosaure Rix. Cela se remarque isiment à la forme conique de leur crâne.
 : Les chevaux descendent du T-Rex ? Bon sang, vous ne vous foutriez pas légèrement de notre gueule ?
Omar Sharif : Et non, voici une expérience scientifique pour vous le prouver.

Note : Omar Sharif a subitement perdu son accent afghan, car on ne comprenait rien à ce qu’il baragouinait, ce qui nuisait grandement à l’intérêt de l’émission, déjà sérieusement compromis à ce stade.


Omar Sharffif.jpg


 : Hum, ok, certes... Et pour le fait qu’ils crachaient du feu ?
Omar Sharif : Sans problème. Je fais ma recette spéciale de couscous aux épices, je lui fais cracher ce que tu veux à ta jument ! Même du pétrole.
 : Du pétr... Euh oui d’accord, admettons. Donc d’après vous, Hercule a vraiment ramené ces 4 juments à Eurysthée, et sans problème qui plus est.
Omar Sharif : Je n’irai pas jusqu’à dire sans problème, car se trimbaler 4 juments carnivores aux rôts incandescents, il a bien dû ramer le bougre. Ah, si seulement il les avait harnachées avec Equidia... !
 : Equidia ?!?
Equidiapub.jpg
 : J’y suis ! Vous n’en avez rien à foutre de « Mythologie ou mythomanie grecque ». Et vous êtes juste venu faire vos pubs, pas vrai ?
Omar Sharif : Que nenni. Je réfute.
 : Mon cul ouais, bougre d’enflure !
Omar Sharif : Je crois que vous vous laissez submerger par vos émotions, jeune homme.
Omar Sharffffif.jpg

Omar Sharif : « PMU, jouez avec vos émotions ! »

[modifier] Épilogue

Chers téléspectateurs, notre émission touche à son terme, et nos conclusions confirment qu’Hercule a bel et bien accompli les actes relatifs à cette tâche. En êtes-vous étonnés ? Pas vraiment non, si l’on tient compte du fait que promener quatre juments tient plus de l’anecdote racontée par Micheline sur la place du marché que d’un exploit légendraire nécessairement accompli par une divinité ou quelque chose d’affilié, tel notre héros.

560639opie.jpg

Mais voila, le problème des Grecs, c’est qu’ils romancent tout. On ne peut pas leur faire confiance.

Illustration : des enfants chahutent gaiement dans une cours de récréation, profitant activement des quelques poignées de minutes dont ils jouissent hors des classes...

  • Un Français dira : « Ces enfants jouent à la marelle. Ils ont l’air débiles et ils font du bruit. »
  • Un Grec, quant à lui, affirmera : « Ces fils d’Athéna, contraints par une malédiction effroyable, se voient obligés de projeter des rochers énormes sur un étonnant pentacle d’acpect blanchâtre, sûrement réalisé à partir du sang du titan Prométhée. Ceci fait, ils se jettent corps et âmes sur ce champ de bataille magique, avec des bonds de quinze mètres, au bas mot. Leurs jambes sont tellement puissantes, et leurs armures, forgées par Héphaïstos à partir de 78% de coton et 22% d’acrylique, tellement légères qu’ils atteignent le ciel en quelques instants. »

Il me parait donc évident qu’ils nous prennent sérieusement pour des cons.

Feuxxxx 01.jpg

Papadakis : « Alerte incendie ! SOS ! Un homme à la mer ! La moitié de la Grèce est en train de brûler sous d’immenses flammes incandescentes et chaudes. Mon dieu, tout le pays est à reconstruire, ça va être la crise, la faillite ! À l’aide... le FMI, les pompiers, l’Union Européenne, Nikos Aliagas, Rastapopoulos, la fêta Salakis et tout le mondos ! »

Au vu de cette propension naturelle à l’exagération, à l’instar des Marseillais et des syndicats les jours de manifestation, on peut aisément deviner ce que furent les exploits mythologiques accompli par les pseudo-surhommes de cette patrie sodomite...

Méduss.jpg

Persée, en train de vaincre la méduse...

Funny-dog-costume-cerberus.jpg

Cerbère n’avait peut-être rien du monstre sanguinaire que l’on imagine.

Bref, c’est du gros mytho, et puis c’est tout.

565656muthoe.jpg


GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
Partage sur...
wikia