Leggings

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

[modifier] Origine du mot :

Comme pas mal de mots du même suffixe, on pense à tort que « leggings » vient de l’anglais leg : jambe, et donc legging = truc qu’on met sur les jambes (ou jamberie pour les puristes).

Bref on ne savait pas trop comment appeler ce vêtement - qui s’appelait prosaïquement « caleçon long » - jusqu’au jour où un génie du marketing a décidé que cette appellation ferait sans doute plus dans le coup, plus djeuns !

Il a surtout évité de dire que le mot est en fait formé de deux mots bien français : laids et ging (onomatopée imitant le son du vêtement sus-cité quand il se tirebouchonne sur les chevilles).

Cette précision étymologique permet de comprendre que le mot « legging » désigne une nuisance visuelle d’ordre vestimentaire.

[modifier] Un peu d’histoire :

L’origine de ce vêtement remonte à… trèèès trèèèès longtemps. Les femmes ayant toujours été contraintes de porter des robes, elles ont très vite constaté que même longues, les robes ne tenaient pas les jambes au chaud (ni l’entrejambe d’ailleurs).

Donc pour remédier à ce problème, Léonard de Vinci eut l’idée, bien avant Dim, de créer les collants. Mais à cette époque là, les machines n’étant pas assez précises pour fabriquer un vêtement qui épouserait la forme du pied, il a donc été décidé de couper les collants au niveau de la cheville. Le laid ging était né !

Pendant des siècles, les femmes se sont ingéniées à dissimuler cet affreux vêtement sous des robes somptueuses pour faire croire aux hommes qu’ils y trouveraient quelque chose d’infiniment plus sexy. Le port du laid ging était plutôt considéré comme une pratique honteuse mais nécessaire (un peu comme la pratique du vidage instantané d’estomac en cas de gastro-entérite).

Le subterfuge a opéré pendant des siècles sans que quiconque ne se sente dans l’obligation d’en parler.

Et voilà que vers 1853, un terrible cowboy, dont les aventures sont relatées dans le l’inoubliable film « On l’appelle Trinita », décide de se servir de laid gings comme pyjama. Il lança une mode qui devait durer plus d’un siècle… jusqu’aux années 80 !

En 1982 donc, d’éminentes penseuses modernes telles que Kim Wilde ou Lio ont décidé de faire de cet accoutrement un accessoire de mode visible. Croyez-le ou non, ça a marché ! C’est vrai qu’en ce temps-là Robert Smith venait d’ouvrir un salon de coiffure et les chanteurs de Partenaire Particulier publiaient leur premier recueil de poésie lyrique… ça donne une idée du bon goût de l’époque.

[modifier] Sabotage de la mode :

« Les leggings, c’est la mort du bon goût ! Mesdemoiselles, revenez plutôt aux bas de soie, mais n’oubliez jamais le bikini rose … »
~ Geneviève de Fontenay, détentrice universelle du chic à la française, prodiguant ses précieux conseils aux futures dindes couronnées.

Une fois qu’on a compris que le laid ging est à peu près aussi sexy que le bas de contention de Mamie, on est en droit de se demander pourquoi des stars du cinéma, de la mode ou de la chanson s’acharnent à rendre ostensible ce fâcheux vêtement. C’est un peu comme montrer ses semelles orthopédiques ou son appareil dentaire…

Il ne faut pas commettre l’erreur de prendre cette pratique pour de l’étourderie, surtout pas !

Le laid ging est devenu un accessoire de mode particulièrement populaire chez les stars se sentant un peu vieillir et qui ne veulent pas l’admettre. La stratégie est simple, mais il fallait y penser : s’habiller comme un sac pour nier ce qu’il reste de féminité et passer ensuite dans une phase plus classique, mais très chic pour pouvoir dire ensuite : « J’assume parfaitement mes rides, tenez, regardez, quand je n’en avais pas je ne savais pas m’habiller et j’avais l’air d’un épouvantail. Je suis beaucoup mieux maintenant, vous ne pensez pas ? » Ce discours sera invariablement ponctué d’une terrible œillade, lourde de mascara triple action.

Imparable : il suffit de saboter la mode pour passer tranquillement dans un troisième âge élégant et respectable !

Mais que dire des milliers et même des millions de femmes qui ont pris ce sabotage pour une fantaisie que l’on doit absolument adopter, qui ont pensé que mettre un pantalon de pyjama sous une mini-jupe en jean filée les rendaient craquantes ?

Eh bien, mesdames, pour votre salut, suivez ce conseil : brûlez les photos compromettantes, ne laissez pas de traces de votre embrigadement ! Sinon vous aurez la honte de votre vie quand vos enfants, arrivés à l’âge du biactol, se gausseront sans pitié de votre « pauvre look de bouffonne ».

[modifier] L’avenir du laid ging :

- La poubelle, diront les plus sensées.

- Le placard, diront les conservatrices avisées.

- Servir de chiffon, surenchériront les femmes pratiques.

- Ou de pyjama, ajouteront les frileuses (qui n’ont pas pensé à la dimension tue l’amour de ce vêtement)

« ''En tout cas, le laid ging ne passera pas par moi ! »
~ L’auteur de cet article
qui veut enrayer la propagation
Qu'avez-vous pensé de l'article "Leggings" ?
 
22
 
28
 
15
 
8
 
12
 
2
 

Ce sondage a été créé le juillet 6, 2007 21:43 et 87 personnes ont déjà voté.
Partage sur...
wikia