Le fan club de Tokio Hotel

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le fan club de Tokio Hotel aurait été créé lors d'une orgie dédiée à Uranus dans un maléfique établissement asiatique, et en même temps que les francs-maçons dans le but secret non-avoué de subtiliser le livret de mariage de Jean-Paul II.

Composé pour la majeure partie de fœtus hystériques sous cultivés maniant avec aisance l'analphabétisme le plus total et des injures à faire pâlir Brice de Nice (« Pusso ! » « Pusso ? C'est quoi ça ? La nouvelle fiat ? » NDA : authentique[1]) les hordes de fans de ce quatuor de pédérastes teutons font la fortune de leurs idoles avouées évidemment (la traduction de l'intégralité de leurs titres dans 1156 dialectes dont le braille, la langue de chat et la langue de pute est en cours) ; le fan de base se devant de posséder TOUT Tokio Hotel sans quoi il prend le risque dément de se faire excommunier d'une part dans un premier temps par la communauté des autistes joyeux (pardon, fans de Tokio Hotel) et d'autre part de se suicider par désespoir à grand coup de Black Metal comme Green day, Linkin Park ou encore Daft Punk ; MAIS également la fortune des directeurs de zoo qui rêvent secrètement d'en capturer afin de le faire accoupler avec Dominique de Villepin et un proutosaure pour essayer de recréer l'hydre de Lerne.

Le fan club de TH possède plusieurs codes, rites et secrets jalousement gardés seuls compréhensibles des seuls initiés.

Le premier est évidemment la séance dite de purification de l'âme : le fan écoute toute la journée durant (c'est à dire de 9h30 a 21h30 : journée parentale s'entend...) son groupe fétiche. À la fin de cette journée, si tout se passe bien, son âme est enfin vide de...

de...

bref, elle est vide.

La phase B du planicum diabolicum est la mise en contact avec d'autres fans via Aimaissainne, qui lui donne la possibilité de discuter avec des centaines d'autres crétins fans et de procéder à la phase D, capitale : l'échange d'émoticones ce qui permet, quand ils discutent avec des pas-fans d'être totalement incompréhensibles (déjà que le travail était bien avancé) ce qui le conforte dans l'idée d'être un rebelle que personne ne comprend (du moins sur MSN).

La phase E est le concert du groupe. Cette phase est la plus dangereuse pour le fan car il risque d'être

  • piétiné
  • réduit en charpie
  • écrasé
  • rendu sourd (par les piaillements suraigus)
  • bourré comme un âne et faire des comas éthyliques (des fois il arrive qu'une bouteille de bière a moitié pleine traîne dans les parages)
  • encore plus con qu'avant
  • c'est à dire encore plus fan qu'avant

Ce n'est que quand le fan de Tokio Hotel a accompli ces rites millénaires qu'il est enfin un vrai fan, un pur, un dur, un tatoué inflexible soldat de dieu (Tokio Hotel) prêt a faire exploser sa peluche Diddle avec une ceinture de pétard contre le grille pain familial pour démolir le système en place.

On pourrait donc conclure par un vibrant LONGUE VIE AUX FANS DE TOKIO HOTEL (et aux moutons en général)

  1. Mais non, c’est un sosie de Guillaume Musso.


Edward Khil.png  Portail de la Musique


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia