Le dernier Schtroumpf

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Gargamel.jpg

-Enfin, Azraël, enfin !
-Meaw

Ha ha ha, nous y voici enfin, Azraël ! Je l'ai trouvé ! Après tant d'années de recherches, de pertes dans les bois, de poursuites avec des loups, d'ampoules aux pieds, de pneumonie, et de schizophrénie paranoïaque, m'y voici !

Meaw

Oui, Azraël ! C'est bien ça ! Le village des schtroumpfs !

— Meaw

Oui, Azraël, tu pourras manger autant de schtroumpfs que tu veux ! Quand je pense au temps passé, ha, quelle joie ! J'en devenais tellement dingue que je m'étais mis à croire que tu étais doué de la parole, toi mon seul compagnon ! Tu le crois, ça ?

— Meaw

Mais tu racontes n'importe quoi, la théologie appliquée a de bonnes chances de supplanter la philosophie existentialiste de Sartre un jour ou l'autre ! J'en ai marre des tes opinions intolérantes sur les nouveaux courants philosophiques !

— Meaw

Bon ta gueule maintenant, on arrive. Mais ? D'où sort cette fumée ? On dirait que ça vient du village... Sapristi ! Tout est détruit ! Tous les schtroumpfs sont mort, et les maisons champignons sont en feu et en ruine ! Mais que s'est-il passé ?

— Mearfw

CRACHE ÇA ! On sait pas depuis combien de temps il est mort, si ça se trouve il est périmé, tu vas avoir la colique, et ce sera à moi de tout nettoyer encore une fois après ! Tiens ? J'ai entendu une voix... Là ! Un schtroumpf encore vivant qui appelle à l'aide ! Il... Il est gravement blessé, vite, ramenons-le à la maison !

— Meaw

On parlera philosophie grecque post-aristotélicienne une fois là-bas ! Vite !

Hiérarchie Schtroumpfe

— Que... Qu'est-ce que je schtroumpfe ici ?
— Meaw
— Bordel de schtroumpf !
— Ah, tu es réveillé ! Ne fais pas attention à Azraël, il ne te mangera pas. Mon argumentation empiriste lui a coupé l'appétit.
— Meaw
— Vous êtes Gargamel, non ? Pourquoi m'avez-vous soigné ? Vous ne schtroumpfiez pas de nous faire fondre pour transformer le plomb en schtroumpf ?
— Oui, c'est vrai, d'autant que je devrais être heureux, ma vengeance grandissante étant assouvie. Mais, d'un autre côté, étant donné que vous avez été l'obsession qui m'a poursuivie ces vingt dernières années, je me dis que j'aimerais savoir ce qui est arrivé au village Schtroumpf. Pour ça, j'ai besoin de toi. Quel schtroumpf es-tu donc ?
— Eh bien, je suis schtroumpf.
— Oui bon d'accord, ça je m'en doutais.
— Meaw
— On m'appelait le schtroumpf bricoleur.
— Ah, oui, celui qui a provoqué une machine à dérégler le temps...
— Comment savez-vous cela ?
— Azraël demande parfois des nouvelles de vous aux cigognes, et vient me les rapporter.
— Meaw
— Donc, vous voulez que je vous schtroumpfe toute l'histoire ?
— Allez-y. Nous avons le temps. Et du café.
— Bon. Il faut vous dire qu'au-delà de l'aspect idyllique et des quelques mésavenschtroumpfes, la société schtroumpfe n'était pas totalement équitable.


Non pas que nous n'ayons pas fait en sorte qu'elle le soit. Tout le monde avait autant de nourriture, de tout ce dont chacun avait besoin, et le Grand Schtroumpf était respecté par tout le village. Mais, vous le savez, certains schtroumpfs sont plus... schtroumpfs que d'autres. Plus charismatiques, plus de facilité à faire certaines choses... Ainsi, le schtroumpf à lunettes était au bas de l'échelle. Le loser. Celui que personne n'aimait, et surtout pas la schtroumpfette. Et tout en haut, nous avions le schtroumpf costaud. Souvent, nous nous retrouvions en petits comités au pied d'un arbre, et fumions un peu de salsepareille. Et à chaque fois, il était évident de deviner qui était le leader.

Alors les chiffes molles ! Comment ça schtroumpfe ?
Ah, salut, schtroumpf costaud. Ça schtroumpfe ? répondait schtroumpf.
Ouais vazy fais tourner le pèt là miam miam miam, ajoutait le Schtroumpf Costaud, l'œil avide.
Ouais oh tranquille, je viens de l'avoir, t'attends ton tour, t'es gentil.

C'était généralement dans ce genre de moments que le schtroumpf à lunettes se la ramenait.

Oui schtroumpf costaud, il faut être patient, car comme le dit le Grand Schtroumpf, tout vient à point pour qui sait attendre.
Eh ! Arguait l'accusé. Eh ! Eh dis donc oh ! C'est pas l'heure d'aller nettoyer tes lunettes là ? Y'a encore un peu de schtroumpf du Grand Schtroumpf qui est resté collé dessus !
Ha ha dégueu, ajoutait schtroumpf.
Enfin, en attendant fais péter le oinj là, faut que je récupère de mon marathon de ce matin. Et cet aprèm, je dois faire un peu de schtroumpf à la perche.
Tu veux dire du saut à la schtroumpf ?


— Attends une seconde, il y avait encore des conflits linguistiques entre schtroumpfs du Nord et schtroumpfs du Sud ? Je croyais que cette histoire avait été réglée.
— Schtroumpfée, officieusement, mais officiellement, les oreilles des schtroumpfs du Nord vrillaient dès qu'ils entendaient "Crêpe au Schtroumpf", et ceux du Sud ne supportaient pas "Schtroumpf au Nutella". On ne pouvais pas supprimer tous les groupes nominaux de la langue, et au fil du temps, cela a créé des tensions. Enfin, toujours est-il qu'à un moment ou à un autre, le schtroumpf costaud s'en prenait au schtroumpf coquet.


Eh ! Schtroumpf pédé ! On me dit pas bonjour ?
Pfuh ! Sot ! Répondait le schtroumpf coquet.
Quand t'auras arrêté de te toucher devant ton reflet, viens courir un jour, ça transformera peut-être les brindilles que t'as à la place des jambes en semblants de muscles. Allez, schtroumpf les gars, j'y vais !
Schtroumpf, disais-je.
Schtroumpf, disait Schtroumpf.
Schtroumpf, disait Schtroumpf.
Schtroumpf, disait Schtroumpf.

Et le Schtroumpf coquet ne disait rien.

La Schtroumpfette

En créant la Schtroumpfette, votre plan veillant à semer la discorde dans le village a réussi. Mais cela a pris du temps. Beaucoup de temps. En fait, juste assez de temps pour que nous nous rendions tous compte que nous n'étions pas en mesure de nous schtroumpfer une femme pareille. Aucun d'entre nous n'avait assez de schtroumpfs. À part le schtroumpf costaud.


— D'ailleurs c'est intéressant, je ne lui avais pas fait d'organe sexuel en la créant. Comment avez-vous tous pu la désirer ?
— Quand il l'a améliorée, le Grand Schtroumpf lui en a apposé un. Et vous savez comment se reproduisent les schtroumpfs : un bébé livré lors de la pleine lune bleue. L'arrivée de la schtroumpfette a bouleversé la physiologie schtroumpfe.


Avant, nous ne pouvions avoir d'érections. Nous bandions mou. Puis, une tension sexuelle est apparue, et avec elle son lot de conséquences. La première partie de schtroumpfs en l'air eut lieu au bout d'un mois, entre la Schtroumpfette et le Schtroumpf Poète. Le Schtroumpf Costaud lui en a toujours voulu après. Après, parce que très vite, la Schtroumpfette a préféré le plus drôle, le plus respecté, le plus fort, le plus viril. Et elle n'a plus voulu d'aucun autre. La journée, elle était sympa avec nous, à nous dire des mots gentils, à nous aider. Mais nous savions que le soir, c'était chez le schtroumpf costaud que tout se passait.


— Et vous-même, euh...?
— Une fois. Nous nous étions bourrés la gueule au jus de prune, et je lui avais fabriqué un schtroumpf. Elle a voulu l'essayer, nous nous y sommes mis à deux. Le plus beau jour de ma schtroumpf de vie.


Comme si tout cela ne suffisait pas, le Schtroumpf Coquet était le plus amoureux de la Schtroumpfette. Et comme si tout cela ne suffisait pas, sa maison et celle du Schtroumpf Costaud étaient voisines. Tous les soirs, alors que Schtroumpf et la Schtroumpfette nous refaisaient DeepSchtroumpf, le Schtroumpf Coquet regardait par la fenêtre, l'oeil torve et la main dans le slip. Le Schtroumpf Costaud était de plus très fier de son corps et narcissique : tandis qu'il entretenait fougueusement la Schtroumpfette, il se devait de se regarder dans le miroir en action. Pour cela, il lui fallait laisser la lumière allumée. Et du coup, le Schtroupf Coquet voyait tout, non content de tout entendre. Et la Schtroumpfette, laissez-moi vous dire qu'elle sait donner de la voix quand il le faut. On croirait Grossbouf avec un voix un peu plus aiguë hurlant dans la forêt. Une vraie Diva.

Le Schtroumpf coquet cultivait ainsi sa rancœur, soir après soir, rencontres après rencontres, à la fois avec le Schtroumpf Costaud et la Schtroumpfette. Tout le monde se doutait qu'un drame n'allait pas tarder. Moi le premier, étant voisin des deux autres.

Le Schtroumpf Démocrate

Dans le village, beaucoup de schtroumpfs n'ont jamais causé de problèmes. L'un deux était schtroumpf. Schtroumpf, amusant et populaire, était un orateur de talent. Il n'aimait rien tant que de raconter des histoires, raconter des blagues ou donner ses opinions à haute voix devant tout le monde. Un jour, il est allé chez les humains. Il y est resté une année entière, et est revenu avec des idées... spéciales.

Il a commencé à parler à tout le monde, seul à seul, discrètement. Moi aussi j'y ai eu droit. Il disait nous "ouvrir les yeux sur notre mode de fonctionnement dictatorial". Il qualifiait notre société de "communiste", et avait dit que le communisme, selon les humains intelligents, c'était mal. Que cela favorisait une élite, sans que les schtroumpfs aient vraiment de choix ou d'appui sur leur vie. Il a alors attendu. Attendu que le Grand Schtroumpf prenne une de ses journées à aller cueillir des herbes dans la forêt. Il s'est alors juché sur un tonneau, et a parlé à la populaschtroumpf.

Schtroumpfs ! On vous ment, on vous spolie ! N'en avez-vous pas assez de voir votre conduite dictée par un seul homme ? De voir des privilèges auxquels vous n'avez droit ? Ne voulez-vous pas que tout cela change ? Le Grand Schtroumpf nous dit de faire ce qui est "le meilleur", "le plus schtroumpf", mais qu'en sait-il ? Que sait-il de notre bien-être ? Combien d'entre vous estiment ne pas avoir suffisamment ?
Ouais ! avait répondu le Schtroumpf Gourmand.
Nous devons prendre le pouvoir ! Le récupérer de ce diktat, celui qui, depuis notre naissance, nous impose une propagande abrutissante ! Mes frères, tous avec moi !
Ouais ouais ouais, bla bla bla, tu nous prends pour des Schtroumpfs ? avait hurlé le Schtroumpf Costaud.'
Oui Schtroumpf, tu as quelque chose à dire ? Parle, tu as le droit, c'est ça la démocratie.
J'ai envie de dire que tout ça c'est des conneries ! Le Grand Schtroumpf est très bien là où il est ! T'as pas intérêt à continuer tes histoires de schtroumpf, ou sinon tu risques de le regretter !

J'étais étonné que le Schtroumpf Costaud, cette tête brûlée, soit aussi réticent à des propositions de bouleversement et de renversement d'autorité. J'ai commencé à comprendre quand j'ai vu qu'il était supporté dans ce qu'il disait par un groupe de schtroumpfs... tous du Nord. Sans que personne du Sud, cela incluant moi-même, ne s'en doute, les schtroumpfs du Nord avaient organisé une véritable mafia, contrôlant tout trafic de salsepareille ou de mousse d'arbre autre qu'autorisé par le Grand Schtroumpf. Avec le Grand Schtroumpf en place, il n'y avait pas de suspicion, nulle part, tout le monde faisant une confiance aveugle en le Grand Schtroumpf, et lui-même ignorant l'existence d'un tel trafic. Quelqu'un d'autre au pouvoir, les choses auraient été dites, sues, des enquêtes auraient été menées, et les opérations alors interdites. Sans compter que le Grand Schtroumpf était un Schtroumpf du Nord, et donc, involontairement, plus proche des autres du Nord que de ceux du Sud. Le Schtroumpf Costaud tirait avidement parti de ce fait.

Les schtroumpfs du Sud, de leur côté, avaient été marqués par les paroles du Schtroumpf Démocrate, que l'on nommait désormais Schtroumpf. Au Sud, nous étions numériquement supérieurs, mais moins organisés, et devions respect à ceux du Nord, sous peine de se voir réduire les bonus. La monnaie n'ayant pas cours, c'est ainsi que les Mafioso se faisaient payer. Par du respect et de la soumission à leur autorité.

Les choses commençaient à changer dans nos esprits. Le Grand Schtroumpf retrouva le village tel qu'il l'avait laissé. Et pourtant, une prise de conscience avait eu lieu.

Le premier schtroumpf de l'histoire des Schtroumpfs

— Voilà voilà, Azraël, ton bol de mou.
— Meaw
— Oui.
— Meaw
— Bof. Ah ! Alors Schtroumpf, ce thé vous a-t-il fait du bien ? Bon. J'ai gardé de la salsepareille de ma dernière cueillette, vous en voulez un peu ? Attendez, je vais vous l'émietter.
— Je n'aurais jamais schtroumpfé que vous soyez aussi gentil. Vous avez passé beaucoup de temps à tenter de nous détruire tous jusqu'au dernier, tout de même.
— Que voulez-vous. Vous n'avez jamais eu l'occasion de me voir autrement qu'enragé, en train de fomenter des plans machiavéliques. Forcément, dans ces conditions, difficile de voir mon côté altruiste. Tenez.
— Merci. Auriez-vous une feuille et un peu de carton, s'il vous plaît ?
— Certes.
— Meaw
— Voilà.
— Merci.
— Meaw !
— Alors, où nous schtroumpfions-nous de mon histoire ?
— MEAW !
— Euh... Aux schtroumpfs du Sud qui réagissent.
— MEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAW !
— Ah, désolé Azraël, j'avais pas vu que je m'étais rassis sur toi. Hop !
— Meaw frchhht


Remonté par le discours de début de matinée, le Schtroumpf Coquet, lui aussi du Sud, avait passé la journée enfermé chez lui. Personne ne l'avait vu. J'ai appris plus tard qu'il n'avait fait que réfléchir, se parler à lui-même. Il s'était dit qu'il devait se débarrasser du Schtroumpf costaud pour que notre "Grande Schtroumpfe" puisse avoir lieu. Mais très vite s'était rendu à l'évidence : le Schtroumpf Costaud était bien trop costaud pour lui, et aucun autre Schtroumpf n'aurait osé l'aider dans une telle entreprise, de peur de représailles. Il s'est donc attaqué à l'autre moitié de son obsession.

Nous avons mis deux jours à retrouver la Schtroumpfette après sa disparition. Et les retrouvailles ne furent pas chaleureuses, mais vraiment pas. Un matin, j'ai vu deux Schtroumpfs la ramener à la bordure du village. Ils étaient allés travailler au Pont sur la rivière Schtroumpf à ma demande, et étaient revenus avec son cadavre.

Nous l'avons trouvée, bloquant l'une des ouvertures du pont, sous l'eau. Il semble qu'elle se soit noyée...

Il n'y avait alors que moi, qui attendait le retour des Schtroumpfs pour savoir ce qui n'allait pas alors avec le pont, et le Grand Schtroumpf. Et bien sûr, Schtroumpf et Schtroumpf, qui transportaient le corps.

Nom d'un petit Schtroumpf ! dit le Grand Schtroumpf. C'est effroyable ! Le village entier va être en deuil.
Attendez ! Nous dit Schtroumpf. J'ai cru sentir quelque chose quand je la transportais... Il faut que je vérifie... Oui, regardez : une blessure partiellement cicatrisée, et parfaitement violette. C'est une blessure antérieure à sa dérive au fond de l'eau, et selon la forme et la profondeur, j'ose supposer qu'il s'agisse d'un coup de couteau.
Rappelle-moi ton surnom ? demanda le Grand Schtroumpf.
Euh... C'est le Schtroumpf Légiste.
Sapristi... Il y a un meurtrier au village.

Cette conclusion nous a tous profondément choqués. Il y avait un meurtrier, et chacun d'entre nous était en danger.

— C'était la première fois que vous voyiez un mort ?
— Non, il y avait eu... Le Schtroumpfissime.
— J'ai entendu dire qu'il n'y avait eu aucun décès ?
— C'est ce qu'on a aimé faire croire. Mais dix de nos frères furent enterrés ce jour-là. Onze, si l'on compte l'ex-Schtroumpfissime, qui a fini par se suicider. Vous voyez, comme je vous le disais, tout n'était pas idyllique au pays des Schtroumpfs.

Le Schtroumpf Costaud

Le Grand Schtroumpf finit par faire l'annonce publique du décès de la Schtroumpfette, indiquant juste qu'elle s'était noyée. Le Schtroumpf Costaud avait hurlé, protesté, insulté, et avait fini par se faire punir par le Grand Schtroumpf. Enfermé chez lui, il ne faisait plus que s'entraîner. Haltères, saut à la corde, sac de sable, tout ce qui lui passait sous la main devenait un outil de préparation physique. On aurait dit qu'il se préparait à faire la schtroumpf.

— La quoi ?
— Euh... Le truc où on schtroumpfe tout le monde.
— Ah, ok.
— Meaw !?

Lorsqu'il finit par sortir de chez lui, il avait un air malade, mais malade... dans la tête. Et le Schtroumpf Coquet n'arrangeait rien. Son rival étant devenu solitaire et taciturne, plus personne ne se souciait de ce dernier, et il restait à l'écart de tout le monde. Il m'est arrivé de surprendre une de leurs "échanges".

Alors, Schtroumpf ? Avait dit le Schtroumpf Coquet. Ça schtroumpfe ?
Laisse-moi tranquille, répondit son intervenant, sur un ton las.
Enfin, toi qui étais si sociable ! Toi qui me parlais tout le temps ! Qui n'hésitais pas un instant à me reprocher mon manque de succès avec la Schtroumpfette, tout en la SCHTROUMPFANT TOUS LES SOIRS !

Tout en disant cela, le Schtroumpf Coquet s'était rapporché du Schtroumpf Costaud, lui chuchotant presque à l'oreille ce qu'il avait à dire, tout en gardant ce ton cynique et agressif dans la voix.

Ne parle pas d'elle comme cela.
Ah ouais ? Tu préfères que j'en parle comment ? En me grattant le ventre ? Sur une main ? Sans mon bonnet ? Regarde, je retire mon bonnet ! Maintenant je peux le dire ? La schtroumpfette était une SCHTROUMPFE !
Que... Pourquoi... Tu l'aimais, pourtant... Pourquoi autant de haine envers elle ?

Le Schtroumpf Costaud commença à se lever.

Parce qu'elle n'a jamais voulu de MOI ! MOI, si beau, et toi, si grossier, et elle t'a préféré. Elle était CONNE, du début à la schtroumpf, et méritait de mourir !

Le Schtroumpf Costaud se tenait maintenant sur ses deux jambes. Il attendit. Puis, il demanda.

Tu l'as tuée ?
Ne... Ne dis pas n'importe quoi.
Tu l'as tuée ?
IL FAUDRAIT NE PAS AVOIR DE SCHTROUMPF POUR FAIRE UN TRUC PAREIL !

...dit le Schtroumpf Coquet avant de s'en aller. À en croire ses paroles, il n'avait vraiment pas de schtroumpf. Le Schtroumpf Costaud non plus d'ailleurs. Le lendemain, le Schtroumpf Coquet était retrouvé chez lui, le crâne ouvert par un énorme haltère. Le Grand Schtroumpf, qui me savait un des seuls à connaître la véritable cause de la mort de la Schtroumpfette, me demanda d'aller me renseigner auprès du Schtroumpf Costaud, que tout semblait désigner. Il faut avouer que Schtroumpf, tout en étant costaud, était particulièrement con. Personne dans le village n'ignorait l'ambiance de Schtroumpf régnant entre les deux personnages avant l'accident.

J'arrivai chez le Schtroumpf Costaud alors qu'il était défoncé à la mousse d'arbre. Sur son bureau, plusieurs lignes de mousse, prêtes à être aspirées par le nez. J'engageai la conversation.

Euh... Schtroumpf ? Salut.
Heeeeeeyyyyyyyyyy, Schtrouuuuuuuuuumpf, comment ça va mon frèèèèèère ?

Il était clairement dans un état second.

Oui oui, tout schtroumpfe... Dis-moi, j'aimerais te parler.
Tout ce que tu veux, huk huk huk ! La vie est beeeeeeelle à présent ! Tiens, prends un peu de mousse.
Non, je... Ça va, merci.
Comme tu veux, man. Alors, de quoi tu voulais me parler ?

Ma schtroumpf tremblait alors que je m'apprêtais à mentionner le sujet fatidique. Il était dos à moi : je pourrais le voir venir s'il tentait de me tuer. J'attendis qu'il finisse sa ligne de mousse avant de lancer le sujet.

Dis, c'est... C'est terrible, ce qui est arrivé à la Schtroumpfette, hein ?

Je croyais que je pourrais le voir venir : je m'étais totalement planté. En moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Schtroumpf", j'étais plaqué contre le mur, un bras dans le dos, le Schtroumpf Costaud susurrant au creux de mon oreille :

Tu n'en parles à PERSONNE. Si qui que ce soit me reproche quoi que ce soit, je te TUERAI. Tout comme j'ai tué ce suceur de schtroumpfs de Schtroumpf Pédé. TU AS COMPRIS ?

Je hochai la tête, tentant de dissimuler la douleur. Il desserra alors son étreinte, et je rentrai chez moi. Dans ma tête, tout se bousculait. Je commençais à comprendre la cause de la mort du Schtroumpf Coquet. C'était donc lui, le premier meurtrier. J'avais l'impression de garder un terrible secret, un secret qui pourrait provoquer une énorme, gigantesque, fantastique schtroumpf.

Le Nord et le Sud

Entretemps, dans le camp démocrate, les choses s'accéléraient. Notre guide utilisa la mort du Schtroumpf Coquet, la qualifiant de provocation de la part du Nord. Qu'un de nos frères du Sud fut tué ainsi, cela ne pouvait être qu'une déclaration de guerre ouverte ! Un soir, il nous convoqua, tous ceux qui étaient intéressés par du changement.


— Meaw
— Oui, tu as raison, Azraël. Schtroumpf, je suis étonné que vous ayez pris part à ces activités.
— Pour être franc, je ne voyais pas tout ça d'un très bon œil. Et pourtant, moi aussi j'avais subi les brimades du Nord. Car à moi aussi, il m'arrivait de consommer de la salsepareille en fumée. Nous ne sommes tous que des schtroumpfs.


Nous étions vêtus de capes et de masques, comme à l'époque du Schtroumpfissime, afin de faciliter la motivation et l'assimilation avec le Grand Schtroumpf. Le Schtroumpf Démocrate avait tout prévu. Et ce fameux soir, il nous parla en ces mots.

Mes amis. Si vous avez accepté de venir ce soir, c'est que vous en avez ras-le-schtroumpf du joug oppresseur du Nord. Il est temps de prendre le pouvoir. De frapper un bon coup.
Tu parles beaucoup, mais à quand les actes ?
Excusez-moi. Toi là, ton commentaire est intéressant, rappelle-moi ton nom ?
Moi je n'aime pas me présenter !
Tu veux des actes. Tu en auras. Trop de schtroumpfs du Sud croient encore en ce menteur rouge. Nous devons couper la racine. Nous devons tuer le Grand Schtroumpf.

Nous savions que cela faisait partie du plan, mais nous étions tout de même profondément perturbés. Tuer le Grand Schtroumpf. Quelle schtroumpf.

Pour cela, continua-t-il, il nous faudra faire croire que le Nord l'a fait. Et le schtroumpf costaud nous a facilité l'affaire.
Laissez-moi deviner. On va lui offrir un cadeau piégé "spécial" ?
Non, Schtroumpf Farceur. Il va se prendre un haltère sur la tête. Mais cette fois-ci, cela n'aura pas l'air d'un accident, et la révolte grondera.

Du gâteau. Rien ne pouvait mal se passer. Et rien ne se passa mal lorsque nous entrâmes chez le Grand Schtroumpf en pleine nuit, le bloquâmes à six, et lui fracassâmes le crâne avec de la fonte de deux kilos.

Mais il y avait quelque chose que nous avions omis. La grande, la fantastique, la prodigieuse schtroumpf. Elle n'allait pas tarder à arriver. Pendant plusieurs mois, nous avions entretenu la peur, à coups de missions de sabotage et de cadeaux piégés "spéciaux", le Nord se faisant de plus en plus petit. Les schtroumpfs se sentaient menacés, et le Schtroumpf Costaud, ha ! Le Schtroumpf Costaud ! Les sudistes auparavant indécis étaient désormais totalement contre lui, suite à notre assassinat monté, et il paraissait de plus plus détaché de la réalité, de moins en moins apte à diriger ses troupes, en partie grâce à la mousse qu'il s'enfilait constamment. C'était si simple, de déserrer des boulons, de placer de la nitroglycérine près d'une maison, de mettre des pièges à loups dissimulés sous les feuilles de la forêt. Le point d'orgue vint le premier jour d'hiver.

Le Schtroumpf Moralisateur s'estimait seul à pouvoir prendre la succession du Grand Schtroumpf. Il ne cessait de critiquer tout ce que nous faisions, notre manière de réparer le pont, notre manière de faire des réserves, etc. Les petits coups de maillet traditionnels sur sa tête n'arrangeaient rien. Il fallut l'aide du Schtroumpf Costaud. Il était en pleine désintox, et chacune des rides de son visage disait "laissez-moi tranquille ou mourez". Un message que notre bigleux préféré n'avait pas reçu totalement. Pour preuve : il fit la remarque que le Schtroumpf Costaud n'était pas très dynamique lors de la collecte de fruits. D'un coup de maillet suffisant pour tuer une cigogne, ce dernier décolla la tête du Schtroumpf à Lunettes, avec les lunettes, l'envoyant valser contre un arbre. Pour ceux qui doutaient encore, la vérité leur éclata en plein visage : le Schtroumpf Costaud avait commis trois meurtres.

L'information fut vite rapportée au Schtroumpf Démocrate, qui sauta sur l'occasion comme Azraël sur un schtroumpf, et fit enfermer le Schtroumpf Costaud. La populaschtroumpf, encouragée par cet acte, l'élut Président des Schtroumpfs. Il était arrivé à ses fins, qu'allait-il se passer maintenant ?

L'horrible schtroumpf

Tout se passait parfaitement bien. Le Schtroumpf Costaud enfermé dans la nouvelle prison, le Schtroumpf Démocrate au pouvoir, nous écrivions une nouvelle constitution, les réserves de nourriture bien remplies pour l'hiver. Les Schtroumpfs du Nord, eux, s'étaient divisés en deux camps : ceux qui étaient restés et approuvaient en apparence le nouveau régime, et ceux qui, fidèles au Schtroumpf Costaud, avaient quitté le village.

Nous avions décidé de mettre des élections en place tous les dix ans. Tout semblait aller à merveille. Il n'y avait plus de trafic de drogue, ceux qui en voulaient assumaient et se servaient. Nous n'avions toujours pas de système monétaire, mais tout le monde avait ce qu'il voulait. Nous nous mîmes d'accord sur le fait que le Grand Schtroumpf avait eu un comportement dictatorial, mais qu'en l'occurrence, ses enseignements sur l'entente et la cordialité étaient justes. Nous avons continué à les suivre et à nous les imposer.

Si dans le village, tout allait bien, dans la forêt, ce n'était pas la même chose. Nous retrouvions des marques étranges sur les arbres, des pièges entre les feuilles, une activité animale étrange. Nous nous alarmâmes quand certaines cigognes furent retrouvées dans la forêt, couvertes de sang, des rondins enfoncés dans leur organe pondeur.


— C'est euh... Particulièrement barbare, non ?
— Les cigognes apportent les nouveaux-nés : mortes, elles ne peuvent plus, et pour prouver que le message s'adressait bien à nous, leur fabrique à bébés cigognes a été obstruée.
— Meaw
— Oui, un symbole. Puissant.
— Meaw
— Non mais oh, reste poli, pense à ces pauvres cigognes !
— Bref...


Nous mîmes en place une milice pour patrouiller dans les bois. Un soir, le Schtroumpf Costaud avait disparu de sa cellule, et les gardes de nuit n'étaient pas revenus. C'est là que nous sûmes que l'attaque était imminente. En catastrophe, nous construisîmes des barricades de fortune, et nous nous munîmes de tiges de bois taillées en pointe. Alors, ils lancèrent l'assaut. La bataille fut cauchemardesque. Je tentai de m'enfuir alors que les forces étaient à égalité. Puis, entre les arbres, j'aperçus une sorte de procession : cinq Schtroumpfs du Nord tiraient quelque chose de gros et vert. Une grenade. Je compris alors que leur intention n'était pas de reprendre le pouvoir, mais de se venger.

La grenade arrivée au village, il y eut des négociations entre les camps, des tergiversations, mais tout escalada très vite. Moi, en lâche, m'étais caché derrière un arbre en bordure du village. Ce qui ne m'empêcha pas d'être touché par la déflagration, et d'errer en vain parmi les cadavres bleus de mes frères. Une heure plus tard, vous étiez là.


— Eh bien, quelle histoire !
— Façon de schtroumpfer.
— Meaw.
— Et... Qu'allez-vous faire, maintenant ?
— Je l'ignore. Je suis le dernier représentant de mon espèce, je n'ai nulle part où vivre.
— Et les cigognes ? Il n'en reste plus une ?
— Non. Les schtroumpfs du Nord n'ont pas fait les choses à moitié.
— Meaw
— Mais vous, Gargamel, qu'allez-vous faire maintenant ?
— Oh, vous savez, moi, je serais probablement mort d'ici un mois avec la syphilis qui me ronge. Je vais rester ici. Et vous ?
— Je vais essayer de finir ma vie dignement. En définitive, Azraël n'a jamais su quel goût avait un Schtroumpf, n'est-ce pas ?
— Meaw ?

Épilogue

Alors Azraël, c'était bon ?

— Meaw

Eh bien, ceci est le premier jour du reste de notre vie. J'espère pouvoir m'occuper de toi jusqu'à ma mort. Je suis un peu effrayé à l'idée de te laisser seul pour le restant de tes jours.

— Me... Meaw

Hein ?

— MEAAW !

Mais.. Calme-toi, que t'arrive-t-il ?

— MEEEEEEEEEEEAAAAAAAAAAW ! MERRRERAAARARAAAAAAW RRRRAAAAAAAAAAAW !

Azraël ! Mon Dieu ! Qu'as-tu ! Par pitié, réponds-moi, qu'as-tu !?

— RRRRRRRR... couic

AZRAËL ! Il... Mon chat... Il est mort ! Comment est-ce possible ? Ah ! Ces yeux injectés de sang... La position de ses griffes... Il a été empoisonné ! Le schtroumpf était toxique !

Le petit rat... Il l'a fait exprès... Il avait parfaitement calculé son coup... Sale petite vermine bleue ! Je...


2005.02.19.gargamel.jpg
Je me vengerai ! Et ma vengeance sera terrible !



GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.


DES BÉDÉS

et autres miquets :

Abdallah.jpg Des Zérauts: AstérixAstéroxxeKeunotorLucky LukeMarsupilamiTiteufTintin
Des Super-Zérauts: Les Super-Zérauts se réunissent ici
Des Schtroumpfs: Les SchtroumpfsLangage schtroumpfLe dernier SchtroumpfHistoire des Schtroumpfs
Des mangats : Dragon Ball ZDragon Ball GTYu-Gi-Oh!
Œuvres diverses et sencyclopédiques : OpiumEn Remontant la MéditerranéeSuper HadopiTechniques pour faire une BD quand on ne sait pas dessinerThe Amazing MélenchonItération iconique
Et pour ceux qui aiment les vrais livres, sans images, cela se passe par ici.
Confucius8.jpg


Qu'avez-vous pensé de Apocalypschtroumpf ?
 
512
 
192
 
27
 
4
 
12
 
19
 
22
 

Ce sondage a été créé le janvier 23, 2009 19:07 et 788 personnes ont déjà voté.
Partage sur...
wikia