Laurent Voulzy

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

[modifier] Biographie

Né à Dunkerque en 1948 et élève de John Cage, il s'est illustré comme compositeur de musique contemporaine expérimentale.

[modifier] Un visionnaire

Sa musique remet en cause tous les fondements du langage musical. Elle rejette le principe de centre tonal, de hiérarchie entre les notes. Au fil des années, Voulzy invente sa propre gamme musicale : la fameuse gamme voulzique qui s’appuie sur des accords non classés et privilégie les dissonances. Elle tend souvent pour cette raison à évoquer pour les auditeurs des ambiances inquiétantes ou morbides.
Au niveau des textes, tout ce qui a constitué notre monde post-moderne a été passé au crible (organisations politiques, religieuses, para-militaires, sociétés secrètes, sexualité déviante, psychopathes et techniques de contrôle).

[modifier] Discographie

[modifier] Le premier album

Son premier opus livre des brûlots sur les thèmes de la guerre et de la famine. Il y explore sans concession le territoire d'une musique malsaine et vénéneuse qui résonne comme un coup de scie dans les oreilles de son auditeur.

[modifier] Le second album

Par la suite, il durcit le ton. En concert, Voulzy joue fort et se lance dans des expérimentations parfois très ardues. Le deuxième album est à l'image de ses performances live : brut de décoffrage, rêche, et difficile.

[modifier] L'album perdu

En 1975, il écume les routes de l'Amérique profonde, cherchant ailleurs le succès qu'il ne trouve pas en France. A la suite d'une exténuante série de concerts, il traverse une période de dépression où il ne se lave plus les dents et prend beaucoup de poids. Il décide alors de s'enfermer chez lui pour privilégier l'expérimentation sonore.
Les bandes de cette sombre période ne ressurgiront que des années plus tard ("1975: The Lost Tapes").

[modifier] Les albums de la maturité

Durant les années qui suivent, il va enregistrer près d'une douzaine d'albums, le plus souvent sur d'obscurs labels indépendants. Il n'aura de cesse d'explorer nos cauchemars et nos rêves. On retiendra surtout "Ziggy Voulzy et les mouches de Jupiter" et "The Voulzy Underground".
En 2003, il met un terme définitif à sa carrière musicale pour se consacrer entièrement à sa première passion : le parapente ascensionnel sur poney.

[modifier] Influences

[modifier] Postérité musicale

Nombre d'artistes expérimentaux ou plus traditionnels se sont réclamé du Voulzisme, comme les Pixies, et AC/DC. Par ailleurs, les Beatles ont admis lui avoir largement emprunté une grande partie de ses idées musicales.

[modifier] Descendance idéologique

Ses textes auront une grande influence sur le groupuscule idéologique Abba. Ses membres adopteront d'ailleurs les dents écartées comme signe de reconnaissance.

Partage sur...
wikia