Lancer de nain

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Il y en a qui volent très loin ! Mais qu'est-ce qu'ils sont petits, c'est affreux ! »
~ Jean Valjean à propos des chinois en avion

Jadis discipline olympique, maintenant pratiqué uniquement dans les milieux underground car frappé d'interdiction par la Charte des Nains Libres et Indépendants signée à Morsang sur Orge en 1995, le lancer de nain aura permis à quelques personnes de tailles menues de se faire un nom, citons par exemple :


[modifier] Origine de la discipline

Dès la Grèce antique, les populations ressentaient le besoin de se divertir après une dure journée de labeurs et comme Arthur ne passait pas encore à la télévision, ils optèrent pour des divertissements plus... interactifs ! On commença d'abord par regarder une trentaine de types plus costauds les uns que les autres qui se balançaient une vessie de porc gonflée (ce sport est encore répandu sous le nom de rugby mais la vessie de porc a été remplacée par un ballon, beaucoup moins spongieux soit-dit en passant) mais il s'avéra vite que cette activité ne passionnait guère que les personnes jouant sur le tapis de clous prévu à cet effet (ce tapis est maintenant remplacé par de la pelouse, naturelle ou synthétique, car les clous furent jugés trop dangereux - c'est vraiment devenu un sport de pédés !) tandis que les spectateurs s'endormaient sur leurs sièges. L'Autorité d'Athènes se creusa alors le cerveau pour trouver un divertissement populaire accessible à tous.

Parallèlement se déroulait une "grande" manifestation devant le Parthénon afin de réclamer le droit de vivre aux personnes de petites tailles (qui étaient à l'époque offertes en cadeaux à l'Empire Romain où elles finissaient invariablement à courir dans une arène poursuivies par des lions affamés pour divertir le public entre chaque course de chars). Les membres du Parthénon regardèrent alors par la fenêtre, alertés par les cris des protestataires, au moment même où un petit groupe de nains montaient les marches du bâtiment pour prendre possession des lieux. Ils commencèrent à s'inquiéter lorsque surgit soudain de derrière une colonne un détachement de gardes et se précipita vers les manifestants. Le choc fut brutal. Mais comme les gardes n'avaient aucune volonté de tuer, ils se contentèrent de repousser leurs adversaires en les saisissant par les chevilles, en les faisant tourner deux ou trois fois à la force des bras, et en les envoyant au loin. Ce fut une véritable révélation pour les membres du Parthénon. Ils firent placarder dès le lendemain dans toute la cité des affiches conviant la population à se rendre le soir-même au stade à l'entrée de la ville.

Intriguée par l'émergence soudaine de ces affiches, la majorité qualifiée de la population se rendit à l'heure et au lieu convenus. Ils ne furent pas déçus. Le stade avait été pour l'occasion couvert d'un grand chapiteau blanc strié de fines rayures dorées reflétant la lumière de la lune et permettant ainsi une visibilité correcte. Mais ils ne pouvaient hélas pas entrer aussi se pelotonnèrent les uns contre les autres pour lutter contre le froid mordant qui les tenaillait. Dix heures sonnèrent. Au dixième coup de cloche, de nombreuses torches s'allumèrent dans un "VOUAOURF" retentissant et le chapiteau se souleva dans un bruit de treuils et mâchicoulis. Coté gauche du stade se dressait une imposante tribune de bois sur laquelle se tenait les membres du Parthénon dans de somptueuses toges blanches avec sandales assorties. L'un de d'eux se saisit d'un porte-voix doré et s'adressa directement à la foule qui prenait place dans le stade, sa grosse voix rauque et virile leur intimant de garder le silence et leur jurant que le spectacle auquel ils assisteraient ce soir modifierait le cours du monde. Les spectateurs retinrent leur souffle, se cramponnant des deux mains au bord de leur banc, impatients d'en savoir plus. La voix reprit de plus belle au moment précis où une porte s'ouvrait sur le côté droit bien que nul ne put voir ce qu'elle dissimulait dans cette semi-obscurité nocturne. L'homme déclara solennellement que les êtres qui allaient pénétrer dans un instant par cette entrée seraient probablement les choses les plus laides et les plus dénuées de sentiments que les spectateurs ne verront jamais. Un frisson de peur teinté d'excitation parcouru l'assemblée. Une trompette d'argent sonna trois notes, quelques coups de fouet retentirent et les nains entrèrent. Il y en avait une petite centaine, une longue chaîne fixée par un collier de métal autour de leur cou les reliant les uns aux autres. Ils avaient la tête basse, l'air fatigué et mal nourris, leurs haillons crasseux et en lambeaux dissimulant à peine leur corps qui n'étaient plus que petits squelettes ambulants, pathétique et morbide parodie d'enfants alignés dans une cour de récréation. La foule hurla d'effroi, et leur peur se mua en indignation que de pareils êtres puissent exister, puis en insultes et enfin on en vint à leur jeter des reliefs de repas et quelques sandales. Des pleurs, des cris, de la rage, du désespoir, du mécontentement... Tout cela était déjà trop pour les nains mais il a fallu qu'en plus la voix déclare ce que serait leur destin : 100 spectateurs seraient tirés au sort pour participer à ce nouveau jeu : le lancer de nain. Les membres du Parthénon envoyèrent leur gardes chercher une centaine de personnes dans l'assemblée et lorsqu'ils revinrent, on leur expliqua les règles. Il fallait saisir un nain par les chevilles, le faire tournoyer au dessus de sa tête et le propulser le plus loin possible. La première compétition officielle pouvait maintenant commencer.

L'Histoire ne dévoile pas le nom du vainqueur, mais qu'importe. Nous savons que l'important c'est de participer. Après le succès de ce premier essai, le jeu s'exporta très facilement à travers le monde tant et si bien que furent organisés en 50 av.J.C. les Premiers Jeux Olympiques du Lancer de Nain et de Toutes les Déclinaisons Possibles. Il y eu donc plusieurs épreuves au programme :

  • le lancer de nain classique (celui précédemment expliqué)
  • le lancer de nain par catapulte (le nom parle de lui-même)
  • le lancer de nain enflammé (lancer de nain classique sauf que le nain est en feu)
  • le lancer de nain aquatique (les concurrents plongent dans la Mer Adriatique avec leur projectile et une fois qu'ils touchent le fond, ils le lancent le plus loin possible et ceux qui n'arrivent pas à émerger de l'eau sont disqualifiés)
  • le lancer de nain aérien (les concurrents se placent en haut d'une tour et le premier dont le nain touche le sol est déclaré vainqueur)
  • le lancer de nains multiples (les concurrent sont dans un cercle de 20 mètres de diamètre et doivent lancer un maximum de nains hors de ce cercle dans le temps imparti)
  • le lancer de bébé nain (lancer de nain classique sauf que l'on choisi son projectile parmi une tranche d'âge délimitée)
  • le lancer de nain au travers de cerceaux enflammés (lancer de nain classique sauf que le projectile doit traverser une douzaine de cerceaux enflammés avant de toucher le sol)

[modifier] A propos du lancer de nain aérien

Reproduction partielle d'un article du professeur Brissor-Tefeux de la faculté d'histoire de Liège :

"Nous sommes en pleine légende urbaine car si on en croit la règle qui stipule que les concurrents se placent en haut d'une tour et le premier dont le nain touche le sol est déclaré vainqueur, de deux choses l'une :

  • Soit le lâcher n'est pas simultané, et dans ce cas on ne comprend pas bien l'intérêt de la compétition
  • Soit le lâcher est simultané et dans ce cas tous les nains arrivent au sol en même temps en vertu de la loi de l'attraction universelle mis en évidence à Pise par Galilée et qui s'énonce : e = 1/2 gt². G valant sur Terre 9,80 on a e (la distance) = 4,90 x par le carré du temps. Donc le temps est égal à la racine carré de la distance divisé par 4,90, dans cette formule jamais ni le poids ni la masse n'influe.

Donc cette épreuve n'a jamais existé, du moins dans les formes ci-dessus décrites

[modifier] Influences baroques

Non.

[modifier] Le lancer de nain dans le monde contemporain

Officiellement, le lancer de nain n'existe plus sous forme de compétition. Mais il subsiste tout de même dans les milieux illicites quelques personnes encore adeptes de cette pratique pour le moins divertissante et ludique. On les nomme les Dwarfs. Il semblerait que certains fan de ce sport soient assez connus. Exemples :

Qu'avez-vous pensé de l'article "Lancer de nain" ?
 
111
 
70
 
30
 
17
 
10
 
20
 

Ce sondage a été créé le juin 26, 2007 08:09 et 258 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia