La Saga de la Dé/Épisode 2 : Disparue dans la Grouillette

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le soleil se lève sur Les Latrines. Un beau soleil, comme on n’en voit pas souvent. Un soleil chargé de mort

Pour Guillaume Poucassère, c’est un jour comme les autres, un jour de labeur. Cet agriculteur, qui vaque à ses occupations quotidiennes (traire une vache, faire des choses en relation avec l’agriculture, etc), ne sait pas que le destin lui réserve un tour bien funeste…

Car au pays de la malédiction, un mystérieux secret guette Guillaume… et aujourd’hui, avant la fin de la journée, sa fille sera

Disparue dans la Grouillette

La Famille de Guillaume

Saga2.1.jpg

Guillaume et Sandrine à l'époque bénie du bonheur

Pour Guillaume Poucassère, c’est un jour comme les autres. La vie se résume à peu de choses, c’est un homme simple qui aime travailler. Il aime traire sa vache et labourer son champ de blé, comme tous les agriculteurs. Ce n’est pas le genre d’homme à qui l’on joue des tours. C’est un brave paysan.

Aujourd’hui, comme tous les jours, Guillaume s’est levé sans embrasser sa femme avant d’aller labourer son champ, parce que, comme il dit, « elle pique ». Cela fait bien rire les amis de Guillaume, au café des Latrines, Le Petit coin des copains, même si ça fâche un peu la Sandrine.

La Sandrine, quel sacré bout de femme… Un gros bout, certes, mais un cœur gros comme ça, toujours prête à rendre service, malgré son odeur d’agricultrice. Elle et Guillaume se sont rencontrés au bal populaire des Latrines, et ont eu le coup de foudre en se voyant, car comme le dit Guillaume « y’avait point d’aut’ femelles eud’toute manière ». Le mariage eût lieu dix jours plus tard, Guillaume étant âgé de dix-neuf ans, et Sandrine de quatorze. Ce beau coup de foudre donna naissance à deux enfants, qu’ils appelèrent originalement Matteo et Léa.

Le couple vécut heureux un petit moment, avec Guillaume qui travaillait toute la journée, à traire une vache et labourer son champ, et Sandrine qui élevait les enfants, et qui accessoirement grossissait comme une truie en mangeant toute la journée, mais qui peut blâmer une femme de paysan de s’ennuyer un peu ? La famille était heureuse. Comment se douter qu’une tragédie allait se produire, et que les Poucassère allaient perdre leur fils ?

Lorsqu’il eût 16 ans, en effet, le jeune homme décida de ne pas suivre la voie tracée par son père, la voie de l’agriculture, et déchira le cœur de Guillaume. « Quoi bon Dieu de bon Dieu ??? » s’exclama celui-ci. « J’avions tout ben prévu ! Tu reprends la ferme, tu t’maries avec une bonne femme, et comme ça ta mère et moué on peut faire nos vieux jours ici sans se faire eud’souci ! C’est quoi l’probème ??? »

« Je veux faire des études, père. » répondit Guillaume. Et c’était vrai. Le jeune homme s’était inscrit depuis longtemps et secrètement à un cours de pizza par correspondance, en plus des cours d’agriculture qu’il suivait au lycée de Fangeville, et c’est ainsi qu’il quitta sa famille et Les Latrines, pour poursuivre sa formation de pizzaiolo.

« J’n’ai point de fils ! » répond désormais Guillaume à l’impétrant qui ose lui demander des nouvelles de Matteo. On raconte qu’après avoir quitté sa famille, Matteo n’est en réalité pas devenu pizzaiolo, mais qu’il a bien mal tourné, et a embrassé la carrière de vendeur de chichis au chocolat saisonnier sur la plage de St Georges de Didoune. Une honte pour Guillaume, un homme qui travaille en trayant une vache et en labourant.


Saga2.2.jpg

Les chichis du malheur

Heureusement pour les Poucassère, la petite Léa n’était pas faite du même bois de gredin que Matteo. Elle était travailleuse, et brave, et pas fière avec ça en plus, alors qu’il y en a d’autres qui feraient les farauds, je parle bien sûr des garçons, ha ha, toujours prompts à faire les fanfarons, mais rien dans la caboche, pour sûr. Pas la petite Léa.

Au village, on la revoit encore, à six ans, en train de ramener à la ferme les vingts stères de bois qu’elle a achetées au père Gorillot, en les portant sur ses frêles épaules… Et sans souffler ou faire la maligne ! Une brave petite, qui aide son papa à labourer le champ en tirant elle-même la moissonneuse-batteuse avec une ficelle, à la force de ses bras, pour économiser de l’essence. A même pas huit ans.

Une sacrée gamine, qui à dix ans, n’hésite pas à saigner elle-même le cochon pour en faire du boudin, en l’égorgeant avec son couteau de boucher qu’elle a eu pour sa première communion. Un cochon avec lequel elle avait grandi, en plus, quel courage.

Tout le monde l’aime, cette chouette gosse, même son père, Guillaume, qui pourtant, comme tous les agriculteurs, n’aime pas beaucoup les gens. Au village, que ce soit le curé, le rebouteux, ou le vieux pervers, tout le monde aime la petite Léa.

Une rude journée attend Les Latrines. Une journée ou Léa sera

Disparue dans la Grouillette

A la ferme

Saga2.3.jpg

La petite Léa dans ses habits du dimanche

Guillaume trait sa vache, la Blanquette, pendant que Sandrine fait le ménage en mangeant du pâté. C’est une journée comme les autres à la ferme de la Pouillue, une journée qui commence avec le lever de soleil, et qui se finira au crépuscule.

La petite Léa, dix ans, joue à entasser du fumier. Parfois, elle vient voir son père pour lui chanter les belles chansons que le curé lui apprend au catéchisme du dimanche. Les chants de cette enfant résonnent dans la Pouillue tandis que sa petite voix fluette berce les oiseaux :

Jésus Jésus, quand donc reviendras-tu, Jésus Jésus, toi qui est mon poêle au cœur, la Vierge Marie, qu’a accouché dans la grange, par le Saint-Esprit qui lui a mis sa graine, tralali lali lalère

Et pendant que Sandrine continue insouciamment son ménage, et que Guillaume trait sa vache, ce sont ces « tralali lali lalère » enfantins qui égrènent leur journée, comme une comptine d’enfant sage qui joue à chanter des comptines.

Au loin, on peut voir des hélicoptères de la gendarmerie au-dessus de Fangeville. Pour sûr, il s’est passé quelque chose à la ville, quelque chose qui concerne une fois de plus les Danglin et les Pourquet. Guillaume n’aime pas trop ces gens-là, ce sont « de vielles bêtes machantes ». Guillaume est un brave homme. On entend la voix de Léa…

Jésus Jésus, je collectionne tous tes points, dans les paquets de gâteaux, je découpe tous tes coupons, pour avoir droit à la résurrection, et au paradis, tralali lali lalère…

Guillaume sourit en entendant la voix de sa fille, si sage.

Tralali lali lalère… Sandrine continue son ménage. Ce n’est pas facile de faire les carreaux avec un vieux bout de torchon, mais les paysans n’ont pas loisir de faire les mariolles en achetant du matériel de ménage à la grande ville, comme les riches. Ils n’ont pas la fortune à Rotschild.

Tralali lali lalère…

Soudain le téléphone sonne. Sandrine décroche. C’est une voix inquiétante, une voix de corbeau, une voix méchante et qui veut du mal.

Saga2.4.jpg

Le corbeau, oiseau de mauvais présage

— Allô, la ferme de la Pouillue ! Ici le corbeau des Latrines, hin hin hin !
— Qu’esse vous voulez ?
— La Sandrine ? Hin hin ! Tu l’aimes ta fille ? Dis, tu l’aimes ?
— Ah oué pour sûr.
— Ca te ferait du mal, hein, à toi ou à ton Guillaume, si qu’on te la prenait ? Hein ?
— Ah oué dame ! Ca m’en causerions du chagrin c’t’affaire, pour sûr. Ah ben dame !
— Hin hin hin ! On va venir te la chercher, ha ha, ça va te faire passer l’envie d’être une salope ! Allumeuse !
— Oh eh oh là ! T’arrêtes tout d’suite la méchanterie, eul’zigoto ! Déjà d’une on dérange point les gens avec du baratin, ensuite on traite pas de salope sinon ça va mal se finir pour ta bouille c’t’histoire. Tu vas goûter à mon 44 sacrébondieu !
— Oh oh, tu menaces, la Sandrine ? Je reconnais bien là ta fougue ! Mais entends-tu encore ta fille chanter ? Entends-tu encore sa voix fluette qui s’élève dans les airs, comme un petit oiseau ? Un oiseau à qui je vais couper les ailes, ha ha ha !

La Sandrine tend l’oreille. Elle n’entend rien, rien d’autre que le silence. Un inquiétant silence dans lequel ne résonnent point les chants de sa petite Léa.

— Bah non j’entends rien.
— Hin hin… Tu n’entends pas… Tralali lali lalère ? … Ha ha ha ha ha ! Tu vois Sandrine, le Mal peut se déguiser en toutes sortes de choses ! La douleur d’une mère pourra-t-elle résoudre le mystère de Fangeville, ha ha ? Retiens bien cela : la clé de mon secret est enfermée dans la cahutte. Je te le répète : la clé de mon -
— Bon c’est bien c’t’affaire mais ça va pas m’aider à m’avancer dans mon ménage, alors vous m’escuserez j’ai du travail. Bonjour chez vous.

Sandrine raccroche, elle a les carreaux à faire, et en plus elle déteste les gens qui lui téléphonent pour lui vendre des choses. C’est vrai, quoi, on a pas les sous qu’on voudrait alors c’est pas la peine de venir nous tenter avec leurs machins.

La malheureuse Sandrine est très loin de se douter que cet appel cachait le début d’un terrible drame. Parce que désormais, sa fille est

Disparue dans la Grouillette

Une visite chez le père Gorillot

Saga2.5.jpg

Le père Gorillot est certes un maniaque sexuel et un ancien meurtrier mais au fond il n'est pas méchant

Le crépuscule de la journée commence à poindre, et le père Gorillot, soixante-quinze ans, termine sa journée de travail comme tous les jours, en se récompensant par un petit verre de 40 cl de goutte à 80 %. La vie n’est pas facile pour les braves paysans des Latrines, et il faut bien savoir décompresser après une journée dans le stress des champs.

André Gorillot n’a pas toujours été un paysan, cela dit. Il a fait la guerre. Il a vu des choses. Des choses qui hantent ses pires cauchemars, et qui le font passer pour un illuminé parfois, aux yeux des gens du village. Il est revenu de la guerre avec la mort plein la tête, et des histoires que personne n’a envie d’écouter. Des massacres si horribles, que personne ne veut le croire. Des enfants tués. Des villages rasés. Des hommes torturés par de bons pères de familles. Des crimes de guerre. Des monstres et des dinosaures – et c’est en général quand il commence sur ce sujet et poursuit sur les extra-terrestres et la femme nue qui a apparu dans son champ pour faire l’amour avec lui que les gens n’ont plus envie d’écouter.

Il s’assoit sur sa chaise, face à la rue, devant sa petite ferme, comme il le fait tous les soirs, qu’il pleuve ou qu’il neige, et se verse une rasade d’alcool fort, comme le font tous les paysans dès qu’ils le peuvent. Le père Gorillot est un brave homme, même si tout le monde se moque de lui, et sa ferme, le lieu-dit « le Pissoir », est située juste en face de la Pouillue. De là où il est, le père peut voir Guillaume qui trait sa vache dans la cour.

Mais quelque chose tourmente le père. Il voit bien Guillaume et la Blanquette, et il se doute que la Sandrine est dans la maison, probablement à faire son ménage, mais nulle trace de la petite Léa. Est-elle au village ? Est-elle morte ? S’est-elle fait violer ? A-t-elle des petits seins qui poussent, déjà, à dix ans ? Ce sont les questions qui tarabustent le père Gorillot, au moment où une mystérieuse femme qui ressemble étrangement à Giselle Danglin arrête sa voiture devant sa maison. La femme est accompagnée d’une petite fille qui ressemble fort à Léa, mais le père Gorillot met ça sur le compte du hasard. La femme, ténébreuse, s’approche du père.

Saga2.6.jpg

La mystérieuse femme est quand même bonne

— Vous êtes le père Gorillot ?
— C’est écrit sur la boîte aux lettres non ?
— J’ai un message à vous demander de faire passer. Dites au village que la Sandrine était stérile après la naissance de son premier enfant à cause de l'ablation de l'utérus, et que Léa n’est pas sa fille, mais la fille d’une mystérieuse femme que tout le monde croyait morte mais qui était en fait vivante, et qui est venue récupérer sa fille qui avait été confiée à des salopards de paysans, et que la mystérieuse femme est revenue foutre la merde, et se venger des Danglin et des Pourquet qui sont tous des crapules, et que de toutes façons je vais reprendre ma fille et on va s’enfuir en Espagne et vous serez tous dégoûtés et ce sera bien fait..
— Trop long, j’ai rien retenu. Et pis j’ai pas écouté.
— Bon je répète en simplifiant. Cette fois vous écoutez : je suis Giselle Danglin, la femme d'Anselme, et tout le monde me croyait morte mais en fait j’étais vivante et je m’étais enfuie de Fangeville pour échapper à la malédiction et à la guerre intestine entre les Pourquet et ma famille. Je n’ai pu préserver ma fille, Léa, la fille que j’ai eu avec Godefroid Pourquet mais il ne sait pas que je suis la mère. Mon mari Anselme l’a confiée aux Poucassères en leur faisant croire que c’était leur propre fille : il l’a déposée devant la porte avec un papier où il imitait l’écriture d’une cigogne. Je suis revenue d’entre les morts pour emporter ma fille avec moi, et je compte bien détruire Fangeville et ses environs pour me venger de l’humiliation que j’ai subie à cause que les gens me croyaient morte pendant toutes ces années : pas de cadeaux à Noël, pas d’anniversaires, pas un coup de fil. Je suis diabolique et je compte bien assouvir ma vengeance, ha ha ha. Vous avez retenu ?
— Encore pire. Faut écrire ça sur un papier.

La mystérieuse femme écume de rage et retourne dans sa voiture. Elle écrit son histoire sur un morceau de papier et le donne au père Gorillot.

— Apprenez ça par cœur, et déchirez ce papier. Je sais que les gens ne vous croiront pas, sauf mon père et mon fils Clovis, car ils savent. Je vous ai choisi pour transmettre ce message car vous êtes un vieil homme que personne ne prend au sérieux.
— Merci, ça fait ben plaisir, je savais pas. Vous en avez d’autres des comme ça ?
— Silence vieux fou. Faites ce que je vous dis sinon je reviendrai. Et je vous punirai en vous enlevant la chose à laquelle vous tenez le plus au monde. Votre bite.

Le père Gorillot apprend le papier par cœur puis le déchire, par crainte de se faire enlever la bite, pendant que la mystérieuse femme repart en voiture avec la fille qui ressemble à Léa.

Panique à la Pouillue

La nuit commence à poindre son bec malfaisant sur la Pouillue, et Guillaume comprend que quelque chose ne tourne pas rond quand sa fille ne revient pas après être partie jouer il y a huit heures. La Grouillette, petite forêt qui jouxte sa ferme, lui semble soudain inquiétante. La petite Léa a-t-elle

Disparue dans la Grouillette ?

Guillaume appelle sa femme, la Sandrine. Se souvient-elle de quelque chose ? Non rien. Il devient comme fou, et cherche dans tous les endroits où sa fille pourrait être : dans le placard, sous le lit, dans sa poche…

En désespoir de cause, il se rend chez son voisin, le père Gorillot. Même si c’est un vieux fou, on raconte qu’il sait des choses, et bien souvent, ses paroles énigmatiques résonnent avec la justesse d’une vérité enfouie. Essoufflé par la recherche, il l’interpelle avec le désespoir d’un père à qui l’on a enlevé son enfant.

— André, André ! J’ai peur André ! On a enlevé ma fille !

Le père Gorillot ne semble pas surpris. Il est ivre, comme à son habitude.

— Ah ça, dame ! A mon avis c’est un coup des Arabes. J’en ai vu à la télé.
— Non André, tu ne comprends point ? Ma fille Léa, elle a disparu !
— Bon Dieu ! A mon avis, c’est un coup des Arabes. Ils l’ont enlevé comme otage. Pour lui mettre le foulard des banlieues. Je l’ai vu à Pernaut.
— S’il-te-plaît André ! Ecoute-moi ! Ma fille a disparu ! Je t’en prie, essaie de te souvenir de quelque chose ! Dis-moi, as-tu vu quelque chose d’étrange aujourd’hui ? Quelqu’un d’inhabituel, rôder dans le village ?

André Gorillot se ressaisit. Il se rappelle bien d’avoir appris quelque chose, mais il ne sait plus quoi. Il fouille dans sa mémoire, à la recherche d’un indice crucial, et soudain le souvenir de Giselle Danglin refait surface, au milieu d’obscures pensées opaques.

— Une femme, Guillaume. J’ai vu une femme.
— Une femme ? Dis m’en plus, André, je t’en supplie !
— Elle avait une Supercinq. Je crois qu’elle faisait un sondage ou quelque chose. Après elle s’est mise toute nue et on a fait l’amour comme dans mes cassettes vidéos.
Saga2.7.jpg

Les cassettes vidéos mystérieuses du père Gorillot

La Battue

La nuit tombée, il faut bien se rendre à l’évidence : la petite Léa a

Disparue dans la Grouillette

La gendarmerie de Fangeville se rend aux Latrines. Les habitants commencent la battue, avec les gendarmes qui ont ramené les chiens à cette occasion. Leur flair est précieux, et puis aussi ça leur fait du bien qu’on les sorte pour qu’ils prennent le bon air. Malheureusement, il faut se rendre à l’évidence, Léa est disparue, et bien disparue.

Après une grosse demi-heure de battue acharnée, on abandonne les recherches. Guillaume décide de faire le deuil de sa fille. Quand à Sandrine, elle accepte la fatalité avec la noblesse d’une femme de raison.

— Bon ben tant pis hein. L’a disparu pour de bon, alors c’est vrai que c'est bien triste, ça fait une paire de bras en moins à la maison mais après faut voir aussi le bon côté : économie de sous pour les repas.
Découvrez la suite de les secrets de Fangeville dans l'épisode 3 :


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia