La Lettre volée

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Poe.jpg

Bon, c'est une histoire de Poe, alors je mets une image de Poe, c'est normal

La Lettre volée est une des nouvelles les plus célèbres écrites par l'écrivain américain Edgar Allan Poe qui tout comme "Double Assassinat dans la rue Morgue" et "Le Mystère de Marie Roget", anticiperont le genre policier. Cependant, elle connut d'abord des débuts difficiles. En effet, Poe l'ayant écrite un soir de cuite d'un seul trait, il s'aperçut le lendemain, avec une horrible gueule de bois, du complet ridicule de cette histoire.

« Putain mais c'est quoi cette merde ? Comment j'ai pu oublier de mettre des cadavres liquéfiés, des tueurs en série psychopathes et des chats ? »
~ Poe

Donc elle fut mise aussitôt à la poubelle.

Cependant, bien que la réaction fusse en effet un peu exagérée et le geste légèrement brutal, il n'avait pas si tort que ça. Je veux dire que ce genre d'histoire est généralement plutôt plate pour le lecteur : une lettre mystérieusement volée qu'on n'arrive pas à retrouver parce qu'elle est justement mal cachée ; c'est vraiment nous prendre pour des crétins. Et aussi prendre le personnage principal Dupin pour un gros con. Pendant que ce connard de Sherlock et ce gros pâté de Poirot résolvent des meurtres compliqués et énigmes passionnantes dans leurs petit coin, lui il doit se taper une enquête de merde à chercher pauvre lettre de merde qu'une petite police de merde mon cul soi-disant secrète et compétente est pas foutue de trouver ALORS QU'ELLE EST JUSTE DEVANT LEUR PIF !

Donc le manuscrit resta à la poubelle.

Quelques temps plus tard, Poe se décida tout de même et de manière totalement inattendue à sortir son histoire de la corbeille en ne lui faisant qu'une modification mineure pour la rendre plus intéressante. Poe aurait dû modifier le nom de la nouvelle avec cette altération, mais il le garda quand même, pour des raisons personnelles.

« La flemme ! »
~ Poe

Prélude

L'histoire débute avec un petit personnage pittoresque nommé Dupin. Cet homme particulier est en effet doté d'une intelligence hors du commun lui permettant ainsi de résoudre en à peine quelques secondes un Sudoku® ou même un Effroyable meurtre glauque et inhumain®. Sa réputation n'est plus à faire dans le monde policier au vu de toutes ses contributions majeures à la résolution des plus grande énigmes insolubles. Relatons à ce propos l'anecdote s'étant déroulée le ... du mois ... à ... heures ... dans la maison située au ... rue .... G... se trouvait dans son bureau avec son ami S..., quand soudain :

Lettres.jpg

j'ai entendu dire que ça parlait de lettres à un moment...

— Oh ! Non ! On m'a volé une lettre de la plus haute importante que je devais envoyer à H.... Je ne la vois nulle part, qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire ?
— Diantre ! C'est votre mère en plus, elle risque de s'inquiéter !
— Il faut raisonner analytiquement. Les dernières personnes à être rentrées dans cette pièce sont Mme Emma B..., Mr K... et la Bonne. D'abord, K... a fait exactement 8 pas en avant en entrant dans pour s'approcher donc à 0,203 mètre du bureau. Il est resté debout et si j'ai bien observé, la longueur de son bras jusqu'aux mains est de 0,86 mètre. La lettre était situé à 0,050 mètre du bord du bureau. Si on trace une ligne dans l'alignement du bureau coupant orthogonalement notre homme en un point A. La distance entre A et son épaule (le point B) est de 0,75 mètre. Si l'emplacement de la lettre est C, je n'ai plus qu'à calculer la longueur BC sachant AC et AB et voir si elle est supérieure ou égale à la longueur du bras et s'il a donc été capable de la prendre...
— Mais il a très bien pu bouger alors que vous regardiez ailleurs et tous vos chiffres deviendraient obsolètes.
— Ah, oui, mince.

Sur ce, Dupin entra

— Oh ! Dupin ! Vous savez quoi ? On m'a volé une lettre !
— Elle est dans votre main, non ?
— Ah, oui, suis-je bête ?

Un évènement qui non seulement apporta gloire et célébrité à Dupin, mais qui en plus permit à l'auteur de cet article de justifier son titre qui n'a rien à voir avec ce que vous allez lire ensuite.

L'énigme

Avant de commencer, j'ai omis de vous parler de l'esclave ami de Dupin. Car tout personnage littéraire de ce genre qui se respecte possède un ami, nommé T... ici, qui est chargé de relater tous les détails de l'enquête. C'est pourquoi nous allons tout de suite vous présenter son récit écrit sur des petit bouts de papiers trouvés par-ci par-là, car il n'y avait plus de feuilles complètes disponibles :

Je me souviens avoir vu le policier entrer très timidement dans la pièce de mon maître ami D..., il était tranquillement installé sur son siège. Il nous dit rapidement l'objet de sa visite : un homme du nom de M... avait été
Il parti ensuite très rapidement après nous avoir exposé les faits. Étrangement, nous connaissions le coupable, mais ne savions pas
— Étrange histoire, mon cher L.... Répliqua D...
— En effet...
— Mais alors, peut-être que
— ...
— ...
— ...
— ...

Drrrriing

— Muah...
— Et bien, levez-vous, mon ami, aujourd'hui nous allons résoudre toute cette affaire en allant dans la maison de
Vol.jpg

Bah, ça parle bien d'un vol, non ? J'ai vu ça dans le titre.

Cependant, par flemme de retrouver tous les bouts et de les mettre dans le bon ordre, nous irons voir plutôt l'avis du policier qui relata également l'histoire de son côté.

Je me souviens être entré très timidement dans la pièce de Dupin, il était tranquillement installé sur son siège. je leur dis rapidement l'objet de ma visite : un homme du nom de M... avait été...


— Attendez ! Je crois que je l'ai déjà entendue dans les journaux cette affaire-là !
— Ah, non, c'est un secret d'état !
— Ah, excusez-moi, continuez alors, L...
— Ah, non, moi, c'est L... avec un t, pas un s
— Pas grave, revenons plutôt à nos moutons
— Ah oui, je vous parlais d'un homme du nom de M... qui s'est fait...
— Stop ! Attendez, pourquoi vous ne prononcez qu'un simple M et non le nom entier, L... ?
— Car c'est un espion, on ne va pas prendre le risque de le découvrir, vous comprenez ?
— Ah oui ? C'est très pratique, T..., dans vos comptes-rendus, vous pourrez écrire tous nos noms de cette manière ?
— En parlant de ça, D..., moi-même j'utilise cette technique dans mes rapports
— Ah ? Donc, ne nous égarons pas, où en étions-nous ?
— Donc ce M... était chargé de surveiller quelqu'un, nommé P... que nous soupçonnons fortement ces temps-ci
— De quoi donc ?
— C'est secret, ça aussi. mais toujours est-il qu'il avait réussi, par on ne sait quelle méthode, à avoir un rendez-vous avec cet homme. Mais une fois seul avec lui, il le vola.
— Le vola ?
— Le vola.
— Le dépouilla ?
— Non non, le vola.
— Hum...
— En fait, il prit M... par la taille et le porta, la tête en avant, les pieds derrière, jusqu'à chez lui. Devant les yeux ébahis de tout le monde. Mais vous comprenez, personne n'a voulu intervenir, ça aurait fait trop suspect de s'opposer, donc on a laissé faire.
— Ah... Quand même.
— Bien sûr, peu après, notre personnel se chargea de fouiller l'appartement de P... pour retrouver M.., mais nous avons eu beau, ouvrir les placards, les tiroirs, déplacer les chaises, regarder sur le sol, sous les meubles, dans les doubles-fonds, étudier tous les objets au microscope, nous n'avons rien pu trouver !
— Rien de rien ?
— Si ce n'est un chat pendu et une femme emmurée s'étant pris sauvagement une hache dans la tête, rien.
— Étrange histoire, L...
— En effet !
— Mais alors, peut-être que M... n'est pas chez lui, l'homme a bien pu l'abandonner sur une aire d'autoroute.
— Impossible.
— Pourquoi ?
— Ben, avouez qu'un anachronisme de cette taille dans une histoire d'Edgar Allan Poe qui est quand même l'écrivain américain majeur du XIXe siècle, ça fait pas très sérieux quand même.
— Ah oui, excusez-moi.
— Et bien, moi aussi, je vais vous demandez de m'excusez, j'y vais. @+ D...
— ++ L...

Révélation

Dupin n'eut pas besoin d'un grand effort pour comprendre le stratagème. Voici quelques notes de T... que l'on a réussi à rassembler :

Art gros.jpg

j'ai vu qu'il y avait ça dans le titre aussi, donc je me suis dit que ça illustrerait bien

— Voyez, T..., notre homme, est un poète, il a beaucoup d'imagination, mais également d'intelligence.
— Que voulez-vous dire par là ?
— Et bien, cette énigme est comme une partie de pierre-papier-ciseaux. Si vous sortez tout deux la pierre, et puis tout deux le ciseau, alors vous pouvez être sûr que votre adversaire sortira le papier car il pense cela plus complexe, et vous n'aurez plus qu'à sortir le ciseau.
— Et ?
— Bouhouhouhou ! Je trouve vraiment que des comparaisons à la con moi !!!

Après quelques heures d'explication diverses et variées sur la clé de l'affaire et quelques digressions

— Et donc c'est comme cela que l'Ouzbékistan sera crée dans un siècle et demi.
— On s'éloigne pas un peu du sujet ?
— Ah oui

Ils allèrent donc dans l'appartement de P... en son absence pour tester leur théorie

— Comme je vous l'ai expliqué, les esprits simple cherchent ce qu'ils n'ont point : la complexité. La police a fouillé plusieurs fois cette pièce de fond en comble. Mais ils n'ont pas vu l'évidence. Voyez là.
— Où ?
— Là.
— Où ?
— Là !
— Mais où ???
— Vous ne voyez pas ?
— Non
— Eh bien, vous voyez le masque rouge, représentant la mort, posé sur la table noire, et la petite dent arrachée sur la table blanche, visez au centre. Là !

Dupin pointa le corps de M... soigneusement empaillé de la tête au pied et occupant une place proéminente dans la pièce

— Aaaaaaaaah !! C'est donc ça ! Je l'avais pris pour un hibou empaillé !
— Oui : tout le génie de notre homme réside dans le fait qu'il n'a même pas essayé de le défigurer, de lui arracher sauvagement des membres ou encore de le plonger monstrueusement dans l'acide, rien qui aurait pu attirer l'attention. Et l'effet de dissimulation était d'autant plus renforcé par ces flèches clignotantes autour du corps : M...IL EST EMPAILLÉSEARCH HERE.

Et maintenant voici

La chute

Pasteque.jpg

Et après, on dit que j'ai pas d'imagination pour mettre les images

Tout naturellement, cette découverte s'ensuivit de fait : peu de temps après, on traîna P... en justice, et il fut condamné à verser une modeste somme pour Chasse de hiboux illégale. Ce jugement démontre une fois de plus la médiocrité de la justice, car le plus étonnant est de savoir qu'il chassait les hiboux depuis plus de 10 ans.



Qu'avez-vous pensé de La Lettre volée ?
 
10
 
18
 
0
 
0
 
2
 
2
 
13
 

Ce sondage a été créé le septembre 11, 2009 01:02 et 45 personnes ont déjà voté.


GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
Partage sur...
wikia